Recherchez un film ou une personnalité :
FacebookConnexionInscription
Danielle Darrieux est une Actrice Française née le 1 mai 1917 à Bordeaux (France)

Danielle Darrieux

Danielle Darrieux
Si vous aimez cette personne, faites-le savoir !
Nom de naissance Danielle Yvonne Marie Antoinette Darrieux
Nationalité France
Naissance 1 mai 1917 à Bordeaux (France)
Mort 17 octobre 2017 (à 100 ans)

Danielle Darrieux, née le 1er mai 1917 à Bordeaux (Gironde) et morte le 17 octobre 2017 à Bois-le-Roi dans l'Eure, est une actrice et chanteuse française.

Au cours d'une des plus longues carrières cinématographiques — 110 films sur huit décennies —, elle a traversé l’histoire du cinéma parlant de 1931 à 2010.

Au début de sa carrière, Danielle Darrieux passe des rôles de jeunes filles ingénues dans des comédies musicales, à ceux de jeunes filles romantiques de drames historiques (Marie Vetsera de Mayerling en 1936, Catherine Yourevska de Katia en 1938). On la voit ensuite notamment dans les mélodrames et les comédies d’Henri Decoin, dont Abus de confiance (1938), Retour à l'aube (1938), Battement de cœur (1939), Premier rendez-vous (1941), La Vérité sur Bébé Donge (1952) et surtout les films de Max Ophüls, qui, après la bourgeoise de La Ronde, lui fera jouer une prostituée dans Le Plaisir et Madame de....

La comédienne mène également une carrière internationale, qui la conduira en Italie, au Royaume-Uni, et aux États-Unis où elle tourne pour Universal Studios, la MGM et United Artists. Vingt ans avant Brigitte Bardot, cette comédienne imposait ses initiales : DD.

Biographie

Enfance
Née au sein d’une famille de mélomanes, Danielle Darrieux voit le jour à Bordeaux mais passe son enfance à Paris. Son père Jean Darrieux, bordelais, est ophtalmologue ; sa mère Marie-Louise Darrieux-Witkowski qui a des ascendances alsaciennes, polonaises et provençales (familles Witkowski, Boitel, Ehrenpfort, Bez, Guigues, Imbert), est une célèbre cantatrice. Elle a un frère cadet, Olivier (1921-1994), qui deviendra lui aussi acteur.

La mort prématurée de son père d'une crise cardiaque, alors qu'elle n'a que sept ans, contraint sa mère à donner des leçons de chant pour subsister. Danielle Darrieux en retire très tôt un goût prononcé pour la musique. Elle est dotée d’une voix menue, mais juste et claire. Elle prend également des cours de violoncelle et de piano, puis, à quatorze ans, entre en classe de violoncelle au Conservatoire national supérieur de musique de Paris.


Débuts
Par l’intermédiaire du mari d’une élève de sa mère, Marie Serta, elle apprend que deux producteurs, Delac et Vandal, recherchent une héroïne de treize ou quatorze ans pour leur prochain film. Elle se présente aux studios d’Épinay et fait des essais qui se révèlent concluants. Elle débute à 14 ans dans Le Bal (1931) de Wilhelm Thiele et, séduisant les producteurs par son allant et sa spontanéité, elle obtient immédiatement un contrat de cinq ans. Ne pensant pas alors exercer le métier d'actrice, elle n'a jamais pris de cours d'art dramatique, préférant entrer à l'École commerciale, puis prendre des cours de dessin à l'académie Julian tout en continuant à jouer du violoncelle, son « violon d'Ingres ».

Sa carrière commence avec des rôles de gamine facétieuse et fantasque aux côtés d'acteurs populaires du cinéma français d'avant-guerre : Jean-Pierre Aumont, Henri Garat, Pierre Mingand et surtout Albert Préjean avec qui elle forme, en six films, le couple de charme des comédies musicales françaises des années 1930 (La crise est finie, Dédé, Quelle drôle de gosse, etc.). Elle tourne dans plusieurs productions franco-allemandes de l'entre-deux-guerres, allant de Paris à Berlin et parfois à Prague et à Budapest. Dès son premier film, elle chante et interprète, dans bon nombre de ses films (bien souvent dans des compositions de Georges Van Parys), des chansons populaires qui deviendront des succès : La crise est finie, Un mauvais garçon, Une charade et Premier rendez-vous.

Durant cette période, elle a aussi tourné dans le film Mauvaise Graine (1933), réalisé par un scénariste autrichien exilé, fuyant l’Allemagne nazie, Wilhelm Wilder, et tourné dans les rues de Paris en décors naturels. « C’était une sorte de film d’avant-garde » dira Wilder.

Elle devient, en 1935, l'épouse du réalisateur Henri Decoin, rencontré un an plus tôt lors du tournage de L'Or dans la rue. Il lui fait tourner des comédies comme J'aime toutes les femmes, Le Domino vert, Mademoiselle ma mère, etc.


On la surnomme alors « la fiancée de Paris » et elle rencontre déjà le succès : « Le succès, c’est un mystère, j’ai réussi peut-être parce que mon personnage n’était pas courant sur les écrans : je veux dire par là que je n’étais simplement qu’une jeune fille, alors que les autres gamines de quatorze ans jouaient déjà à la vamp. »



Toujours en 1935, Anatole Litvak lui offre un rôle plus dramatique : dans Mayerling, elle interprète une fragile et touchante comtesse Marie Vetsera aux côtés de Charles Boyer, déjà star en Amérique du Nord. Le film connaît un succès mondial qui lui ouvre les portes d’Hollywood : elle signe un contrat de 7 ans avec les studios Universal. Accompagnée de son mari, elle s’embarque pour Hollywood à bord du Normandie et tourne son premier film américain en 1938, La Coqueluche de Paris avec Douglas Fairbanks Jr.. Nino Frank, journaliste, déclare : « Danielle Darrieux débute à Hollywood et elle le fait avec une grâce extrêmement nuancée, un charme dépourvu de timidité, un talent qui enchante parce qu’elle est à l’aise et ne le brandit pas comme un drapeau. » Mais très vite elle s’ennuie à Hollywood et préfère casser son contrat pour rentrer en France.

Entre-temps, Danielle Darrieux a déjà tourné un film de Maurice Tourneur, Katia qui exploite le succès et la magie de Mayerling.
Henri Decoin confirmera également le talent dramatique de Danielle Darrieux avec Abus de confiance et Retour à l'aube, et surtout, profitant de son expérience acquise aux États-Unis, il tourne Battement de cœur.

Danielle Darrieux déclare à propos de Henri Decoin :


« … J’ai toujours eu une absolue confiance en lui et je lui ai obéi en tout. Sans ses conseils, son flair et son appui, je serais sans aucun doute restée une jolie fille chantant et bêtifiant dans des productions mineures et j’aurais probablement quitté le métier assez rapidement. Il a su me mettre en valeur et me persuader que je pouvais jouer de grands rôles dramatiques. Il a même écrit pour moi, m’imposant ainsi dans un emploi où personne ne m’imaginait et ne me voulait. Il m’encourageait quand je perdais confiance ou quand je voulais abandonner. C’est à lui et à lui seul, que je dois d'être ce que je suis devenue. »

Les trois derniers films de Decoin sont des succès et Darrieux est l’une des vedettes les plus populaires du moment.


« … Le public plébiscite, ovationne Danielle Darrieux. Les femmes portent à son instar des cravates, des jupes souples, les cheveux ondulés et libres sur les épaules… N’est-elle pas (sondage de La Cinématographie française) la plus populaire des vedettes ? N’est-elle pas copiée par toutes les jeunes femmes et jeunes filles qui voudraient posséder son aisance, sa joyeuseté, son élégance jamais tapageuse, toujours dans le vent ? »

Darrieux tourne un nouveau film avec Decoin, Coup de foudre, mais la guerre est déclarée et le film interrompu restera inachevé. Elle séjourna avec lui dans une villa de style basque de Saint-Palais-sur-Mer (près de Royan, en Charente-Maritime) qui surplombe la plage de Nauzan.


Les années de guerre
Divorcée d’Henri Decoin en 1941, avec qui elle conservera toujours des relations amicales, Danielle accepte, la même année, de tourner dans Premier rendez-vous pour la Continental.


« Comme j’avais – à l’instar de beaucoup de mes camarades – tourné en Allemagne avant la guerre, je n’avais pas une idée bien précise de ce que représentait cette compagnie. »

Le film et la chanson-titre connaissent un succès énorme.

Elle se remarie en 1942 avec Porfirio Rubirosa, « en prévenance du Tout-Vichy », rencontré dans le Midi de la France, ambassadeur de la République dominicaine, qui sera soupçonné d’espionnage contre l’Allemagne au point d’y être interné. Alfred Greven, directeur de la Continental, fait subir des pressions à Danielle Darrieux au point d’exiger d’elle, si elle ne veut pas que « la personne qui lui était chère eût de gros ennuis », de tourner deux autres films, Caprices et La Fausse Maîtresse, pour la compagnie, qui sont des succès, mais quitte ensuite un temps le cinéma.

Elle fait également partie du voyage à Berlin en mars 1942 (dans ce qui sera appelé le « train de la honte ») en compagnie d’autres acteurs français sous contrat avec la Continental dont Albert Préjean, René Dary, Suzy Delair, Junie Astor et Viviane Romance. Dans un documentaire diffusé sur Arte au début des années 1990, elle déclarait qu’elle n'était partie en Allemagne, qu'après un accord avec les Allemands, en ayant l'assurance de rencontrer son mari Porfirio Rubirosa qui y était incarcéré. On lui reprochera cependant ce voyage par la suite.

Une fois son mari libéré, elle rompt son contrat avec la Continental et passe la fin de la guerre en résidence surveillée à Megève puis, sous un faux nom, dans la région parisienne. Elle n'est que peu inquiétée à la Libération, notamment grâce au statut diplomatique de son époux.


L'après-guerre

Après trois ans d’interruption, Danielle Darrieux revient à l’écran décidée à tourner la page des rôles de jeunes filles écervelées de ses débuts.

Après quelques années un peu grises, elle se remarie une troisième et dernière fois le 1er juin 1948 avec Georges Mitsinkidès avec qui elle adopte son unique fils Mathieu, et commence une seconde carrière.

Jean Cocteau avait envisagé, quelques années plus tôt, d’adapter La Princesse de Clèves avec Danielle. Après quelques films mineurs, il fait appel à elle pour interpréter la reine d’Espagne dans Ruy Blas (1948) de Pierre Billon avec Jean Marais. Mais c’est Claude Autant-Lara qui, l’employant différemment, lui donne l’occasion de renouer avec le succès avec trois films, un vaudeville Occupe-toi d'Amélie (1949), où elle joue une femme entretenue de la Belle Époque, dans Le Bon Dieu sans confession (1953) où, rouée et ambiguë, elle interprète la garce assumée et Le Rouge et le Noir.

À nouveau, Henri Decoin la sollicite et l’impose dans un rôle très noir dans La Vérité sur Bébé Donge (1952) avec Jean Gabin où elle incarne une épouse aimante et bafouée qui devient une meurtrière statufiée. Elle fera deux autres films avec Decoin, un polar, Bonnes à tuer, et un film historique, L'Affaire des poisons, où elle incarne Madame de Montespan.

Dans les années 1950, elle retrouve Hollywood pour quelques films. Elle chante et danse dans une comédie musicale aux côtés de Jane Powell dans Riche, jeune et jolie. Elle est choisie par Joseph Mankiewicz pour incarner la comtesse Anna Slaviska dans L'Affaire Cicéron avec James Mason, elle joue également la mère de Richard Burton (pourtant son cadet de 7 ans seulement) dans Alexandre le Grand (1956) de Robert Rossen.



Un grand directeur d’actrices va exploiter son talent de tragédienne et, revenu de son exil américain, Max Ophüls fait de Darrieux, au début des années 1950, son égérie.

Elle tourne dans trois films majeurs : La Ronde (1951) où elle incarne une épouse infidèle que ni son mari ni son amant ne parviennent à satisfaire ; Le Plaisir (1952) et surtout Madame de... Film qui commence comme une comédie légère et sombre dans le drame. Danielle Darrieux y est comparée à Dietrich et à Garbo.

Karl Guérin écrira sur cette collaboration :


« … de La Ronde au Plaisir, du Plaisir à Madame de…, les personnages interprétés par Danielle Darrieux découvrent la réalité du masque social dont ils finissent par être les victimes. Errant au milieu de tous les bonheurs possibles et jamais réalisés, celle qui fut la plus célèbre ingénue du cinéma français semble de film en film découvrir avec naïveté et étonnement l’univers des sensations et des passions. Parvenir à animer d’un frémissement ce visage et ce corps si ordinairement élégants, parvenir à attirer à la lumière du jour un peu de la femme dissimulée derrière l’image frivole et rassurante chère à l’actrice : voilà l’indice d’un certain plaisir ophulsien dont Danielle Darrieux fut plus que tout autre la victime consentante. »

Elle tourne aussi avec les plus grands acteurs de l’époque, tels Jean Gabin, Jean Marais, Jeanne Moreau, Bourvil, Fernandel, Michèle Morgan… Elle donne également la réplique à Gérard Philipe dans deux adaptations de classiques de la littérature, en amoureuse éplorée dans Le Rouge et le Noir (1954) de Claude Autant-Lara d’après Stendhal et en femme d’affaires mêlant autorité et séduction dans Pot-Bouille (1957) de Julien Duvivier d’après Zola, deux énormes succès.

Sous la direction de Duvivier, elle est entourée d’acteurs comme Paul Meurisse, Lino Ventura, Serge Reggiani, Bernard Blier… dans un huis clos dramatique, Marie-Octobre (1959), dans lequel elle incarne une résistante. Elle tournera encore avec Marcel L'Herbier, Sacha Guitry, Christian-Jaque, Marc Allégret, Henri Verneuil, etc.

En 1954, Danielle Darrieux achète et s'installe dans l'île déserte de huit hectares de Stibiden.


Les années 1960 et 1970
La nouvelle vague la fait tourner, Claude Chabrol dans Landru (1962) dans le petit rôle d'une victime assassinée (qui n'est guère concluant) et Jacques Demy lui offre le rôle de la mère de Françoise Dorléac et Catherine Deneuve dans Les Demoiselles de Rochefort (1967). Elle reste, dans cette comédie musicale, la seule comédienne non doublée au chant.

Parallèlement, elle retourne au théâtre. Après avoir fait ses débuts en 1937 dans une pièce d’Henri Decoin Jeux dangereux et quelques pièces au cours des deux décennies suivantes (Sérénade à trois de Noël Coward, Faisons un rêve de Sacha Guitry…), Françoise Sagan, scénariste du Landru de Chabrol, lui offre un rôle en or en 1963, dans La Robe mauve de Valentine.

Dominique Delouche, jeune cinéaste, la sollicite pour deux films, Vingt-quatre heures de la vie d'une femme (1968), un film que Max Ophüls voulait déjà tourner avec elle et Divine (1975), une comédie musicale.


Elle fit aussi un tour de chant en 1967. À partir des années 1970, Danielle Darrieux partage équitablement sa carrière entre théâtre, télévision et cinéma. Une de ses fiertés théâtrales est d’avoir joué et chanté en anglais à Broadway en 1970, dans la comédie musicale Coco interprétant le rôle de Coco Chanel qui avait été joué auparavant par son idole Katharine Hepburn. La critique new-yorkaise salua sa performance. « […] Je reprenais le rôle de Coco Chanel, que Katharine Hepburn, mon idole, avait tenu durant sept mois […] C’est la seule personne à qui j’ai demandé un autographe. Je l’adorais. À mes yeux, il n’y avait personne de plus talentueux qu’elle. Dès mon arrivée à New York, elle a été adorable. Elle m’a emmenée dîner chez elle et m’a offert deux tailleurs Chanel. « Je ne m’habille jamais comme ça », m’a-t-elle expliqué. « Moi non plus ! », lui ai-je répondu. On était parfaites pour ce rôle toutes les deux ! »

Les années 1980
À Demy, en 1982, elle a précisé : « Je suis un instrument, il faut savoir jouer de moi, alors on sait en jouer ou on ne sait pas. » « Un instrument, oui, rétorquera Demy, mais un Stradivarius. ». Jacques Demy reprend alors le projet d’un film abandonné sept ans plus tôt, Une chambre en ville. Apprenant cela, Danielle Darrieux contacte le réalisateur, démarche qu’elle n’avait jamais entreprise pour aucun film, en espérant interpréter la baronne Margot Langlois, rôle prévu auparavant pour Simone Signoret. Demy, qui s’était toujours promis de retrouver l’actrice, n’osait pas la solliciter pour incarner le rôle d’une alcoolique. Danielle Darrieux effectue son retour pour ce film, un drame social entièrement chanté (seule elle et Fabienne Guyon chantent avec leur propre voix), succès critique mais échec public.

Paul Vecchiali la dirige dans En haut des marches (1983). Elle y incarne le premier rôle d’une institutrice, très proche de la propre mère du cinéaste, qui revient à Toulon quinze ans après la guerre et affronte les souvenirs liés à la mort de son mari, accusé de collaboration et assassiné à la Libération. Elle y chante trois chansons. Danielle Darrieux avait déjà fait une apparition dans son premier film Les Petits drames et le retrouvera plus tard dans un téléfilm de 1988 avec Annie Girardot, Le Front dans les nuages.

André Téchiné, après un projet avorté Les Mots pour le dire, parvient à réunir Catherine Deneuve et Danielle Darrieux dans Le Lieu du crime (1986).

Par la suite, Benoît Jacquot lui donne le rôle d'une vieille excentrique qui veut venger la mort de son amie dans Corps et biens, Claude Sautet la hisse en directrice d’une chaîne de magasins, mère de Daniel Auteuil dans Quelques jours avec moi, elle retrouve deux amies complices de toujours, Micheline Presle et Paulette Dubost, dans Le Jour des rois.


Les années 2000
Danielle Darrieux redouble d’activité dans les années 2000, outre le succès au théâtre avec Oscar et la Dame rose, François Ozon lui fait tourner son 106e film, qui marque ses soixante-dix ans de carrière, et en fait l'une des suspectes de Huit Femmes. Mère de Catherine Deneuve pour la troisième fois, elle y chante le poème d'Aragon mis en musique par Georges Brassens, Il n'y a pas d'amour heureux.

En 2006, Danielle Darrieux joue un premier rôle dans Nouvelle chance d'Anne Fontaine aux côtés d'Arielle Dombasle et à 90 ans elle est la victime du film L'Heure zéro adaptation d’un roman d’Agatha Christie. En 2007, elle donne sa voix à la grand-mère de Marjane dans le film d’animation Persepolis. En 2008, elle prévoit de remonter une dernière fois sur scène pour jouer La Maison du lac au côté de Jean Piat mais une chute lors des dernières répétitions l'amène à renoncer à ce projet. En 2009, à 92 ans, elle accepte de tourner dans le nouveau film de Denys Granier-Deferre intitulé Une pièce montée aux côtés de Jean-Pierre Marielle.


Fin de vie
Danielle Darrieux entre dans le cercle des actrices centenaires le 1er mai 2017, rejoignant Renée Simonot (mère de Catherine Deneuve, née en 1911), Gisèle Casadesus (1914-2017) et Olivia de Havilland (née en 1916). Aveugle, un peu diminuée mais en bonne santé, l’actrice meurt le 17 octobre 2017 à 13 heures des suites d'une chute à son domicile de Bois-le-Roi (Eure), à l’âge de 100 ans. Ses obsèques ont lieu en l’église Saint-Jean-Baptiste de cette commune le 25 octobre 2017, en présence notamment de Dominique Lavanant. Elle est inhumée dans le cimetière de Marnes-la-Coquette.


Vie privée
En 1935, Danielle Darrieux épouse le cinéaste Henri Decoin (mort en 1969). Ils divorcent en 1941.

Le 18 septembre 1942, elle épouse à la mairie de Vichy Porfirio Rubirosa, un diplomate dominicain (mort en 1965), rencontré à l'hôtel de Lamballe. Cette noce célébrée dans la discrétion dans la capitale du régime de Pétain continue de porter son lot d’ambiguïtés que l’actrice a toute sa vie durant réfuté. Le couple s'installe en résidence surveillée à Megève, en Haute-Savoie, jusqu'à la fin de la guerre et divorce en 1947.

Après une liaison avec le comédien Pierre-Louis, elle épouse le 1er juin 1948 le scénariste Georges Mitsinkidès (mort en 1991). Ils adoptent un garçon, Mathieu. Celui-ci meurt en 1997 à l'âge de 40 ans. Mathieu était marié depuis 1985 à Sylvie Poiret, la fille de Jean Poiret et de l'écrivaine Françoise Dorin. Ensemble, ils ont eu deux enfants, Thomas et Julien.

Vers 1994, elle rencontre Jacques Jenvrin, de vingt ans son cadet. Elle vit avec lui entre une villa de Larmor-Baden (Morbihan) et une maison de Bois-le-Roi (Eure).

Ses meilleurs films

8 femmes (2002)
(Actrice)
Persepolis (2007)
(Actrice)
Katia (1938)
(Actrice)
Les lions sont lâchés (1961)
(Actrice)
Patate (1964)
(Actrice)
Napoléon (1955)
(Actrice)

Le plus souvent avec

Source : Wikidata

Filmographie de Danielle Darrieux (131 films)

Afficher la filmographie sous forme de liste

Actrice

Pièce Montée, 1h35
Réalisé par Denys Granier-Deferre
Origine France
Genres Comédie, Comédie romantique
Thèmes La famille, L'action se déroule en une journée, Mariage
Acteurs Jérémie Rénier, Clémence Poésy, Danielle Darrieux, Dominique Lavanant, Jean-Pierre Marielle, Léa Drucker
Rôle Madeleine, la grand-mère de Bérengère
Note56% 2.8025052.8025052.8025052.8025052.802505
Bérengère et Vincent, tous deux issus de familles bourgeoises, s'unissent religieusement entourés des leurs. La journée, qui commençait plutôt bien, se dégrade au fil des heures. Le mariage est vécu d'un point de vue différent par certains membres de la famille des jeunes mariés, et par les mariés eux-mêmes : secrets, rancœurs, malentendus et quiproquos se succèdent à l'ombre d'un très, très ancien secret… de famille.
Elles et Moi
Origine France
Genres Drame
Acteurs Ariadna Gil, Danielle Darrieux, Àstrid Bergès-Frisbey, Àlex Brendemühl, Julie Depardieu, Jean-Pierre Marielle
Rôle Isabel Esteva, à 80 ans
Note68% 3.4291653.4291653.4291653.4291653.429165
Janvier 1939. La chute de Barcelone consacre la défaite des républicains espagnols. Cinq cent mille d'entre eux choisissent l'exil. Arrivés en France, les hommes sont désarmés puis internés dans des camps. Quant aux familles, l'administration les répartit dans des centres improvisés dont plusieurs en Ardèche. "Elles et Moi" choisit de suivre le destin de la famille Esteva durant ces mois terribles et les cinq années de guerre qui vont suivre.
L'Heure zéro, 1h47
Réalisé par Pascal Thomas
Origine France
Genres Drame, Thriller, Comédie, Policier
Thèmes Assassinat
Acteurs Danielle Darrieux, François Morel, Melvil Poupaud, Laura Smet, Chiara Mastroianni, Alessandra Martines
Rôle Camilla Tressilian
Note58% 2.9091652.9091652.9091652.9091652.909165
La richissime Camilla Tressilian a l'idée saugrenue de réunir chez elle Guillaume Neuville, son neveu, Aude Neuville, ex-femme de Guillaume, et Caroline Neuville, épouse actuelle de Guillaume ; sont également présents Marie-Adeline, la secrétaire de Camilla, Fred Latimer, un ami de Caroline, Thomas Rondeau, un ami de longue date... Tous sont réunis au manoir de la Pointe aux Mouettes, la somptueuse demeure de Camilla. Mais l'ambiance devient nettement plus glaciale quand, au petit matin, la servante découvre avec horreur que Camilla Tressilian a été sauvagement assassinée dans son lit, le crâne défoncé... Héritage ? Crime passionnel ? Haine ? Préméditation ? Coup de tête ? Tout est possible. Pourtant, le commissaire Martin Bataille doit faire vite, car... l'heure zéro approche.
Persepolis
Persepolis (2007)
, 1h35
Réalisé par Marjane Satrapi, Vincent Paronnaud
Origine France
Genres Drame, Biographie, Comédie, Comédie dramatique, Animation
Thèmes L'enfance, Religion, Politique, Films pour enfants
Acteurs Chiara Mastroianni, Catherine Deneuve, Danielle Darrieux, Simon Abkarian, François Jérosme, Gena Rowlands
Rôle la grand-mère de Marjane
Note80% 4.048664.048664.048664.048664.04866
Téhéran, en 1978 : Marjane, huit ans, songe à l'avenir et se rêve en prophète de la galaxie. Choyée par des parents modernes et cultivés, particulièrement liée à sa grand-mère, elle suit avec exaltation les événements qui vont mener à la révolution et provoquer la chute du régime du Shah. Avec l'instauration de la « République islamique » débute le temps des « commissaires de la révolution » qui contrôlent tenues et comportements. Marjane, qui doit porter le voile, se rêve désormais en révolutionnaire.
Nouvelle chance, 1h30
Réalisé par Anne Fontaine
Origine France
Genres Drame, Comédie, Comédie dramatique
Thèmes Vieillesse
Acteurs Danielle Darrieux, Arielle Dombasle, Jean-Chrétien Sibertin-Blanc, Andy Gillet, Nabil Massad, Adrien de Van
Rôle Odette Saint-Gilles
Note59% 2.966822.966822.966822.966822.96682
Augustin, clown lunaire, occupe, comme emploi alimentaire, une place de garçon de piscine au Ritz. Mais sa vraie vocation est d'interpréter des spectacles inspirés du théâtre nô japonais qu'il présente dans des comités d'entreprises ou des maisons de retraite. À l'occasion d'une de ses représentations il fait la connaissance d'Odette Saint-Gilles, venue le féliciter. Cette ancienne chanteuse d'opérette, totalement oubliée, s'ennuie terriblement. De ce moment, Augustin se met en tête de monter une pièce inspirée de la correspondance de Madame du Deffand et Julie de Lespinasse. Odette, amusée, accepte. Il ne reste plus qu'à trouver sa partenaire. Ce sera Bettina Fleisher, héroïne d'un feuilleton télévisé.
Une Vie à t'attendre, 1h45
Réalisé par Thierry Klifa
Origine France
Genres Drame, Comédie dramatique, Romance
Thèmes La famille
Acteurs Nathalie Baye, Patrick Bruel, Géraldine Pailhas, Anouk Grinberg, Danielle Darrieux, François Berléand
Rôle Émilie
Note52% 2.648892.648892.648892.648892.64889
Alex tient un restaurant à Paris avec son frère, Julien, et Camille, sa meilleure amie. Alors qu’il s’apprête à faire sa vie avec Claire, il retrouve par hasard Jeanne, son premier amour, de retour à Paris pour voir sa mère, après douze ans d’absence. La vie de tout le monde bascule au moment où Alex doit faire face à ses choix...
Les Liaisons dangereuses, 4h12
Réalisé par Josée Dayan
Genres Drame, Romance
Acteurs Catherine Deneuve, Rupert Everett, Nastassja Kinski, Leelee Sobieski, Danielle Darrieux, Andrzej Żuławski
Rôle Madame de Rosemonde
Note64% 3.2475353.2475353.2475353.2475353.247535
An updated adaptation of Choderlos de Laclos' classic 18th Century tale of seduction, betrayal and revenge set in the modern 1960s world of Parisian high society. The beautiful Madame de Merteuil (Catherine Deneuve) seeks vengeance against her ex-lover Gercourt (Andrzej Zulawski) when he becomes engaged to her young goddaughter, Cécile (Leelee Sobieski). Merteuil turns to her ex-lover/partner-in-crime, Valmont (Rupert Everett), famous for his reputation as a Don Juan, to seduce Cécile and emotionally destroy her. While on his mission, Valmont gets sidetracked when he goes to visit his aunt and falls for Madame Tourvel (Nastassja Kinski), a virtuous, married woman who knows of his womanizing ways, but that only makes the challenge more exciting to Valmont. Together, Madame de Merteuil and Valmont make a dangerous team and they will stop at nothing when it comes to matters of the heart.
8 femmes
8 femmes (2002)
, 1h51
Réalisé par François Ozon
Origine Italie
Genres Thriller, Comédie, Comédie dramatique, Comédie musicale, Comédie policière, Musical, Policier
Thèmes La famille, L'action se déroule en une journée, Féminisme, La musique, Noël, Sexualité, Théâtre, Homosexualité, Musique, Adaptation d'une pièce de théâtre, LGBT, LGBT, Lesbianisme
Acteurs Danielle Darrieux, Isabelle Huppert, Catherine Deneuve, Emmanuelle Béart, Fanny Ardant, Virginie Ledoyen
Rôle Mamy
Note70% 3.548933.548933.548933.548933.54893
Années 1950, une grande demeure bourgeoise, on se prépare à fêter Noël. Cependant, une découverte macabre bouleverse ce jour de fête... Le maître de maison est retrouvé mort, assassiné dans son lit, un poignard planté dans le dos. Autour de lui, huit femmes avec, chacune, un secret jalousement gardé, qu'il faut mettre au jour, car l'une d'entre elles est coupable. Mais laquelle ?
Ça ira mieux demain, 1h29
Réalisé par Jeanne Labrune
Origine France
Genres Comédie
Acteurs Nathalie Baye, Isabelle Carré, Jeanne Balibar, Jean-Pierre Darroussin, Danielle Darrieux, Sophie Guillemin
Rôle Éva
Note62% 3.1480753.1480753.1480753.1480753.148075
Un si petit événement tel que l'achat d'un malheureux rouleau de plastique, révèle les caractères d'un groupe d'individus victimes de la société actuelle. Des liens se créent mais aussi des remises en question.
Les mamies
Les mamies (1992)
, 1h22
Réalisé par Annick Lanoë
Origine France
Genres Comédie
Acteurs Danielle Darrieux, Sophie Desmarets, Odette Laure, Paulette Dubost, Marthe Villalonga, Catherine Rouvel
Rôle Lolotte
Note41% 2.08572.08572.08572.08572.0857
Alex, 12 ans, vit avec sa grand-mère, Lolotte, et sa mère, Marie. Mais cette dernière n'a d'attention que pour Paul-Louis, avec qui elle se prépare à se remarier. Le jeune garçon, se sentant exclu, décide de s'enfuir un jour où sa mère est en voyage d'affaires.
Le jour des rois, 1h33
Réalisé par Marie-Claude Treilhou
Origine France
Genres Comédie dramatique
Acteurs Danielle Darrieux, Micheline Presle, Paulette Dubost, Robert Lamoureux, Michel Galabru, Jean Roquel
Rôle Armande
Note70% 3.519293.519293.519293.519293.51929
Trois sœurs se réunissent tous les dimanches. Suzanne, l'aînée, supporte difficilement son mari Georges. Germaine, célibataire, habite dans une maison de retraite. Armande mène une vie tranquille avec son époux Albert. Le dimanche de l'Épiphanie, le programme est chargé : passer au cimetière, déjeuner au restaurant chinois, manger la galette et tirer les rois, et aller voir une troupe comique du troisième âge dans laquelle joue la quatrième sœur marginale, Marie-Louise.
Bille en tête, 1h32
Réalisé par Jacques Cluzaud
Origine France
Genres Comédie dramatique
Acteurs Thomas Langmann, Kristin Scott Thomas, Danielle Darrieux, Patrick Raynal, Michel Albertini, Marie-France Mignal
Rôle l'Arquebuse
Note52% 2.6458352.6458352.6458352.6458352.645835
Virgile, 16 ans, se sent seul. Son père trop pris par son travail d'avocat et sa mère constamment absente, il trouve un tant soit peu de réconfort auprès de sa grand-mère. Mais un jour il rencontre une femme mariée qui lui porte un peu plus d'attention.
Quelques jours avec moi, 2h11
Réalisé par Claude Sautet
Origine France
Genres Drame, Comédie, Comédie dramatique
Acteurs Daniel Auteuil, Sandrine Bonnaire, Jean-Pierre Marielle, Danielle Darrieux, Thérèse Liotard, Dominique Lavanant
Rôle Suzanne Pasquier, la mère de Martial
Note70% 3.5364153.5364153.5364153.5364153.536415
Un fils de bonne famille, Martial, mal dans sa peau, dépressif, PDG d'une chaîne de supermarchés, profite de raisons professionnelles pour prendre un peu de recul. Il se pose à Limoges semant le trouble dans la vie des bourgeois locaux, dont les gérants du supermarché de la ville, Monsieur Fonfrin et sa femme, comme dans le cœur d'une provinciale, Francine, à qui il propose de rester quelques jours avec lui, en échange de quoi elle pourra se voir offrir tout ce qu'elle veut.