Recherchez un film ou une personnalité :
FacebookConnexionInscription
Bertrand Tavernier est un Acteur, Réalisateur, Scénariste, Producteur et Assistant Director Français né le 25 avril 1941 à Lyon (France)

Bertrand Tavernier

Bertrand Tavernier
Si vous aimez cette personne, faites-le savoir !
Nationalité France
Naissance 25 avril 1941 (78 ans) à Lyon (France)

Bertrand Tavernier, né le 25 avril 1941 à Lyon, est un réalisateur, scénariste, producteur et écrivain français, président de l'Institut Lumière. Il est le père du réalisateur et comédien Nils Tavernier et de la romancière Tiffany Tavernier.

Fils de l'écrivain et résistant lyonnais René Tavernier, il fut d'abord assistant-réalisateur, attaché de presse et critique avant de passer à la mise en scène avec L'Horloger de Saint-Paul, film à la base d'une longue collaboration avec l'acteur Philippe Noiret (Que la fête commence, Le Juge et l'Assassin, Coup de torchon, La Vie et rien d'autre, La Fille de d'Artagnan) et son premier succès critique.

Éclectique, il a abordé plusieurs genres cinématographiques, de la comédie dramatique (Un dimanche à la campagne, Daddy Nostalgie) au film de guerre (Capitaine Conan) en passant par le film historique (Laissez-passer, La Princesse de Montpensier) ou le polar (L.627, L'Appât). Plusieurs de ses films ont été récompensés, en France et à l'étranger (dont Autour de minuit qui remporta un Oscar et fut nommé aux Golden Globes).

Biographie

Enfance et débuts
Le père de Bertrand Tavernier, René Tavernier, écrivain et fondateur de la revue Confluences, publia sous l'Occupation de grandes plumes comme Paul Éluard et Louis Aragon ; ce dernier vécut pendant la seconde guerre mondiale avec son épouse Elsa Triolet au-dessus du domicile des Tavernier. Selon Bertrand Tavernier, c'est pour sa mère que fut écrit l'un des plus beaux poèmes d’Aragon. C’est d'ailleurs Louis Aragon qui donna à Bertrand Tavernier l’occasion d’un très beau « coup de presse » en lui accordant d’écrire en 1965 un article sur Pierrot le fou de Jean-Luc Godard.

Ses parents quittent Lyon pour Paris en 1950 car René Tavernier est un mauvais gestionnaire et sa revue Confluences ne marche plus. Ils envoient leur jeune fils trois ans en pension à l'école Saint-Martin-de-France dirigée par la congrégation des Oratoriens où il fait l'expérience du sadisme et de l'humiliation. Après avoir réussi son baccalauréat à la seconde tentative, il entame des études de droit à la Sorbonne où il fonde avec des amis l’Étrave, revue d’étudiants sur le cinéma. Passionné de cinéma depuis l'âge de douze ans, il a notamment fréquenté la cinémathèque, fondé avec des amis en 1961 un ciné-club, le Nickel Odéon, pour promouvoir les genres dédaignés (westerns, films noirs, comédies musicales). Il commence à gagner sa vie en faisant des piges pour Télérama puis devient critique à Cinéma 59 ou 60.

Il fait ses débuts dans le cinéma comme assistant de Jean-Pierre Melville (Léon Morin, prêtre), expérience qu'il évoque dans le documentaire Sous le nom de Melville réalisé par Olivier Bohler.


Critique de cinéma
Cinéphile passionné, Bertrand Tavernier a écrit plusieurs ouvrages importants sur le cinéma américain notamment, donné de nombreuses conférences et participe régulièrement à des bonus DVD. Dans les années 1960, il fut l'un des premiers à aller interviewer des réalisateurs étrangers et à analyser thématiquement leurs filmographies. Outre les metteurs en scène connus, tels John Ford, Raoul Walsh ou John Huston, il contribua à faire connaître en France Delmer Daves, André De Toth ou Budd Boetticher (dont il programmait les films avec son ciné-club, le « Nickel Odéon ») et participa, entre autres avec Martin Scorsese, à la redécouverte de l’œuvre de Michael Powell. En outre, il engagea pour ses films des scénaristes français des années 1950 comme Jean Aurenche ou Pierre Bost.

Comme critique cinématographique, il collabore dans les années 1960 à plusieurs revues : Les Cahiers du cinéma, Cinéma, Positif, Présence du cinéma, etc.


Réalisateur et producteur
Il se démarque des réalisateurs de sa génération par la volonté de redonner une place primordiale à une narration passée à la trappe à la fin des années 1950. Il redonne ainsi leur chance à de grands scénaristes et dialoguistes restés sur le bord du chemin, principalement à Jean Aurenche et Pierre Bost (« bêtes noires », avec le réalisateur Claude Autant-Lara, de François Truffaut dans son article Une certaine tendance du cinéma français). Grand cinéphile, il fait redécouvrir des auteurs comme Jean-Devaivre dont il adaptera l'autobiographie dans son film Laissez-passer. Si son goût le porte parfois vers les « films à costumes », il ne s'éloigne jamais des préoccupations contemporaines et son art reste profondément enraciné dans notre époque.

Bertrand Tavernier exprime, au gré de ses films, son aversion contre les injustices, son engagement contre la guerre, le racisme, les côtés sombres du colonialisme, la peine de mort et son combat contre les travers de nos sociétés contemporaines : délinquance, violence, chômage, misères physique et affective, drogue, sida, etc.

Certains longs métrages plus apaisés ou nostalgiques sont, à plusieurs reprises, imprégnés de la figure du père ou du temps qui passe et que l'on ne peut retenir (Un dimanche à la campagne, Daddy nostalgie).

Pour le réalisateur, la musique n'est jamais comme plaquée et fait toujours corps avec l'image. Dans ses premiers films tout particulièrement, une importante scène musicale ponctue le film et annonce un drame imminent : un chanteur des rues (Le Juge et l'Assassin), la scène de la guinguette (Un dimanche à la campagne), etc.

Ses amitiés et fidélités professionnelles donnent aussi un ton à son cinéma : Aurenche et Bost mais aussi Alain et Philippe Sarde, Marc Perrone, Philippe Noiret, Philippe Torreton et, plus tard, Jacques Gamblin. De manière paradoxale, sa filmographie, aux sujets et aux traitements très divers, reste tiraillée entre sa défense pour un cinéma français fort et indépendant et sa fascination pour une certaine culture nord-américaine.

Producteur (sa société se nomme Little Bear production), il exerce aussi des activités associatives (président de l'Institut Lumière, à Lyon).


Vie privée

Bertrand Tavernier est le père de Nils Tavernier, également réalisateur, mais aussi comédien, et de la romancière Tiffany Tavernier, tous deux issus de son union avec Colo Tavernier. Il a connu au lycée Volker Schlöndorff, devenu depuis parrain de son fils.

Il est un hôte assidu de Sainte-Maxime, dans la villa familiale, depuis sa plus tendre enfance.

Ses meilleurs films

Quai d'Orsay (2013)
(Réalisateur)
La Princesse de Montpensier (2010)
(Réalisateur)
Autour de minuit (1986)
(Réalisateur)
La Fille de d'Artagnan (1994)
(Réalisateur)
La Mort en direct (1980)
(Réalisateur)
Coup de torchon (1981)
(Réalisateur)

Le plus souvent avec

Source : Wikidata

Filmographie de Bertrand Tavernier (37 films)

Afficher la filmographie sous forme de liste

Acteur

Voyage à travers le cinéma français
Réalisé par Bertrand Tavernier
Genres Documentaire
Thèmes Film traitant du cinéma, Documentaire sur le cinéma
Acteurs Bertrand Tavernier, André Marcon, Thierry Frémaux
Note75% 3.7746253.7746253.7746253.7746253.774625
Ce travail de citoyen et d’espion, d’explorateur et de peintre, de chroniqueur et d’aventurier qu’ont si bien décrit tant d’auteurs, de Casanova à Gilles Perrault, n’est-ce pas une belle définition du métier de cinéaste que l’on a envie d’appliquer à Renoir, à Becker, au Vigo de l’Atalante, à Duvivier, aussi bien qu’à Truffaut ou Demy. A Max Ophuls et aussi à Bresson. Et à des metteurs en scène moins connus, Grangier, Gréville ou encore Sacha, qui, au détour d’une scène ou d’un film, illuminent une émotion, débusquent des vérités surprenantes. Je voudrais que ce film soit un acte de gratitude envers tous ceux, cinéastes, scénaristes, acteurs et musiciens qui ont surgi dans ma vie. La mémoire réchauffe : ce film, c’est un peu de charbon pour les nuits d’hiver.
Quai d'Orsay, 1h53
Réalisé par Bertrand Tavernier
Origine France
Genres Comédie, Politique
Thèmes Mise en scène d'un animal, Politique, Mise en scène d'un chat, Mise en scène d'un mammifère
Acteurs Thierry Lhermitte, Niels Arestrup, Joséphine de La Baume, Raphaël Personnaz, Anaïs Demoustier, Julie Gayet
Rôle un journaliste TV (voix)
Note63% 3.191423.191423.191423.191423.19142
Un jeune diplômé de l'ÉNA, Arthur Vlaminck, est appelé à travailler au service du ministre des Affaires étrangères de droite, Alexandre Taillard de Worms.
Sous le nom de Melville, 1h16
Réalisé par Olivier Bohler
Origine France
Genres Documentaire
Thèmes Documentaire sur la guerre, Documentaire historique, Politique, Documentaire sur la Seconde Guerre mondiale
Acteurs Jean-Pierre Melville, Johnnie To, Masahiro Kobayashi, Masahiro Kobayashi, Pierre Grasset, Bertrand Tavernier
Rôle Lui-même
Note75% 3.753123.753123.753123.753123.75312
Sous le nom de Melville retrace le parcours de Melville pendant la Seconde Guerre mondiale et l'impact que cette expérience personnelle de la guerre et de la Résistance a eu sur l'ensemble de son œuvre de cinéaste, ainsi que, indirectement, sur celle de ses héritiers. Le film comporte des éléments d'entretiens avec des cinéastes comme Johnnie To ou Masahiro Kobayashi qui viennent éclairer a posteriori l'œuvre de Melville.
Laissez-passer, 2h50
Réalisé par Bertrand Tavernier
Origine France
Genres Drame, Guerre, Biographie, Historique
Thèmes Film traitant du cinéma, Mise en scène d'un scénariste, Histoire de France, L'Occupation allemande en France
Acteurs Jacques Gamblin, Denis Podalydès, Christian Berkel, Charlotte Kady, Marie Gillain, Olivier Gourmet
Rôle le narrateur
Note67% 3.3961653.3961653.3961653.3961653.396165
À Boulogne-Billancourt en 1943, parmi les épreuves dont un bombardement des usines Renault, la concurrence entre les industries cinématographiques française et allemande (la Continental) pour recruter les talents littéraires pour des scénarios.
Les demoiselles ont eu 25 ans, 1h4
Réalisé par Agnès Varda
Origine France
Genres Documentaire, Musical
Thèmes Film traitant du cinéma, Documentaire sur le monde des affaires, Documentaire sur le cinéma, Documentaire sur les films
Acteurs Mag Bodard, Françoise Dorléac, Agnès Varda, George Chakiris, Danielle Darrieux, Jacques Demy
Rôle Lui-même
Note68% 3.430153.430153.430153.430153.43015
C’est un documentaire en hommage à Jacques Demy et à son oeuvre Les Demoiselles de Rochefort, film qui fut tourné pendant l'été 1966. La ville de Rochefort organisa une grande fête en 1992 pour célébrer les 25 ans de la sortie du film en 1967. Profitant de l’occasion Agnès Varda a tourné ce documentaire en mêlant des plans du tournage de l’époque en 1966 par Varda elle-même, des extraits, des interviews d’acteurs et figurants Rochefortais qui ont participé au tournage du film.
La guerre sans nom
Réalisé par Bertrand Tavernier
Genres Documentaire
Thèmes L'armée française, La colonisation française, Documentaire sur la guerre, Documentaire historique, La guerre d'Algérie, Histoire de France
Acteurs Bertrand Tavernier
Rôle Narrateur
Note75% 3.7928953.7928953.7928953.7928953.792895
Entre 1954 et 1962, pres de 3 millions de jeunes Francais, appeles ou rappeles, ont fait une guerre qui ne voulait pas dire son nom. Trente ans apres, ceux qui n'ont jamais parle racontent.
Daddy Nostalgie, 1h45
Réalisé par Bertrand Tavernier
Origine France
Genres Drame
Acteurs Dirk Bogarde, Jane Birkin, Odette Laure, Charlotte Kady, Louis Ducreux, Bertrand Tavernier
Rôle Narrator (uncredited)
Note70% 3.539233.539233.539233.539233.53923
Caroline, scénariste d'origine irlandaise, descend dans une petite ville côtière du Var pour rendre visite à son père à l'hôpital. Elle passe alors quelques jours en compagnie de ses parents, et noue une complicité avec son père, trop souvent absent dans sa jeunesse.
Un dimanche à la campagne, 1h30
Réalisé par Bertrand Tavernier, Jean Achache
Origine France
Genres Drame
Thèmes Peinture
Acteurs Louis Ducreux, Michel Aumont, Sabine Azéma, Monique Chaumette, Geneviève Mnich, Jean-Roger Milo
Rôle le narrateur
Note77% 3.888933.888933.888933.888933.88893
Un dimanche de la fin d'été 1912. M. Ladmiral est un peintre sans réel génie, au crépuscule de sa vie. Depuis la mort de sa femme, il vit seul avec Mercédès, sa domestique. Comme tous les dimanches, il accueille Gonzague, son fils, un garçon rangé, épris d'ordre et de bienséance, accompagné de son épouse, Marie-Thérèse, et de leurs trois enfants, Émile, Lucien et Mireille. Ce jour-là, Irène, la sœur de Gonzague, jeune femme qui se libère en ce début de XX siècle, personne énergique et anticonformiste, vient bousculer ce paisible rituel, remettant en question les choix artistiques de son père.
Tout peut arriver
Réalisé par Philippe Labro
Origine France
Genres Drame, Comédie dramatique
Acteurs Jean-Claude Bouillon, Catherine Allégret, Prudence Harrington, Chantal Goya, Fabrice Luchini, André Falcon
Rôle un spectateur à la cinémathèque
Note60% 3.042443.042443.042443.042443.04244
De retour en France après quelques mois passés aux États-Unis, un journaliste part à la recherche de sa femme.
La Boulangère de Monceau, 26minutes
Réalisé par Éric Rohmer
Origine France
Genres Drame, Comédie dramatique, Romance
Acteurs Barbet Schroeder, Michèle Girardon, Bertrand Tavernier
Rôle la voix du narrateur
Note73% 3.694723.694723.694723.694723.69472
Au printemps, dans le quartier du parc Monceau, le narrateur, un étudiant en droit, prépare ses examens tout en fréquentant les cafés du quartier avec son camarade Schmidt. Il croise fréquemment une jeune femme élégante et blonde, Sylvie, qui lui plaît et à qui, pense-t-il non sans raison, il n'est pas indifférent. Il n'ose cependant pas l'aborder, malgré les encouragements réitérés de son ami. Un jour pourtant, ayant heurté la jeune femme par hasard, il engage la conversation et croit dès lors la rencontre bien engagée.

Réalisateur

Voyage à travers le cinéma français
Réalisé par Bertrand Tavernier
Genres Documentaire
Thèmes Film traitant du cinéma, Documentaire sur le cinéma
Acteurs Bertrand Tavernier, André Marcon, Thierry Frémaux
Note75% 3.7746253.7746253.7746253.7746253.774625
Ce travail de citoyen et d’espion, d’explorateur et de peintre, de chroniqueur et d’aventurier qu’ont si bien décrit tant d’auteurs, de Casanova à Gilles Perrault, n’est-ce pas une belle définition du métier de cinéaste que l’on a envie d’appliquer à Renoir, à Becker, au Vigo de l’Atalante, à Duvivier, aussi bien qu’à Truffaut ou Demy. A Max Ophuls et aussi à Bresson. Et à des metteurs en scène moins connus, Grangier, Gréville ou encore Sacha, qui, au détour d’une scène ou d’un film, illuminent une émotion, débusquent des vérités surprenantes. Je voudrais que ce film soit un acte de gratitude envers tous ceux, cinéastes, scénaristes, acteurs et musiciens qui ont surgi dans ma vie. La mémoire réchauffe : ce film, c’est un peu de charbon pour les nuits d’hiver.
Quai d'Orsay, 1h53
Réalisé par Bertrand Tavernier
Origine France
Genres Comédie, Politique
Thèmes Mise en scène d'un animal, Politique, Mise en scène d'un chat, Mise en scène d'un mammifère
Acteurs Thierry Lhermitte, Niels Arestrup, Joséphine de La Baume, Raphaël Personnaz, Anaïs Demoustier, Julie Gayet
Note63% 3.191423.191423.191423.191423.19142
Un jeune diplômé de l'ÉNA, Arthur Vlaminck, est appelé à travailler au service du ministre des Affaires étrangères de droite, Alexandre Taillard de Worms.