Recherchez un film ou une personnalité :
FacebookConnexionInscription
Romy Schneider est une Actrice Allemande née le 23 septembre 1938 à Vienne (Autriche)

Romy Schneider

Romy Schneider
Si vous aimez cette personne, faites-le savoir !
Nom de naissance Rosemarie Magdalena Albach
Nationalité Allemagne
Naissance 23 septembre 1938 à Vienne (Autriche)
Mort 29 mai 1982 (à 43 ans) à Paris (France)

Romy Schneider, née Rosemarie Magdalena Albach le 23 septembre 1938 à Vienne et morte le 29 mai 1982 à Paris, est une actrice allemande naturalisée française.

Au début des années 1950, vers l'âge de 15 ans, elle commence sa carrière d'actrice dans le genre Heimatfilm allemand. De 1955 à 1957, elle interprète l'impératrice Élisabeth d'Autriche, surnommée « Sissi », dans trois films du même nom — Sissi (1955), Sissi impératrice (1956) et Sissi face à son destin (1957) — qui lui vaudront succès et reconnaissance internationale.

En 1958, elle rencontre l'acteur Alain Delon avec lequel elle se fiance en 1959 ; elle s'installe alors en France où elle joue dans des films à succès, acclamée par la critique et dirigée par des réalisateurs parmi les plus remarquables de l'époque. Sa relation avec Alain Delon prend fin en 1963 tandis qu'elle entame une carrière aux États-Unis ; par la suite, elle se marie deux fois. Le fils de son premier mariage meurt dans un accident en 1981 à l'âge de 14 ans. En mai 1982, âgée de 43 ans, Romy Schneider est retrouvée morte dans son appartement parisien.

Romy Schneider a obtenu par deux fois le César de la meilleure actrice.

Biographie

Enfance
Romy Schneider naît en 1938 en Autriche au sein d'une famille de longue tradition artistique. Son arrière-grand-père paternel, Rudolf Retty, était un acteur et un metteur en scène et sa femme Kate Retty était une chanteuse. Ils sont les parents de Rosa (Retty puis Albach-Retty) (1874-1980), une pensionnaire du Burgtheater. Rosa, qui mourra centenaire en 1980, épouse Karl Albach, un officier de l'armée impériale austro-hongroise. Ce dernier renonce par amour à sa carrière militaire et devient par la suite avocat puis comédien. Rosa et Karl ont un fils, Wolf Albach-Retty qui deviendra acteur. Il épouse la comédienne allemande Magda Schneider. Cette dernière, née à Augsbourg en Souabe bavaroise, est la fille de Xaverius (ou Franz Xavier) Schneider et de Maria, née Meier-Hörmann.



Magda et Wolf Albach se rencontrent lors d'un tournage en 1933 et se marient en 1937 à Berlin. Le prénom de baptême de Romy Schneider, Rosemarie, est la contraction des prénoms de ses grands-mères, Rosa et Maria. En 1941, naît son frère Wolf-Dieter Albach, qui exercera la profession de chirurgien.

En octobre 1938, alors que Rosemarie n'est âgée que de quelques semaines, la famille Albach quitte Vienne à l'arrivée des nazis dans le cadre de l'Anschluss et s'installe dans la propriété de Mariengrund à Schönau am Königssee dans les Alpes bavaroises, près de Berchtesgaden. Le Berghof, le chalet d'Adolf Hitler, est situé à seulement vingt kilomètres de leur domicile.

Les époux Schneider-Albach, en raison de leurs engagements professionnels, ne sont que rarement présents. C'est la grand-mère de Romy, Maria Schneider, qui prend soin d'elle et de son frère lorsque leurs parents sont en tournage. Elle fréquente avec sa mère le cercle d'Adolf Hitler, qu'elle rencontre.

Magda Schneider, qui a été exemptée d'impôt par le ministère de Propagande nazi, est une proche de Martin Bormann, dont les enfants jouent avec la petite Romy. À ce sujet, Romy Schneider déclarera en 1976 : « Je crois que ma mère avait une relation avec Hitler ». Elle a probablement eu la volonté de s'affranchir de ce passé en donnant à ses enfants des prénoms d'origine hébraïque, en l'occurrence David et Sarah.

En 1943, son père Wolf rencontre l'actrice Trude Marlen et quitte sa mère Magda. Romy, âgée de quatre ans et demi, est bouleversée et s'attache davantage à sa mère qu'elle admire profondément, ainsi qu'à son frère. Elle idéalise le père absent et projettera par la suite, dans sa rencontre avec ses futurs réalisateurs, l’image de son propre père.

En 1944, Romy entre à l'école primaire de Berchtesgaden alors que son père s'installe avec l'actrice Trude Marlen. Le divorce de ses parents est prononcé en 1945. À cette époque, l’Autriche est de nouveau indépendante, mais occupée par les armées alliées. Du fait de ses accointances avec le régime nazi, la fin de la guerre marque le début d'une longue pause dans la carrière de Magda Schneider...


Formation et débuts au cinéma

À partir de 1949, Romy est placée en pensionnat à l'internat autrichien Goldenstein, une institution religieuse catholique située près de Salzbourg, qu'elle fréquente jusqu'en 1953. Cette année-là, elle obtient avec mention sa Mittlere Reife, l'équivalent du diplôme national du brevet français d’aujourd'hui, puis est censée rejoindre sa mère à Cologne. Celle-ci s'est remariée en 1953 avec le restaurateur Hans-Herbert Blatzheim, déjà père de trois enfants. Romy, adolescente à cette époque, ne s'entendra pas avec son nouveau beau-père : elle ne le désignera plus tard que par l'expression « le deuxième mari de ma mère ».

Voulant devenir décoratrice ou illustratrice de livres pour enfants, Romy doit effectuer sa rentrée scolaire à l'École de dessin de mode à Cologne, mais elle rêve surtout d'une carrière d'actrice, comme le montre le journal intime qu'elle a reçu en cadeau à l'âge de treize ans et qu'elle baptise Peggy. Elle y raconte sa joie lorsqu'on lui confie un rôle dans la petite troupe de théâtre de son pensionnat.

À cette époque, le producteur de cinéma Kurt Ulrich cherche une jeune fille pour tenir le rôle de la fille du personnage principal du film Lilas blancs, joué par sa mère Magda Schneider. Celle-ci propose sa propre fille, qui passe brillamment les essais en juillet 1953 et se révèle très photogénique. Romy quitte alors le cursus scolaire, et, à quinze ans, apparaît pour la première fois à l'écran, sous le nom de « Romy Schneider-Albach ». Le film Lilas blancs connaît un succès immédiat et est suivi d'autres rôles. Mais c'est en incarnant l'impératrice d'Autriche Élisabeth de Wittelsbach à partir de 1955 qu'elle fait une percée fulgurante.


Le « mythe » Sissi

Au début des années 1950, le réalisateur autrichien Ernst Marischka a pour projet de monter à l'écran l'histoire romancée de l’impératrice Élisabeth de Wittelsbach, née en 1837 et assassinée en 1898 à Genève, dite « Sissi », épouse de l'empereur François-Joseph Ier d'Autriche.
Marischka a toujours été sensible à l'immense pouvoir de séduction de cette femme qui fut l'un des personnages les plus captivants de la fin du XIX siècle, mais également celui dont les Autrichiens se souviennent avec le plus de nostalgie. Marischka avait déjà essayé de la populariser en 1932 dans une opérette où Paula Wessely tenait le premier rôle.

Pour Marischka, l'existence réelle d'Élisabeth de Wittelsbach révèle trop de tourments pour ne pas être romancée et il ne souhaite conserver dans sa fiction que le passé glorieux et heureux de l'impératrice. Il ne gardera donc que les événements romantiques et les grands moments d'émotion en occultant tous les drames pénibles et les phobies qu'elle a réellement vécus. De plus, l'Autriche cherche à faire oublier son annexion à l'Allemagne nazie et à retrouver son prestige.
Ernst Marischka « ne lésine pas » sur les moyens pour que le spectateur croie réellement côtoyer Sissi à son époque. Il vise très haut et sait que Romy Schneider, remarquablement secondée par sa mère qui interprète le rôle de la duchesse Ludovika, mère de l'impératrice, est prête à contribuer à la réussite du projet. Il choisit Karlheinz Böhm pour interpréter le rôle du jeune empereur François-Joseph.



À sa sortie en 1955, le film Sissi déclenche un tel engouement populaire en Autriche et en Allemagne que les recettes du film dépassent celles d’Autant en emporte le vent. En Europe, le film obtient la mention d'« œuvre culturelle ». En Suisse et en France, le film bénéficie d'un lancement remarquable et est même ensuite diffusé gratuitement dans des écoles. Des prospectus de Romy Schneider sont distribués et on retrouve même son visage sur des boîtes d'allumettes et des briquets. À Nice, Lille, Amsterdam, Anvers, Gand, Madrid et Helsinki, les records de fréquentation des salles de cinéma sont largement battus.

Le succès du film étant assuré, Marischka entreprend le tournage d’un deuxième épisode, Sissi impératrice (Sissi, die junge Kaiserin en allemand) avec un budget et une vision similaires à ceux du premier volet. En revanche, Romy Schneider comprend difficilement que l'on puisse faire un deuxième film. Elle se sent de plus en plus étrangère à ces personnages idéalisés et supporte de plus en plus difficilement les désagréments qu'on lui impose, comme celui de porter une lourde perruque qui lui donne des maux de tête. Le réalisateur et le représentant de la UFA refusent en outre de prendre en compte ses remarques pour rendre le rôle plus réaliste.

En 1956, le second film reçoit un accueil similaire au premier. Des milliers de jeunes filles dans toute l'Europe adoptent alors le style « princesse » : cheveux longs bouclés, taille de guêpe et jupons bouffants.

En 1957, Romy Schneider entreprend le tournage du troisième épisode Sissi face à son destin (Sissi, Schicksalsjahre einer Kaiserin en allemand) avec réticence et a hâte de se détacher du personnage auquel on l'identifie désormais. Au grand dam de son agent, de son beau-père — qui gère sa fortune et utilise ses cachets pour investir dans des hôtels et restaurants — et aussi de sa mère — qui utilise sa fille pour poursuivre sa propre carrière, déclinante depuis la fin du régime nazi —, Romy s'oppose au tournage d'un quatrième épisode. Plus tard, elle déclarera même : « Je hais cette image de Sissi » et reconnaîtra : « J’ai refusé les 80 millions qu’on m’offrait pour tourner une quatrième mouture de Sissi ».

Dès 1953, Magda Schneider a décidé de prendre en charge la carrière naissante de sa fille qui a définitivement adopté le pseudonyme « Romy Schneider ». En outre, Magda parvient souvent à imposer aux réalisateurs de jouer auprès de sa fille. En 1957, elle va même jusqu'à interdire à sa fille de signer le contrat que Kirk Douglas lui propose lors de leur rencontre au Festival de Cannes. La jeune fille se rebelle alors et décide de désormais choisir elle-même ses rôles. Comme conséquence évidente, cette décision a un effet négatif sur la carrière professionnelle et la situation financière de sa mère.


Premières amours

En 1956, Romy Schneider fréquente brièvement Toni Sailer, le triple champion du monde de ski alpin, rencontré lors d'un bal de valse autrichienne. Leur flirt est médiatisé en raison de leurs notoriétés respectives. Entre 1956 et 1957, Romy entretient une amourette avec l'acteur Horst Buchholz qu'apprécie beaucoup sa mère Magda. En 1957, Romy — accompagnée de sa mère — et Horst débarquent à Paris pour jouer dans le film Monpti. Rentrés à Munich pour tourner les intérieurs du film, les deux jeunes acteurs mettent fin à leur relation.

L'année 1958 est « charnière » dans la vie professionnelle et privée de Romy Schneider : Pierre Gaspard-Huit lui propose le rôle principal de Christine, un remake de Liebelei de Max Ophüls, dans lequel sa mère avait tenu le rôle principal en 1933.
Ayant le droit de choisir elle-même son partenaire, elle sélectionne sur photo le jeune premier, Alain Delon et les producteurs arrangent une entrevue avec la presse dans les salons de l'aéroport d'Orly à Paris : les deux jeunes acteurs se rencontrent pour la première fois au pied de l'escalator. Leurs premiers rapports sont houleux, Romy ne parlant pas français et trouvant Alain Delon trop arrogant. Cependant, durant le tournage, elle tombe amoureuse de son partenaire.

Le 22 mars 1959, les « fiancés de l'Europe » célèbrent leurs fiançailles officielles, organisées par la mère et le beau-père de Romy à Morcote en Suisse, au bord du lac de Lugano, devant la presse internationale, sans planifier de date pour un éventuel mariage. Échappant à sa mère qui la chaperonnait jusque dans ses films, Romy part alors s'installer avec Delon à Paris. Elle y abandonne son éducation bourgeoise pour découvrir les soirées de la capitale, l'anticonformisme et une jeunesse qui méprise l'argent. La presse allemande ne lui pardonne pas cette infidélité.


Naissance d'une vedette

Alain Delon est en pleine gloire et tourne sans cesse tandis que Romy joue peu. Dans ses moments de déprime, elle rend visite à Marlène Dietrich qui devient sa confidente. Une complicité avec Jean-Louis Trintignant nait, en 1961, sur le tournage du Combat dans l’île d’Alain Cavalier, qui plus tard sera une liaison sur Le Train, interrompue une fois le film achevé.

Delon lui fait apprendre l'italien et rencontrer Luchino Visconti qui fait monter sur scène le couple dans Dommage qu'elle soit une putain en 1961.
Après ce triomphe, le réalisateur italien lui donne un rôle dans un sketch de Boccace 70 en 1962. À la fin du tournage, Visconti lui glisse au doigt un anneau en bois incrusté de deux diamants et d'un saphir qui ne la quittera plus jusqu'à sa mort. Cette même année, elle monte pour la première fois sur les planches en Allemagne, au théâtre de Baden-Baden, où elle joue en français, avec une troupe française, la pièce La Mouette d'Anton Tchekhov. Fin 1962, elle est hospitalisée pour surmenage ; Alain Delon est à son chevet.

Les producteurs américains, séduits, surnomment l'actrice « la petite fiancée du monde » et lui font de nombreuses propositions. La Columbia lui offre alors un contrat de sept ans (pour sept films et un cachet d'un million de francs pour chacun de ses rôles). En 1962, Romy s'installe à Hollywood, qu'elle quittera en 1965. Elle tourne un premier film avec Otto Preminger, Le Cardinal qui est un succès. En 1963, elle reçoit la première récompense française de sa carrière, l'Étoile de Cristal de l'Académie du cinéma pour sa prestation dans Le Procès. Néanmoins, sur son deuxième film pour la Columbia, Prête-moi ton mari, elle découvre que les techniques de l'Actors Studio sont bien différentes des siennes. Maladroite dans cette comédie, elle est envahie par le stress, le trac et les doutes, notamment personnels : des photos de Delon accompagné d'une jeune femme circulent dans la presse. Ainsi, la presse américaine la surnomme Miss Worry (« Mademoiselle inquiète »), et la conduit à des seconds rôles. Elle rompt donc son contrat avec la Columbia et retourne à Paris après que son agent George Beaume lui eut remis une lettre de rupture de quinze pages écrite par Alain Delon. Le 18 décembre 1963, elle trouve en rentrant dans leur hôtel particulier du 22, avenue de Messine quelques roses laissées sur la table du salon et un mot de son ex-fiancé : « Je suis à Mexico avec Nathalie. Mille choses. Alain » ; cette mise en scène est démentie par l'acteur. Après cinq ans de passion orageuse, Alain Delon l'a ainsi quittée pour Nathalie Sand, enceinte de leur fils Anthony. Romy est évidemment très affectée par cette rupture.

En juin 1964, Romy obtient la « Victoire du Cinéma français », récompensant la « meilleure actrice étrangère de l'année ». La même année, elle tourne L'Enfer d'Henri-Georges Clouzot, film inachevé pour lequel elle change radicalement d'image et révèle son potentiel érotique.

Le 1er avril 1965, à l'occasion de l'inauguration du restaurant Blatzheim à l'Europa-Center de Berlin-Ouest, elle rencontre l'acteur et metteur en scène de théâtre de boulevard berlinois Harry Meyen, d'origine juive. Encore marié, il divorce : ils peuvent se marier le 15 juillet 1966 à Saint-Jean-Cap-Ferrat — Romy est déjà enceinte de cinq mois — et s'installent à Berlin-Grünewald. Le 3 décembre 1966, à l'âge de 28 ans, Romy donne naissance à son premier enfant, David Christopher Meyen (Meyen étant le pseudonyme de son père, David s'appelle en réalité Haubenstock, comme le mentionne son état civil). L’actrice se retire alors de la vie publique pendant une année et demie pour s'occuper essentiellement de son fils à Berlin.


La « tragédie Romy Schneider »

Le 21 février 1967, son père meurt à Vienne d'un infarctus, à la suite d'un excès de trac, appréhension qui la fera elle aussi souffrir pendant toute sa carrière.

Vivant alors comme une épouse et une mère anonyme dans son appartement de Grünewald, sa carrière redémarre le jour où Jacques Deray lui offre, sur la suggestion d'Alain Delon, le rôle de Marianne dans La Piscine au cours duquel le couple Delon-Schneider se reforme dans la fiction ; ce n'est pas le cas dans la vie privée contrairement à ce qu'aurait pu suggérer la presse de l'époque.

En 1970, elle est la vedette principale, aux côtés de Michel Piccoli, du film dramatique de Claude Sautet Les Choses de la vie (Prix Louis-Delluc) qui lui assure une grande notoriété en France et marque le début d'une longue collaboration avec le metteur en scène.



Femme engagée, elle se prononce pour l'avortement libre et gratuit en signant en Allemagne dans le magazine Stern, l'équivalent du Manifeste des 343, publié en France dans Le Nouvel Observateur ; ce qui lui vaut d'être inquiétée par le Tribunal de Hambourg. Elle sort à cette époque avec le producteur américain Robert Evans.

En 1972, elle se sépare de son époux Harry Meyen. En 1974, elle tombe dans une grave dépression, après le tournage éprouvant de L'important c'est d'aimer d'Andrzej Zulawski, et à la suite de sa liaison interrompue avec Jacques Dutronc, autre vedette du film. Ressurgissent alors les vieux démons de l'alcool et des médicaments que le milieu artistique d'Harry Meyen lui a fait découvrir. Malgré la surveillance de son secrétaire Daniel Biasini, elle parvient à obtenir ses médicaments par l'intermédiaire de Marlene Dietrich qui les lui fait transmettre dissimulés entre les pages de quelques livres. En outre, elle fume jusqu'à trois paquets de cigarettes par jour, ce qui dégrade rapidement sa santé.

Le divorce houleux — Harry Meyen lui réclame la moitié de sa fortune en échange de la conservation de la garde de leur fils David — est prononcé le 5 juillet 1975 à Berlin-Ouest en l'absence des deux intéressés. Le 18 décembre 1975, elle épouse Daniel Biasini à Berlin. Le 31 décembre 1975, vers 18 heures, elle ressent de violentes douleurs au ventre. Elle fait une fausse couche non pas à la suite d'un accident de voiture car celui-ci a en fait eu lieu en janvier 1977. Ainsi, cette fausse couche survenue le 31 décembre 1975 serait due à un virus transmis au fœtus au cours de l'extraction d'une dent de sagesse une semaine auparavant.

Le 21 juillet 1977, à l'âge de 38 ans, elle accouche prématurément d'une fille, la future actrice Sarah Biasini, à Gassin dans le Var. La césarienne l'a épuisée : elle reste une année entière auprès de sa famille puis reprend à nouveau le chemin des plateaux de cinéma. Ses rapports avec son mari se dégradent dès 1979 : Romy est souvent absente en raison de son métier et Daniel Biasini sort beaucoup la nuit. Elle part alors en vacances au Mexique seule avec Sarah mais, pendant son séjour, un télégramme adressé le 15 avril 1979 lui annonce le suicide à Hambourg de Harry Meyen son ex-mari ; très affectée, elle rentre d'Acapulco pour assister aux obsèques.

Elle divorce de Daniel Biasini en février 1981. La même année, sous la direction de Jacques Rouffio, elle commence le tournage de La Passante du Sans-Souci, que plusieurs incidents vont interrompre à plusieurs reprises. En avril, sous l'emprise de l'alcool et de calmants, elle est contrainte de partir en cure à Quiberon. Elle s'y brise le pied gauche en sautant d'un rocher sur une plage, sous l'objectif du photographe Robert Lebeck. Le 23 mai, elle entre à l'hôpital américain de Neuilly pour une ablation du rein droit, à la suite de la détection d'une tumeur. Mais, par l'intermédiaire de Claude Berri, elle rencontre le producteur Laurent Pétin, célibataire, plus jeune qu'elle, avec lequel elle entame une relation amoureuse. Laurent Pétin lui redonne confiance et elle peut achever le tournage du film de Jacques Rouffio.

Le 5 juillet 1981, David, le fils de quatorze ans qu'elle a eu avec Harry Meyen, passe le dimanche à Saint-Germain-en-Laye chez les parents de Daniel Biasini, son ex-beau-père. L'après-midi, vers 16 h 30, il est de retour à la maison mais le portail, haut de deux mètres, est clos. Pour ne pas déranger sa famille, il escalade le mur d'enceinte comme il en a l'habitude, mais perd l'équilibre et, dans sa chute, tombe sur les pointes de métal de la grille : celles-ci lui perforent les intestins. Il meurt le soir même à l'hôpital. Des paparazzi, costumés en infirmiers, pénètrent dans le service funéraire pour photographier l'adolescent sur son lit de mort. Romy Schneider est anéantie : elle exprimera sa colère, près d’un an plus tard, dans une interview à Michel Drucker, diffusée dans l'émission Champs-Élysées en avril 1982 : « Que des journalistes se déguisent en infirmiers pour photographier un enfant mort… Où est la morale ? Où est le tact ? ».


Décès

Au matin du 29 mai 1982, Romy Schneider est retrouvée morte par son compagnon Laurent Pétin dans son appartement parisien du 11, rue Barbet-de-Jouy dans le 7e arrondissement. Elle avait 43 ans. La police retrouve sur son bureau une lettre inachevée, un mot d'excuse — sa fille ayant la rougeole — pour décommander une séance de photographie et d'interview, portant une longue rature montrant qu'elle a dû s'effondrer en l'écrivant. Sur le bureau on trouve de l'alcool et des médicaments. Le magistrat Laurent Davenas préfère classer l'affaire sans autopsie pour, dit-il, « qu'elle garde son secret avec elle ». Quant à savoir si elle s'est réellement suicidée par barbituriques, s'il s'agit d'un abus accidentel de ces produits ou d'une mort naturelle, le journaliste Guillaume Évin affirmera ultérieurement qu'« elle ne s'est pas suicidée… mais est morte de ses excès ».

Portant symboliquement une étoile de David autour du cou, elle est inhumée le 2 juin 1982 au cimetière de Boissy-sans-Avoir, commune de sa maison de campagne, achetée peu de temps auparavant. Le corps de son fils David, initialement enterré le 7 juillet 1981 à Saint-Germain-en-Laye, est transféré dans le caveau de sa mère.

À celle dont il dit qu'elle est le plus grand amour de sa vie, Alain Delon écrit sur un bout de papier : « Tu n'as jamais été aussi belle. Tu vois, j'ai appris quelques mots d'allemand pour toi : Ich liebe dich, meine Liebe. » (« Je t'aime, mon amour »). Alain Delon n'est pas présent le jour de l'inhumation, ayant préféré se recueillir quelques jours après dans une plus grande discrétion. La mère de Romy Schneider est elle aussi absente ; elle décèdera quatorze ans après sa fille.

L'un contre l'autre : c'est le titre du film qui devait réunir pour la quatrième fois à l'écran le couple Delon-Schneider : avec le décès de Romy, le projet est abandonné.

Le 22 février 2008, l'académie des César lui décerne à titre posthume un prix du souvenir à l'occasion du soixante-dixième anniversaire de sa naissance. Alain Delon monte sur scène pour le recevoir et demande une ovation en l'honneur de Romy.

De nombreux proches ont affirmé durant l'année 2012 que la mort de Romy Schneider était absolument naturelle et n'avait pas été causée par un abus de barbituriques et d'alcool, comme l’avait spécifié la presse à l'époque.

Ses meilleurs films

Le Cardinal (1963)
(Actrice)
Mam'zelle Cricri (1955)
(Actrice)
Sissi Impératrice (1956)
(Actrice)
L'important c'est d'aimer (1975)
(Actrice)
La Belle et l'empereur (1959)
(Actrice)
Les choses de la vie (1970)
(Actrice)

Le plus souvent avec

Source : Wikidata

Filmographie de Romy Schneider (62 films)

Afficher la filmographie sous forme de liste

Actrice

La passante du Sans-Souci, 1h50
Réalisé par Jacques Rouffio
Origine France
Genres Drame
Acteurs Romy Schneider, Michel Piccoli, Gérard Klein, Helmut Griem, Dominique Labourier, Mathieu Carrière
Rôle Elsa Wiener / Lina Baumstein
Note67% 3.3910953.3910953.3910953.3910953.391095
Lors d'une audience, Max Baumstein (Piccoli), président respecté d'une organisation humanitaire, abat froidement l'ambassadeur du Paraguay. Jugé, il explique son geste : l'ambassadeur était un ancien officier nazi, responsable de l'assassinat de sa famille.
Garde à vue, 1h24
Réalisé par Claude Miller
Origine France
Genres Drame, Thriller, Policier
Thèmes Assassinat, L'action se déroule en une journée
Acteurs Lino Ventura, Michel Serrault, Romy Schneider, Guy Marchand, Pierre Maguelon, Elsa Lunghini
Rôle Chantal Martinaud
Note77% 3.89253.89253.89253.89253.8925
Le corps d’une fillette, étranglée et violée, a été retrouvé dans les dunes. Huit jours plus tôt, on retrouve dans la même région une autre fillette ayant subi le même sort.
Fantôme d’amour, 1h36
Réalisé par Dino Risi
Origine Italie
Genres Drame, Horreur, Romance
Acteurs Romy Schneider, Marcello Mastroianni, Wolfgang Preiss, Eva Maria Meineke, Raf Baldassarre, Adriana Giuffrè
Rôle Anna Brigatti
Note66% 3.3491353.3491353.3491353.3491353.349135
Pavie, fin des années 1970. Nino Monti, un conseiller fiscal connu, paie la place de bus d'une femme à l'air misérable et malade qui n'avait pas la monnaie. Le soir même elle le rappelle pour lui rendre ses 100 lires, et se présente : Anna Brigatti, qui fut son grand amour de jeunesse. Nino est troublé. Il cherche à la revoir, il la pense toujours aussi jeune et belle que celle qu'il a connue. Cette Anna lui dit que la femme du bus était une vieille cousine à elle, à demi folle. Mais il apprend ensuite qu'Anna est morte quelques années auparavant. Il mène une enquête, voit ses certitudes s'effondrer.
La Mort en direct, 2h8
Réalisé par Bertrand Tavernier, Jean Achache
Origine France
Genres Drame, Science-fiction, Anticipation
Thèmes La télévision, Le futur, La téléréalité, Politique, Dystopique
Acteurs Romy Schneider, Harvey Keitel, Harry Dean Stanton, Thérèse Liotard, Caroline Langrishe, William Russell
Rôle Katherine Mortenhoe
Note67% 3.3929953.3929953.3929953.3929953.392995
Dans un futur proche où la science a réussi à vaincre les plus grandes maladies, Katherine Mortenhoe, écrivaine à succès, apprend qu'elle est atteinte d'une maladie incurable et qu'il ne lui reste plus que quelques semaines à vivre. Elle est contactée par une chaîne de télévision qui souhaite la filmer pour son émission La Mort en direct. Refusant l'offre, elle sera filmée à son insu par Roddy, cadreur, grâce à une micro-caméra implantée dans ses yeux.
La banquière, 2h11
Réalisé par Francis Girod, Régis Wargnier
Origine France
Genres Drame, Comédie, Comédie dramatique
Thèmes Sexualité, Bisexualité, Homosexualité, Escroquerie, LGBT, LGBT, Lesbianisme
Acteurs Romy Schneider, Marie-France Pisier, Claude Brasseur, Jean-Claude Brialy, Jean-Louis Trintignant, Daniel Auteuil
Rôle Emma Eckhert
Note62% 3.1432453.1432453.1432453.1432453.143245
Issue de milieu modeste, la jeune Emma Eckhert commence sa carrière comme employée dans la chapellerie familiale. En 1921, elle connaît ses premiers ennuis avec la justice en même temps qu'elle scandalise son entourage par son homosexualité. Son mariage avec Moïse Nathanson, un ami de la famille plus âgé qu'elle, ne l'empêche ainsi pas de poursuivre sa liaison avec Camille Sowcroft, la fille d'un bijoutier, qui l'aide à s'enrichir en lui avançant de l'argent qu'Emma fait rapidement fructifier par d'astucieuses opérations boursières. En 1929, Emma est devenue l'une des banquières les plus appréciées de Paris. Mais sa fulgurante réussite lui attire entre autres l'antipathie du puissant banquier Horace Vannister.
Liés par le sang, 1h52
Réalisé par Terence Young
Origine Allemagne
Genres Thriller, Policier
Acteurs Audrey Hepburn, Ben Gazzara, James Mason, Irène Papas, Claudia Mori, Michelle Phillips
Rôle Hélène Martin
Note48% 2.4097852.4097852.4097852.4097852.409785
Le PDG Samuel Roffe des Laboratoires Pharmaceutiques Roffe meurt au cours d’une escalade à Chamonix. Le conseil d’administration se réunit alors autour de son héritière, sa fille Elizabeth Roffe, divorcée, qui travaillait jusqu’alors dans un musée de New York. Hormis Rhys Williams, qui était le bras droit du PDG, ce sont les cousins Roffe qui siègent au conseil d’administration en Allemagne. Pour diverses raisons, ils sont tous confrontés à d’importants problèmes financiers et pressent Elizabeth de faire coter la société en bourse pour pouvoir mieux s’en défaire, prétextant des problèmes de gestion et un lourd passif. Elizabeth, bien que n’étant pas spécialiste, visite les différentes usines, étudie le fonctionnement et les comptes de la société et apprend par l’un des chercheurs maison, le docteur Joeppli, que la formule d’une nouvelle molécule révolutionnaire est sur le point d'être achevée. Grâce à cette information, elle reçoit l’appui des banquiers et décide de diriger le groupe avec l’aide de Rhys, au grand dépit des cousins. Parallèlement, l’inspecteur de police Max Hornung découvre que Sam Roffe a été assassiné.
Clair de femme, 1h45
Réalisé par Costa-Gavras
Origine France
Genres Drame
Thèmes Le suicide
Acteurs Romy Schneider, Yves Montand, Heinz Bennent, Jacques Dynam, Lila Kedrova, Romolo Valli
Rôle Lydia Tovalski
Note64% 3.2476753.2476753.2476753.2476753.247675
Michel erre dans les rues de Paris, se refusant à aller prendre son avion. Avant qu'il s'en aille, sa femme lui a dit qu'elle prendra les traits de la prochaine femme qu'il rencontrera. C'est alors que Michel rencontre Lydia, dont la souffrance ressemble à la sienne.
Une Histoire Simple, 1h47
Réalisé par Claude Sautet
Origine France
Genres Drame, Comédie dramatique, Romance
Thèmes La grossesse, Sexualité
Acteurs Romy Schneider, Bruno Cremer, Claude Brasseur, Arlette Bonnard, Sophie Daumier, Roger Pigaut
Rôle Marie
Note69% 3.485553.485553.485553.485553.48555
Divorcée et mère d'un adolescent, Marie a décidé de ne pas garder l'enfant qu'elle attend de Serge, son amant, dont elle souhaite se détacher. Parallèlement à ses propres difficultés, on découvre les soucis et les drames de ses amis - tel le suicide de Jérôme, menacé de licenciement.
Portrait de groupe avec dame, 1h47
Réalisé par Aleksandar Petrović
Origine France
Genres Drame, Historique, Romance
Thèmes Politique
Acteurs Romy Schneider, Brad Dourif, Michel Galabru, Vadim Glowna, Richard Münch, Milena Dravić
Rôle Leni Gruyten
Note59% 2.9556552.9556552.9556552.9556552.955655
De 1936 à 1966, trente ans de la vie tumultueuse d'une jeune femme, Leni Gruyten, à travers l'Allemagne nazie et la Seconde Guerre mondiale.
Mado
Mado (1976)
, 2h15
Réalisé par Claude Sautet, Jacques Santi
Origine France
Genres Drame, Comédie dramatique, Romance
Acteurs Michel Piccoli, Ottavia Piccolo, Julien Guiomar, Jacques Dutronc, Claude Dauphin, Charles Denner
Rôle Hélène
Note67% 3.3913253.3913253.3913253.3913253.391325
Simon Léotard, 49 ans, promoteur immobilier, la cinquantaine, vit avec son vieux père et n'a jamais voulu épouser Hélène, sa maîtresse. Il rencontre Mado, une prostituée dont il tombe amoureux sans vouloir se l'avouer. Le suicide de son associé et la découverte de ses malversations éclate comme un coup de tonnerre.
Une femme à sa fenêtre, 1h50
Réalisé par Pierre Granier-Deferre
Origine France
Genres Drame, Policier
Acteurs Romy Schneider, Philippe Noiret, Umberto Orsini, Joachim Hansen, Victor Lanoux, Carl Möhner
Rôle Margot Santorini
Note62% 3.149023.149023.149023.149023.14902
Rico et Margot Santorini ne s'aiment plus. Lui, play-boy vaguement diplomate, collectionne les aventures féminines ; Margot, belle, riche et courtisée est dans l'attente d'un grand amour. En cette année 1936, le monde décadent et sans âme de la grande bourgeoisie grecque n'offre guère d'occasions de vivre intensément comme le souhaiterait la romanesque Margot, qui cache sa véritable nature sous un masque de cynisme et de frivolité. Certes, il y a Raoul Malfosse, le plus assidu et le plus sympathique de ses soupirants ; mais il est semblable à ces nombreux industriels plus attachés à la réussite de leurs affaires qu'au sort du monde. Cette chaude nuit d'août, où de sa fenêtre Margot est le témoin d'une chasse à l'homme, va bouleverser la destinée de la jeune femme.
L'important c'est d'aimer, 1h49
Réalisé par Andrzej Żuławski
Origine France
Genres Drame, Romance
Thèmes Film traitant du cinéma, La télévision, Photographie
Acteurs Romy Schneider, Jacques Dutronc, Fabio Testi, Klaus Kinski, Claude Dauphin, Roger Blin
Rôle Nadine Chevalier
Note72% 3.6479553.6479553.6479553.6479553.647955
Un photographe rencontre une actrice de seconde zone qui, pour subsister, tourne des films pornographiques. Rencontre importante mais pas encore assez pour faire naître entre eux un lien véritable. Nadine éprouve d'ailleurs un attachement profond pour son mari, Jacques, gentil clown triste qui vit dans un monde intérieur et dont la fantaisie cache mal la détresse.
Le Vieux fusil, 1h43
Réalisé par Robert Enrico
Origine France
Genres Drame, Historique
Thèmes L'armée française, Sexualité, Le viol, Erotique, Rape and revenge, Politique, Auto-justice, Histoire de France, L'Occupation allemande en France
Acteurs Philippe Noiret, Romy Schneider, Jean Bouise, Joachim Hansen, Karl Michael Vogler, Robert Hoffmann
Rôle Clara Dandieu
Note76% 3.845913.845913.845913.845913.84591
Peu après le débarquement de Normandie, en juin 1944, l'histoire d'un médecin vengeant la mort de sa femme et de sa fille, sauvagement assassinées par un détachement de soldats SS stationnés dans le château du petit hameau où elles s'étaient réfugiées.
Les Innocents aux mains sales, 2h1
Réalisé par Claude Chabrol
Origine France
Genres Drame, Thriller, Policier
Thèmes La provence, Sexualité
Acteurs Romy Schneider, Rod Steiger, François Maistre, Hans Christian Blech, Jean Rochefort, Serge Bento
Rôle Julie Wormser
Note70% 3.543333.543333.543333.543333.54333
À Saint-Tropez, Wormser vit retiré des affaires avec sa femme, Julie, beaucoup plus jeune que lui. Cardiaque, il doit éviter les rapports sexuels et se saoule pour oublier sa frustration. Julie devient la maîtresse d'un écrivain. Les amants décident de tuer Wormser en camouflant sa mort en accident de canotage.
Le mouton enragé, 1h45
Réalisé par Michel Deville
Origine France
Genres Drame, Comédie, Comédie dramatique, Romance
Acteurs Jean-Louis Trintignant, Romy Schneider, Jean-Pierre Cassel, Jean-François Balmer, Jane Birkin, Florinda Bolkan
Rôle Roberte Groult
Note71% 3.5940653.5940653.5940653.5940653.594065
Nicolas Mallet est un modeste employé de banque résigné à la médiocrité sociale pour la sécurité que lui procure son emploi. Introverti et terne, avec l'assistance et sous les directives d'un ancien camarade de lycée, Claude Fabre, il va devenir un séducteur assuré, un arriviste opportuniste sans ambition définie. Aux lendemains de la crise du pétrole, le Bel Ami des années 70 connaît une remarquable ascension sociale, en s'appuyant exclusivement sur les femmes qu'il séduit presque sans le vouloir, tout en étant téléguidé par Fabre. Allant chercher le pouvoir auprès de ceux qui le régentent, sachant se rendre indispensable, il va réussir son ascension et favoriser celle de sa première conquête. Ce n'est qu'à la fin du film que l'on découvre les vraies raisons de l'attitude manipulatrice de Fabre.