Recherchez un film ou une personnalité :
FacebookConnexionInscription
W. S. Van Dyke est un Acteur, Réalisateur, Scénariste, Producteur et Assistant Director Américain né le 21 mars 1889 à San Diego (Etats-Unis)

W. S. Van Dyke

W. S. Van Dyke
Si vous aimez cette personne, faites-le savoir !
Nom de naissance Woodbridge Strong Van Dyke II
Nationalité Etats-Unis
Naissance 21 mars 1889 à San Diego (Etats-Unis)
Mort 5 février 1943 (à 53 ans) à Brentwood (Etats-Unis)

W. S. Van Dyke ou Woodbridge Strong Van Dyke II est un réalisateur américain, né le 21 mars 1889 à San Diego, en Californie, et mort par suicide le 5 février 1943 à Brentwood, en Californie (États-Unis). Il est parfois surnommé « One shoot Woody », littéralement « Woody-une-seule-prise ».

Biographie

Enfance
Né le 21 mars 1889 à San Diego en Californie, Woodbridge Strong Van Dyke II est le fils de l’avocat Woodbridge Strong Van Dyke I et de la pianiste de concert Laura Winston. Il est issu d’une vieille famille de souche hollandaise dans laquelle on retrouve déjà des artistes et des hommes de lettres renommés. Ainsi, on retrouve parmi ses cousins le critique d’art John Charles Van Dyke, et le diplomate et académicien Henry Van Dyke. Notons également parmi ses ancêtres le pédagogue William C. Woodbridge ainsi que le mathématicien Théodore Strong, ces ancêtre lui valant son prénom. Son père, Van Dyke I meurt seulement un jour après la naissance de son fils, à l’âge de 24 ans. Sa mère alors sans argent, s’engage dans une troupe de théâtre ambulante et « Woody » Van Dyke passe alors toute sa jeunesse parmi les saltimbanques voyageant d’une ville à l’autre. Dès 1892, il apparaît alors dans des pièces de théâtre et des mélos populaires. En 1903, il part vivre chez sa grand-mère à Seattle où il exercera toutes sortes de métiers (électricien, bûcheron, mineur, cheminot, matelot, mercenaire (au Mexique), ou encore chanteur de Music-hall) sans pour autant abandonner sa carrière théâtrale. Ainsi en 1907, il rejoint la nouvelle troupe de théâtre de sa mère, « The Laura Winston players » avec laquelle il effectuera plusieurs tournées à travers les États-Unis avec les compagnies de Vin Moore, Del Lawrence et avec Alexander Pantages par exemple.


Premiers pas au cinéma
A l’automne 1915, il quitte les planches pour devenir assistant-réalisateur et scénariste chez Essanay à Chicago puis en Californie. Pour son premier travail, il seconde Charles Brabin sur « The Raven » (Le Corbeau), film basé sur l’œuvre d’Edgar Allan Poe. En 1916, l’acteur Charles Long, un ancien des « Laura Winston players » à D.W. Griffith. Van dyke attire alors rapidement l’attention du célèbre réalisateur en coiffant les figurants d’ «Intolérance » et devient alors chef-perruquier, puis assistant décorateur, et enfin assistant tout court. Il devient par la même occasion un ami intime de Griffith et apparaît même devant la caméra dans le film (il est un conducteur de char assyrien, un grand prêtre de Babylone, témoin des noces de Cana, victime de la Saint-Barthélemy, et cascadeur tombant des murs de la ville lors de l’assaut final). Une fois « Intolérance » terminé, il devient assistant de James Young à la Paramount puis réalisateur de western à petit budget.

En 1918, il est mobilisé en Europe mais ne participe pas aux combats à son grand regret.

En 1920, la Pathé lui confie « Daredevil Jack » (Jack-sans-peur) un sérial de 15 épisodes interprété par le champion de monde de boxe, Jack Dempsey. Ce dernier étant incapable de se battre « pour rire », ses adversaires ne se relèvent plus et Van Dyke doit généralement se contenter d’une seule prise faute de figurants valides. Il termine alors son sérial en un temps record. Il est alors cantonné aux sérials en devenant le réalisateur attitré de l’actrice Ruth Roland. Son exigence et son rythme forcené du travail lui valent rapidement la haine de l’actrice et une réputation d’ « Action man » hors-série dont il aura des difficultés à se défaire. Van Dyke est également un excellent cavalier, et tireur d’élite et égale bien souvent ses cascadeurs en termes de prouesses. Son passage par la réalisation de sérial lui vaut d’être cité parmi « les trois plus meilleurs réalisateur de sérial du cinéma muet » aux côtés de George B. Seitz et de Spencer Gordon Bennett par certains historiens du western américain.

En 1924, la Fox lui confie sept westerns avec Buck Jones. Il installe alors ses caméra dans le désert de Mojave et tournes ses films en 9 jours au lieu de 26. On parle même d’un film terminé en 2 jours et 2 nuits.

Mais le réalisateur ne se cantonne pas aux westerns et aborde avec succès jusqu’en 1928 d’autres genres comme le mélodrame ("Living Lies", "The Destroying Angel"), le film de gangster ("Beautiful sinner") la comédie ("Half-a-dollar bill") la reconstitution historique ("The Chicago fire") et le film de guerre ("Under the black eagle").


Carrière pour la Metro-Goldwyn-Mayer
En 1926, la Métro Goldwyn Mayer, nouvellement constituée sous l’égide de Louis B. Mayer et de Irving G. Thalberg, est la firme cinématographique la plus puissante au monde. La M.G.M produit alors principalement des mélodrames, des comédies mondaines et des fresques historiques mais ignore le genre mineur du « film de cowboy ». Or en 1924, la Paramount connaît une énorme succès avec son film « The Covered Wagon », ambitieuse chronique de la ruée vers l’ouest réalisé par James Cruze et tournée entièrement en décors naturels avec de véritables « Peaux-Rouges ». Ce succès de la firme concurrente, incite la MGM à se tourner vers ses premiers westerns, et dans ce dessein, Thalberg contacte Van Dyke à l’été 1926. Van Dyke transporte alors son matériel et son équipe dans le Wind River Indian Reservation (Wyoming) puis dans le Parc National de Jackson Hole (Yellowstone). Aucune scène ne sera tournée en extérieur de véritables « Peaux-Rouges » apparaitront également à l’écran dans un souci d’authenticité. A cette occasion, le réalisateur se fait vite remarquer. Travaillant parfois sur deux projets à la fois, il livre deux films en 30 jours à l’ahurissement général. Retenons dans cette série de film « War Paint » (Œil-de-faucon), film résolument pro-indien qui donne le ton de cette série alors inhabituelle tant par la qualité que par les sujets et moyens à disposition.

C’est avec White Shadows in the South Seas (Ombres Blanches en France), adapté du roman éponyme de Frederick O’Brien, premier film entièrement tournée en Polynésie, et premier film sonore projeté en France, que Van Dyke s’impose comme un réalisateur de talent. A l’origine destiné à être réalisé en commun avec Robert J. Flaherty, ce dernier, suite à des différents avec Van Dyke quitte rapidement le tournage, après n’avoir filmé que quelques scènes. Ce film qui parle d’exploitation coloniale, de racisme, et qui se termine sur un bouleversant constat d’échec est un grand succès aussi bien auprès du public que des critiques. Van Dyke que l’on connaissait pour être un réalisateur rapide et consciencieux s’avère également être un créateur sensible et poète. Déjà célèbre pour ses talents à filmer en extérieur, dans de véritables décors, Van Dyke obtient alors les faveurs de Irving Thalberg qui confie par la suite au réalisateur d’autre projets d’ampleur tournés en extérieur. Ainsi en 1931, Van Dyke réalise Trader Horn, l’histoire d’un trafiquant d’ivoire irlandais qui a parcouru pendant plus de 40 ans le continent africain. Ce film, qui a nécessité des moyens ahurissant pour l’époque (3 millions de dollars alors qu’une production moyenne coûtait alors 325 000 dollars) fait encore un peu plus de Van Dyke ce « réalisateur aventurier » déjà reconnu. Par la suite il réalise également Tarzan, The Ape Man (Tarzan l’homme-singe), premier film sonore de Tarzan encore aujourd’hui considéré parmi les meilleures adaptation de l’ouvrage de Edgar Rice Burroughs. Van Dyke intègre alors à son film des plans inutilisés de Trader Horn et tourne le restant des scènes dans un décors de jungle recréé dans la région du lac Sherwood. C’est aussi le premier film avec Johnny Weissmuller dans le rôle-titre, le champion olympique de natation devenant par la suite l’incarnation même du personnage qu’il jouera pas moins de 11 fois jusqu’en 1948.

Après deux films policiers, et une comédie, le réalisateur que l’on sait membre actif de l’ « International Adventurer’s Club », de l’ « Explorer’s Club of New York » ou encore de la « Royal Geographic Society » se lance une nouvelle fois dans une entreprise qui mêle cinéma et aventure avec Eskimo, adaptation du roman de l’explorateur danois Peter Freuchen. Après Ombres Blanches et Trader Horn, Van Dyke traite à nouveau de l’histoire d’un paradis menacé, d’une pureté que l’Occidental s’acharne à détruire par méchanceté, rancœur ou incompréhension. Cette fois ci, l’histoire se déroule au Groenland, mais sera tournée en Alaska, les 4 mois d’obscurité du Groenland rendant le tournage impossible. Les conditions extrême du tournage faillir coûter la vie à Van Dyke et son équipe mais le film, projeté en 1934, connu un immense succès à sa sortie. Toutefois, Van Dyke, résolu à ne plus recommencer pareille aventure, fit ajouter une clause à son contrat lui permettant désormais de refuser de tourner des films dans des endroits trop dangereux pour lui ou son équipe.




Par la suite, l’infrastructure de la MGM permet un contrôle plus strict des réalisateurs et Van Dyke se résigne alors à tourner ce que les dirigeants de la Metro lui confient. Les films qu'il réalise sont néanmoins pour la plupart des succès au box-office, à l'image "Manhattan Melodrama" en 1934 ("L'Ennemi public n°1" en France) un film de gangster avec Clark Gable, de "The Thin Man" en 1934("L'introuvable" en France), "Hide Out" ("Jours Heureux") en 1935, "San Francisco" en 1936 ou encore "The Devil is a Sissy" ("Au seuil de la vie") en 1936.

Economiquement parlant, W.S. Van Dyke est alors au sommet de sa gloire, étant le cinéaste le mieux payé de la M.G.M. et même le mieux payé de tout Hollywood après Frank Capra. Mais la lente éviction, puis la disparition de Thalberg, le 14 septembre 1936, laisse la M.G.M. aux mains de Louis B. Mayer. Van Dyke est désormais bien souvent cantonné à des productions sophistiquées destinées à mettre en valeur les stars du moment ou à reprendre des productions inachevées. On peut retenir de cette périodes des films comme "They gave him a gun" ("on lui donna un fusil") en 1937 ou encore "Marie-Antoinette" en 1938, film tourné à l'occasion du 15e anniversaire de la M.G.M. imaginé par Thalberg avant sa mort pour sa femme Norma Shearer.


Mort
Dans la seconde moitié de 1942, malgré un cancer et un cœur malade, Van Dyke réussit à réaliser un dernier film, Journey for Margaret, dont la première eut lieu à New York le 17 décembre 1942.

Van Dyke, avait refusé la plupart des traitements et des soins médicaux durant ses dernières années. Après la sortie mondiale de Journey for Margaret en janvier 1943, il dit au revoir à sa femme, à ses enfants et au patron du studio Louis B. Mayer, puis se suicide le 5 février à Brentwood, Los Angeles.

Jeanette MacDonald et Nelson Eddy, chantent et officient à son enterrement, selon la volonté de Van Dyke,

Il est inhumé au cimetière du parc commémoratif Forest Lawn de Glendale, près de sa mère, Laura Winston.

Ses meilleurs films

San Francisco (1936)
(Réalisateur)
La Fugue de Mariette (1935)
(Réalisateur)
Un coeur, deux poings (1933)
(Réalisateur)
Trader Horn (1931)
(Réalisateur)
Ombres blanches (1928)
(Réalisateur)
Eskimo (1933)
(Acteur)

Le plus souvent avec

Cedric Gibbons
Cedric Gibbons
(31 films)
Hunt Stromberg
Hunt Stromberg
(15 films)
Edward Hearn
Edward Hearn
(12 films)
Clyde De Vinna
Clyde De Vinna
(10 films)
Source : Wikidata

Filmographie de W. S. Van Dyke (76 films)

Afficher la filmographie sous forme de liste

Acteur

The Miracle of Sound, 11minutes
Origine Etats-Unis
Genres Documentaire
Thèmes Documentaire sur le monde des affaires, Documentaire sur le cinéma, Documentaire sur les villes
Acteurs Jeanette MacDonald, Nelson Eddy, Clark Gable, Greer Garson, W. S. Van Dyke, Hedy Lamarr
Note50% 2.540662.540662.540662.540662.54066
The film starts with a brief introduction to the work of Thomas A. Edison and a clip from William K.L. Dickson's Dickson Experimental Sound Film (c. 1894). Douglas Shearer then presents a behind the scenes look at the filming of W.S. Van Dyke's Bitter Sweet (1940) featuring Jeanette MacDonald and Nelson Eddy to explain how the sound is recorded. A scene from King Vidor's Comrade X (1940) featuring Clark Gable and Hedy Lamarr is used to demonstrate the final result. The film concludes with a montage from trailers for coming MGM pictures and a Technicolor screen test of Greer Garson for Mervyn LeRoy's Blossoms in the Dust (1941).
Another Romance of Celluloid, 11minutes
Réalisé par Herman Hoffman
Origine Etats-Unis
Genres Documentaire
Thèmes Documentaire sur le monde des affaires, Documentaire sur le cinéma, Documentaire sur les villes
Acteurs Freddie Bartholomew, Frank Capra, William H. Daniels, Clark Gable, Betty Ross Clarke, Myrna Loy
Rôle Himself (uncredited)
Note60% 3.019033.019033.019033.019033.01903
The film starts with a brief reprise of the previous film, before cutting to the Metro-Goldwyn-Mayer Studios in Culver City, California where assistant cameraman Bill Reilly picks up the film from the lab for Marie Antoinette (1938) which he passes on to cameraman William H. Daniels. Behind the scenes footage shows W.S. Van Dyke directing a scene between Norma Shearer and Robert Morley before the negative is taken to the lab to be developed, dried and polished by lab technician John M. Nickolaus. The test strips are then read and delivered to the print room for printing. A tram takes the viewer on a quick tour of the studio complete with behind the scenes footage of George B. Seitz directing Judge Hardy's Children (1938), Freddie Bartholomew training with elephants for the then unproduced Kim, Luise Rainer doing a costume test for The Toy Wife (1938), and candid footage of Clark Gable, Myrna Loy and Spencer Tracy. The film concludes with a montage from trailers for coming MGM pictures and footage of Louis B. Mayer, Frank Capra, Luise Rainer and Louise Tracy at the 10th Academy Awards banquet.
Eskimo
Eskimo (1933)
, 1h57
Réalisé par W. S. Van Dyke
Origine Etats-Unis
Genres Drame
Acteurs Ray Mala, Lotus Long, W. S. Van Dyke, Edward Hearn, Joe Sawyer, Edward Hearn
Rôle l'inspecteur
Note69% 3.4861553.4861553.4861553.4861553.486155
Mala vit tranquille dans son village d'Alaska, avec sa femme et leur bébé. Mais des Blancs arrivent et sèment le chaos. L'un d'eux viole et tue la femme de Mala. Celui-ci se venge, puis doit s'enfuir pour échapper à la loi des Blancs.
The Eyes of the Totem
Réalisé par W. S. Van Dyke
Genres Drame
Acteurs Wanda Hawley, Tom Santschi, Anne Cornwall, Gareth Hughes, Bert Woodruff, W. S. Van Dyke
Rôle the Police Chief

Mariam Hardy, young daughter Betty and husband Jim live in a log cabin in the desolate and frozen north, where Jim works their mining claim. Mariam longs for a normal life in the civilized world. Her husband returns one day with cash and the news that he has sold the claim. They board a steamer bound for Tacoma. Upon reaching the city, Jim is murdered and the cash is stolen by a mysterious steely-eyed stranger. Left penniless with a small child to care for, Mariam becomes a beggar. Over the years she becomes a respectable member of society, but she always keeps a watch for the eyes of the murderer. A chance encounter reveals his identity, leading to a violent confrontation.
Intolérance, 2h43
Réalisé par D. W. Griffith
Origine Etats-Unis
Genres Drame, Historique
Thèmes Afrique post-coloniale, Religion, La peine de mort, La bible, Représentation de Jésus Christ
Acteurs Vera Lewis, Ralph Lewis, Mae Marsh, Robert Harron, Fred Turner, Gino Corrado
Rôle Cana Wedding Guest
Note77% 3.8965753.8965753.8965753.8965753.896575
Quatre époques sont présentées en alternance pour dénoncer l'intolérance : la répression des grèves, le massacre de la Saint-Barthélemy, la Passion du Christ et Babylone. De la Babylone antique au début du XX siècle, une illustration métaphorique de la cruauté et de la férocité de l'homme envers son prochain.

Réalisateur

Cairo
Cairo (1942)
, 1h41
Réalisé par W. S. Van Dyke
Origine Etats-Unis
Genres Drame, Comédie, Comédie romantique, Espionnage, Musical, Romance
Thèmes Afrique post-coloniale, Film sur un écrivain, Espionnage, Journalisme, La musique, Musique, Politique
Acteurs Jeanette MacDonald, Robert Young, Reginald Owen, Ethel Waters, Lionel Atwill, Grant Mitchell
Note62% 3.148413.148413.148413.148413.14841
Le reporter Homer Smith (Robert Young), correspondant de guerre, s'installe en Égypte et y fait la connaissance de Marcia Warren (Jeanette MacDonald), vedette de cinéma, qui se trouve mêlée accidentellement dans une affaire d'espionnage qui consiste à empêcher les nazis de bombarder les convois alliés. Il est persuadé qu'elle est une espionne.
Dr. Kildare's Victory, 1h32
Réalisé par W. S. Van Dyke
Origine Etats-Unis
Genres Drame
Acteurs Lew Ayres, Lionel Barrymore, Ann Ayars, Robert Sterling, Jean Rogers, Alma Kruger
Note63% 3.1913.1913.1913.1913.191
Dr. Kildare (Lew Ayres) is involved in a dispute between two competing hospitals. The trouble begins when an intern rushes a beautiful girl to Kildare's hospital. She has a shard of glass imbedded in her heart.
Journey for Margaret, 1h21
Réalisé par W. S. Van Dyke
Origine Etats-Unis
Genres Drame, Guerre
Thèmes L'enfance, Transport, Aviation, Politique
Acteurs Robert Young, Laraine Day, Fay Bainter, Nigel Bruce, Margaret O'Brien, Leyland Hodgson
Note71% 3.5872953.5872953.5872953.5872953.587295
Pendant la deuxième guerre mondiale, le correspondant de guerre américain John Davis quitte la France pour se rendre à Londres avec sa femme qui est enceinte. Il souhaite qu'elle retourne chez eux au Connecticut, mais elle veut rester à ses côtés. Pendant le Blitz, elle est blessée et perd son bébé.
L'ombre de l'introuvable, 1h37
Réalisé par W. S. Van Dyke
Origine Etats-Unis
Genres Thriller, Comédie, Comédie policière, Policier, Romance
Acteurs William Powell, Myrna Loy, Barry Nelson, Donna Reed, Sam Levene, Henry O'Neill
Note72% 3.647363.647363.647363.647363.64736
Le couple Nick et Nora Charles reprend du service pour une nouvelle affaire : le meurtre d'un jockey lié à la mafia locale.
The Feminine Touch, 1h37
Réalisé par W. S. Van Dyke
Origine Etats-Unis
Genres Comédie
Acteurs Rosalind Russell, Don Ameche, Kay Francis, Van Heflin, Gordon Jones, Donald Meek
Note64% 3.247343.247343.247343.247343.24734
College professor John Hathaway is writing a book about jealousy and how he doesn't believe in it. He isn't the least bit perturbed, for example, when his lovely wife Julie is the object of desire in the eyes of the school's football star, Rubber Legs Ryan.
La Proie du mort, 1h25
Réalisé par Richard Thorpe, W. S. Van Dyke, Robert B. Sinclair
Origine Etats-Unis
Genres Drame, Thriller, Noir, Policier
Acteurs Robert Montgomery, Ingrid Bergman, George Sanders, Lucile Watson, Oskar Homolka, Philip Merivale
Note63% 3.196893.196893.196893.196893.19689
À Londres, Ward Andrews retrouve par hasard Philip Monrell, son ancien camarade de chambrée à l'université, qui vient de rentrer de Paris. Philip invite Ward dans sa maison de campagne, où ils rencontrent Stella Bergen, la secrétaire de M Monrell, la mère de Philip. Cette dernière craint que son fils néglige son travail à l'aciérie familiale et espère que Stella, qu'elle aime comme sa propre fille, épousera Philip. Stella l'aime bien, mais elle est plus attirée par Ward. Philip semble s'en satisfaire, mais il est heureux de voir partir Ward. M Monrell annonce alors qu'elle part en voyage en Afrique pour sa santé, et que Philip doit diriger l'usine. Stella encourage Philip à faire que sa mère désire malgré ses craintes, et il lui révèle alors que lorsqu'il était à Paris il s'était fait passer pour Ward et qu'il s'était senti mieux. Il demande alors à Stella de l'épouser et elle accepte.
Je profite de cette femme, 1h38
Réalisé par Frank Borzage, Josef von Sternberg, W. S. Van Dyke
Origine Etats-Unis
Genres Drame
Acteurs Spencer Tracy, Hedy Lamarr, Jack Carson, Verree Teasdale, Kent Taylor, Louis Calhern
Note63% 3.1992353.1992353.1992353.1992353.199235
Georgi a tenté de se suicider en réaction à une histoire d'amour plus tôt. Maintenant que le Dr Decker l'a épousée, il se propose de lui faire de l'aimer. Pour faire assez pour lui donner ce qu'elle veut, il devient médecin riche, abandonnant ses services cliniques aux pauvres.
Le Grand Passage, 2h5
Réalisé par Jack Conway, Norman Foster, W. S. Van Dyke, King Vidor
Origine Etats-Unis
Genres Drame, Aventure, Historique, Western
Thèmes Politique
Acteurs Spencer Tracy, Robert Young, Walter Brennan, Ruth Hussey, Nat Pendleton, Robert Barrat
Note70% 3.545593.545593.545593.545593.54559
1759. Après avoir été expulsé d'Harvard pour s'être moqué du président de l'Université, Langdon Towne revient chez lui à Portsmouth (New Hampshire) et annonce à sa fiancée Elizabeth Browne qu'il va devenir un grand artiste. Après avoir insulté le puissant Wiseman Clagett, Langdon se retrouve encore obligé de fuir. Avec son ami "Hunk" Marriner, ils rencontrent le Major Robert Rogers, sur le point de monter une expédition contre une tribu indienne en guerre. Rogers demande à Langdon de se joindre à eux pour dessiner des cartes, mais il ne réussira à les engager qu'en les faisant boire.