Recherchez un film ou une personnalité :
FacebookConnexionInscription
Tippi Hedren est une Actrice et Producteur Américaine née le 19 janvier 1930 à New Ulm (Etats-Unis)

Tippi Hedren

Tippi Hedren
Si vous aimez cette personne, faites-le savoir !
Nom de naissance Nathalie Kay Hedren
Nationalité Etats-Unis
Naissance 19 janvier 1930 (89 ans) à New Ulm (Etats-Unis)

Tippi Hedren, née Nathalie Kay Hedren le 19 janvier 1930 à New Ulm au Minnesota, est une actrice américaine et une militante de la cause animale.

D'abord mannequin, elle est découverte par Alfred Hitchcock en 1961 dans une publicité. Le réalisateur fait d'elle sa nouvelle muse en lui offrant le rôle principal de deux de ses films : Les Oiseaux (1963) et Pas de printemps pour Marnie (1964). Néanmoins, le contrôle obsessionnel qu'il veut exercer sur elle et ses avances répétées ont raison de leurs relations personnelles et professionnelles. Hitchcock fait en sorte de détruire la carrière d'Hedren et, lorsque celle-ci est libérée de son contrat, elle joue dans de nombreux films à petits budgets. Bien qu'elle tourne sous la direction de réalisateurs tels que Charles Chaplin, Alexander Payne ou David O. Russell, aucun de ses films suivant sa collaboration avec le « maître du suspense » ne rencontre le succès des Oiseaux.

En parallèle à une carrière cinématographique en déclin, Hedren met sa célébrité au service des causes qui lui tiennent à cœur. À la fin des années 1960, elle se découvre une passion pour les félins et se consacre à leur défense lorsqu'elle fonde, en 1983, la réserve animalière The Shambala Preserve.

Biographie

Naissance et enfance
Tippi Hedren naît le 19 janvier 1930 à New Ulm dans le Minnesota et passe son enfance à Lafayette en Louisiane.

Son père, Bernard Carl Hedren (1893-1979), est un propriétaire de magasin d'origine suédoise et sa mère, Dorothea Henrietta (née Eckhardt) (1899-1994), est une institutrice germano-norvégienne. Son véritable prénom, Nathalie, est jugé trop sérieux pour une enfant par son père qui la surnomme « Tupsa » puis « Tippi », signifiant « petite fille. » Ses parents lui donnent une éducation luthérienne qui lui sert tout au long de sa vie.

Adolescente, Tippi Hedren souhaite devenir patineuse artistique. Ses parents n'ayant pas assez d'argent pour lui faire prendre des cours, elle observe ses amis pratiquer avec des enseignants et s'entraîne ensuite sur les lacs de Minneapolis. Cependant, elle se voit contrainte d'arrêter après deux opérations au pied.


Mannequinat
À l'âge de 14 ans, alors qu'elle s'apprête à rentrer chez elle après une journée d'école, une femme l'interpelle et lui demande de devenir modèle pour son grand magasin Donaldson's. Ses parents acceptent et Hedren envisage alors sérieusement de poursuivre son avenir dans le monde de la mode. Pour cela, elle déménage en Californie puis à New York où Eileen Ford, la fondatrice de l'agence qui porte son nom, l'engage en tant que mannequin pour un salaire de 35 dollars de l'heure. Hedren connaît le succès immédiat et est photographiée pour les couvertures de plusieurs magazines comme Cosmopolitan, Seventeen, Life ou encore Collier's Weekly.

En 1950, elle fait de la figuration pour le film musical La Scandaleuse Ingénue de Henry Levin avec Robert Cummings et Joan Caulfield. Deux ans plus tard, elle se marie avec le publicitaire Peter Griffith, avec qui elle a une fille, Melanie Griffith. Le couple divorce en 1961 et Hedren décide de poursuivre sa carrière de mannequin en Californie pensant avoir le même succès qu'à New York. Elle loue alors une maison dans le quartier de Sherman Oaks à Los Angeles pour 500 dollars le mois.


Carrière cinématographique
Collaboration avec Alfred Hitchcock
Les Oiseaux (1963)
Découverte et formation

Elle joue alors dans une douzaine de publicités dont l'une qui promeut une boisson diététique appelée Sego. Le 13 octobre 1961, après sa diffusion dans l'émission The Today Show, Hedren reçoit un appel de la société de production cinématographique Universal Pictures. Un homme l'informe qu'un réalisateur a vu cette publicité et souhaite la rencontrer. Il lui demande d'apporter différentes photos et films de ses publicités mais refuse de dévoiler le nom de celui qu'elle intéresse.

La semaine suivante, elle rencontre Herman Citron, agent du studio. Ce dernier lui révèle alors qu'Alfred Hitchcock souhaite lui faire signer un contrat d'une durée de sept ans pour un salaire de cinq cent dollars par semaine. Abasourdie à l'idée de travailler pour lui, elle doit signer avant même de rencontrer celui que l'on surnomme le « maître du suspense. » Elle pense alors qu'elle va apparaître dans sa célèbre série Alfred Hitchcock présente et est ravie de trouver du travail pour, entre autres, pouvoir prendre soin de sa fille.

C'est le 24 octobre qu'elle le rencontre. Le réalisateur discute avec d'elle de voyages, de nourriture, de vêtements mais n'aborde pas une seule fois la raison pour laquelle il l'a engagée. Selon le chef décorateur Robert F. Boyle, Hitchcock est particulièrement sensible aux femmes comme Ingrid Bergman et Grace Kelly qui « se comportent comme des dames bien élevées » et ajoute que « Tippi irradiait cette qualité. Il était très impressionné par la façon dont elle marchait. »

Hedren tourne alors des bouts d'essai, interprétant différentes scènes de films du metteur en scène. Elle reprend les rôles principaux féminins de Rebecca (1940), Les Enchaînés et La Main au collet joués respectivement par Joan Fontaine, Ingrid Bergman et Grace Kelly. Hitchcock la fait répéter chez lui avec sa femme, Alma, et l'acteur Martin Balsam lui donne la réplique dans un essai filmé dont le tournage dure trois jours pour un coût d'environ trente mille dollars. Le réalisateur devient son professeur d'art dramatique et lui apprend à analyser un scénario, à s'immerger dans un rôle et à comprendre les relations entre les différents personnages d'une histoire.

Quatre mois plus tard, Hedren est invitée à dîner au restaurant Chasen's par Hitchcock, sa femme, et le responsable du studio Universal, Lew Wasserman. Hitchcock lui offre alors une broche ornée de trois oiseaux dorés en vol avec de très petites perles et lui demande de jouer le rôle de Melanie Daniels dans le film qu'il prépare et intitulé Les Oiseaux. Hedren est sous le choc d'autant plus qu'il ne lui était jamais venu à l'idée de se voir confier le rôle principal d'un film aussi important.


Préparation
Écrit par le scénariste Evan Hunter et inspiré par la nouvelle éponyme de Daphne du Maurier, l'histoire des Oiseaux débute avec Melanie Daniels, une jeune femme de la haute société de San Francisco. Celle-ci se rend au village de Bodega Bay pour amener deux inséparables en cage à une petite fille qu'elle ne connaît pas, mais dont le frère, Mitch Brenner (Rod Taylor), un avocat qu'elle n'a rencontré qu'une seule fois, lui paraît séduisant. À peine arrivée, elle est blessée au front par une mouette. Elle est alors invitée à dîner chez Mitch où sa mère, Lydia (Jessica Tandy), se révèle être une femme jalouse et possessive. Le lendemain, au cours d'un goûter d'anniversaire, des mouettes attaquent les enfants, puis le soir des moineaux en grand nombre font irruption par la cheminée des Brenner. Le jour suivant, des corbeaux attaquent les enfants à la sortie de l'école. Les mouettes attaquent ensuite la ville et provoquent un incendie. Ces différentes épreuves rapprochent Melanie de Mitch et se fait même accepter par Lydia. Cependant, tôt le matin, seule éveillée, elle entend un bruit à l'étage. Elle monte et découvre un trou dans le toit. Des dizaines d'oiseaux l'assaillent. Elle finit par s'effondrer, bloquant la porte. Mitch et Lydia viennent à son secours. Sérieusement blessée, Melanie doit être transportée à l'hôpital. Cette dernière, accompagnée de Mitch, sa mère et sa sœur, réussit à sortir et à s'installer dans la voiture et s'éloigne très lentement, parmi des milliers d'oiseaux massés partout sur le sol et les bâtiments.

Afin qu'elle soit telle qu'il se l'imagine, Hitchcock transforme l'apparence d'Hedren. Au début de l'année 1962, il organise plusieurs réunions avec ses collaborateurs afin de définir l'aspect du personnage de Melanie. Edith Head et Rita Riggs s'occupent des costumes tandis que Virginia Darcy et Howard Smith (acteur) des coiffures et du maquillage. Hitchcock sélectionne alors un manteau de vison pour suggérer le luxe et un tailleur vert amande pour les vêtements, un bracelet, une bague et un rang de perles pour les bijoux et choisit une coiffure dégageant le visage.

Il s'occupe lui-même du jeu de Hedren, ravi qu'elle soit une débutante. Cette dernière participe à toutes les étapes de préparation du film et estime avoir appris en trois ans ce qui, autrement, lui en aurait pris quinze. Hitchcock ne lui dit pourtant que peu de choses quant au personnage qu'elle doit jouer. Il lui suggère cependant que celui-ci peut être comparé à celui de Tallulah Bankhead dans son film Lifeboat (1944) car l'un comme l'autre sont « au début artificiels et blasés, et deviennent plus naturels et humains au cours des épreuves physiques. »


Un tournage d'abord merveilleux puis éprouvant
Le tournage, qui débute le 5 mars 1962 pour une durée de quatre mois, est pour Hedren « merveilleux », bien qu'elle soit soumise à un emploi du temps très strict. Il ne lui en effet accordé qu'une journée et demi de repos sur les six mois que dure le tournage.



Certaines séquences s'avèrent difficile à tourner et c'est Hedren qui en souffre le plus. Lorsque les oiseaux attaquent la ville, son personnage trouve refuge dans une cabine téléphonique. Une fausse mouette est attachée par un câble pour cogner contre une vitre censé être du verre sécurit. Lorsque l'oiseau arrive, la vitre se brise sur le visage d'Hedren. Elle doit alors passer l'après midi à enlever les petits bouts de verre enfoncés dans sa peau.

Mais c'est la scène finale où elle se fait attaquer par les oiseaux dans un grenier qui s'avère être une épreuve aussi pénible physiquement que moralement. À la lecture du scénario, Hedren demande à Hitchcock pourquoi Melanie irait à l'étage après toutes ces attaques. Le réalisateur lui répond simplement : « Parce que je vous le dis. » Hedren lui fait ensuite part de ses inquiétudes sur la façon dont cette scène sera tournée. Il lui assure que des oiseaux mécaniques seront utilisés. Il est cependant question d'utiliser de vrais oiseaux mais elle ne l'apprend que le jour où elle doit commencer à la tourner. C'est l'assistant réalisateur, Jim Brown, qui, gêné, le lui annonce.
Il s'agit de l'une des dernières prises de vues à filmer et Hedren, qui a vu les blessures des dresseurs, est effrayée à l'idée de devoir affronter des mouettes et des corbeaux.
Pour cette scène, un décor spécial est construit, entouré par une énorme cage. Pendant cinq jours, les accessoiristes jettent les oiseaux sur elle. Après deux journées de tournage, Hedren commence à être fatiguée puis devient nerveuse au fur et à mesure que le tournage avance. Alors qu'il vient visiter le plateau, l'acteur Cary Grant lui dit, après avoir observé quelques prises, qu'elle est la femme la plus brave qu'il ait rencontrée. Le vendredi, alors que son personnage s'écroule à terre, des oiseaux sont attachés à ses vêtements. L'un d'eux s'approche de son visage et manque de lui faire perdre un œil. Exténuée, Hedren fait arrêter le tournage et s'assoit au milieu du plateau pour pleurer. Cette expérience est pour elle un cauchemar et lorsqu'elle revient la semaine suivante, elle se rend fatiguée dans sa loge pour se préparer mais s'endort et personne n'est capable de la réveiller.
Un médecin informe Hitchcock qu'il lui faut du repos pour une semaine, ce à quoi le réalisateur répond qu'il faut absolument qu'elle tourne les derniers plans. Hedren se rappelle avoir entendu le médecin demander alors à Hitchcock s'il essayait de la tuer. Elle est alors remplacée durant cinq jours par une doublure pour les scènes suivant l'attaque et des gros plans de son visage sont ajoutés par la suite. Selon Hedren, Hitchcock a choisi une débutante pour le film à cause de ces conditions extrêmes de travail.


Promotion, sortie et réception du film
Après s'être rétablie, Hedren participe activement à la grande campagne de promotion du film qui débute avec le slogan : « Les Oiseaux arrivent! » Dès les premières projections privées, les personnes présentes, dont Lew Wasserman et la femme d'Hitchcock, s'accordent à dire que l'interprétation d'Hedren est remarquable. Le réalisateur ne cache pas son souhait de faire de cette dernière sa « nouvelle Grace Kelly. » Il déclare au journaliste Bob Thomas de l'Associated Press, quelques semaines après le début du tournage, que sa nouvelle interprète est remarquable et ajoute qu'elle « a déjà atteint les hauts et les bas de la terreur. » En décembre 1962, alors qu'elle fait la couverture du magazine Look, Hitchcock estime avoir trouvé meilleur que Kelly en Hedren en citant son tempo « plus rapide », sa désinvolture et son humour.



Présenté en avant-première mondiale au Festival de Cannes 1963, Les Oiseaux fait l'ouverture mais n'est pas sélectionné pour la compétition officielle. En sortant de la projection, le public est sous le choc : « Ce n'est pas le lâcher de quelques pigeons débonnaires, ni le charme de son interprète Tippi Hedren qui pourront atténuer l'impression d'horreur ressentie à la présentation de son film Les Oiseaux. »
— Édition spéciale consacrée au 16e festival international du film de Cannes
La critique française salue le film et considère sa réalisation comme « remarquable. » En Angleterre, The Times écrit qu'il est « brillamment dirigé. »
À l'inverse, les critiques américaines sont partagées et majoritairement négatives. Si The New York Times reconnaît le talent d'Alfred Hitchcock de rendre effrayant la créature la plus innocente et l'ami le plus mélodieux de l'homme dans un vrai film d'épouvante, The New Yorker n'y voit qu'un « triste échec. » Le Time estime que l'intrigue est « idiote » et Newsweek regrette que la logique soit « manipulée de façon inexplicable. » Quant à Hedren, la presse étrangère lui décerne le Golden Globe de la révélation féminine de l'année, prix qu'elle partage avec Elke Sommer pour Pas de lauriers pour les tueurs et Ursula Andress pour James Bond 007 contre Dr. No.

Les Oiseaux dispose d'un budget de 2 500 000 dollars, c'est-à-dire le film le plus coûteux d'Hithcock jusqu'à présent et le premier après son plus grand succès, Psychose (1960). Lors de sa sortie, il est un succès au box-office avec 11 403 559 $ de recettes aux États-Unis et est classé 16e parmi les 20 films les plus regardés de l'année 1963. Hitchcock et Universal considère cependant le film comme une déception au regard de Psychose qui avait rapporté 32 000 000 $ rien qu'aux États-Unis.


Pas de printemps pour Marnie (1964)
Genèse du projet

En 1960, après Psychose, Hitchcock découvre le roman de Winston Graham et souhaite faire revenir Grace Kelly au cinéma. Devenue princesse de Monaco, Kelly refuse tous les projets qu'on lui soumet depuis 1956 mais se montre intéressée par Marnie. C'est d'ailleurs le seul projet que son mari, le prince Rainier III de Monaco soutient. Hitchcock fait alors annoncer le retour de Grace Kelly à la presse et décrit lors d'une interview son sex-appeal comme « le plus merveilleux du monde. » Le peuple monégasque s'oppose alors au projet et à voir leur princesse jouer une kleptomane.

D'autre part, le prince Rainier entre en 1962 en conflit avec la France. En effet, le général Charles de Gaulle est irrité par les exonérations d'impôts envers les citoyens français habitant Monaco. De plus, le studio Metro-Goldwyn-Mayer, qui avait un contrat d'exclusivité avec Kelly quand elle faisait encore du cinéma, écrit à Hitchcock en lui précisant qu'elle ne peut refaire un film qu'avec eux et demande à participer à Marnie. Grace Kelly décide alors d'abandonner définitivement le cinéma et écrit à Hitchcock en lui affirmant être « déchirée » par cette décision.

Après le refus de Kelly, le scénariste Joseph Stefano, qui avait déjà écrit Psychose, essaye de persuader Hitchcock de poursuivre le projet et lui suggère le nom de cinq actrices. Sa préférée est Eva Marie Saint qui a déjà joué pour le réalisateur dans La Mort aux trousses (1959) mais Hitchcock n'est plus intéressé par le projet. Lorsqu'il souhaite finalement faire rédiger le scénario, Stefano n'est plus disponible. Evan Hunter, le scénariste des Oiseaux, se voit alors confier la tâche d'écrire un premier traitement. Ce dernier ne peut se résoudre à écrire une scène, celle où Mark viole Marnie pendant leur lune de miel. Pour lui, que ce soit Sean Connery ou Rock Hudson, le personnage va perdre toute sympathie auprès du public. Hitchcock lui fait alors savoir que ses services ne sont plus disponibles et le fait remplacer par Jay Presson Allen.


Préparation du film
Après avoir envisagé plusieurs actrices dont Claire Griswold et Vera Miles, Hitchcock choisit finalement Hedren. C'est pendant le tournage des Oiseaux que cette dernière apprend qu'elle va jouer Marnie. Elle émet cependant des réserves sur ses capacités à pouvoir jouer un personnage aussi complexe bien qu'elle sache que ce rôle est l'opportunité d'une carrière.

Afin de la préparer à jouer Marnie, le réalisateur étudie chaque scène du scénario avec elle et lui parle amplement du personnage. Elle discute à plusieurs reprises avec lui et la scénariste et lit le roman de Graham. Hitchcock laisse les autres acteurs jouer de la façon qu'ils souhaitent mais consacre toute son attention sur Hedren.



Bien qu'elle ne soit pas une actrice adepte de la Méthode, Hedren utilise ses propres ressentiments pour jouer un rôle, parle à des psychiatres et découvre en Marnie un personnage complexe, triste et émouvant. Rassurée par la confiance que lui porte le réalisateur, elle accepte également le rôle pour la raison qu'elle est sous contrat. Elle est en effet déstabilisée par l'attitude d'Hitchcock à son égard qui garde un œil constant sur elle.

L'acteur Sean Connery, qui vient de faire un triomphe avec le premier volet de la série James Bond, James Bond 007 contre Dr. No (1962), est choisi pour lui donner la réplique dans le rôle de Mark Rutland. Lorsqu'elle l'apprend, Hedren demande à Hitchcock comment Marnie peut être une femme frigide en face d'un homme aussi séduisant que Connery. Le réalisateur lui répond simplement : « Cela s'appelle jouer la comédie, ma chère. »

Hitchcock se montre une nouvelle fois exigeant concernant son apparence. Hedren alterne alors entre la promotion des Oiseaux et les séances de maquillage, d'essayage et de coiffure. En raison des changements fréquents d'identité de Marnie, plusieurs costumes ainsi que différentes couleurs et formes de cheveux sont requis. Edith Head s'occupe une nouvelle fois des robes et des tailleurs tandis qu'Alexandre de Paris crée des styles de coiffures pour chaque scène, à la grande satisfaction d'Hitchcock.


Un tournage difficile marqué par l'obsession d'Hitchcock

Pas de printemps pour Marnie est l'histoire d'une jeune femme menteuse et voleuse. Après avoir volé un employeur, elle change d'identité et se fait embaucher à un nouvel endroit. Lorsqu'elle se présente dans la maison d'édition que dirige Mark Rutland (Sean Connery), celui-ci la reconnaît et l'engage comme secrétaire comptable sans rien laisser paraître. Il lui fait la cour mais elle disparaît avec l'argent de son coffre. Lorsqu'il s'en aperçoit, Mark replace l'argent et retrouve sa trace. Il lui offre deux solutions : soit elle l'épouse, soit il la livre à la police. Après le mariage, Marnie se révèle être une femme frigide et ne supporte pas qu'un homme la touche. Elle tente même de se suicider lors de leur voyage de noces après qu'il l'a violée. Après avoir découvert qu'elle lui ment en se disant orpheline, Mark retrouve la trace de sa mère grâce à un détective. Marnie s'apprête alors une nouvelle fois à voler le coffre de sa compagnie mais Mark la surprend et l'emmène de force voir sa mère afin que celle-ci explique pourquoi sa fille est une névrosée. Marnie se remémore alors ce qui la hante depuis son enfance : à l'âge de 5 ans, elle tue, à l'aide d'un tisonnier, un marin qui brutalise sa mère.

Marnie marque la fin de la collaboration entre Hitchcock et Hedren. Pendant le tournage des Oiseaux, le réalisateur devient de plus en plus possessif à l'égard de sa nouvelle vedette. Il fait tout d'abord encadrer son prénom d'apostrophes de part et d'autre dès qu'il lui est associé. Il s'agit, selon Donald Spoto, auteur de plusieurs livres sur le metteur en scène, d'un premier acte visant à faire d'Hedren sa propriété. Il fait ensuite surveiller ses activités personnelles hors plateau par deux membres de son équipe et leur demande de savoir où elle va, qui sont ses amis et comment elle passe son temps libre. Il conseille également Hedren sur la façon de s'habiller ainsi que ce qu'elle doit boire ou manger et lui offre régulièrement des fleurs, des bijoux et du vin. Il tente même à une occasion de l'embrasser alors qu'ils sont à l'arrière d'une voiture en route vers le plateau. Selon Rod Taylor, Hitchcock interdit petit à petit à ce que l'on s'approche d'elle sur le tournage des Oiseaux. Hedren devient de plus en plus gênée lorsqu'elle remarque qu'il la regarde sans interruption. Suzanne Pleshette, également sa partenaire dans Les Oiseaux, lui dit un jour que cette situation n'est pas toujours la même dans le milieu du cinéma. Pendant la préparation de Marnie, elle se fiance avec son agent, Noel Marshall. Cet événement déplaît fortement à Hitchcock qui répète constamment à Hedren qu'un acteur ne doit pas se marier mais rester dévoué à son travail.



Le tournage, reporté à la suite de l'assassinat du président des États-Unis, John Fitzgerald Kennedy, commence le 26 novembre 1963. La première moitié est achevée à la période de Noël et les scènes les plus difficiles sont prévues pour l'année suivante. La tension entre le réalisateur et son actrice principale est constante. Hedren fait de son mieux pour le repousser. Il lui raconte un jour l'un de ses rêves : « Vous étiez dans le séjour de ma maison de Santa Cruz, et il y avait une lueur, un arc-en-ciel, autour de vous. Vous êtes venue près de moi et m'avez dit : « Hitch, je vous aime. Je vous aimerai toujours... » Ne comprenez-vous pas que vous êtes tout ce que j'ai jamais rêvé d'avoir ? » Hedren lui répond alors que « c'était un rêve Hitch, rien qu'un rêve. »

Selon l'actrice Diane Baker, qui joue la rivale de Marnie dans le film, Hitchcock se sert d'elle pour provoquer Hedren. Le plus difficile pour elle est de voir la manière dont le réalisateur traite sa partenaire. Régulièrement invitée à déjeuner chez lui, Baker est stimulée par les conversations mais se sent mal à l'aise car Hedren est toujours absente. D'autre part, sur le plateau, lorsque cette dernière se trouve à proximité, Hitchcock parle à Baker et lui dit quelque chose de « méchant » à propos d'Hedren, dans l'espoir que ses paroles la blessent. Il rassure néanmoins Baker qu'il ne dit jamais rien de semblable à son sujet. La jeune actrice, perturbée par cette situation, ne souhaite plus écouter ses médisances, ce qu'Hitchcock apprend lorsqu'une personne du studio lui rapporte une conversation qu'il a eue avec elle.

Fin janvier 1964, Hedren demande deux jours de congés pour aller à New York et recevoir le prix de l'actrice la plus prometteuse de l'année que le magazine Photoplay souhaite lui remettre. Il est également prévu qu'elle fasse une apparition au talk show de Johnny Carson, The Tonight Show. Hitchcock refuse de lui accorder cette permission et appelle la chaîne pour annuler la remise du prix et l'interview. Furieuse et incapable de retenir sa colère, Hedren, au cours d'une violente altercation en présence de l'équipe du film, traite le réalisateur de « gros porc ». À partir de cet instant, Hitchcock donne ses indications par intermédiaires à celle qu'il appelle dorénavant « cette fille. » Le seul commentaire qu'il donne à ce propos est à son biographe, John Russell Taylor : « Elle a fait ce que personne n'est autorisé à faire. Elle a fait mention de mon poids. »



Hedren reste discrète malgré la situation qu'elle traverse. Jay Presson Allen lui conseille alors de finir le film et de reprendre ensuite le cours de sa vie et d'être heureuse. D'autre part, Virginia Darcy essaye d'intervenir auprès d'Hitchcock en lui demandant de ne plus être possessif envers Hedren. La femme d'Hitchcock vient quant à elle, lui présenter ses excuses et s'avoue navrée de ce qu'elle subit même si elle ne fait rien pour l'aider. Bien qu'elle essaie de ne jamais se trouver seule en sa présence, Hitchcock se rend dans la loge d'Hedren fin février et lui fait une « proposition sexuelle qu'elle ne pouvait ni ignorer ni traiter avec désinvolture » selon Donald Spoto. Le mois suivant, alors qu'elle s'apprête à tourner la scène où Sean Connery la sauve du suicide, le réalisateur lui demande de se rendre dans son bureau. Hitchcock lui demande alors « comme si c'était la chose la plus naturelle au monde, qu'à partir de ce moment, il s'attendait à me voir être sexuellement disponible et accessible pour lui - chaque fois qu'il le désirait » se souvient Hedren. Consternée et humiliée, l'actrice rejette toutes les demandes du réalisateur et c'est à ce moment qu'elle décide, après près de trois années d'efforts à essayer de faire face, de mettre un terme à leurs rapports.

Après le tournage de Marnie, Hedren demande que son contrat lui soit rendu. Hitchcock refuse en lui rappelant qu'elle doit s'occuper de ses parents et de sa fille. Mais Hedren a pris sa décision et lui répond que personne ne veut qu'elle soit aussi malheureuse. Hitchcock lui dit alors : « Je vais ruiner votre carrière, » ce qui importe peu à Hedren qui souhaite avant tout sortir de cette « horrible situation. »
À cause du pouvoir des studios dans les années 1960 et le fait que les plaintes pour harcèlements sexuels n'existent pas encore, Hedren ne peut rien faire contre Hitchcock. Elle ne parle de cette situation à personne, pas même à ses parents de peur de les affecter.


Réception du film

Marnie sort le 22 juillet 1964 aux États-Unis et le 6 novembre 1964 en France sous le titre Pas de printemps pour Marnie. Le film reçoit des critiques en majorité négatives. Le New York Times évoque « une fascinante étude d'une relation sexuelle et le film le plus décevant du maître depuis des années. » Pour le New Yorker, il ne s'agit que d'un « film stupide et lamentable » tandis que le Los Angeles Times le trouve « improbable de façon insistante » et « efficace seulement par moment. » Le New York Post écrit cependant qu'il s'agit d'un Hitchcock « supérieur » grâce à « la chaleur humaine et à la compassion. »


En France, Le Figaro n'y voit qu'un film « ennuyeux, geignard, sans mystère, sans malice et sans humour. » Les Lettres françaises décrit l'histoire comme « laborieuse de traumatisme infantile » qui « distille un profond ennui. » Pour Combat, Marnie est un film qui « excite l’esprit et taquine les nerfs » et se rapproche de Sueurs froides (1958), autre film d'Hitchcock ; et Télérama le voit comme le « plus beau film d'Hitchcock » et s'insurge contre les critiques faites au film : « Rarement critiques furent plus féroces que celles qui ont accueilli Marnie : en dehors du compte-rendu publié dans ces colonnes, on ne lit partout qu’invectives et dénigrement. Cette volonté unanime de saccager le mythe d’Alfred Hitchcock a néanmoins quelque chose de suspect. À l’admiration inconditionnelle de naguère succède une allergie sans rémission. Ce qui passait hier pour être intelligent, mené de main de maître, se trouve aujourd’hui conspué, ravalé plus bas que terre. »
— Henry Chapier, Combat

Marnie rapporte 7 000 000 de dollars au box-office, dont 3 300 000 dollars aux États-Unis, pour un budget de 3 000 000 de dollars.


Après Hitchcock, de Chaplin à la découverte de l'Afrique : 1965 - 1970
Après Marnie (1965 - 1966)

Après Marnie, Hedren est l'actrice la plus en vue à Hollywood et plusieurs réalisateurs et producteurs souhaitent l'avoir dans leurs films. Hitchcock est cependant, d'après les termes de son contrat, autorisé à accepter ou refuser toutes les offres qu'il reçoit pour elle. Lorsqu'il est contacté par des réalisateurs comme Ralph Levy qui veut faire jouer Hedren dans Les Séducteurs (1964) avec Marlon Brando et David Niven, Edward Dmytryk pour Mirage (1965) avec Gregory Peck ainsi que François Truffaut pour Fahrenheit 451 (1966) avec Oskar Werner, Hitchcock les informe qu'elle n'est pas disponible. Il continue de lui payer un salaire de 600 dollars par semaine et refuse toutes les autres offres qu'il reçoit pour elle.

Il essaye toutefois de la convaincre de jouer de nouveau pour lui dans un film intitulé Mary Rose mais Hedren refuse catégoriquement de revenir sur sa décision. Lorsqu'il finit par donner le contrat à Universal, elle se voit obligée d'apparaître dans deux de leurs séries télévisées : Haute Tension (1964) et Match contre la vie. Lorsque le studio lui demande de jouer dans un western pour la télévision, elle refuse et récupère finalement son contrat. Elle est ravie de pouvoir accepter de nouveaux films mais ignore qu'elle est blacklistée par Hitchcock à Hollywood.


La Comtesse de Hong Kong (1967)
Elle est alors contactée par le réalisateur Charles Chaplin qui prépare son prochain film, La Comtesse de Hong-Kong, et lui propose de jouer l'un des rôles principaux aux côtés de Marlon Brando et Sophia Loren. Le film raconte l'histoire de Ogden Mears (Brando), un riche diplomate américain, qui, lors d'une croisière, loue les services d'une comtesse russe mais également call girl (Loren) pour la nuit. De retour sur le paquebot, il la trouve dans sa cabine et décide de la cacher avant de finalement tomber amoureux d'elle. Cependant, sa femme Martha (Hedren) l'attend à son arrivée à Hawaï et un divorce ruinerait ses ambitions politiques.



Comme Brando, Hedren doit accepter de faire le film sans lire le scénario, Chaplin ayant peur que l'histoire soit divulguée à la presse. Lorsqu'elle se rend à Londres pour le tournage, Hedren découvre que son personnage, la femme de Brando, n'apparaît qu'à la fin et dans seulement quatre scènes. Chaplin lui confie alors qu'il souhaitait absolument l'avoir pour ce film et qu'il avait peur qu'elle refuse s'agissant d'une apparition. Hedren lui répond qu'elle l'aurait fait de toute façon, tous les acteurs de l'époque demandant à y figurer. Elle lui demande s'il peut lui écrire quelque scènes supplémentaires mais cela implique de changer la construction du film et Chaplin ne peut s'y résoudre.

Travailler avec lui est pour Hedren très amusant mais aussi étrange. Elle expérimente une nouvelle méthode de travail, totalement à l'opposée de celle d'Hitchcock. En effet, Chaplin mime chaque scène du film et demande à son acteur de reproduire ce qu'il fait. Le réalisateur apprécie qu'elle soit facile à diriger et admire le fait qu'elle soit une actrice détendue.

Sorti en 1967, La Comtesse de Hong Kong est un désastre aussi bien commercial que critique. The New York Times le décrit comme « épouvantable » tandis que Variety estime qu'il s'agit d'une « farce. » Ayant tourné ses premiers films avec Hitchcock et Chaplin, le début de carrière d'Hedren est, selon la presse de l'époque, « spectaculaire. » Ces trois premières expériences ayant été pour elle très spéciales, elle déclare vouloir attendre pour un autre projet de la même envergure.

Toujours en 1967, elle se distingue dans une pièce, A Hatful Of Rain, saluée et qualifiée de l'une « des plus puissantes soirées au théâtre » par la critique.


Satan's Harvest (1970)

Elle choisit finalement d'apparaître en 1970 dans le film Tiger by the Tail de R. G. Springsteen où elle joue la fiancée d'un héros du Viêt Nam accusé du meurtre de son frère et qui mène l'enquête avec lui afin de trouver le vrai meurtrier. Puis, elle accepte le film Satan's Harvest (1970) de et avec George Montgomery pour la seule raison qu'il est tourné en Afrique. Montgomery joue le rôle de Cutter Murdock, un homme qui se rend sur le domaine africain dont il vient d'hériter. Il doit cependant faire face à des malfrats qui essayent de le faire partir pour continuer à faire pousser une drogue, la Satan's Harvest, sur son terrain.

Le tournage s'avère éprouvant comme lorsque l'équipe tourne une scène sur le bord du fleuve Limpopo et doit faire face à une famille de cobras.
Cependant, c'est en faisant ce film que la vie d'Hedren prend un nouveau tournant. Sa « rencontre » avec un lion lui fait immédiatement penser qu'il y a beaucoup à découvrir sur les grands félins.
Lors d'une visite au parc national de Gorongosa, son mari et elle découvrent une maison abandonnée où habitent 30 lions avec leurs petits. C'est en les regardant dormir au bord des fenêtres, sur une balançoire ainsi que sur des rocking chairs que leur vient l'idée de tourner un film sur le sujet.


Roar
Développement
Noel Marshall écrit alors entre 1969 et 1970 un scénario d'abord intitulé Lions, Lions and More Lions puis rebaptisé Roar et qui est aujourd'hui considéré comme le film le plus dangereux jamais fait. Croisement entre Les Oiseaux et Vivre libre, Roar suit l'histoire de Madeleine (Hedren), une femme qui emmène ses enfants dans la jungle africaine pour aller voir son mari Hank (Marshall), un scientifique excentrique, et dont elle est depuis longtemps séparée. Hank, qui s'est toujours battu pour la défense d'espèces en danger, vit dans un ranch où, entouré de lions, tigres et panthères, il passe son temps à soigner les indigènes.

Pour les besoins du tournage qui prévoit neuf mois de prises de vues, l'équipe pense utiliser des animaux sauvages dressés à Hollywood. Cependant, après avoir lu le scénario où il faut gérer au moins 40 lions qui vivent dans la même maison, les dresseurs refusent expliquant que la situation est trop dangereuse à gérer à cause de l'instinct naturel des fauves à se battre. Ils leur suggèrent néanmoins d'utiliser leurs propres animaux pour faire le film.

Hedren et Marshall récupèrent alors un petit lion sauvé par un médecin. Le couple commence à élever ces félins dans leur propriété de Sherman Oaks à Los Angeles qu'ils récupèrent dans des cirques ou des zoos. Ils passent plusieurs mois à voir grandir les lionceaux, une expérience merveilleuse et unique pour Hedren, et partagent entièrement leurs vies jusqu'à dormir avec eux. Comme il est interdit d'élever ce genre d'animaux chez soi, le couple achète un ranch à Acton en Californie et recueille alors différents tigres, éléphants, pumas et guépards.


Financement

Afin de financer le film, Hedren et Marshall hypothèquent leurs biens, y compris leur ranch qui sert pour le tournage et vendent leur maison de Beverly Hills ainsi que plusieurs biens immobiliers. Leurs finances, à un moment si précaire, contraignent Hedren à mettre en gage ses bijoux. D'autre part, Noel Marshall produit L'Exorciste (1973) ainsi que deux films dans lesquels joue sa femme. Le premier, Mister Kingstreet's War (id.), tourné en 1970 juste après Satan's Harvest, se déroule en Afrique. Hedren y joue la directrice d'une réserve animalière aux côtés de John Saxon au moment où éclate la Seconde Guerre mondiale.

Dans le second, The Harrad Experiment, également sortit en 1973, elle interprète une enseignante d'un collège expérimental où tous les étudiants vivent ensemble. Adapté du roman éponyme de Robert Rimmer, souvent considéré comme obscène à cause de son contenu. Produit pour 400 000 dollars, le film, qui aborde les thèmes de la possession, de la jalousie et du mariage, ne l'est pas selon Hedren. Elle y voit plutôt un film qui peut apporter des choses précieuses pour les adolescents. Lors de sa sortie, le film reçoit des critiques mitigées. Certains le compare à un « soap opéra » tandis que d'autres reprochent le manque de publicité du film, digne d'une œuvre pornographique, qui, selon eux, à quelque chose à dire.


Tournage
Le tournage de Roar commence en 1974 et se fait en famille. En effet, les fils de Noel Marshall, Jerry (également monteur) et John, jouent ses enfants dans le film. Son autre fils, Joel, travaille comme directeur artistique et sa fille Mona tient le poste d'assistant réalisateur. Melanie Griffith, devenue actrice, joue la fille du couple.
Les problèmes surviennent dès le départ.

Le film est tourné de la même manière qu'un documentaire. Chaque scène impliquant des animaux sauvages est improvisée et tournée avec au moins quatre caméras, parfois huit. De plus, aucun des lions, tigres, léopards et pumas n'est dressé.

Les membres de l'équipe sont blessés à plusieurs reprises. Hedren se fracture une jambe après être tombée d'un éléphant. Elle est ensuite mordue à l'arrière de la tête par une lionne et reçoit 38 points de suture lors d'une intervention chirurgicale à plaie ouverte. Melanie Griffith est elle aussi mordue à la tête par un lion et reçoit 50 points de suture au visage, tout comme le directeur de la photographie, Jan de Bont, qui lui en reçoit 120 pour recoudre son cuir chevelu. Noel Marshall est, quant à lui, blessé à la main lorsqu'il essaye de séparer deux lions qui commencent à se battre. Hedren se trouve en Argentine où elle tourne en parallèle un film intitulé Allá donde muere el viento lorsqu'elle apprend la nouvelle.

Le tournage est arrêté provisoirement en 1978 après qu'une inondation, à la suite de la rupture d'un barrage, tue plusieurs lions et détruit les décors. Les dégâts coûtent 4 millions de dollars à la production. Puis, en 1979, un incendie menace le ranch et les animaux doivent être évacués.

Hedren et Marshall sont si sûrs du succès de Roar qu'ils restent déterminés à le finir et achèvent finalement le tournage en 1980, soit cinq années après les premières prises de vues.


Sortie
Roar sort en 1981 partout dans le monde à l'exception des États-Unis. Les distributeurs américains refusent que les lions du film bénéficient d'un quelconque profit. Hedren refuse de céder et le film ne rapporte que 2 millions de dollars alors qu'il en a coûté 17 millions, ce qui en fait l'un des plus gros échecs commerciaux du cinéma.

Variety décrit Roar comme le plus grand « désastre de l'histoire d'Hollywood, » malgré les intentions « nobles » de Marshall et d'Hedren. Cette dernière publie en 1985 un livre coécrit avec Theodore Taylor, The Cats of Shambala et dans lequel elle raconte cette expérience qu'elle qualifie d'« obsession. » En ce qui concerne les erreurs de jugement qui ont conduit à l'échec du film, Hedren admet qu'elle « ne pouvait pas voir au-delà de nos propres espoirs et égos. »


Des années 1980 à aujourd'hui
Années 1980 et 1990
Après Roar, Tippi Hedren joue aux côtés de Leslie Nielsen dans le film Foxfire Light (1982) puis apparaît épisodiquement à la télévision dans des séries telles que Pour l'amour du risque (1983) ou Histoires de l'autre monde (1984). En 1985, elle fait une brève apparition, le temps d'une scène qu'elle partage avec sa fille Melanie, dans l'un des épisodes du pilote de Alfred Hitchcock présente, créée d'après la série éponyme d'Hitchcock. La même année, alors qu'elle fait la promotion de son livre, The Cats of Shambala, elle explique que plus elle s'implique dans la cause animale, plus sa carrière d'actrice est sur la pente descendante.

À partir des années 1990, Tippi Hedren apparaît de manière plus prolifique au cinéma et à la télévision dans des productions qui rendent parfois hommage au cinéma d'Hitchcock ou à son travail avec elle. Dans In the cold of the night (1990), elle joue une femme effrayée par les oiseaux et en 1991, elle fait une apparition dans le téléfilm Shadow of a Doubt, remake de L'Ombre d'un doute (1943) de Hitchcock. Elle participe également à la série La Vie à tout prix (1998). L'épisode, tourné en noir et blanc et intitulé Psychodrama (Un oiseau aux trousse en français), fait référence aux films les plus connus du cinéaste dont Sueurs froides, Psychose, Fenêtre sur cour ainsi que Les Oiseaux et Marnie. Le nom du personnage d'Hedren, Alfreda Perkins, est un dérivé entre le prénom d'Hitchcock et le nom de l'acteur principal de Psychose, Anthony Perkins.

Universal lui propose ensuite de jouer dans la suite des Oiseaux mais dans un rôle différent. Réalisé par Rick Rosenthal, le téléfilm Les Oiseaux 2 (1994) narre l'histoire d'un couple, joués par Brad Johnson et Chelsea Field, qui vient passer ses vacances sur Gull Island. Dès leur arrivée, le personnage de Johnson remarque les nombreux oiseaux qui habitent sur l'île et prend conscience du danger lorsqu'il se fait attaquer par un goéland.
Hedren joue Helen, la propriétaire d'un commerce, elle-même préoccupée par les oiseaux et par tout ce qui se passe dans le monde sur le plan écologique. Contrairement au premier film, Les Oiseaux 2 explique les attaques des oiseaux et tente de démontrer que l'homme en est responsable à cause de sa destruction de la planète. Avant la diffusion du film sur la chaîne Showtime, Hedren accorde une interview à l'émission Entertainment Tonight et fait part de son mécontentement à propos de cette suite. Elle regrette de ne pas être l'actrice principale et avoue ne pas oser penser à ce qu'Hitchcock dirait du résultat. Les Oiseaux 2 reçoit en majorité des critiques négatives. Ken Tucker de Entertainment Weekly déplore le jeu des acteurs qui « n'ont que très peu à faire à part élargir les yeux dans les moments de terreur » et donne raison à Rosenthal pour avoir choisi d'être crédité sous le pseudonyme réservé aux réalisateurs mécontents de leur film, Alan Smithee. James Endrst, du Hartford Courant, explique que le scénario est prévisible, sans aucun moment de suspense et écrit que l'idée d'une nouvelle suite l'ennuie encore plus. Lynn Hoogenboom, du Lawrence Journal-World, est plus enthousiaste, ravie que les attaques d'oiseaux soient expliquées et trouve le film plutôt bon, même s'il est, selon elle, « impossible de ne pas le comparer à l'original. »

Bien qu'elle ne comprenne pas pourquoi elle ne reçoit pas plus de propositions de film, Hedren se dit heureuse de pouvoir jouer dans plusieurs genres différents.
En 1994, le réalisateur John Landis lui propose de jouer dans la série Dream On. Elle apparaît alors dans cinq épisodes entre 1994 et 1996, ravie de pouvoir faire pour la première fois de la comédie. Elle est dirigée dans un film du même genre, Citizen Ruth (1996), dont le sujet principal est l'avortement, par Alexander Payne et dans lequel elle donne la réplique à Laura Dern. En 1998, elle joue dans I Woke Up Early the Day I Died, mis en scène d'après un scénario d'Ed Wood, qualifié de « plus mauvais cinéaste de l'histoire du cinéma ». Ce film, qu'elle considère comme « incroyable » et très drôle à faire, a la particularité d'être sans dialogue. Hedren est également présente aux génériques de séries télévisées le temps d'un épisode comme dans Amour, Gloire et Beauté (1990), Perry Mason (1993) et Arabesque (1994) où elle joue face à Mickey Rooney et Angela Lansbury qu'elle décrit comme la femme la plus charmante qu'elle ait rencontrée. Elle participe aussi à plusieurs courts-métrages dont elle apprécie beaucoup les scénarios.


Des années 2000 à aujourd'hui


Hedren continue, tout au long des années 2000, à prendre plaisir à jouer dans divers projets. En 2004, elle tient l'un des rôles secondaires du film J'adore Huckabees avec, entre autres, Dustin Hoffman, Lily Tomlin, Isabelle Huppert, Jude Law, Mark Wahlberg et Naomi Watts. Le réalisateur, David O. Russell, est réputé pour son comportement violent sur les tournages et des vidéos de ses altercations avec Tomlin sont diffusées sur Internet. Hedren parvient à bien travailler avec lui mais se demande constamment comment va s'effectuer le montage. Elle pense que ce film « étrange » est, d'une certaine manière, réussi. L'année suivante sort un film indépendant intitulé Diamond Zero. Après avoir lu le scénario qu'elle pense être complètement décalé, Hedren accepte immédiatement. Elle joue une femme « diabolique, » intéressée par une machine qui rend possible la fabrication de diamants avec les cendres d'un homme.

En 2006, les producteurs de la série Les 4400 doivent faire face au départ de l'une de leurs actrices principales, Laura Allen, au début du tournage de la troisième saison. Le scénario est alors réécrit et son personnage est vieilli de 50 ans. Hedren se voit alors offrir le rôle d'Allen pour le premier épisode et, avant de se rendre à Vancouver pour le tournage, regarde tous les précédents épisodes. Elle partage plusieurs scènes avec l'acteur Mahershala Ali dont elle admire énormément le jeu. La même année, elle joue le rôle d'une mère et grand-mère dans le feuilleton Fashion House avec Bo Derek puis fait une apparition dans la série Les Experts (2008) et prête sa voix au personnage de la mère de Wonder Woman dans Batman : L'Alliance des héros (id.).

En 2012, elle tourne dans le film de Billy Bob Thornton, Jayne Mansfield's Car, aux côtés de Kevin Bacon, Robert Duvall et John Hurt. Elle apprécie le tournage avec Thornton ainsi que sa technique de ne pas faire de répétitions. Néanmoins, la version finale du film ne montre que le derrière de sa tête dans un cercueil. Toujours en 2012, Hedren est au générique du premier épisode de la troisième saison de Raising Hope, aux côtés de sa fille Melanie. Le scénario la fait rire aux larmes. Elle joue le rôle d'une morte qui laisse un message vidéo et dont le personnage de Cloris Leachman enlève la robe alors qu'elle se trouve déjà dans son cercueil.
La même année, elle participe en tant que conseillère sur le film The Girl qui traite de sa relation avec Alfred Hitchcock. Un autre film sur la vie de ce dernier, intitulé Hitchcock, sort en 2012. Hedren, à la demande de l'acteur Anthony Hopkins qui prête ses traits au réalisateur, est invitée à venir voir le tournage.

En 2013, la série Cougar Town lui consacre le dernier épisode de sa quatrième saison intitulé Have Love Will Travel. Hedren y joue son propre rôle. L'héroïne de la série, Jules Cobbs, jouée par Courteney Cox, met tout en œuvre pour qu'Hedren rencontre son père dont elle est l'actrice fétiche.

Ses meilleurs films

Les Oiseaux (1963)
(Actrice)

Le plus souvent avec

Source : Wikidata

Filmographie de Tippi Hedren (55 films)

Afficher la filmographie sous forme de liste

Actrice

Jayne Mansfield's Car, 2h2
Réalisé par Billy Bob Thornton
Origine Etats-Unis
Genres Drame, Comédie dramatique
Acteurs Billy Bob Thornton, Robert Duvall, Shawnee Smith, Kevin Bacon, John Hurt, Marshall Allman
Rôle Naomi Caldwell
Note62% 3.1482253.1482253.1482253.1482253.148225
Alabama, 1969. Les frères Caldwell, trois vétérans de la Seconde Guerre mondiale, vivent avec leur père Jim, ancien soldat de la Première Guerre mondiale. Cette famille américaine va alors entrer en contact avec une autre famille originaire de Londres.
House of Good and Evil, 1h48
Réalisé par Clint Howard
Origine Etats-Unis
Genres Thriller, Horreur
Thèmes La famille, La violence conjugale
Acteurs Tippi Hedren, Clint Howard, Christian Oliver, Marietta Marich
Rôle Mrs. Anderson
Note64% 3.2477053.2477053.2477053.2477053.247705
Après avoir perdu leur bébé à 8 mois de grossesse, Chris et Maggie décident de s'éloigner du stress de la ville pour s'installer dans une maison de campagne isolée. Mais le calme n'est que de courte durée, et Maggie devient bientôt le témoin d'évènements étranges qui tissent le récit de ce film d'horreur sur le thème du deuil, du dévouement et de la folie.
Return to Babylon, 1h15
Origine Etats-Unis
Genres Drame, Comédie, Comédie dramatique
Acteurs Jennifer Tilly, María Conchita Alonso, Debi Mazar, Ione Skye, Laura Harring, Tippi Hedren
Rôle Mrs. Peabody
Note66% 3.3275853.3275853.3275853.3275853.327585
Photographed with a hand-cranked camera and scored with music of the roaring twenties, this silent film strings together the lives of the most famous and infamous stars of the 1920s, including Rudolph Valentino, Gloria Swanson, Clara Bow, Lupe Vélez, Fatty Arbuckle, and William Desmond Taylor.
Free Samples, 1h19
Réalisé par Jay Gammill
Origine Etats-Unis
Genres Comédie
Acteurs Jess Weixler, Jesse Eisenberg, Jason Ritter, Halley Feiffer, Keir O'Donnell, Jocelin Donahue
Rôle Betty
Note56% 2.8042152.8042152.8042152.8042152.804215
Jillian (Weixler), a Stanford Law School dropout rebelling by opting out of the family business, wakes up after a night of drinking with no recollection. She is tasked with giving out free samples from an ice cream vendor truck in a parking lot somewhere-in-SoCal, on the day of her college boyfriend's birthday, unleashing an merciless barrage of hyper-neuroticism, abusing her legal practice training on the simple locals and experiencing a rollercoaster of emotions with her unsympathetic so-called friends. Although Jillian claims that she is "stuck in that stupid truck", it is only for one day and at it ends at a Mexican restaurant.
Cousin Sarah
Origine Etats-Unis
Genres Horreur
Acteurs Haylie Duff, Leah Pipes, Linda Blair, Jason Mewes, Blake Jenner, Tom Sizemore
Rôle Betty
Note53% 2.6629152.6629152.6629152.6629152.662915
Crystal, a teenage girl residing in Northern California with her mother Linda, gets an unannounced visit from her cousin Sarah, who becomes their houseguest for the summer and soon after unleashes her dark secret on Crystal, turning her life and the lives of others into a living hell.
Birdemic: Shock and Terror, 1h33
Réalisé par James Nguyen
Origine Etats-Unis
Genres Science-fiction, Horreur, Romance
Thèmes Mise en scène d'un animal, L'environnement, Le futur, Film d'horreur avec des animaux, Mise en scène d'un oiseau, Film catastrophe
Acteurs Alan Bagh, Whitney Moore, Tippi Hedren, James Nguyen
Rôle Actor on TV (archive footage)
Note18% 0.903010.903010.903010.903010.90301
Un homme et une femme qui entament une romance se retrouvent confrontés à une attaque massive d’oiseaux mutants envers la ville.
Hantée par le passé, 1h28
Réalisé par Martha Coolidge
Origine Etats-Unis
Genres Drame, Horreur, Romance
Acteurs Brittany Murphy, Jason Lewis, Christian Oliver, Diana Scarwid, Tippi Hedren, Griff Furst
Rôle Madame Hennessey
Note57% 2.8536052.8536052.8536052.8536052.853605
Ex-enfant star, Cilla McGowan trouve plus de satisfaction aujourd'hui en restaurant de vieilles maisons. A la recherche d'une vie calme, elle rachète la ferme de sa grand-mère en Virginie, pour la sauver de la ruine. Son espoir de sérénité est bientôt balayé par des rêves récurrents sur sa célèbre grand-mère, morte d'une supposée overdose dans sa maison il y a plus de 30 ans. Cilla bénéficie heureusement du soutien de son nouveau et séduisant voisin, Ford Sawyer, quand ses rêves inquiétants et les sombres secrets de famille prennent une tournure réelle et cauchemardesque...
Le Dernier Confédéré, 1h36
Réalisé par Julian Adams, A. Blaine Miller
Origine Etats-Unis
Genres Drame, Action, Historique, Romance
Thèmes Politique
Acteurs Amy Redford, Mickey Rooney, Rachel Hunter, Tippi Hedren, June Squibb, Robert Pine
Rôle Mrs. Adams
Note55% 2.762432.762432.762432.762432.76243
Pendant la Guerre de Sécession, la véritable histoire d'amour entre le capitaine sudiste Robert Adams et la nordiste Eveline McCord.
J'adore Huckabees, 1h46
Réalisé par David O. Russell
Origine Etats-Unis
Genres Comédie, Romance
Thèmes L'environnement
Acteurs Dustin Hoffman, Isabelle Huppert, Jude Law, Jason Schwartzman, Lily Tomlin, Mark Wahlberg
Rôle Mary Jane Hutchinson
Note66% 3.348773.348773.348773.348773.34877
Albert Markovski vit une série de coïncidences troublantes dont le sens lui échappe. Avec l'aide de deux détectives existentiels, Bernard et Viviane Jaffe, Albert analyse sa vie, ses relations amoureuses, et son conflit avec Brad Stand, un jeune cadre dynamique et ambitieux chez Huckabees.