Recherchez un film ou une personnalité :
FacebookConnexionInscription
Pierre Falardeau est un Acteur, Réalisateur, Scénariste, Producteur et Monteur Canadien né le 28 décembre 1946 à Montréal (Canada)

Pierre Falardeau

Pierre Falardeau
Si vous aimez cette personne, faites-le savoir !
Nationalité Canada
Naissance 28 décembre 1946 à Montréal (Canada)
Mort 25 septembre 2009 (à 62 ans) à Montréal (Canada)

Pierre Falardeau (Montréal, 28 décembre 1946- Montréal, 25 septembre 2009) est un cinéaste, écrivain, pamphlétaire québécois et militant indépendantiste.

Biographie

Jeunesse
Né en 1946 dans l'est de Montréal, Pierre Falardeau grandit à Châteauguay. Son père Alphonse Falardeau (1914-1984), est employé dans une mercerie pour hommes puis directeur de la Caisse populaire de Châteauguay. Sa mère, détentrice d'un diplôme de maîtresse d'école, travaille dans une usine de l’Imperial Tobacco et n'enseignera qu'à partir de 45 ans.

Il entre au Collège de Montréal en 1959, où il se lie d'amitié avec Julien Poulin. À l'école, il s'intéresse surtout au sport.

À l'âge de quinze ans, parmi la poignée de livres se trouvant au domicile familial, il découvre avec grand intérêt une vieille édition de l'ouvrage Les Patriotes de 1837-1838 de Laurent-Olivier David, dans lequel figurent notamment des lettres écrites par Chevalier de Lorimier avant son exécution. « L'Histoire se révélait. Mon histoire. J'apprenais des mots nouveaux. Des mots absents de l'école. Absents de la radio. Absents de la télévision. Des noms de villages où des hommes s'étaient battus jusqu'à la mort pour la liberté et l'indépendance de leur pays. De mon pays. […] L'Histoire soudain cessait d'être un mot abstrait. L'Histoire devenait essentielle, partie intégrante de ma vie. »

Falardeau raconte qu'il aurait eu son premier contact direct avec la politique en 1962, dans le contexte de la campagne électorale qui mènera à la réélection de Jean Lesage. Son père l'aurait emmené à une assemblée publique au Monument national organisée par « les Amis du docteur Philippe Hamel », qui appuyaient le projet de nationalisation de l'électricité proposé par le gouvernement libéral sortant. « Ce fut ma première leçon de politique. Avec mon père, je découvrais la détermination, l'acharnement et la patience. Il m'apprenait qu'il n'y avait rien de facile. Plus l'enjeu était grand, plus c'était difficile. »

Cette même année, il devient membre du Rassemblement pour l'indépendance nationale, après qu'une affiche de recrutement du parti l'eut fortement impressionné. « Pour la première fois de ma vie, on m'appelait, moi, à combattre pour la liberté. » Sa passion pour le projet indépendantiste québécois sera un thème récurrent dans la majorité, sinon la totalité de ses films.


Études
En 1967, Falardeau entreprend des études en anthropologie à l’Université de Montréal, où il obtiendra un baccalauréat suivi d'une maîtrise. Le choix de ce champ d'études aurait été motivé par sa volonté d'échapper au conformisme associé aux professions libérales : « Je me cherchais une job où il n'y avait pas de cravate. […] Pour moi, l'anthropologie, c'étaient des gars qui faisaient du canot sur l'Amazone. […] Après ça, rendu à l'université, je me suis aperçu que c'était pas tout à fait ça, qu'il fallait lire des gros livres… »

La Crise d'octobre, qui survient alors qu'il est toujours étudiant, le marquera profondément. La nouvelle de la mort de Pierre Laporte, qu'il apprend depuis la radio dans un taxi, le laisse alors sans voix. Il milite par la suite pour la libération des prisonniers politiques victimes de l'instauration de la loi martiale au Québec. Le jour de Noël 1970, il se rend manifester avec quelques autres militants devant la prison Parthenais pour réclamer la libération des quelque 500 détenus s'y trouvant.


Débuts en cinéma
En 1971, il réalise son premier film, le court métrage Continuons le combat. Il le présentera comme le premier volet de son mémoire de maîtrise intitulé « La lutte », déposé en 1975. Falardeau répétera souvent que c'est en raison de sa difficulté à traduire par écrit ses observations qu'il a opté pour la caméra, et c'est d'ailleurs dans des termes semblables qu'il justifie l'utilisation d'un document audio-visuel dans son mémoire : « L’image permet une meilleure compréhension du phénomène. Le langage écrit est bien pauvre quand il s’agit de présenter une description adéquate de l’ambiance, de l’atmosphère, des lieux, du déroulement du rituel. »

Au cours des années 1970, il se joint à son ami comédien Julien Poulin dans la réalisation de plusieurs autres documentaires : À mort (1972), Les Canadiens sont là (1973), Le Magra (1975), À force de courage (1977), Pea Soup (1978, contenant la fameuse scène du PFK Kid) et Speak White (1980).


Elvis Gratton
Ces premiers films, moins connus du public, culmineront avec la série des Elvis Gratton, mettant en scène un admirateur d'Elvis Presley, caricature de la petite bourgeoisie canadienne-française fédéraliste. Compilant trois courts métrages réalisés entre 1981 et 1985, le film Elvis Gratton : Le King des kings demeure aujourd'hui une œuvre marquante de la cinématographie québécoise et son personnage principal est entré dans le folklore québécois.


Les derniers films
En 1985, dépité par de nombreux refus de financement pour ses projets de films, Falardeau propose à l’ONF un projet de documentaire sur le Beaver Club, un cercle d'aristocrates issus traditionnellement du commerce de la fourrure. L'ONF accepte le projet et, avec l'aide de sa compagne Manon Leriche, il parvient à tourner des images du banquet annuel du Beaver Club. Ces images ne seront toutefois utilisées qu'en 1993, après le tournage du Steak, pour servir de matériel au film Le Temps des bouffons, un documentaire pamphlétaire d'une quinzaine de minutes.

Par la suite, Falardeau réalise surtout des longs métrages de fiction. On retrouve des films plus dramatiques tels que Le Party (1989), Le Steak (1992), Octobre (1994) et 15 février 1839 (2001). Falardeau poursuivra aussi dans la comédie en réalisant deux suites au premier Elvis Gratton : Elvis Gratton II : Miracle à Memphis (1999) et Elvis Gratton XXX : La Vengeance d'Elvis Wong (2004).

Il a écrit également plusieurs textes, discours et lettres ouvertes, dont quelques-uns ont été publiés dans les recueils La liberté n'est pas une marque de yogourt (Stanké, 1995), Les bœufs sont lents mais la terre est patiente (VLB, 1999) et Il n'y a rien de plus précieux que la liberté et l'indépendance (VLB, 2009). Il a aussi eu l'occasion de collaborer comme chroniqueur dans plusieurs publications, notamment Le Couac et Le Québécois.

Depuis 2008, il était chroniqueur à l'hebdomadaire Ici.

Il meurt le 25 septembre 2009 à l'hôpital Notre-Dame de Montréal, des suites d'un cancer du rein métastatique, laissant trois enfants.

Ses funérailles sont célébrées à l'église Saint-Jean-Baptiste de Montréal le 3 octobre 2009 devant plus de 2 000 personnes. Les funérailles ont été télédiffusées en direct.


Le Jardinier des Molson
Le Jardinier des Molson, est un scénario inachevé de Pierre Falardeau. D'abord publié de manière posthume chez les éditions Le Québécois, il est repris par le dessinateur Richard Forgues sous la forme d'une bande dessinée. La publication de cette œuvre, décrite par le dessinateur comme un storyboard est principalement financé par des contributeurs via le site de socio-financement Kickstarter.


Voici le résumé de l’œuvre inscrit sur la quatrième de couverture :
« Vers la fin de 1918, dans le nord de la France, les soldats du 22e bataillon montent en première ligne. La section du sergent Jules Simard, soit une quinzaine d'hommes, est chargée d'occuper un poste avancé. Les soldats découvrent, avec angoisse, que les Allemands sont en train de creuser une mine sous la position pour la faire sauter. Quatre jours avant d'être relevés! Quatre jours et quatre nuits interminables à attendre la relève. Ou l'explosion. »


— La Grande Guerre au quotidien, dans toute son horreur

Le plus souvent avec

Julien Poulin
Julien Poulin
(6 films)
Yves Trudel
Yves Trudel
(6 films)
Ronald Houle
Ronald Houle
(2 films)
Denis Trudel
Denis Trudel
(3 films)
Source : Wikidata

Filmographie de Pierre Falardeau (11 films)

Afficher la filmographie sous forme de liste

Acteur

C'est pas moi, je le jure!, 1h45
Réalisé par Philippe Falardeau
Origine Canada
Genres Drame, Comédie, Comédie dramatique
Acteurs Daniel Brière, Suzanne Clément, Antoine L'Écuyer, Micheline Bernard (actrice canadienne), Denis Gravereaux, Jean Maheux
Rôle Inspecteur
Note74% 3.7425553.7425553.7425553.7425553.742555
Au début de l’été 68, Léon Doré, 10 ans, passe à un cheveu de se pendre "accidentellement". Sa mère Madeleine le sauve in extremis, comme l’été précédent dans la piscine, comme il y a deux ans dans le congélateur, il a souvent tendance à commettre des méfaits (petits vols, vandalisme, etc.), s'automutiler et à faire des tentatives de suicides à chaque occasion. Léon est une bombe à retardement à l’imagination fertile. Bien sûr, il y a Papa et Maman qui s'engueulent tout le temps. Il y a aussi les maudits voisins et leurs vacances poches à la mer. Et évidemment, il y a Léa, la petite voisine fatigante qui a toujours raison, mais qui est secrètement amoureuse de lui.
Elvis Gratton 3: Le retour d'Elvis Wong, 1h45
Réalisé par Pierre Falardeau
Origine Canada
Genres Comédie
Thèmes La musique, Musique
Acteurs Julien Poulin, Yves Trudel, Nicolas Canuel, Louise Boisvert, Violette Chauveau, Benoît Rousseau
Rôle Wim Wondders
Note47% 2.367342.367342.367342.367342.36734
Dans ce film, Falardeau reprend son personnage récurrent, Elvis Gratton, caricature des fédéralistes libéraux québécois.
Le temps des bouffons, 15minutes
Réalisé par Pierre Falardeau
Origine Canada
Genres Documentaire
Acteurs Pierre Falardeau
Rôle Narrateur
Note79% 3.9984853.9984853.9984853.9984853.998485
Finalisé plusieurs années après son tournage en 1985, le film utilise le banquet de fête du 200e anniversaire du Beaver Club, se déroulant à l'hôtel Reine Elizabeth, pour dénoncer le régime colonialiste qui, depuis la défaite des plaines d’Abraham, est imposé au peuple québécois par le conquérant anglais.
Elvis Gratton 1: Le King des Kings, 1h29
Réalisé par Pierre Falardeau, Julien Poulin
Origine Canada
Genres Comédie
Thèmes La musique, Musique
Acteurs Julien Poulin, Pierre Falardeau, Yves Trudel, Évelyn Regimbald, Ronald Houle
Rôle Le photographe, le preacher, l'homme du canot.
Note70% 3.5402353.5402353.5402353.5402353.540235
Le film suit le parcours d'un garagiste grossier qui, après avoir remporté un concours d'imitation d'Elvis Presley, s'envole avec sa femme Linda à Santa Banana. Après une semaine remplie d'incidents imprévus et de péripéties sous les tropiques, il revient au Québec en étant bien décidé à redresser les valeurs morales de notre société.

Réalisateur

Elvis Gratton 3: Le retour d'Elvis Wong, 1h45
Réalisé par Pierre Falardeau
Origine Canada
Genres Comédie
Thèmes La musique, Musique
Acteurs Julien Poulin, Yves Trudel, Nicolas Canuel, Louise Boisvert, Violette Chauveau, Benoît Rousseau
Note47% 2.367342.367342.367342.367342.36734
Dans ce film, Falardeau reprend son personnage récurrent, Elvis Gratton, caricature des fédéralistes libéraux québécois.
15 Février 1839, 2h
Réalisé par Pierre Falardeau
Origine Canada
Genres Drame, Historique
Thèmes Politique
Acteurs Luc Picard, Roch Castonguay, Pierre Rivard, Bobby Beshro, Julien Poulin, Luc Proulx
Note71% 3.5890453.5890453.5890453.5890453.589045
Ce film relate les 24 dernières heures de deux patriotes canadiens condamnés à la pendaison, à la suite de la rébellion des Patriotes en 1837 et en 1838. Parmi ceux-ci figure François-Marie-Thomas Chevalier de Lorimier, un héros canadien-français.
Elvis Gratton 2: Miracle à Memphis, 1h45
Réalisé par Pierre Falardeau
Origine Quebec
Genres Comédie
Thèmes La musique, Musique
Acteurs Julien Poulin, Yves Trudel, Pierre Ébert, Anne-Marie Provencher, Guy Richer, Luc Picard
Note58% 2.900772.900772.900772.900772.90077
Elvis Gratton, mort depuis trois jours, est revenu à la vie. Premier homme à ressusciter depuis 2000 ans, il se remet tranquillement de son expérience à l'hôpital. Accompagné de son ami et beau-frère Méo, il part ensuite se reposer à la campagne. C'est là qu'il est rejoint par le producteur américain Donald Bill Clinton qui lui propose d'en faire une rock star internationale reconnue à travers le monde. Elvis accepte. Devenu rapidement une vedette adulée millionnaire, il crée une chaîne de restaurants fast food, achète l'île Sainte-Hélène, et fait tant bien que mal la promotion de l'unité canadienne.
Octobre
Octobre (1994)
, 1h37
Réalisé par Pierre Falardeau
Origine Quebec
Genres Drame
Thèmes Politique
Acteurs Luc Picard, Serge Houde, Hugo Dubé, Pierre Rivard, Denis Trudel, Serge Houde
Note73% 3.687643.687643.687643.687643.68764
Deux cents ans après la conquête de 1760 par l'armée anglaise, des Québécois prennent les armes pour l'indépendance de leur pays. Le Front de libération du Québec (FLQ), renouant avec la lutte des Patriotes de 1837, passe à l'action armée : attaques de casernes, vols d'armes, vols d'explosifs, vol à main armée de financement, dynamitages, etc. Année après année, vagues après vagues, les réseaux du FLQ sont démantelés par la police, pour renaître aussitôt. Pour répondre à la répression et faire libérer leurs camarades emprisonnés, des militants du FLQ déclenchent L'opération libération.
Le temps des bouffons, 15minutes
Réalisé par Pierre Falardeau
Origine Canada
Genres Documentaire
Acteurs Pierre Falardeau
Note79% 3.9984853.9984853.9984853.9984853.998485
Finalisé plusieurs années après son tournage en 1985, le film utilise le banquet de fête du 200e anniversaire du Beaver Club, se déroulant à l'hôtel Reine Elizabeth, pour dénoncer le régime colonialiste qui, depuis la défaite des plaines d’Abraham, est imposé au peuple québécois par le conquérant anglais.
Le steak
Le steak (1992)
, 1h15
Réalisé par Pierre Falardeau
Thèmes Sport, La boxe, Documentaire sur le sport, Documentaire sur une personnalité, Le boxe anglaise
Note71% 3.570093.570093.570093.570093.57009
Témoignage percutant sur la boxe, le film présente comme guide l'ex-champion canadien Gaëtan Hart , tristement célèbre pour avoir causé la mort de Cleveland Denny , l'un de ses adversaires, lors d'un combat. Le pugiliste se livre à cœur ouvert devant la caméra.
Le party
Le party (1990)
, 1h43
Réalisé par Pierre Falardeau
Origine Canada
Genres Drame
Thèmes La prison
Acteurs Charlotte Laurier, Julien Poulin, Angèle Coutu, Roger Léger, Roch Castonguay, Gildor Roy
Note69% 3.4868353.4868353.4868353.4868353.486835
Au Québec, dans un établissement pénitentiaire, la fête annuelle «Party» avec des amuseurs et de l'effeuillage est programmée. Tous les prisonniers se rassemblent dans le théâtre pour pouvoir profiter de ce spectacle. Mais tous n'ont pas l'humeur à la joie. Un homme nommé Boyer est envoyé au «trou» pour avoir été pris avec de l'argent en sa possession. Alors que sa femme, qui aurait pu le voir ce soir-là, est sur la scène et chante pour les prisonniers. C'est alors que son mari se suicide; au même moment, un prisonnier fait une évasion bien préparée, à l'aide d'un déguisement de femme.
Elvis Gratton 1: Le King des Kings, 1h29
Réalisé par Pierre Falardeau, Julien Poulin
Origine Canada
Genres Comédie
Thèmes La musique, Musique
Acteurs Julien Poulin, Pierre Falardeau, Yves Trudel, Évelyn Regimbald, Ronald Houle
Note70% 3.5402353.5402353.5402353.5402353.540235
Le film suit le parcours d'un garagiste grossier qui, après avoir remporté un concours d'imitation d'Elvis Presley, s'envole avec sa femme Linda à Santa Banana. Après une semaine remplie d'incidents imprévus et de péripéties sous les tropiques, il revient au Québec en étant bien décidé à redresser les valeurs morales de notre société.
Pea Soup
Pea Soup (1979)
, 1h34
Réalisé par Pierre Falardeau
Origine Canada
Genres Documentaire
Note61% 3.0914153.0914153.0914153.0914153.091415
Pea Soup est un film québécois de Pierre Falardeau et Julien Poulin sorti en 1979.
Le Magra
Le Magra (1974)
, 29minutes
Réalisé par Pierre Falardeau
Origine Canada
Genres Documentaire
Thèmes Documentaire sur le droit, Documentaire sur la police

La vie quotidienne à l'institut de Police de Nicolet ou comment on fabrique en série les défenseurs du pouvoir. " Le vidéo, un outil de pauvre. Mais un outil. Un outil de communication. Un outil de lutte simple et efficace. Malgré tout. " (Pierre Falardeau, 1975). / L'apprentissage du métier de policier à l'Institut de police de Nicolet est montré dans ses différentes étapes où s'expriment des attitudes conformistes et des gestes conditionnés. La caméra varie les prises de vues et les plans insistent sur la rigidité morale et physique de cet embrigadement qui incarne à la fois l'aliénation et la perte d'autonomie de l'individu.