Recherchez un film ou une personnalité :
FacebookConnexionInscription
Star Trek : Premier Contact est un film américain de genre Science-fiction réalisé par Jonathan Frakes sorti en France le 5 mars 1997 avec Patrick Stewart

Star Trek : Premier Contact (1996)

Star Trek: First Contact

Star Trek : Premier Contact
Si vous aimez ce film, faites-le savoir !
Facebook Partager la citation sur facebook William Riker : Nous avons achevé notre premier balayage senseurs de la zone neutre.
Jean-Luc Picard: Oh, fascinant. Vingt particules de poussière spatiale par mètre cube, 52 pics de radiation ultraviolet, et une comète de classe 2. Eh bien, voilà qui mérite certainement notre attention.
William Riker: Capitaie, pourquoi sommes-nous ici à chasser des comètes ?
Jean-Luc Picard: Disons simplement que Starfleet a une confiance pleine et entière dans l'Enterprise et son équipage... simplement ils ne sont pas sûrs de son capitaine. Ils pensent qu'un homme qui a été capturé et assimilé une fois par les Borgs ne devrait pas être mis en situation de leur faire face à nouveau. Faire cela reviendrait à introduire un "élément instable dans une situation critique".
William Riker: C'est ridicule. Votre expérience des Borgs fait de vous l'homme idéal pour mener cette bataille.
Jean-Luc Picard: L'Amiral Hayes n'est pas du même avis.

Facebook Partager la citation sur facebook Les Borgs : Nous sommes les Borgs. Abaissez vos boucliers et livrez vos vaisseaux. Nous ajouterons vos particularités biologiques et technologiques aux nôtres. Votre culture s'adaptera pour nous servir. Toute résistance est futile.

Facebook Partager la citation sur facebook Zefram Cochrane: Laissez-moi juste m'assurer que je vous suis bien, commandant. Un groupe de créatures cybernétiques venues du futur sont remontées dans le temps pour asservir l'espèce humaine... et vous êtes ici pour les arrêter ?
William Riker: C'est exact.
Zefram Cochrane: Bon Dieu ! Vous êtes héroïque.

Facebook Partager la citation sur facebook Jean-Luc Picard: Il y a six ans, ils m'ont assimilé dans leur ensemble. J'avais leurs équipements cybernétiques implantés partout dans mon corps. J'étais relié à leur esprit de ruche. Toute trace d'individualité effacée. J'étais l'un d'eux. Alors vous pouvez imaginer, ma chère, j'ai une perspective assez unique des Borgs, et je sais comment les combattre. Maintenant si vous voulez bien m'excuser, j'ai du travail à abattre.
Lily Sloane: Je suis vraiment idiote. C'est si simple. Les Borgs vous ont fait MAL et maintenant vous allez leur faire MAL en retour !
Jean-Luc Picard: Au siècle où je vis, nous ne succombons pas à la vengeance. Nous avons une sensibilité plus évoluée.
Lily Sloane: FOUTAISES ! J'ai vu votre tête quand vous avez abattu ces Borgs sur l'holodeck. Vous aviez presque l'air d'y prendre plaisir !
Jean-Luc Picard: Comment osez-vous.
Lily Sloane: Oh, allez, capitaine. Vous n'êtes pas le premier homme à avoir des frissons en assassinant quelqu'un ! Je vois ça tout le temps !
Jean-Luc Picard: SORTEZ !
Lily Sloane: Ou sinon quoi ? Vous allez me tuer, comme vous avez tué l'enseigne Lynch ?
Jean-Luc Picard: Il n'y avait aucun moyen de le sauver.
Lily Sloane: Vous n'avez même pas essayé ! Où étaient vos sensibilités plus évoluées à ce moment-là ?

Facebook Partager la citation sur facebook Jean-Luc Picard : Je ne sacrifierai pas l'Enterprise. Nous avons fait trop de compromis dans le passé. Trop battu en retraite. Ils envahissent notre espace, et nous nous replions. Ils assimilent des dizaines de mondes, et nous nous replions. Alors assez ! Ils n'iront pas plus loin, je le jure ! Cette fois-ci ils n'avanceront plus ! Et là, ils vont payer le prix pour tout ce qu'on a subi !

Facebook Partager la citation sur facebook Jean-Luc Picard : « Et sur la bosse de la baleine blanche il avait amassé la somme de toutes les rages, de toutes les haines ressenties par tous les siens. Sa poitrine aurait été un canon, son cœur serait devenu un obus. » [...] Achab a passé des années à chasser la baleine blanche qui lui avait pris sa jambe. Une soif de vengeance. Seulement, cette quête insensée l’a conduit à sa perte et à celle de son navire.
Jean-Luc Picard cite Moby Dick en faisant le parallèle entre lui-même et le capitaine Achab.

Facebook Partager la citation sur facebook Jean-Luc Picard : Initiez la séquence d'auto-destruction, autorisation Picard-quatre-sept-alpha-tango.
Beverly Crusher : Ordinateur, commandant Beverly Crusher. Confirmation de la séquence d'auto-destruction, autorisation Crusher-deux-deux-bêta-Charlie.
Worf : Ordinateur, lieutenant commandant Worff. Confirmation de la séquence d'autodestruction. Autorisation Worff-trois-sept-gamma-écho.
Computer : Autorisation de commande acceptée. En attente du code final pour initier la séquence d'auto-destruction.
Jean-Luc Picard : Ici le capitaine Jean-Luc Picard. Séquence de destruction alpha-un, 15 minutes, compte à rebours silencieux. Activez.
Computer : Autodestruction dans 15 minutes. Il n'y aura plus d'avertissements audio.
Beverly Crusher : Autant pour l’Enterprise E.
Jean-Luc Picard : Nous le connaissions à peine.
Beverly Crusher : Vous pensez qu'ils en construiront un autre ?
Jean-Luc Picard : Il reste plein de lettres dans l'alphabet.