Recherchez un film ou une personnalité :
FacebookConnexionInscription
Jean Gabin est un Acteur, Scénariste et Producteur Français né le 16 mai 1904 à Paris (France)

Jean Gabin

Jean Gabin
Si vous aimez cette personne, faites-le savoir !
Nom de naissance Jean-Alexis Moncorgé
Nationalité France
Naissance 16 mai 1904 à Paris (France)
Mort 15 novembre 1976 (à 72 ans) à Neuilly-sur-Seine (France)
Récompenses Croix de guerre 1939-1945, Officier de la Légion d'honneur

Jean Gabin, à l'état civil Jean-Alexis Moncorgé, est un acteur français, né le 17 mai 1904 à Paris (9e arr.) et mort le 15 novembre 1976 à Neuilly-sur-Seine.

Commençant sa carrière comme chanteur de revue et d'opérette, il s'impose ensuite à l'écran, devenant une figure incontournable du cinéma français, avec sa « Gueule d'amour », tournant avec les réalisateurs importants de l'entre-deux-guerres comme Julien Duvivier ou Jean Renoir. Après la guerre, où il s'est engagé au sein des Forces françaises libres, comme marin, d'abord naviguant, puis servant à partir de janvier 1944 comme chef de char au sein du régiment blindé de fusiliers-marins, il connait tout d'abord une période creuse en termes de succès, puis, à partir de 1954 et de la sortie de Touchez pas au grisbi, il devient un « pacha » au physique imposant et au regard sombre incarnant la plupart du temps des rôles de truands ou de policiers, toujours avec la même droiture, dans des films bien souvent dialogués par Michel Audiard.

Sa filmographie dénombrant 95 films, compte un nombre important de classiques, parmi lesquels Gueule d'amour, La Bête humaine, Pépé le Moko, Le Quai des brumes, La Grande Illusion, Un singe en hiver, Le Chat, Le Pacha ou La Traversée de Paris. Il tourne avec la plupart des grands acteurs du cinéma français de l'époque dont certains, comme Fernandel, Lino Ventura, Bernard Blier, Jean-Paul Belmondo ou Alain Delon, sont ses amis. Acteur populaire, il a attiré plus de 161 millions de spectateurs dans les salles au cours de sa carrière d’après-guerre, auxquels il faut ajouter ses nombreux succès parmi sa trentaine de films d'avant-guerre au box-office inconnu.

Il a notamment remporté trois fois le prix d'interprétation masculine de la Mostra de Venise, en 1951 pour La nuit est mon royaume et en 1954 pour L'Air de Paris et Touchez pas au grisbi, ainsi que deux fois l'Ours d'argent du meilleur acteur à la Berlinale, en 1959 pour Archimède le clochard et en 1971 pour Le Chat.

Biographie

Enfance
Jean-Alexis Moncorgé, avec peut être Gabin en troisième prénom, nait à Paris le 17 mai 1904, au 23 du boulevard de Rochechouart (9e). Il est le plus jeune fils de Ferdinand Joseph Moncorgé (1868-1933), tenancier de café et comédien d'opérette sous le nom de scène de Ferdinand Gabin, et de Madeleine Petit (1865-1918), plumassière du quartier du Sentier reconvertie dans le registre « chanteuse fantaisiste » de café-concert sous le pseudonyme d'Hélène Petit. Le couple a eu sept enfants dont trois décèdent en bas âge ; Jean a donc un frère, Ferdinand-Henri (1888-1939) et deux sœurs, Madeleine (1890-1970) et Reine (1893-1952).

Il passe ses dix premières années à la campagne, pour laquelle il garde toute sa vie un profond attachement. Loin de la vie parisienne de spectacle de ses parents, il est élevé par sa sœur aînée Madeleine, dans le petit bourg de Mériel dans le Val-d'Oise (alors Seine-et-Oise), à l'actuel 63, Grande rue, dans une maison à l’étroite façade dont le pignon arrière, où se trouve la fenêtre de sa chambre, offre une vue imprenable sur la gare.



En 1914, un coup appuyé lors d'un combat de boxe lui écrase le nez. Le 18 septembre 1918, alors qu'il a quatorze ans, sa mère meurt. Il obtient son certificat d'études primaires à l'école rue de Clignancourt, mais mauvais élève il délaisse le lycée Janson-de-Sailly à Paris, où il est inscrit, et enchaîne de petits métiers : garçon de bureau à la Compagnie parisienne de distribution d'électricité, cimentier à la gare de la Chapelle, manœuvre dans une fonderie, magasinier aux magasins d'automobiles de Drancy, vendeur de journaux. À 17 ans, il veut, comme son grand-père maternel, devenir conducteur de locomotive à vapeur dont il peut voir les évolutions depuis sa chambre.


Music-hall
En 1922, son père le force à entrer, à 18 ans, dans le monde du spectacle, et aurait dit au directeur des Folies-Bergère Fréjol, un de ses amis : « Tiens, voici mon fiston. Il aimerait faire du théâtre. Peux-tu l'aider ? Si tu arrives à en tirer quelque chose, tu auras bien du mérite. Moi, j'y renonce… » . Devenu figurant, Jean est placé sous la bienveillance du comique troupier Bach.

De 1924 à 1925, Jean Gabin effectue son service militaire dans la marine nationale, d'abord comme fusilier marin à Lorient, puis au ministère de la Marine à Paris. Pendant une de ses premières permissions, le 26 février 1925, il épouse une admiratrice, la future actrice Marie-Louise Basset, dite Gaby, avec qui il n'a pas d'enfant.

En 1926, à 22 ans, il devient un véritable artiste de music-hall et chanteur d'opérette. Il fait monter sur scène La Goulue auprès de Mistinguett, et il imite Maurice Chevalier. Il entame un tour de chant avec succès pendant deux ans dans toute la France. Il part en 1927 pour le Brésil avec Gaby mais l'affaire tourne au fiasco : ni contrat, ni tournée, ni cachet. Il rentre à Paris via Cherbourg puis, lors d'une audition au printemps 1928, au Moulin Rouge Mistinguett le remarque et lui propose de rejoindre sa troupe. Il débute comme boy, le 18 avril 1928, dans la revue Paris qui tourne. En chantant On m'suit, Julie c'est Julie et La Java de Doudoune de José Padilla en 1928, il devient le partenaire de Mistinguett, qui vient de rompre avec Maurice Chevalier, au Moulin-Rouge et aux Bouffes-Parisiens dont le directeur est le célèbre auteur de l'époque Albert Willemetz.

À partir de 1929, il joue les jeunes premiers dans des opérettes comme Flossie ou Les Aventures du Roi Pausole, toutes deux sur des paroles d'Albert Willemetz. Il vit une amourette avec Jacqueline Francell, sa partenaire de Flossie, et divorce de Gaby.


Cinéma
Débuts et consécration (1928-1939)
En 1928, il fait ses débuts au cinéma dans deux courts-métrages avec le comique Raymond Dandy, Ohé les valises ! et On demande un dompteur.

Ce n'est que deux ans après l'arrivée du cinéma parlant en Europe que Jean Gabin, après avoir refusé de tourner dans Les Chemins du paradis, fait ses véritables débuts cinématographiques en tournant en 1930 Chacun sa chance, un des premiers films parlants du cinéma français, dans lequel il joue aux côtés de son ex-épouse Gaby Basset et du chanteur Jean Sablon.

Par la suite, il enchaîne les tournages : étant tour à tour policier dans Méphisto, cambrioleur dans Paris Béguin, vendeur de TSF dans Tout ça ne vaut pas l'amour, mécanicien dans Gloria, soldat récalcitrant dans Les Gaietés de l'escadron, capitaine de péniche dans La Belle Marinière, que Gabin considère comme son premier grand rôle à l'écran, ingénieur dans Le Tunnel et Adieu les beaux jours.

Son père meurt le 17 novembre 1933. Trois jours plus tard, Gabin épouse à la mairie du 16e Jeanne Mauchain, meneuse de revue et danseuse nue du Casino de Paris, connue sous le nom de Doriane Mauchain.

En 1934, il tourne pour la première fois sous la direction de Julien Duvivier dans Maria Chapdelaine et Golgotha, dans lequel il prête ses traits à Ponce Pilate.



À partir de 1935, il devient une star du cinéma français grâce à son « charisme exceptionnel » et à Julien Duvivier qui lui offre les rôles principaux de La Bandera avec Annabella, qui est son premier succès, La Belle Équipe avec Charles Vanel, dans lequel il chante la chanson Quand on s'promène au bord de l'eau, et Pépé le Moko. Il incarne des héros tragiques et romantiques d'origine populaire.

Jean Renoir l'impose dans Les Bas-Fonds avec Louis Jouvet puis, en 1937, dans le film de guerre La Grande Illusion avec Pierre Fresnay, Marcel Dalio et Erich von Stroheim, qui obtient un énorme succès public et critique, devenant au fil des années un classique du cinéma français.

La même année, il tourne Gueule d'amour, de Jean Grémillon, où il retrouve Mireille Balin, sa partenaire de Pépé le Moko et le méconnu Le Messager, de Raymond Rouleau.

En 1938, il tient le rôle d'un déserteur dans Le Quai des brumes aux côtés de Michel Simon et de la jeune Michèle Morgan, à laquelle il murmure le célèbre « T'as d'beaux yeux tu sais ». C'est sa première collaboration avec Marcel Carné et Jacques Prévert. Il campe ensuite le personnage de Trott, toujours face à Morgan, dans Le Récif de corail de Maurice Gleize (sorti en 1939), puis un conducteur de locomotive dans La Bête humaine de Jean Renoir, et La Marie du port..

En 1939, il tourne à nouveau sous la direction de Marcel Carné dans Le jour se lève, drame dans lequel il partage la vedette avec Jules Berry, Arletty et Bernard Blier.

Le 3 septembre 1939, mobilisé dans la marine nationale à Cherbourg, il obtient une permission exceptionnelle pour terminer le film Remorques, avec Michèle Morgan avec qui il vit une brève idylle.


Expatrié aux États-Unis (1940-1943)
En octobre 1940, il avait accompagné à la gare Saint-Charles à Marseille Michèle Morgan, qui partait pour Barcelone, puis le Portugal, afin de rejoindre les États-Unis. Souhaitant également la rejoindre, il va à Vichy pour obtenir une autorisation. Il franchit la frontière espagnole en février 1941, sans que l'on sache s'il le fait légalement. À Barcelone, il obtient un visa du consulat américain et peut gagner New York à bord de l'Exeter.

Le 2 février 1941, refusant de tourner pour les Allemands pendant l'Occupation, il s'expatrie à Hollywood aux États-Unis où il retrouve les Français Jean Renoir, Julien Duvivier, Charles Boyer, Jean-Pierre Aumont, etc.

Aux États-Unis, il tourne notamment, après avoir appris l'anglais, La Péniche de l'amour avec Ida Lupino.

Durant cette période, il fréquente brièvement Ginger Rogers et Patricia Morison. Ayant refait le trajet depuis Los Angeles après une période d'ennui, pendant l'été 1941, il rencontre Marlène Dietrich à New York. Il emménage avec elle en Californie dans une villa que Greta Garbo leur loue, puis au 1006 Cove Way, dans une villa de Beverly Hills.

Gabin ayant le mal du pays, Marlène Dietrich tente de le soulager par sa cuisine ou des distractions lui rappelant la France. Le 18 janvier 1943, le tribunal d'Aix prononce le jugement de divorce avec sa deuxième épouse Jeanne Mauchain, à ses torts entiers et reconnus.

Déjà très célèbre, il pourrait tenter une carrière d'acteur aux États-Unis, mais tourne peu malgré son contrat avec la Fox (il avait signé un premier contrat en 1937, mais ne l'avait pas honoré). Par ailleurs, l'acteur intéresse moins les studios hollywoodiens pendant cette période de guerre : ils n'ont plus accès aux salles européennes et donc au public habituel de Jean Gabin. La presse l'accueille néanmoins avec enthousiasme, le magazine Photoplay publiant un reportage de quatre pages avec comme titre : « Escaped from the Nazis ».

Jean Gabin devait également tourner dans un film catastrophe, The Day that Shook the World, un tremblement de terre vu depuis une colonie pénitentiaire, mais la Fox annule le projet. On lui propose alors Tampico, un film d'aventure avec Gene Tierney, mais Jean Gabin refuse et la société de production se lasse. Un projet avec Jean Renoir (en contrat chez RKO) est envisagé, où Jean Gabin interpréterait un garçon de café dans un pays tropical, avec notamment Michèle Morgan comme partenaire (A Thief in the Night), mais l'acteur se détourne du cinéma et pense à la France, voyant plusieurs acteurs américains participer à l'effort de guerre (Carole Lombard vend des bons de guerre, Charles Laughton déclame du Shakespeare dans une tournée et reverse les bénéfices à ce profit, Bette Davis et John Garfield tiennent la cantine de Hollywood, un club où les soldats sont servis par des stars). Il confie plus tard : « J'étais malade à l’idée d'être obligé de finir ma vie aux États-Unis. Je ne pouvais pas rester les mains dans les poches, continuer à faire des grimaces devant une caméra — en étant bien payé en plus — et attendre tranquillement que les autres se fassent descendre pour que je retrouve mon patelin ».

Après qu'il a pris contact avec la France libre, fin 1942, il lui est demandé de jouer dans le film de propagande gaulliste L'Imposteur, dont le succès critique et public est mitigé. Long-métrage de propagande gaulliste saluant aussi la bénéfique entrée en guerre américaine, ce film tourné en anglais est produit par le service américain de propagande avec, au générique, seulement deux Français : Julien Duvivier et Jean Gabin.


Engagé dans les Forces navales françaises libres (1943-1945)
Par patriotisme, il s'engage, en avril 1943, dans les Forces navales françaises libres du général de Gaulle pour libérer son pays. Embarqué comme canonnier chef de pièce sur l'escorteur de pétrolier L'Élorn, il traverse l'Atlantique en convoi à destination de Casablanca, attaqué au large par des sous-marins et par des avions allemands aux approches de la Méditerranée et au large du cap Ténès. Volontaire au Régiment blindé de fusiliers-marins, il prend sur sa demande des fonctions de chef de char, à bord du Souffleur II, sous les ordres de l'enseigne de vaisseau et futur vice-amiral André Gélinet. Il appartient alors au 2e escadron du régiment blindé de fusiliers-marins de la célèbre 2e division blindée du général Leclerc.

Au printemps 1945, il participe à la libération de la poche de Royan puis à la campagne d'Allemagne qui le conduit au Nid d'aigle d'Hitler à Berchtesgaden. À la fin de la guerre, il est décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre.



Matériel de Jean Gabin-Moncorgé. Collections du musée Jean-Gabin à Mériel. Exposé au musée de la Libération en 2018.



Casquette d'officier marinier à coiffe bleue, 1944-1945.







Casquette d'officier marinier à coiffe blanche, 1944-1945.







Ceinturon et son étui, avec des décorations nazies récupérées pendant la guerre.







Sac civil américain, avec l'inscription « Jean Gabin Moncorgé 22550, F.N.F.L., 43 ».





En juillet 1945, à 41 ans, le « plus vieux chef de char de la France Libre » est démobilisé et revient au monde du spectacle avec des cheveux blancs. Toute sa vie, il reste très attaché à la marine nationale et proche de celui qui fut son chef, le vice-amiral Gélinet et sa famille.

Après avoir retrouvé Marlène Dietrich en Allemagne, il revient en France. Il refuse de défiler sur les Champs-Élysées et observe son ancien char passer, depuis un balcon de l'hôtel Claridge.


Retour en France (1946-1950)

De retour en France, il veut reprendre sa carrière d'acteur mais il a changé physiquement et moralement et de nouveaux acteurs romantiques sont apparus, tels Jean Marais, Gérard Philipe ou Daniel Gélin. Il renonce à jouer Les Portes de la nuit, de Marcel Carné, avec sa compagne Marlene Dietrich car cette dernière refuse d'interpréter la fille d'un collaborateur. En 1946, après avoir acheté les droits du roman, il incarne le rôle-titre de Martin Roumagnac, aux côtés de Marlene Dietrich. Le film, éreinté par la critique, obtient pourtant à l'époque un succès commercial avec deux millions d'entrées. Toutefois, le film est victime d'une légende qu'il est d'usage de lire et entendre, prétendant que ce film a été un cuisant échec commercial.

Cependant, ce succès n'est pas réitéré l'année suivante avec le film policier Miroir, dans lequel il est un financier et gangster à ses heures. De plus, il a du mal à trouver un rôle à sa mesure.

Alors que sa relation avec Marlene Dietrich s'étiole, il noue, fin 1945 et en 1946 un lien avec Maria Mauban, puis, en 1947, avec Colette Mars. Ces relations restent sans suite.

Le 28 mars 1949, deux mois après leur rencontre, il épouse Christiane Fournier (1918-2002), dite Dominique, mannequin de la maison de couture Lanvin, déjà mère d'un enfant, Jacki, et avec qui il a trois enfants : Florence (1949), Valérie (1952) et Mathias (1955).

La même année, il tient le rôle principal du long-métrage Au-delà des grilles, qui obtient un succès honorable en salles. Il est nommé à l'Oscar du meilleur film étranger, et triomphe au théâtre dans la pièce La Soif, d'Henri Bernstein, aux côtés de Madeleine Robinson et Claude Dauphin.


Le retour du succès (1950-1973)
Changement d'image
En 1950, il retrouve Marcel Carné pour le long-métrage La Marie du port, adaptation du roman de Georges Simenon, qui avec 2,6 millions d'entrées, permet de confirmer le succès de Gabin après son triomphe théâtral avec La Soif.



En 1951, il est le narrateur de De sac et de cordes, une pièce musicale de Léo Ferré écrite pour la radio, qu'il interprète tandis que Léo Ferré dirige l'orchestre et les chœurs de la radio nationale et sa prestation dans La nuit est mon royaume, pour lequel il incarne un mécanicien de locomotive aveugle, lui permet de rencontrer l'éloge de la critique et un triomphe public avec 2,5 millions d'entrées, mais aussi de remporter la Coupe Volpi pour la meilleure interprétation masculine au Festival de Venise.

Son film suivant, La Vérité sur Bébé Donge, dans lequel il est un industriel coureur de jupons, passe inaperçu lors de sa sortie en salles, mais est considéré au fil des ans comme une œuvre marquante.

Il réalise en juillet 1952 un de ses rêves d'enfant en entreprenant d'investir une bonne partie de ses revenus dans le domaine de La Pichonnière, situé sur la commune de Bonnefoi, dans le canton de Moulins-la-Marche, dans l'Orne, en Normandie.
Il agrandit progressivement le domaine environnant par plusieurs acquisitions successives. À proximité, il fait construire en 1956 et 1957 une demeure baptisée La Moncorgerie, qui devient sa résidence familiale. Avec l'idée d'assurer la subsistance de sa famille, il se lance dans l'élevage des bovins.
Passionné par les chevaux, il monte aussi à La Pichonnière, à la fin des années 1950, une écurie d'une quinzaine de chevaux de course, qui, sous les couleurs Bouton d'or, toque lilas, ainsi décrites par l'acteur lui-même, acquiert une certaine renommée dans le milieu hippique.
À la fin des années 1950, il fait aménager sur un terrain lui appartenant, non loin de là, à Moulins-la-Marche, un hippodrome, qui est nommé après sa mort : hippodrome Jean-Gabin.

En 1952, il retrouve Michèle Morgan dans La Minute de vérité, de Jean Delannoy, qui triomphe en salles avec plus de 3 millions d'entrées.

Il renoue véritablement avec le succès public en tant que tête d'affiche grâce à Touchez pas au grisbi, de Jacques Becker, en 1954, qui enregistre 4,7 millions d'entrées en France. Avec ce film, il retrouve un rôle à sa mesure en changeant son image : l’homme d’expérience, autoritaire et qui impose le respect. C'est durant ce tournage qu'il rencontre celui qui devient un de ses amis, Lino Ventura.

Le retour du succès lui vaut de recevoir à trois reprises, une Victoire du Cinéma français, en 1952, 1955 et 1956.

Le 21 avril 1954, André-Georges Brunelin, devenu un de ses proches, organise à la Salle Pleyel, à Paris, une manifestation à l'occasion de ses 50 ans et de ses 25 ans de carrière. L'événement réunit quelques deux mille personnes, dont les principaux amis de l'acteur.


Rencontre avec Audiard

Son succès se confirme avec L'Air de Paris, de Marcel Carné, puis avec French Cancan, de Jean Renoir en 1955. Michel Audiard, qui devient son ami, est, avec ses dialogues, pour beaucoup dans le succès de ses films à venir, à commencer par Gas-oil et Le rouge est mis de Gilles Grangier. À cette époque, il entretient une liaison adultère avec la comédienne Dora Doll.

Par la suite, il enchaîne film sur film : il est le maréchal Lannes dans la prestigieuse et pléthorique distribution du Napoléon de Sacha Guitry ; flic infiltré dans Razzia sur la chnouf ; juge pour enfants dans Chiens perdus sans collier ; chauffeur routier dans Des gens sans importance ; restaurateur dans Voici le temps des assassins ; artiste peintre bourgeois s'encanaillant en transportant avec Bourvil de la viande pour le marché noir dans le classique La Traversée de Paris, dont il partage une scène devenue culte avec Louis de Funès, alors méconnu du grand public ; et médecin dans Le Cas du docteur Laurent.

En 1956, il achète une première maison à Deauville et s'établit dans cette station balnéaire avec femme et enfants. Deux autres maisons suivent, qui l'accueillent à demeure ou le temps des vacances. Le mois d'août le voit très assidu pour suivre les courses, à l'hippodrome de la Touques. « Pour nous, Deauville a toujours été associé aux vacances, raconte sa femme. Jean venait là pour se reposer. Il trouvait à Deauville une douceur de vivre à laquelle il était tout particulièrement attaché . ».

En 1958, il prête ses traits au commissaire Jules Maigret dans Maigret tend un piège, rôle qu'il reprend à deux reprises et connaît le plus grand succès public de sa carrière avec Les Misérables, devenant le Jean Valjean du film aux côtés de Bourvil et de Bernard Blier.

Sa carrière est sur sa lancée, confirmée avec notamment En cas de malheur, avec Brigitte Bardot ; Les Grandes Familles, avec Pierre Brasseur ; Archimède le clochard (film dont il a eu l'idée).



En 1960, il reçoit les insignes de chevalier de la Légion d'honneur sur le plateau où il tourne Les Vieux de la vieille de Gilles Grangier.

Son contrat exclusif avec le producteur Jacques Bar, rencontré à Deauville en 1959, lui offre au début des années 1960, une série de beaux succès, tels que le drame politique Le Président, la comédie policière Le cave se rebiffe, la comédie dramatique Un singe en hiver, dans laquelle il partage la vedette avec Jean-Paul Belmondo.

Dans la nuit du 27 au 28 juillet 1962, sept cents agriculteurs encerclent son domaine familial normand de La Pichonnière pour protester contre la centralisation des terres, en exigeant la location de certaines fermes à de jeunes éleveurs en difficulté. Gabin ayant acquis 150 ha, les cultivateurs ouvrent un conflit avec le célèbre acteur néorural pour médiatiser les problèmes du monde agricole. Cette situation bouleverse profondément et blesse à vie l'intéressé, qui se sent rejeté par la communauté paysanne normande dont il a tant souhaité faire partie.

Annonçant qu'il va vendre ses terres, Gabin accepte finalement de louer deux fermes à des jeunes. Il porte plainte contre X pour « violation de domicile et tentative d'extorsion de signature ». Défendu par Me René Floriot, il retire finalement sa plainte, dans un souci d'apaisement, en pleine audience du procès au palais de justice d'Alençon le 22 avril 1964.

Durant cette même période, il connaît son premier revers avec Le Gentleman d'Epsom (1962), dans lequel il joue aux côtés de Louis de Funès, qui ne rencontre qu'un succès médiocre, échec vite effacé par le triomphe de Mélodie en sous-sol l'année suivante, avec Alain Delon.

Son contrat avec Jacques Bar n'étant pas renouvelé, il crée en 1963 avec Fernandel, la société de production Gafer. La Gafer produit L'Âge ingrat, interprété par Jean Gabin avec Fernandel, puis d'autres films, interprétés par l'un ou par l'autre des deux acteurs.

La fin des années 1960 est marquée par Le Tonnerre de Dieu, Le Pacha, Le Tatoué, avec Louis de Funès et Le Clan des Siciliens, avec Alain Delon et Lino Ventura, qui confirme le statut de l'acteur, parvenu à la soixantaine.



Dans les années 1970, sa carrière s'enrichit de sept films supplémentaires mais marque une baisse de régime ; l'acteur rencontre pourtant encore le succès public avec La Horse de Pierre Granier-Deferre et Deux hommes dans la ville de José Giovanni, sa dernière collaboration avec Alain Delon. Il obtient également l'Ours d'argent au Festival de Berlin pour son interprétation dans Le Chat en 1971, œuvre que l'acteur considère comme son meilleur film de l'après-guerre.

Au début des années 1970, le nom de Jean Gabin est évoqué, parmi d'autres, pour interpréter Don Corleone dans Le Parrain. En 1976, Sergio Leone lui propose de jouer dans son nouveau projet Il était une fois en Amérique, que Gabin décline.


Les dernières années (1974-1976)

En 1974, près de quarante ans après Quand on s'promène au bord de l'eau, Gabin enregistre la chanson Maintenant je sais, écrite par Jean-Loup Dabadie. Cette chanson rencontre le succès au hit-parade et sort également en version anglaise.

Le 3 avril 1976, il préside la première cérémonie des César. Deux semaines plus tard, il est à l'affiche de L'Année sainte, de Jean Girault. Ce sont ses dernières apparitions en public et sur grand écran.

Au début de 1976, il est nommé officier dans l'ordre national du Mérite, et est promu officier de l'ordre national de la Légion d'honneur sur la promotion du 14 juillet 1976.

En octobre 1976, il apprend lors d'une interview télévisée du président de la FNSEA, Michel Debatisse, qu'il ne touchera pas l'indemnisation de l'« impôt sécheresse ». Comprenant qu'il ne sera jamais accepté par le monde paysan, il décide de vendre son domaine agricole normand de La Pichonnière.

Quelques semaines plus tard, le 15 novembre 1976, il meurt à l'âge de 72 ans des suites d'une leucémie à l'Hôpital américain de Neuilly-sur-Seine. Il avait connu quelques problèmes de santé sur le tournage de Deux hommes dans la ville.

Ses obsèques, le 17 novembre, au crématorium du cimetière du Père-Lachaise, attirent une foule considérable et sont retransmises à la télévision. Selon ses dernières volontés, son corps est incinéré.
Ses cendres sont ensuite transférées à Brest pour être dispersées en mer. Le 19 novembre 1976 se déroule, en présence de son épouse, de ses enfants, de personnalités amies comme Gilles Grangier, Alain Delon et Odette Ventura, une cérémonie simple et solennelle à bord de l'aviso Détroyat. Ces honneurs militaires de la Marine nationale ne sont permis que sur autorisation exceptionnelle du président de la République Valéry Giscard d'Estaing.
L'urne funéraire est ouverte depuis la plage arrière de l'aviso, en mer d'Iroise, à 20 milles nautiques de Brest, au sud de la chaussée des Pierres-Noires.


Vie privée
Sa vie sentimentale est souvent liée à son métier. De 1925 à 1931, il est l'époux de l'actrice Gaby Basset, puis de 1933 à 1943 de la meneuse de revue Jeanne Mauchain.

Il a des liaisons connues avec les actrices Mireille Balin, Michèle Morgan et Marlène Dietrich .

En Algérie, de 1943 à 1945, iI se lie avec Marie Camilleri. En 1945 et 1946, à Paris, il a une relation avec la jeune actrice Maria Mauban , puis en 1947 avec Colette Mars .

Encore sans enfant, il se remarie le 28 mars 1949 avec un ancien mannequin, Catherine (dite Dominique) Fournier (née à Saint-Étienne le 1er janvier 1918, morte à Évecquemont le 12 octobre 2002), déjà mère d'un garçon, avec qui il a trois enfants :


Florence, née le 28 novembre 1949 ;
Valérie, née le 23 septembre 1952 ;
Mathias, né le 22 novembre 1955 .
Ses petits-fils les acteurs Jean-Paul Moncorgé (né en 1981, fils de Florence) et Alexis Moncorgé (né en 1986, fils de Mathias) n'auront pas connu leur grand-père.


Un acteur symbole

Jean Gabin incarne dans les années 1930 la figure emblématique du petit peuple, du monde ouvrier et des titis parisiens, du temps du Front populaire : on le retrouve ainsi successivement chômeur dans La Belle Équipe (1936), spahi dans Gueule d’amour (1937), petit truand dans Pépé le Moko (1937), déserteur dans Quai des brumes (1938), cheminot dans La Bête humaine (1938) ou ouvrier dans Le jour se lève (1939).

L'image de l’acteur s'est parfois confondue avec celle, mythique, de ses personnages qui se sont imposés dans l’imaginaire collectif du public français au cours du XXe siècle. Les différents personnages de Jean Gabin, archétypes professionnels ou sociaux, sont inscrits dans l’histoire du cinéma de manière « horizontale » (l’ouvrier gouailleur avant-guerre, le patriarche bourru à partir des années 1950).

Dans les années 1960, les films qui mettent en scène Jean Gabin témoignent aussi d'un rejet, au cinéma, de la transformation de la France. Il apparaît dans un certain nombre de films dans lesquels la construction des grands ensembles vient détruire peu à peu le monde dans lequel il vivait. Dans Rue des prairies de Denys de La Patellière, le personnage de Gabin, qui habite une rue de Paris faubourienne et populaire, est contremaître sur le chantier des Sablons, à Sarcelles. Il est ainsi amené à construire les structures de ce qui va détruire le monde ancien dans lequel il vit, dans le XXe arrondissement de Paris. C'est aussi le cas de Mélodie en sous-sol en 1963, où il ne retrouve pas son pavillon au milieu des barres d'immeubles de Sarcelles nouvellement construites, ou du film Le Chat en 1970, où il vit dans un pavillon qui a vocation à être détruit .

Ses meilleurs films

Le clan des siciliens (1969)
(Acteur)
Archimède, le clochard (1959)
(Acteur)
Rue des Prairies (1959)
(Acteur)
French Cancan (1954)
(Acteur)
Les Misérables (1958)
(Acteur)
Les grandes familles (1958)
(Acteur)

Le plus souvent avec

Gilles Grangier
Gilles Grangier
(12 films)
Michel Audiard
Michel Audiard
(21 films)
Jacques Marin
Jacques Marin
(18 films)
René Hell
René Hell
(17 films)
Source : Wikidata

Filmographie de Jean Gabin (102 films)

Afficher la filmographie sous forme de liste

Acteur

La Classe américaine, 39minutes
Réalisé par Michel Hazanavicius, Dominique Mézerette
Genres Comédie, Policier
Acteurs John Wayne, Christine Delaroche, Dustin Hoffman, Robert Redford, Marc Cassot, Steve McQueen
Note73% 3.688333.688333.688333.688333.68833
Diffusé pour les fêtes de fin d'année, ce second détournement (qui fait suite à Derrick contre Superman) est un Ça cartoon déjanté mêlant des séquences originales présenté par Valérie Payet et Philippe Dana à des extraits redoublés de dessins animés avec Bugs Bunny, Daffy Duck... et de films avec Steve McQueen, Burt Lancaster, Jack Nicholson, Jean Gabin, etc. Il s'agit du second des trois téléfilms du Grand Détournement.
Foutaises
Foutaises (1989)
, 8minutes
Réalisé par Jean-Pierre Jeunet
Origine France
Genres Comédie
Acteurs Dominique Pinon, Chick Ortega, Marie-Laure Dougnac, Diane Bertrand, Fabienne Chaudat, Philippe Paimblanc
Note76% 3.8395553.8395553.8395553.8395553.839555
"Tout ce que j'aime, tout ce que j'aime pas."
Cinéma Paradiso, 1h58
Réalisé par Giuseppe Tornatore
Origine Italie
Genres Drame, Romance
Thèmes L'adolescence, Film traitant du cinéma, L'enfance, Maladie, La mer, Transport, Le handicap, La cécité
Acteurs Philippe Noiret, Salvatore Cascio, Marco Leonardi, Jacques Perrin, Brigitte Fossey, Antonella Attili
Rôle Wasska Pepel (archive footage) (uncredited)
Note84% 4.249374.249374.249374.249374.24937
À Rome, à la fin des années 1980, Salvatore vient d'apprendre la mort de son vieil ami Alfredo. Par cette nouvelle, c'est toute son enfance qui remonte à la surface : son village natal, en Sicile, quand on l'appelait Totò et qu'il partageait son temps libre entre l'église (où il était enfant de chœur) et la salle de cinéma paroissiale, où régnait Alfredo, le projectionniste qui, au travers des films qu'il projetait, lui apprenait la vie.
Mon oncle d'Amérique, 2h5
Réalisé par Alain Resnais
Origine France
Genres Drame, Thriller, Comédie, Comédie dramatique, Musical, Romance
Thèmes Philosophie, Psychologie
Acteurs Gérard Depardieu, Roger Pierre, Nicole Garcia, Pierre Arditi, Nelly Borgeaud, Danielle Darrieux
Note77% 3.8926753.8926753.8926753.8926753.892675
Le professeur Henri Laborit intervient au cours de trois récits entremêlés pour expliquer ce que nous savons aujourd'hui du comportement humain :
L'année sainte, 1h25
Réalisé par Jean Girault
Origine France
Genres Comédie, Comédie policière, Policier
Acteurs Jean Gabin, Jean-Claude Brialy, Nicoletta Machiavelli, Danielle Darrieux, Henri Virlogeux, Jacques Marin
Rôle Max Lambert alias Monseigneur Lambrecht
Note63% 3.1510253.1510253.1510253.1510253.151025
Max Lambert est un vieux truand coriace. À la prison centrale de Melun, il rencontre Pierre Bizet qui lui parle d'aller récupérer un magot d'un demi-milliard en or, enterré près d'une petite chapelle aux alentours de Rome. Marcel Scandini, ex-associé de Max, organise leur évasion. Max se déguise en évêque et Pierre, censé être son secrétaire, en abbé. Il s'agit de profiter de l'année sainte pour se glisser au milieu des pèlerins et récupérer le magot. Mais l'avion qui doit les mener à Rome est détourné sur Tanger par des pirates de l'air.
Verdict
Verdict (1974)
, 1h35
Réalisé par André Cayatte
Origine France
Genres Drame, Policier
Acteurs Sophia Loren, Jean Gabin, Michel Albertini, Julien Bertheau, Mario Pilar, Gisèle Casadesus
Rôle M. le juge Leguen
Note62% 3.100513.100513.100513.100513.10051
André Léoni, dont le père était un truand notoire, a véritablement été « couvé » par sa mère depuis sa plus tendre enfance. Pourtant André se retrouve un jour en cour d'assises, accusé d'un crime odieux : il aurait violé et tué une jeune fille, Annie Chartier, la fille d'un professeur lyonnais. Malgré les graves présomptions qui semblent l'accuser d'être l'auteur de ce crime, André persiste à nier devant les jurés. Face à cet homme qui se prétend innocent, le président Leguen qui préside sa dernière affaire en cours d'assises avant de prendre sa retraite. Leguen s'acharne sur le jeune homme persuadé qu'André Léoni ment et que le milieu dans lequel il a grandi est responsable de son destin criminel. La mère d'André, Térésa, va tout tenter pour sauver son fils.
Deux hommes dans la ville, 1h40
Réalisé par José Giovanni
Origine France
Genres Drame, Policier
Thèmes La prison, La peine de mort
Acteurs Jean Gabin, Alain Delon, Michel Bouquet, Mimsy Farmer, Victor Lanoux, Ilaria Occhini
Rôle Germain Cazeneuve
Note72% 3.6431953.6431953.6431953.6431953.643195
Germain Cazeneuve (Jean Gabin), ancien policier, est devenu éducateur pour délinquants afin de les réinsérer dans la vie active à leur sortie de prison. Il se porte garant envers Gino Strabliggi (Alain Delon), ancien truand condamné à douze années de prison pour l'attaque d'une banque. Libéré avec deux ans d'avance grâce à Cazeneuve, Gino retrouve sa femme Sophie (Ilaria Occhini), qui a patiemment attendu durant ces dix années et tient une boutique, et il reprend goût à la vie. Des liens amicaux naissent entre les deux hommes (Gino Strabliggi considère Germain Cazeneuve comme son père), l'ancien détenu et son épouse sont invités à des moments de convivialité avec la famille de Germain, avec lequel il sympathise.
L'affaire Dominici, 1h45
Réalisé par Claude Bernard-Aubert, Gilbert Roussel
Origine France
Genres Drame, Policier
Acteurs Victor Lanoux, Jean-Pierre Castaldi, Gérard Darrieu, Paul Crauchet, Geneviève Fontanel, Gérard Depardieu
Rôle Gaston Dominici
Note64% 3.245463.245463.245463.245463.24546
Ce film reconstitue l'enquête policière et affaire judiciaire éponyme qui s'est déroulée en 1952. Jean Gabin y joue le rôle de Gaston Dominici, un patriarche accusé par la justice et sa famille du massacre de trois Anglais sur les bords d'une route à proximité de sa propriété.
Le tueur
Le tueur (1972)
, 1h25
Réalisé par Denys de La Patellière, Bernard Stora, Thierry Chabert
Origine France
Genres Thriller, Policier
Thèmes La provence
Acteurs Jean Gabin, Fabio Testi, Bernard Blier, Uschi Glas, Ginette Garcin, Félix Marten
Rôle Le commissaire divisionnaire Le Guen
Note53% 2.6671252.6671252.6671252.6671252.667125
Le commissaire divisionnaire Le Guen, qui a réussi à arrêter le tueur Georges Gassot, se heurte aux méthodes plus modernes de François Tellier, nouveau directeur de la P.J. Gassot s'enfuit de l'hôpital psychiatrique à destination de Marseille où il rencontre une jeune prostituée allemande Gerda. Mais Le Guen, par l'intermédiaire d'un journaliste, fait croire au Milieu que Gassot est à Marseille pour se mettre à la tête de leurs affaires ; le meurtre du souteneur de Gerda, à Marseille, et celui du passeur de Gassot à Marseille laissent croire à cette version. Gassot remonte à Paris, suivi par Le Guen.
Le Chat
Le Chat (1971)
, 1h26
Réalisé par Pierre Granier-Deferre, Dominik Graf
Origine France
Genres Drame
Thèmes Mise en scène d'un animal, La banlieue française, Le suicide, Vieillesse, Mise en scène d'un chat, Mise en scène d'un mammifère
Acteurs Jean Gabin, Simone Signoret, Annie Cordy, Harry-Max, Jacques Rispal, Nicole Desailly
Rôle Julien Bouin
Note75% 3.791883.791883.791883.791883.79188
Un couple de retraités, les Bouin, habite en banlieue parisienne (à Courbevoie) dans les années 1970, en plein bouleversement du fait des travaux d'urbanisme moderne d'alors. Julien Bouin est un ancien ouvrier typographe ; sa femme, Clémence Bouin, est une ancienne trapéziste de cirque dont la carrière s'est terminée trop tôt en raison d'une chute lors d'un spectacle. Ils n'ont jamais eu d'enfants.
Le drapeau noir flotte sur la marmite, 1h18
Réalisé par Michel Audiard
Origine France
Genres Comédie
Thèmes Transport, Le train
Acteurs Jean Gabin, Ginette Leclerc, Jacques Marin, Éric Damain, Claude Piéplu, Micheline Luccioni
Rôle Victor Ploubaz, vieux loup de mer mythomane
Note57% 2.850782.850782.850782.850782.85078
Alexandre Volabruque, le chef d'Antoine Simonet à la SNCF, à Villeneuve-Saint-Georges, félicite chaleureusement son employé pour la construction d'une maquette en allumettes d'une frégate avec laquelle il vient de remporter un prix à l'exposition des artistes cheminots. Mais Volabruque, qui a de la suite dans les idées, tient à présent à ce que Simonet lui construise un véritable bateau pour pêcher la daurade. Il a en effet l'idée fixe d'aller passer sa retraite à Dieppe, à bord d'un Grondin, qui lui permettrait de vivre du produit de sa pêche. Simonet, songeant à son avancement, n'ose pas refuser, d'autant plus que Volabruque a encore deux ans à faire avant de prendre sa retraite… et n'est pas réputé pour être tendre.
La Horse
La Horse (1970)
, 1h17
Réalisé par Pierre Granier-Deferre
Origine France
Genres Drame, Thriller
Thèmes La famille, Maladie, Psychotrope
Acteurs Jean Gabin, André Weber, Eléonore Hirt, Pierre Dux, Christian Barbier, Julien Guiomar
Rôle Auguste Maroilleur, propriétaire terrien
Note68% 3.4431853.4431853.4431853.4431853.443185
Auguste Maroilleur (Jean Gabin), riche fermier normand, dirige de main de fer sa famille et son exploitation. Bien-Phu (André Weber), ainsi surnommé du fait d'être un vétéran de la guerre d'Indochine, est un employé de la ferme d'Auguste Maroilleur. Dans les terrains de chasse d'Auguste, Bien-Phu découvre qu'un cabanon d'affût est fréquenté par quelqu'un qui s'en sert pour y cacher de l'héroïne. Après une partie de chasse, à l'intérieur même du cabanon d'affût, Bien-Phu dévoile cette information à Auguste, son patron, en lui montrant où l'héroïne est cachée. Ainsi, Auguste Maroilleur comprend que son petit-fils Henri (Marc Porel), barman au Havre sur un bateau, appartient à un réseau de trafiquants de drogue. Plus tard, dans la ferme, et devant le regard impuissant d'Henri, Auguste détruit l'héroïne sans hésitation. Le gang réagit immédiatement en détruisant un hangar, en tuant du bétail et en violant sa petite fille. Auguste n'est pas homme à plier face aux intimidations; il fait tout pour faire comprendre à sa famille qu'elle doit garder son calme, ne pas céder aux pressions, ni aux menaces de représailles, et renoncer à faire appel aux gendarmes. La guerre engagée coûte la vie à cinq truands et cette fois la police intervient. Auguste continue de faire front et il tient tête aux interrogatoires et à son petit-fils qu'il a mis à l'écart. Le gang est finalement anéanti et l'affaire est classée par la police. Henri travaillera à la ferme et l'équilibre du clan sera préservé.
Le clan des siciliens, 1h57
Réalisé par Henri Verneuil
Origine France
Genres Policier
Thèmes La famille, Mafia, Sexualité, Le terrorisme, Transport, Aviation, Dans un avion, Hold up, Films pour enfants, Gangsters, Escroquerie, Détournement d'avion
Acteurs Jean Gabin, Alain Delon, Lino Ventura, Irina Demick, Sydney Chaplin, Gino Buzzanca
Rôle Vittorio Manalese
Note74% 3.701213.701213.701213.701213.70121
À Paris, Roger Sartet, voleur de bijoux recherché pour avoir abattu deux policiers durant sa cavale, est arrêté et emmené au Palais de Justice pour y être interrogé par le juge d'instruction. Auparavant, Aldo et Sergio Manalese, membres de la famille mafieuse du même nom dirigée par Vittorio, le patriarche, se font passer pour un gendarme et un prisonnier afin de glisser discrètement une petite scie à métaux dans la poche du manteau de Sartet. Après son interrogatoire, Sartet remonte dans le fourgon cellulaire qui le conduit en prison. Durant le trajet, le malfrat découpe le plancher en métal de son compartiment et parvient à s'y échapper grâce à une diversion d'autres membres des Manalese au nez et à la barbe des gendarmes, ce qui provoque la colère du commissaire Le Goff, qui l'avait traqué à la suite d'un cambriolage au cours duquel ses deux collègues ont été tués. Après l'évasion, Monique, la sœur de Sartet remet à Aldo un paquet contenant des timbres de grande valeur pour le travail effectué. Le fugitif est emmené en lieu sûr et rencontre Vittorio. Sartet lui parle d'un coup : voler une collection de bijoux exposée à la Galerie Borghèse de Rome. En effet, Sartet a partagé la cellule de l'ingénieur, impliqué dans la création du système de sécurité des lieux, avec lequel il s'est lié d’amitié et lui a donné les détails de l'exposition. Pour mettre au point ce plan, Vittorio fait appel à un vieil ami et complice new-yorkais, Tony Nicosia. Tony retrouve Vittorio à Rome et le duo visite les lieux. Tony fait comprendre à Vittorio que le casse est infaisable dans la Galerie et propose un autre moyen de dérober les bijoux : ils vont voler le butin durant le transfert de la collection en avion, qui doit être transférée vers New York. Pour ce faire, Nicosia envoie un de ses sbires, Jack, pilote d'avion porté sur la boisson.
Sous le signe du taureau, 1h18
Réalisé par Gilles Grangier
Origine France
Genres Drame
Acteurs Jean Gabin, Suzanne Flon, Fernand Ledoux, Colette Deréal, Raymond Gérôme, Michel Auclair
Rôle Albert Raynal, industriel et chercheur en aérospatial
Note57% 2.8569952.8569952.8569952.8569952.856995
L'ingénieur et patron Albert Raynal consacre sa vie à la recherche aéronautique. Il vient de mettre au point un statoréacteur. Le lancement réussit mais, hélas, la fusée explose en vol. Cet échec retentissant va lui attirer les plus grandes difficultés financières et familiales. Son beau-frère, Jérôme Laprade, confie à Christine, l'épouse de l'industriel, qu'il en a assez des fantaisies de son mari. Il lui suggère même de divorcer pour préserver l'avenir financier de ses deux grands fils, que les échecs de leur père pourraient compromettre. Mais Albert Raynal, force de la nature, ne s'estime pas vaincu pour autant. Bien qu'il lui en coûte, il tente auprès d'amis et de relations des démarches afin de réunir les capitaux indispensables pour sauver son laboratoire et poursuivre ses recherches. Mais tous restent insensibles à son appel, même la belle Rolande, riche restauratrice, ancienne maîtresse de Raynal, qui refuse d'hypothéquer son restaurant. Après une fugue en Normandie, Raynal réapparait et veut se constituer prisonnier pour chèque sans provision. Mais Christine, par un revirement émouvant, renonce à sa demande de divorce et vend des actions, sauvant ainsi son mari de la faillite et lui permettant de poursuivre ses travaux.