Recherchez un film ou une personnalité :
FacebookConnexionInscription
Agnès Varda est une Actrice, Réalisatrice, Scénariste, Co-Producer, Directeur de la Photographie, Monteur, Son et Cinématographie Française née le 30 mai 1928 à Ixelles (Belgique)

Agnès Varda

Agnès Varda
Si vous aimez cette personne, faites-le savoir !
Nom de naissance Arlette Varda
Nationalité France
Naissance 30 mai 1928 à Ixelles (Belgique)
Mort 29 mars 2019 (à 90 ans)
Fondateur de Ciné-Tamaris
Récompenses Commandeur de la Légion d'honneur‎, Grand-croix de l'ordre national du Mérite

Agnès Varda, née Arlette Varda le 30 mai 1928 à Ixelles (Belgique) et morte le 29 mars 2019 à Paris, est une photographe, réalisatrice de cinéma et plasticienne française.

Proche du mouvement dit de la Rive Gauche, contemporain de la Nouvelle Vague, Agnès Varda a notamment réalisé La Pointe courte (1955), Cléo de 5 à 7 (1962), Ulysse (1984, César du meilleur court métrage documentaire), Sans toit ni loi (1985, Lion d'or à la Mostra de Venise), Jacquot de Nantes (1991), Les Glaneurs et la Glaneuse (2000), Deux ans après (2002), Les Plages d'Agnès (2008, César du meilleur film documentaire) et Visages, villages (2017).

L'ensemble de son œuvre cinématographique est récompensé par un César d'honneur en 2001, par le prix René-Clair de l'Académie française en 2002, par une Palme d'honneur au Festival de Cannes 2015, par un Oscar d'honneur reçu en 2017 et par la Caméra de la Berlinale en 2019.

Biographie

Adolescence
Agnès Varda, née Arlette Varda le 30 mai 1928 à Ixelles (Belgique) d'un père grec et d'une mère française, grandit à Ixelles, rue de l'Aurore. A cause de la guerre, sa famille fuit la Belgique le 10 mai 1940 pour s'installer à Sète, où elle vit son adolescence, sur un bateau amarré à quai, qu'elle reconstituera le temps de quelques plans dans Les Plages d'Agnès.

Dans ce film autobiographique, elle affirme également avoir été prénommée Arlette en hommage à la ville d'Arles, où elle aurait été conçue, et avoir fait changer son prénom pour Agnès, en références à ses origines grecques, auprès d'un greffier, à l'âge de 18 ans.

Elle confie également avoir quatre frères et sœurs (Lucien et Hélène ses aînés, Jean et Sylvie ses cadets), et avoir fait une fugue de trois mois pour gagner en indépendance. Préparant longuement et méticuleusement son coup, elle affirme avoir fui en train jusqu'à Marseille, puis en Corse, et avoir travaillé sur des bateaux de pêche.


Études de photographie
Pendant la guerre, sa famille fuit Sète pour Paris, où elle passe son baccalauréat. Rentrant à Paris après sa fugue, elle étudie la photographie à l'École des beaux-arts et l'histoire de l'art à l'École du Louvre. Elle est ensuite engagée comme photographe pour les Galeries Lafayette et la SNCF. En 1951, elle achète une petite maison délabrée, au 86 rue Daguerre dans le 14ème arrondissement de Paris. Elle y installe un studio de photographe et développe elle-même ses photos.

Jean Vilar – dont elle connaît l'épouse, Andrée, depuis son adolescence sétoise – lui offre un emploi de photographe au Festival d'Avignon (à partir de 1948), puis au Théâtre national populaire, qu'il dirige alors. Elle y rencontre le comédien Antoine Bourseiller, avec qui elle entretiendra une relation. Le 28 mai 1958, Agnès Varda donne naissance à leur fille, Rosalie Varda, devenue costumière de cinéma. Antoine Bourseiller l'ayant quitté en apprenant sa grossesse, Agnès Varda élèvera sa fille seule, puis avec Jacques Demy.


Débuts au cinéma
L'été 1954, en s'inspirant de la structure des Palmiers sauvages de William Faulkner et avec l'aide d'une coopérative constituée pour l'occasion, elle tourne à Sète (Hérault) son premier long métrage de fiction, La Pointe Courte joué par Philippe Noiret et Silvia Monfort et monté par Alain Resnais. Ce film fera date. C'est un film « libre et pur », « miraculeux », écrira André Bazin. « Le premier son de cloche d'un immense carillon », prophétisera Jean de Baroncelli dans Le Monde.

Le film apporte un souffle de liberté dans le cinéma français, comme l'écrit la Revue belge du cinéma : « Tout le nouveau cinéma est en germe dans La Pointe courte — film d'amateur, tourné en 35 mm, avec des moyens de fortune, hors du circuit économique traditionnel. […] Chronique néo-réaliste d'un village de pêcheurs et dialogue d'un couple qui fait le point. Toutes les caractéristiques de la jeune école du cinéma se trouvent réunies dans La Pointe courte et Alain Resnais, qui en fut le monteur, n'a jamais caché l'influence que ce film a eu sur lui. »

Elle rencontre le réalisateur Jacques Demy, son futur époux, au Festival de Tours en 1958. L'année suivante, il s'installe chez elle, rue Daguerre. Ils seront les parents de Mathieu Demy, né le 15 octobre 1972. Par ailleurs, Jacques Demy adoptera Rosalie Varda. Dans Les plages d'Agnès (2008), la réalisatrice révèle qu'elle a quatre petits-fils : Valentin, Augustin, Corentin (enfants de Rosalie) et Constantin, fils de Mathieu, qui aura plus tard une fille, Alice, de son union avec Joséphine Wister Faure.


Révélation
En 1961, elle réalise Cléo de 5 à 7, un film sur une belle chanteuse qui erre dans Paris, se croyant mortellement malade. Puis, avec Les Créatures et Le Bonheur, son premier film en couleurs, elle produit d'autres films qui font d'elle, dans les années 1960, l'une des premières représentantes du jeune cinéma français. Aux côtés de la Nouvelle Vague, on parle plutôt, à son sujet, comme de Jacques Demy, de Chris Marker ou d'Alain Resnais, de cinéma de la « Rive gauche », afin de marquer une différence sociologique et politique.


Les États-Unis
Entre 1968 et 1970, elle séjourne à Los Angeles, où elle réalise un film hippie-hollywoodien, Lions Love, ainsi que plusieurs courts documentaires. De retour en France, elle tourne un film féministe et optimiste, L'une chante, l'autre pas, relatant le combat des femmes pour avoir des enfants désirés. Enceinte de son fils Mathieu, elle manifeste pour le droit à l'IVG en 1972, un an après avoir signé le manifeste des 343, et confie dans Les Plages d'Agnès qu'elle a prêté par deux fois sa maison pour des avortements clandestins.

Puis, repartie à Los Angeles entre 1979 et 1981, elle tourne un documentaire très remarqué sur les peintures murales, Mur murs, et une fiction inspirée de sa vie à Venice Documenteur. Durant son premier voyage, elle fait connaissance de Jim Morrison, chanteur du groupe The Doors ; ce dernier avait par ailleurs obtenu un diplôme en cinématographie à l'UCLA en 1965. Elle fut l'une des rares personnes à l'avoir vu mort chez lui et à avoir assisté à son enterrement au cimetière du Père-Lachaise.


Consécration et œuvres plus personnelles
En 1972, elle a pour ambition de réaliser un film sur les conditions des femmes intitulé Mon corps à moi, avec Delphine Seyrig dans le rôle principal. Ces féministes engagées ont toutes les deux signées le manifeste des 343 en 1971. Le film ne voit pas le jour mais son idée se concrétise dans L'une chante, l'autre pas sorti en 1977, dans lequel elle aborde la lutte pour le droit à l'avortement.

En 1983, elle est membre du jury des longs métrages du 40e Festival de Venise.

En 1985, Sans toit ni loi, mettant en vedette Sandrine Bonnaire, lui vaut le Lion d'or à la Mostra de Venise 1985. C'est également son plus grand succès en salle.

En 1987, elle filme les états d'âme de Jane Birkin, qui, venant de franchir la barre des 40 ans, vit de douloureux moments professionnels ; Varda en fait deux films de fiction : Jane B. par Agnès V. et Kung-Fu Master, aussi connu sous le titre du Petit Amour.

Se sachant mourant, Jacques Demy rédige ses mémoires, ce qui inspire à Agnès Varda l'idée de mettre en scène ses souvenirs. Elle écrit alors Jacquot de Nantes, une docu-fiction retraçant l'enfance de son époux, où se mêlent scènes reconstituées et archives de ses films. Le tournage, qui s'est organisé de façon à permettre la présence de Jacques Demy, se termine le 17 octobre 1990. Il décédera le 27 octobre, des suites du sida.

Après la mort de Jacques Demy, Agnès Varda lui rend hommage avec deux autres films, documentaires : Les demoiselles ont eu 25 ans et L’Univers de Jacques Demy. Avec sa boîte de productions Ciné-Tamaris, elle se lance également dans la restauration de l'intégralité des films de Jacques Demy et fait trier ses archives. Une décennie plus tard, elle supervise de loin leur sortie en DVD et coffrets.

En 1995, pour le centième anniversaire du cinéma, avec l'appui de nombreuses vedettes (parmi lesquels Michel Piccoli, Robert De Niro, Marcello Mastroianni, Julie Gayet, Catherine Deneuve ou encore Alain Delon), elle réalise Les Cent et Une Nuits de Simon Cinéma, une fantaisie faite de clins d'œil et de références au cinéma, mais qui est un échec.


Retour en force dans les années 2000

Les Glaneurs et la Glaneuse
Après avoir mis de côté le cinéma pendant quelques années, Agnès Varda revient en salle avec Les Glaneurs et la Glaneuse (2000), inspirée par un homme mangeant du persil qu'il a glané dans les restes d'un marché. Elle y raconte l'histoire du glanage, des peintures de Jean-François Millet à ce qu'elle appelle « glanage de rue », revenant notamment sur la législation française à ce sujet.

C'est également, pour elle, l'occasion de filmer les premières strates de sa vieillesse, et notamment ses mains.

Ce film est également motivé par une volonté de tester son dernier achat, une caméra numérique, qui lui permet de réaliser seule ce documentaire, à moindre frais, et d'être ainsi au plus près de ceux qu'elle filme. Elle adopte définitivement cette technique, et s'intéresse au montage de ses propres films (alors confié à des techniciens, comme Alain Resnais ou Sabine Mamou).

Le film est bien accueilli par les critiques et le public. Agnès Varda lui donne une suite deux ans plus tard, sous le titre Deux ans après.


Les Plages d'Agnès
A l'approche de ses 80 ans, Agnès Varda ressent le besoin de réaliser quelque chose pour passer ce cap. Elle réalise donc Les Plages d'Agnès, son autobiographie filmée, où elle retrace sa propre vie, personnelle et artistique, à travers notamment celle des autres. Le titre est issu d'un constat, qu'elle fait dès l'ouverture du film : « Si on ouvrait les gens, on trouverait des paysages. Moi, si on m'ouvrait, on trouverait des plages ».

Le film est un grand succès, et sera récompensé du César du meilleur documentaire en 2009.

En 2011, reprenant la lignée des Plages d'Agnès, elle réalise une série en six épisodes, Agnès de ci de là Varda, diffusée sur Arte. Elle y présente ses voyages à travers le monde pour présenter ses films, et revient sur ses amis artistes (dont Chris Marker et Manoel de Oliveira).

En parallèle, elle réalise les multiples suppléments pour la sortie du DVD de collection Cléo de 5 à 7 et Daguerréotypes, et orchestre la restauration de ses films, qui sortent progressivement en DVD et coffrets.


Carrière de Visual Artist
En 2003, sur l'invitation de la Biennale de Venise, elle organise une installation autour de la pomme de terre : trois écrans géants diffusent des films de patates germées, et 700 kg de vraies pommes de terre sont disposés à leurs pieds. Pour attirer les visiteurs vers son travail, Agnès Varda se promène dans les allées, déguisée en "patate sonore" (un costume de pommes de terre où ont été installés plusieurs haut-parleurs, diffusant les différentes sortes de pomme de terre existantes). L'installation est saluée par la critique.

Ayant fait son entrée dans le domaine de l'art plastique à 75 ans, elle se définissait comme une « vieille cinéaste, jeune plasticienne ».

En 2006, elle est invitée à investir la Fondation Cartier pour l'art contemporain dans une exposition qu'elle intitule L'Île et Elle, autour de l'île de Noirmoutier. L'exposition se compose du Passage du Gois (qui se compose notamment d'une barrière, qui ne s'ouvre qu'aux heures de la marée, et d'un rideau de plastique que le visiteur traverse) La Grande Carte Postale, Souvenirs de Noirmoutier, Le Tombeau de Zgougou (un film projeté au sol, sur du sable, qui présente la tombe de sa chatte Zgougou, recouverte de coquillages) et Ping Pong Tong et Camping (qui rend hommage aux objets en plastique que l'on utilise sur une plage, et à leurs couleurs). Elle y installe également sa première Cabane, à partir du film Les Créatures (film). Le film ayant été un échec commercial, elle surnomme cette cabane Ma cabane de l'échec. L'installation Les Veuves de Noirmoutier est également exposée, pour la seconde fois (la première étant en 2005).

En 2007, en hommage à Jean Vilar, elle expose ses photos du festival d'Avignon à la Chapelle Saint-Charles, dont certaines en très grand format.

En 2014, le LACMA lui laisse carte blanche pour une installation, intitulée Agnès Varda in Californialand.

En 2018, elle installe sa troisième cabane, La Serre du Bonheur, à la galerie Galerie Nathalie Obadia. La cabane est cette fois constituée de la pellicule complète du film Le Bonheur (film, 1965), de planches de bois et de faux tournesols. Sont également exposés un agrandissement de 27 photogrammes du film, la maquette de la cabane (faite en pellicule Super-8) et une arche, composée de boîtes de fer ayant servi pour entreposer les films d'Agnès Varda et de Jacques Demy.

Sa dernière exposition a lieu au domaine Chaumont, où elle expose trois œuvres : la Serre du Bonheur (2018), Trois pièces sur cour et L'arbre de Nini (2019). Le vernissage a lieu le 30 mars 2019, soit le lendemain de sa mort.


Reconnaissance de la profession
En 2005, elle est membre du jury des longs métrages au festival de Cannes 2005 et la Cinémathèque québécoise lui rend hommage avec une rétrospective filmographique et une exposition photographique.

Le 2 février 2009, elle reçoit un prix Henri-Langlois d'honneur pour l'ensemble de sa carrière, à l'occasion des Rencontres internationales du cinéma de patrimoine et de films restaurés de Vincennes.



Lors du Festival de Cannes 2013, elle est présidente du jury de la Caméra d'or.

Elle a reçu le Léopard d'honneur lors du 67e Festival international du film de Locarno.

En 2015, la palme d'honneur du festival de Cannes lui est décernée. Elle le reçoit comme un prix de « résistance et d'endurance », dit-elle dans son discours.

En 2016, le musée d'Ixelles (commune de sa naissance) organise une exposition en son honneur.

En Novembre 2017, elle obtient un Oscar d'honneur pour l'ensemble de sa carrière, remis par Angelina Jolie.


Dernières oeuvres
Juste après Cannes, un projet avec le photographe JR soulève la polémique. Leur projet au titre évocateur AV et JR deux artistes en goguette engendre incompréhension et critiques acerbes. Le projet, porté par des artistes reconnus, fait appel à la générosité publique par le biais de la plateforme de financement participatif KissKissBankBank — type de financement habituellement réservé au lancement de nouveaux artistes. Les médias qualifient le projet et sa démarche, au mieux de candides et maladroits, au pire de condescendants et démagogiques. Le projet débouche au final sur le long-métrage documentaire Visages, villages, qui reçoit L'Œil d'or (prix du documentaire) au festival de Cannes 2017 puis rencontre un accueil favorable à la fois critique et public lors de sa sortie au début de l'été de la même année.Le film est également nommé pour le César du meilleur documentaire, ainsi que l'Oscar du meilleur documentaire, en 2018.

Le 18 mars 2019, Arte diffuse son dernier long-métrage, Varda par Agnès, divisé en deux films d'une heure chacun. A partir des masterclass (qu'elle préfère appeler "causerie") qu'elle a données ces dernières années, notamment au festival Premiers Plans à Angers, la cinéaste revient en détails sur sa filmographie, et apporte un témoignage sur chacun de ses films.


Maladie et mort
Elle meurt chez elle, rue Daguerre à Paris, à l'âge de 90 ans, dans la nuit du 28 au 29 mars 2019, des suites d'un cancer.De nombreuses personnalités, françaises et internationales, réagissent à son décès en saluant son travail, comme Ava Duvernay ou Martin Scorsese. Le 2 avril, à 11 heures, un hommage public lui est rendu à la Cinémathèque française (qui avait organisé une rétrospective complète de ses films deux mois auparavant) en présence de sa famille et de ses proches, parmi lesquels de nombreuses personnalités dont Catherine Deneuve, Sandrine Bonnaire (qui incarnait Mona dans Sans toit ni loi), Dany Boon (qui a produit Varda par Agnès), JR (avec qui elle avait réalisé Visages, villages). Près de 650 personnes y assistent.

Elle est inhumée le même jour au cimetière du Montparnasse (14e arrondissement de Paris), auprès de son époux Jacques Demy. Ses obsèques ont également lieu en présence de ses proches, famille et amis, et de plusieurs centaines d'anonymes.

Ses meilleurs films

Sans toit ni loi (1985)
(Réalisatrice)
Le Dernier Tango à Paris (1972)
(Concepteur de dialogues)

Le plus souvent avec

Mathieu Demy
Mathieu Demy
(9 films)
Jacques Demy
Jacques Demy
(6 films)
Nurith Aviv
Nurith Aviv
(5 films)
Source : Wikidata

Filmographie de Agnès Varda (38 films)

Afficher la filmographie sous forme de liste

Actrice

Varda par Agnès, 1h55
Réalisé par Agnès Varda
Origine France
Genres Documentaire
Acteurs Agnès Varda, Sandrine Bonnaire, Nurith Aviv
Rôle Elle-même
Note78% 3.9443.9443.9443.9443.944
Agnès Varda prend place sur une scène de théâtre. Cette photographe professionnelle, artiste d'installation et pionnière de la Nouvelle Vague est une institution du cinéma français mais un féroce opposant à tout type de pensée institutionnelle. Dans ce film, elle offre un aperçu de son œuvre en utilisant des extraits de son travail pour illustrer - de manière plus associative que chronologique - ses visions et ses idées artistiques. Son discours vif, riche en anecdotes et intelligent est divisé en deux parties.
Visages, villages
Réalisé par Agnès Varda
Origine France
Genres Documentaire
Acteurs Agnès Varda
Rôle Elle-même
Note78% 3.947213.947213.947213.947213.94721
Agnès Varda et JR décident de sillonner la France des campagnes à bord de leur camion photomaton et, au fil des rencontres, les lieux croisés se couvrent des images des gens rencontrés, projetés sur les murs mêmes de leur habitat, comme par magie...
Great Directors, 1h30
Origine Etats-Unis
Genres Documentaire
Acteurs David Lynch, Todd Haynes, Stephen Frears, Agnès Varda, Catherine Breillat, Richard Linklater
Rôle Elle-même
Note63% 3.196543.196543.196543.196543.19654
Great Directors features interviews with Bernardo Bertolucci, David Lynch, Stephen Frears, Agnes Varda, Ken Loach, Liliana Cavani, Todd Haynes, Catherine Breillat, Richard Linklater and John Sayles.
Les Plages d'Agnès, 1h50
Réalisé par Agnès Varda
Origine France
Genres Drame, Biographie, Documentaire
Thèmes La mer, Transport, Documentaire sur le monde des affaires, Documentaire sur le cinéma, Documentaire sur une personnalité, Documentaire autobiographique
Acteurs Jacques Demy, Mathieu Demy, Agnès Varda, Jane Birkin, Yolande Moreau, Jim McBride
Rôle Elle-même
Note79% 3.994033.994033.994033.994033.99403
« Si on ouvrait les gens, on trouverait des paysages. Moi, si on m’ouvrait, on trouverait des plages. » (Agnès Varda).
La Vérité sur Charlie, 1h44
Réalisé par Jonathan Demme
Origine Etats-Unis
Genres Drame, Thriller, Comédie romantique, Policier, Romance
Acteurs Mark Wahlberg, Thandie Newton, Olga Sékulic, Tim Robbins, Françoise Bertin, Park Joong-hoon
Rôle The Widow Hyppolite
Note47% 2.352732.352732.352732.352732.35273
Après trois mois de mariage, Regina Lambert quitte Charlie, séducteur désinvolte au passé trouble, épousé sur un coup de tête, et dont elle ne sait pas grand-chose. Mais, à son retour de Martinique, la belle jeune femme découvre que ce dernier a été assassiné et que son appartement a été dévasté. Quant au compte en banque du couple, il est à sec. Regina, qui n'a rien de la veuve éplorée, est très choquée, d'autant que trois anciens complices de Charlie viennent lui réclamer une mallette pleine de diamants.
Les Glaneurs et la Glaneuse, 1h22
Réalisé par Agnès Varda
Origine France
Genres Documentaire
Thèmes Cuisine, La mondialisation, Documentaire sur la cuisine, Documentaire sur l'altermondialisme, Documentaire sur la société humaine
Acteurs Agnès Varda
Rôle Elle-même
Note76% 3.8469553.8469553.8469553.8469553.846955
Un peu partout en France, Agnès a rencontré des glaneurs et glaneuses, récupereurs, ramasseurs et trouvailleurs. Par nécessite, hasard ou choix, ils sont en contact avec les restes des autres. Leur univers est surprenant. On est loin des glaneuses d'autrefois qui ramassaient les épis de blé après la moisson. Patates, pommes et autres nourritures jetées, objets sans maître et pendule sans aiguilles, c'est la glanure de notre temps. Mais Agnès est aussi la glaneuse du titre et son documentaire est subjectif.
Les demoiselles ont eu 25 ans, 1h4
Réalisé par Agnès Varda
Origine France
Genres Documentaire, Musical
Thèmes Film traitant du cinéma, Documentaire sur le monde des affaires, Documentaire sur le cinéma, Documentaire sur les films
Acteurs Mag Bodard, Françoise Dorléac, Agnès Varda, George Chakiris, Danielle Darrieux, Jacques Demy
Rôle Elle-même
Note68% 3.4324553.4324553.4324553.4324553.432455
C’est un documentaire en hommage à Jacques Demy et à son oeuvre Les Demoiselles de Rochefort, film qui fut tourné pendant l'été 1966. La ville de Rochefort organisa une grande fête en 1992 pour célébrer les 25 ans de la sortie du film en 1967. Profitant de l’occasion Agnès Varda a tourné ce documentaire en mêlant des plans du tournage de l’époque en 1966 par Varda elle-même, des extraits, des interviews d’acteurs et figurants Rochefortais qui ont participé au tournage du film.
Jane B. par Agnès V., 1h45
Réalisé par Agnès Varda
Origine France
Genres Biographie, Documentaire, Fantasy, Film à sketches
Acteurs Jane Birkin, Jean-Pierre Léaud, Philippe Léotard, Alain Souchon, Serge Gainsbourg, Laura Betti
Rôle elle-même
Note71% 3.586383.586383.586383.586383.58638
Portrait de l'actrice britannique Jane Birkin sous forme de collage d'entretiens et de sketches. Un exemple original et recherché de film biographique.
Daguerréotypes, 1h20
Réalisé par Agnès Varda
Origine Allemagne
Genres Documentaire
Acteurs Agnès Varda
Rôle narratrice
Note74% 3.731123.731123.731123.731123.73112
« Daguerréotypes n'est pas un film sur la rue Daguerre, pittoresque rue du 14e arrondissement, c'est un film sur un petit morceau de la rue Daguerre, entre le n 70 et le n 90, c'est un documentaire modeste et local sur quelques petits commerçants, un regard attentif sur la majorité silencieuse, c'est un album de quartier, ce sont des portraits stéréo-daguerréotypés, ce sont des archives pour les archéo-sociologues de l'an 2975. C'est mon opéra-Daguerre. »
Lions Love
Lions Love (1969)
, 1h50
Réalisé par Agnès Varda
Origine Etats-Unis
Genres Drame, Comédie
Thèmes Film traitant du cinéma
Acteurs Viva, Shirley Clarke, James Rado, Eddie Constantine, Peter Bogdanovich, Agnès Varda
Rôle (Non crédité)
Note60% 3.0052553.0052553.0052553.0052553.005255
Le film s'ouvre sur les acteurs Billie Dixon et Richard Bright interprétant Jean Harlow et Billy the Kid dans la pièce The Beard de Michael McClure.
Les demoiselles de Rochefort, 2h
Réalisé par Jacques Demy
Origine France
Genres Drame, Comédie, Comédie musicale, Musical, Romance
Thèmes Féminisme, La musique, Musique, Jumeaux ou jumelles
Acteurs Catherine Deneuve, Françoise Dorléac, Michel Piccoli, George Chakiris, Gene Kelly, Jacques Perrin
Rôle Music-Loving Nun
Note76% 3.848213.848213.848213.848213.84821
Le film commence par l'arrivée un beau matin d'été sur la route d'Echillais d'une caravane de forains composée de cinq motos, deux cavaliers sur des chevaux blancs, et de quatre camions bleus transportant des bateaux et du matériel pour la kermesse, dirigés par Étienne au volant et par son mécanicien Bill, traversant la Charente grâce à la nacelle du pont transbordeur du Martrou. La caravane entre ensuite en ville et les forains viennent s'installer sur la place Colbert de Rochefort pour monter une foire commerciale qui va créer une animation inhabituelle.
Toute la mémoire du monde, 21minutes
Réalisé par Alain Resnais
Origine France
Genres Documentaire
Acteurs Agnès Varda, Jacques Dumesnil, Lucia Bosè
Note78% 3.9305853.9305853.9305853.9305853.930585
L'organisation au sein de la Bibliothèque Nationale, mémoire du monde.

Réalisatrice

Varda par Agnès, 1h55
Réalisé par Agnès Varda
Origine France
Genres Documentaire
Acteurs Agnès Varda, Sandrine Bonnaire, Nurith Aviv
Note78% 3.9443.9443.9443.9443.944
Agnès Varda prend place sur une scène de théâtre. Cette photographe professionnelle, artiste d'installation et pionnière de la Nouvelle Vague est une institution du cinéma français mais un féroce opposant à tout type de pensée institutionnelle. Dans ce film, elle offre un aperçu de son œuvre en utilisant des extraits de son travail pour illustrer - de manière plus associative que chronologique - ses visions et ses idées artistiques. Son discours vif, riche en anecdotes et intelligent est divisé en deux parties.
Visages, villages
Réalisé par Agnès Varda
Origine France
Genres Documentaire
Acteurs Agnès Varda
Note78% 3.947213.947213.947213.947213.94721
Agnès Varda et JR décident de sillonner la France des campagnes à bord de leur camion photomaton et, au fil des rencontres, les lieux croisés se couvrent des images des gens rencontrés, projetés sur les murs mêmes de leur habitat, comme par magie...