Recherchez un film ou une personnalité :
FacebookConnexionInscription
Kinuyo Tanaka est une Actrice et Réalisatrice Japonaise née le 28 novembre 1909 à Shimonoseki (Japon)

Kinuyo Tanaka

Kinuyo Tanaka
Si vous aimez cette personne, faites-le savoir !
Nationalité Japon
Naissance 28 novembre 1909 à Shimonoseki (Japon)
Mort 21 mars 1977 (à 67 ans)

Kinuyo Tanaka (田中 絹代, Tanaka Kinuyo), née à Shimonoseki le 29 novembre 1909 et morte à Tokyo le 21 mars 1977, est une actrice et réalisatrice japonaise.

Considérée comme l'une des plus grandes actrices japonaises, Kinuyo Tanaka apparaît dans plus de 250 films et sa carrière court sur un demi-siècle. Elle fait ses débuts d'actrice à la Shōchiku en 1924 à l'âge de quatorze ans et devient rapidement une star du cinéma muet. En 1931, elle se retrouve à l'affiche de Mon amie et mon épouse (マダムと女房, Madamu to nyōbō), le premier film parlant japonais. Elle tourne avec certains des plus grands cinéastes japonais de son temps : Yasujirō Ozu, Mikio Naruse, Heinosuke Gosho, Hiroshi Shimizu ou encore Keisuke Kinoshita. Sa collaboration riche de quinze films en particulier avec Kenji Mizoguchi, qui lui confie des rôles de femmes engagées à la personnalité complexe, lui vaut une reconnaissance internationale dans les années 1950. À partir des années 1960, sa carrière déclinant, elle se tourne principalement vers la télévision et ne fait plus que des apparitions dans des seconds rôles au cinéma, jusqu'à un retour triomphal en 1974 dans Sandakan N° 8 (サンダカン八番娼館 望郷, Sandakan hachibanshōkan bōkyō) qui lui vaut de nombreux prix d'interprétation dont l'Ours d'argent de la meilleure actrice à la Berlinale 1975.

Seconde femme japonaise à passer derrière la caméra avec Lettre d'amour (恋文, Koibumi, 1953), elle réalise six films, sortis entre 1953 et 1962, devenant ainsi la seule femme cinéaste active durant l'âge d'or du cinéma japonais des années 1950.

En 1985, moins de huit ans après sa mort, le prix Kinuyo Tanaka, qui récompense chaque année une actrice pour l'ensemble de sa carrière, est créé dans le cadre des prix du film Mainichi et un musée consacré à l'actrice-réalisatrice ouvre ses portes dans sa ville natale de Shimonoseki en 2010.

Biographie

L'enfance et les débuts au cinéma

Kinuyo Tanaka naît en 1909 à Shimonoseki au sud-ouest du Japon dans la préfecture de Yamaguchi, au sein d'une riche famille de négociants. Elle est la plus jeune d'une fratrie de huit enfants. Son père meurt de maladie en janvier 1912. Cinq ans plus tard, les affaires familiales ayant fait faillite, sa mère prend la décision de quitter Shimonoseki avec cinq de ses enfants pour s'installer à Osaka chez son frère, l'oncle de Kinuyo. C'est là qu'elle apprend le biwa alors qu'elle est encore à l'école primaire. À dix ans, elle est surprise en train de lire une partition pendant les cours. Son instituteur la punit en la forçant à rester debout sous la pluie, elle est la risée de ses camarades. Profondément vexée, elle refuse de retourner en classe et quitte l'école avant d'avoir obtenu son certificat de fin d'études primaires.

En 1920, elle rejoint la troupe de son professeur de biwa et se produit sur la scène du Rakutenchi (楽天地) un lieu de divertissement populaire dans le quartier de Sennichimae (千日前) à Osaka. C'est après avoir vu Sumiko Kurishima interpréter le rôle principal dans un film qu'elle décide de devenir actrice de cinéma. Elle entre sur recommandations à la Shōchiku en 1924 et fait ses débuts aux studios Shimokamo à Kyoto, elle a alors quatorze ans. Elle fait une première apparition dans un petit rôle sous la direction de Hōtei Nomura dans La Femme de l'ère Genroku (元禄女, Genroku onna, 1924) puis elle tourne la même année avec celui qui va devenir son mari, le grand cinéaste Hiroshi Shimizu, dans Le Pâturage du village (村の牧場, Mura no bokujo, 1924).


La période du muet

Dès lors, rien n'arrête la jeune comédienne qui, pendant une décennie, tourne dans plus de dix films par an, du milieu des années 1920 jusqu'au milieu des années 1930. Outre Hiroshi Shimizu, qu'elle épouse en 1927 — leur mariage ne durera qu'un peu plus d'un an — et avec lequel elle tourne dix-huit films, deux autres réalisateurs sauront diriger comme personne la nouvelle égérie de la Shōchiku, il s'agit de Kiyohiko Ushihara et de Yasujirō Ozu.

Le premier s'est rendu aux États-Unis en 1926 pour étudier les méthodes de réalisation d'Hollywood et a travaillé sous la direction de Charlie Chaplin. De retour au Japon, il installe Kinuyo Tanaka en partenaire de la star Denmei Suzuki dans des comédies sentimentales urbaines à succès telles que L'Âge de l'émotion (感激時代, Kangeki jidai, 1928) et Lui et la vie (彼と人生, Kare to jinsei, 1929) ou dans L'Armée avance (進軍, Shingun, 1930), une romance à gros budget sur fond de film de guerre, ayant nécessité plus d'un an de tournage, et destinée à célébrer le dixième anniversaire de l'entrée de la Shōchiku dans la production cinématographique.

Le second, Yasujirō Ozu, n'est pas encore le réalisateur internationalement estimé comme celui qui a le mieux dépeint le style de vie traditionnel du Japon. Il est, de ses débuts jusqu'au milieu des années 1930, plutôt reconnu comme un cinéaste à la sensibilité très américanisée, admirateur de réalisateurs américains tels qu'Ernst Lubitsch, King Vidor et William A. Wellman. Yasujirō Ozu fantasme Kinuyo Tanaka en réponse japonaise aux femmes fatales hollywoodiennes. Il tourne avec elle sept films muets, de J'ai été diplômé, mais... (大学は出たけれど, Daigaku wa deta keredo, 1929) à Une jeune fille pure (箱入娘, Hakoiri musume, 1935) en passant par le trépidant film de gangsters Femmes et Voyous (非常線の女, Hijosen no onna, 1933).

En 1929, Kinuyo Tanaka atteint le statut de kanbu (actrice principale dans des petites productions), elle est alors âgée de dix-neuf ans, puis celui de daikanbu, le plus haut rang qu'une actrice puisse atteindre dans l'industrie du cinéma, à l'âge de vingt-cinq ans. Elle est alors envisagée en jeune femme moderne et émancipée, figure régulière des gendaigeki des années 1920 et 1930.


La transition vers le parlant

La rencontre avec Heinosuke Gosho est décisive, leur collaboration a commencé sur le film Les Gens du quartier (街の人々, Machi no hitobito, 1926). Ils tournent ensemble dix-sept films entre 1926 et 1936 et il est le premier à lui offrir un rôle principal dans Un rêve honteux (恥しい夢, Hasukashii yume, 1927). Gosho est l'un des chefs de file du genre shomingeki, il fait de Kinuyo Tanaka la protagoniste de ses fameux films à la gloire des classes moyennes et surtout, il lui permet un passage triomphal au parlant.

En 1931, Heinosuke Gosho réalise Mon amie et mon épouse (マダムと女房, Madamu to nyōbō), le premier film entièrement parlant de l'histoire du cinéma japonais. Kinuyo Tanaka, qui a l'accent du Kansai où elle a été élevée, n'est pas pressentie au départ pour ce premier talkie japonais, mais sa voix douce et séduisante fait finalement l'affaire. Dans cette comédie légère, un dramaturge (Atsushi Watanabe) en quête de quiétude pour travailler à sa pièce est constamment dérangé par les bruits alentour. Excédé par des voisins qui écoutent de la musique jazz très fort, il se rend chez eux pour protester et fait la rencontre d'une jeune femme moderne et américanisée (Satoko Date). Séduit, le dramaturge se met à apprécier cette musique occidentale, ce que ne voit pas d'un très bon œil sa propre femme, interprétée par Kinuyo Tanaka. Finalement le dramaturge parvient à achever sa pièce et à apaiser son épouse. La revue Kinema Junpō désigne Mon amie et mon épouse meilleur film japonais de l'année 1931.

Kinuyo Tanaka tourne dans un autre film parlant réalisé par Heinosuke Gosho où la voix joue un rôle primordial, Les Rêves de la jeune fille mariée (花嫁の寝言, Hanayome no negoto, 1933). C'est une comédie mettant en scène une jeune mariée qui est épiée par les amis de son mari car elle parle dans son sommeil. Ce film, à forte connotation érotique si l'on tient compte de l'époque, obtient un grand succès. Mais pour poursuivre sa carrière, elle s'efforce de se débarrasser de son accent du Kansai.



Notons deux autres films d'importance de cette période charnière : La Danseuse d'Izu (恋の花咲く 伊豆の踊子, Koi no hana saku Izu no odoriko, 1933) d'après une œuvre de Yasunari Kawabata qui conte les amours contrariées entre une jeune saltimbanque et un étudiant en vacances, l'un des meilleurs films de Gosho d'après Tadao Satō et Okoto et Sasuke (春琴抄 お琴と佐助, Shunkinsho: Okoto to Sasuke, 1935) de Yasujirō Shimazu adapté d'une nouvelle de Jun'ichirō Tanizaki où Kinuyo Tanaka interprète une joueuse de koto aveugle, fille d'un riche négociant ayant une relation trouble avec un employé de son père.

Avec la généralisation du parlant, la Shōchiku quitte ses studios de Kamata à Tokyo en 1936 pour s'installer à Ōfuna dans la préfecture de Kanagawa, car il faut des studios plus grands et plus calmes pour les prises de son. Les principales stars féminines de la Shōchiku sont alors Kinoyo Tanaka, Hiroko Kawasaki, Michiko Oikawa, Michiko Kuwano, Kuniko Miyake, Mieko Takamine et Michiyo Kogure.

Kinuyo Tanaka quant à elle déménage à Kamakura dans une maison proche des nouveaux studios. Elle héberge la toute jeune actrice Hideko Takamine, alors âgée de douze ans, pendant la durée du tournage du film en deux parties dont elles partagent l'affiche : Le Nouveau Chemin : Akemi (新道・朱実の巻, Shindo: Akemi no maki, 1936) et Le Nouveau Chemin : Ryota (新道後篇, Shindō: Kohen Ryota no maki, 1936) de Heinosuke Gosho.


Les années de guerre : 1937-1945

Au cours des années 1930, l'actrice est si populaire que son prénom figure sur plusieurs titres de films : L'Histoire de Kinoyo (絹代物語, Kinuyo monogatari, 1930) de Heinosuke Gosho ainsi que Docteur Kinuyo (女医絹代先生, Joi Kinuyo sensei, 1937) et Le Premier Amour de Kinuyo (絹代の初恋, Kinuyo no hatsukoi, 1940) de Hiromasa Nomura.

En 1938, elle interprète, dans La Mère et l'enfant (母と子, Haha to ko) de Minoru Shibuya, la fille de la maîtresse d'un directeur d'entreprise qui refuse de se marier avec un employé plein d'avenir et de suivre la voie de sa mère. La même année, dans Katsura, l'arbre de l'amour (愛染かつら, Aizen katsura) de Hiromasa Nomura, elle joue le rôle d'une infirmière amoureuse d'un médecin avec lequel elle n'a que des rendez-vous manqués et qui devient chanteuse de music-hall. Au départ, c'est l'actrice Mieko Takamine qui devait interpréter le rôle principal mais Shirō Kido, le président des studios Ōfuna de la Shōchiku, use de son influence pour imposer Kinuyo Tanaka. Malgré des critiques réservées, Katsura, l'arbre de l'amour est un immense succès, selon Jean Tulard, c'est l'un des deux mélodrames qui a le plus marqué le Japon. C'est aussi, à l'époque de sa sortie, le film japonais qui a rapporté le plus d'argent, si bien que deux suites voient le jour : Zoku aizen katsura (続愛染かつら, 1939) puis Aizen katsura: Kanketsu-hen (愛染かつら 完結篇, 1939).

En 1937 a commencé la seconde guerre sino-japonaise et le 1er octobre 1939 est mise en application au Japon la loi sur le cinéma qui vise à placer toute la création cinématographique sous le contrôle du gouvernement. Kinuyo Tanaka n'échappe pas au cinéma de propagande et la voilà propulsée dans différents haha-mono (litt. « films de mamans »), destinés à consoler les mères qui voient leurs fils enrôlés dans l'armée impériale et partir au front. La scène cruciale dans L'Armée (陸軍, Rikugun, 1944) de Keisuke Kinoshita est celle qui clôt le film où le régiment de Fukuoka traverse la ville pour partir à la guerre. Dans la foule en liesse qui pousse des cris de joie, une mère angoissée, interprétée par Tanaka, marche aux côtés de son fils qui défile. Cette mère est si clairement bouleversée que cette séquence a failli être coupée par la censure.

L'année 1940 marque la date de la première collaboration entre Kinuyo Tanaka et Kenji Mizoguchi, arrivé à la Shōchiku l'année précédente, dans La Femme de Naniwa (浪花女, Naniwa onna). Ce film, considéré comme perdu, se situe dans le monde du jōruri (spectacle traditionnel de marionnettes japonais accompagné au shamisen). Le cinéaste et l'actrice vont tourner quinze films ensemble et c'est dans l'immédiat après-guerre que le duo va commencer à bâtir son « grand œuvre » qui leur vaudra une reconnaissance internationale.


L'après-guerre

Dès 1945, l'armée d'occupation américaine entreprend la démocratisation des médias et de l'industrie cinématographique du Japon. Un bureau spécial est créé, la Section d'information et d'éducation civiques (Civil Information and Education Section ou CI&E) qui compte au nombre de ses tâches l'examen des scénarios nouveaux et le compte rendu des produits achevés.

Dans ce contexte, Kinuyo Tanaka interprète le rôle d'une avocate qui défend une mère infanticide dans La Victoire des femmes (女性の勝利, Josei no shōri, 1946) de Kenji Mizoguchi, un plaidoyer féministe très marqué par l’immédiate après-guerre. La collaboration entre le cinéaste et l'actrice se poursuit avec Cinq femmes autour d'Utamaro (歌麿をめぐる五人の女, Utamaro o meguru gonin no onna, 1946), L'Amour de l'actrice Sumako (女優須磨子の恋, Joyū Sumako no koi, 1947) et Femmes de la nuit (夜の女たち, Yoru no onnatachi, 1948).

Le 21 octobre 1949, Kinuyo Tanaka part pour un voyage aux États-Unis en ambassadrice de bonne volonté. Elle y rencontre Bette Davis, Joan Crawford, Elizabeth Taylor, John Wayne ou encore Nancy et Ronald Reagan. Cette visite est très commentée au Japon et à sa grande surprise, son séjour américain est très mal perçu par la presse du Japon occupé, d'autant que l'actrice en revient habillée à l'occidentale et gratifie les journalistes d'un « hello » à sa descente d'avion le 19 janvier 1950. Elle se voit affubler du sobriquet de ameshon joyū et subit les foudres de l'opinion publique au point, confiera-t-elle, de penser au suicide.

Elle décide alors de quitter la Shōchiku, la société de production avec laquelle elle est sous contrat depuis ses débuts en 1924 et avec laquelle elle a tourné dans près de 200 films, pour travailler désormais en indépendante et ainsi avoir la possibilité de choisir les réalisateurs avec qui elle souhaite collaborer. Nous sommes à l'aube des années 1950, la période la plus prospère et la plus glorieuse du cinéma japonais, celle qui marque un nouvel âge d'or de son histoire.


L'âge d'or du cinéma japonais des années 1950

Désormais libre de choisir avec qui elle travaille, Kinuyo Tanaka entame, pour la Daiei et la Shintōhō, une impressionnante série de grands films où se conjuguent les talents d'un grand scénariste (Yoshikata Yoda), d'un chef opérateur de génie (Kazuo Miyagawa), d'un immense cinéaste (Kenji Mizoguchi) et de son actrice, avec Miss Oyu (お遊さま, Oyū-sama, 1951), La Vie d'O'Haru femme galante (西鶴一代女, Saikaku ichidai onna, 1952), Les Contes de la lune vague après la pluie (雨月物語, Ugetsu monogatari, 1953) et L'Intendant Sansho (山椒大夫, Sanshō dayū, 1954). Ces trois derniers films sont récompensés trois années de suite à la Mostra de Venise, apportant ainsi une reconnaissance internationale à Kenji Mizoguchi et à Kinuyo Tanaka. Son interprétation dans La Vie d'O'Haru femme galante en particulier résonne comme un condensé en un seul film des rôles emblématiques de la comédienne : tour à tour noble dame de cour, amante, mère, geisha, épouse d'un homme de la classe moyenne, prostituée et enfin pèlerin. Les rumeurs courant sur une relation amoureuse entre Kinuyo Tanaka et Kenji Mizoguchi viennent encore renforcer le mythe du « cinéaste et de sa muse », bien que la comédienne ait toujours nié l'existence d'une telle liaison romantique.

L'actrice travaille avec les plus grands réalisateurs de cette période : elle retrouve Yasujirō Ozu dans Les Sœurs Munakata (宗方姉妹, Munakata kyōdai, 1950) et Fleurs d'équinoxe (彼岸花, Higanbana, 1958), le premier film en couleurs du réalisateur, ainsi que Heinosuke Gosho dans Là d'où l'on voit les cheminées (煙突の見える場所, Entotsu no mieru basho, 1953). Elle collabore avec Mikio Naruse dans Le Fard de Ginza (銀座化粧, Ginza keshō, 1951), La Mère (おかあさん, Okaasan, 1952), l'un des meilleurs films du réalisateur selon Tadao Satō, et Au gré du courant (流れる, Nagareru, 1956), puis avec Kaneto Shindō dans La tristesse est aux femmes (悲しみは女だけに, Kanashimi wa onna dakeni, 1958).

En 1958, Keisuke Kinoshita lui offre l'un de ses plus beaux rôles dans La Ballade de Narayama (楢山節考, Narayama bushiko), une adaptation dans le style du kabuki et accompagnée de musique de jōruri, du roman de Shichirō Fukazawa, lui-même basé sur une vielle légende populaire. Elle y interprète le rôle d'une vieille femme pauvre qui accepte joyeusement de se plier à la coutume qui veut que les vieillards du village ayant atteint l'âge de soixante-dix ans soient abandonnés dans la montagne pour y mourir. Alors âgée de quarante-huit ans, elle se fait retirer quatre implants dentaires pour incarner ce personnage de vingt ans son aîné, témoignage s'il en est de la passion avec laquelle l'actrice exerce son art. Le journal Kinema Junpō lui décerne le prix de la meilleure actrice de l'année 1958 pour cette interprétation.

Durant les années 1950, la filmographie de Kinuyo Tanaka est vertigineuse tant elle compte d’œuvres majeures du cinéma japonais classique.


Le passage à la réalisation

Au début des années 1950, Kinuyo Tanaka envisage de passer de l'autre côté de la caméra. En 1952, elle demande à Mikio Naruse de l'engager comme assistante sur le film Frère aîné, sœur cadette (あにいもうと, Ani imōto), afin de se perfectionner dans son nouveau métier.

En 1953, de retour d'un voyage à Paris, Kenji Mizoguchi refuse à Kinuyo Tanaka de signer une lettre de recommandation d'usage pour qu'elle fasse ses débuts de cinéaste malgré une collaboration riche de quinze films, marquant ainsi la brouille entre Kinuyo et le réalisateur. Mais à l'exception de Kenji Mizoguchi, la plupart des grands réalisateurs apportent leur plein concours à cette nouvelle orientation de carrière.

Lorsqu'elle réalise finalement son premier film, Lettre d'amour (恋文, Koibumi, 1953), Kinuyo Tanaka devient la seconde femme à passer à la réalisation de l'histoire des studios japonais, après Tazuko Sakane qui a réalisé un film en 1936 et une dizaine de documentaires en Mandchourie durant la Seconde Guerre mondiale. Dans une interview donnée à la revue Kinema Junpō, elle déclare « Maintenant qu'il y a également des femmes élues à la Diète du Japon, j'ai pensé que ce serait une bonne chose qu'il y ait aussi au moins une femme réalisatrice ».



Kinuyo Tanaka est sans aucun doute la première réalisatrice à avoir une carrière commerciale, elle est aussi la seule femme cinéaste active durant l'âge d'or du cinéma japonais des années 1950. Son statut de star donne de la visibilité à ses films et lui permet de travailler, pour cinq d'entre eux, avec les grands studios japonais que sont la Shintōhō, la Nikkatsu, la Daiei et la Tōhō. Seul son dernier film est produit par une société de production indépendante : le Ninjin Club, fondée par les actrices Keiko Kishi, Yoshiko Kuga et Ineko Arima, qui vise à garantir la liberté de travail des acteurs face aux contraintes des grands studios.

Pour les six longs métrages qu'elle réalise entre 1953 et 1962, Kinuyo Tanaka s'entoure des plus grands : Keisuke Kinoshita, Yasujirō Ozu ou Natto Wada au scénario, Yoshiko Kuga ou Machiko Kyō dans la distribution. Son cinéma est résolument un cinéma « au féminin », faisant la part belle aux actrices et aux grands sujets. Lettre d'amour (恋文, Koibumi, 1953) aborde le thème des conséquences de la guerre sur les relations sentimentales. La lune s'est levée (月は昇りぬ, Tsuki wa noborinu, 1955) est un drame familial centré sur trois sœurs. Maternité éternelle (乳房よ永遠なれ, Chibusa yo eien nare, 1955) s'inspire de la vie de Fumiko Nakajō, poétesse waka morte à 31 ans d'un cancer du sein. La Nuit des femmes (女ばかりの夜, Onna bakari no yoru, 1961) parle des centres de réinsertion pour anciennes prostituées et de la difficulté pour elles de se réintégrer dans la société. Enfin La Princesse errante (流転の王妃, Ruten no ōhi, 1960) et Mademoiselle Ogin (お吟さま, Ogin-sama, 1962) dressent le portrait de femmes écrasées par les machinations de l'histoire.


La fin de carrière
À partir des années 1960, la carrière de Kinuyo Tanaka est déclinante. Elle se tourne principalement vers la télévision et ne fait plus que quelques apparitions dans des seconds rôles chez Mikio Naruse dans Chronique de mon vagabondage (放浪記, Hōrōki, 1962), chez Kon Ichikawa dans Seul sur l'océan Pacifique (太平洋ひとりぼっち, Taiheiyō hitori-botchi, 1963) ou chez Akira Kurosawa dans Barberousse (赤ひげ, Akahige, 1965).

C'est en 1974 qu'elle fait un retour fracassant sur les écrans dans Sandakan N° 8 (サンダカン八番娼館 望郷, Sandakan hachibanshōkan bōkyō) de Kei Kumai qui lui vaut un Ours d'argent de la meilleure actrice à la Berlinale 1975 ainsi que deux prix de la meilleure actrice décernés par les revues Kinema Junpō et Mainichi Shinbun. Kinuyo Tanaka interprète le rôle d'une karayuki-san (唐行きさん, littéralement « celles qui sont parties au-delà des mers ») à présent âgée qui est interviewée par une journaliste. Sa triste histoire en tant que prostituée dans un bordel de Bornéo est racontée en flash-back. Le film est une forte condamnation de la politique japonaise de fournir des « femmes de réconfort » aux troupes impériales durant la Seconde Guerre mondiale.

La même année, elle joue dans Trois vieilles dames (三婆, Sanbaba) de Noboru Nakamura, une tragi-comédie autour d’une affaire d’héritage sur la peur de vieillir et le temps qui passe. Le film réunit trois actrices de renom de l’âge d’or des années 1950, Kinuyo Tanaka, Michiyo Kogure et Aiko Mimasu, assumant pleinement leur rôle.

En 1975 elle fait partie des personnes interviewées dans le documentaire Kenji Mizoguchi ou la vie d'un artiste (ある映画監督の生涯 溝口健二の記録, Aru eiga-kantoku no shōgai Mizoguchi Kenji no kiroku) que Kaneto Shindō consacre au réalisateur.

Elle apparaît une dernière fois au cinéma dans La Berceuse de la grande terre (大地の子守唄, Daichi no komoriuta, 1976) de Yasuzō Masumura. En janvier 1977 Kinuyo Tanaka est conduite à l'hôpital, elle meurt le 21 mars 1977 des suites d'une tumeur du cerveau à l'âge de 67 ans. Ses funérailles officielles, en tant que membre de l'industrie cinématographique se déroulent au temple Tsukiji Hongan-ji de Tokyo et rassemblent 5000 personnes. Conformément à ses dernières volontés, ses restes sont portés dans la tombe familiale de Shimonoseki.

Considérée comme l'une des plus grandes actrices japonaises, elle est apparue dans plus de 250 films entre 1924, année de ses débuts, et 1976. Seconde femme cinéaste au Japon, elle a réalisé six films, sortis entre 1953 et 1962. Sa carrière, dont la portée non seulement cinématographique mais aussi culturelle, est encore peu reconnue en Occident et n'a peut-être pas encore été pleinement explorée au Japon.



Sélection de scènes de films avec Kinuyo Tanaka dans les années 1920-1930



J'ai été diplômé, mais... (1929).







L'histoire de Kinuyo (1930).







Mon amie et mon épouse (1931).







La Danseuse d'Izu (1933).







Okoto et Sasuke (1935).







Le Nouveau Chemin (1936).




Le plus souvent avec

Chishū Ryū
Chishū Ryū
(18 films)
Yasujirō Ozu
Yasujirō Ozu
(11 films)
Kenji Mizoguchi
Kenji Mizoguchi
(15 films)
Heinosuke Gosho
Heinosuke Gosho
(12 films)
Yoshikata Yoda
Yoshikata Yoda
(14 films)
Source : Wikidata

Filmographie de Kinuyo Tanaka (77 films)

Afficher la filmographie sous forme de liste

Actrice

Le Cap du nord, 1h53
Réalisé par Kei Kumai
Origine Japon
Genres Drame
Acteurs Claude Jade, Gō Katō, Kinuyo Tanaka
Rôle une nonne
Note68% 3.416233.416233.416233.416233.41623
Le film, tiré d'un roman de Kunio Tsuji, traite du rapport existant entre les pays riches et ceux du tiers-monde ; au centre : Marie-Thérèse, une religieuse missionnaire suisse, qui rencontre un ingénieur japonais à bord d'un navire reliant Marseille à Yokohama. L'histoire d'un amour impossible.
La Berceuse de la grande terre, 1h51
Réalisé par Yasuzō Masumura
Origine Japon
Genres Drame
Acteurs Meiko Kaji, Mieko Harada, Natsuko Kahara, Eiji Okada, Kinuyo Tanaka
Rôle la femme qui offre le riz et les clochettes à Rin
Note65% 3.2916553.2916553.2916553.2916553.291655
1932, village du Mont Ishizuchi sur l'île de Shikoku. Rin est une jeune fille qui vit avec sa grand-mère adoptive. Lorsque celle-ci meurt, elle tente vainement de cacher ce décès aux autres villageois. Malgré les conseils de ne pas faire confiance aux autres que sa grand-mère lui a prodigué, Rin, âgée de treize ans, se laisse berner par Sakichi qui la vend à une maison close sur une petite île de la mer intérieure de Seto. Rin a un caractère bien trempé, mais la fatalité s'acharne sur elle, d'abord domestique, elle n'échappe pas à la prostitution. Sa santé se dégrade soudainement et elle perd quasiment la vue, elle a seize ans. Un prêcheur l'aide à s'échapper de l'île en bateau et elle devient pèlerin bouddhiste.
Sandakan N° 8, 2h1
Réalisé par Kei Kumai
Origine Japon
Genres Drame, Historique
Thèmes Sexualité, Erotique, Prostitution, Thriller érotique
Acteurs Kinuyo Tanaka, Komaki Kurihara, Ken Tanaka, Takiko Mizunoe, Eitarō Ozawa
Rôle Osaki Yamakawa âgée
Note74% 3.7335553.7335553.7335553.7335553.733555
Keiko Mitani, une jeune journaliste, cherche à écrire un article traitant de l'histoire des femmes japonaises contraintes de travailler comme prostituées dans les lupanars asiatiques au début du XX siècle. Elle découvre Osaki, une femme entre deux âges, qui vit dans une cabane isolée avec de nombreux chats. Osaki accepte de raconter l'histoire de sa vie. Le film fait un saut en arrière jusqu'au début des années 1920. La jeune Osaki, dans le but de venir financièrement en aide à ses parents, travaille comme domestique dans ce qu'elle pense être un hôtel situé dans la partie alors britannique de Bornéo. L'établissement est, en réalité, un lupanar nommé Sandakan N° 8. Osaki travaille pendant deux ans comme domestique puis est contrainte de se prostituer par les tenanciers du lupanar. Osaki reste à Sandakan N° 8 jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Durant tout ce temps, elle n'a guère connu d'affection réelle hormis une courte liaison avec un fermier désargenté qui s'est empressé de la quitter lorsqu'il eut fait fortune. Avec la guerre, Osaki peut rentrer au Japon, mais, en raison de sa vie à Sandakan 8, elle est évitée et traitée comme une paria.
Otoko wa tsurai yo: Torajiro yumemakura, 1h35
Réalisé par Yōji Yamada
Genres Comédie
Acteurs Kiyoshi Atsumi, Kaoru Yachigusa, Chieko Baishō, Masakane Yonekura, Kinuyo Tanaka, Tatsuo Matsumura
Rôle the old family mistress
Note68% 3.445883.445883.445883.445883.44588
When Tora-san returns to visit his family, he is surprised to find an arrogant professor occupying his room. The professor and Tora-san become rivals for the affection of Chiyo. Both lose, and the professor leaves for America while Tora-san returns to his travels.
Barberousse, 3h5
Réalisé par Akira Kurosawa
Origine Japon
Genres Drame
Thèmes Maladie, La mer, Sport, Transport, Arts martiaux
Acteurs Toshiro Mifune, Kinuyo Tanaka, Takashi Shimura, Yūzō Kayama, Kyōko Kagawa, Chishū Ryū
Rôle Madame Yasumoto, la mère de Noboru
Note83% 4.1973054.1973054.1973054.1973054.197305
L'histoire se passe à Koishikawa, quartier d'Edo, au dispensaire pour indigents et centre de formation de Koishikawa Yojosho , au XIX siècle, soit environ un siècle après la fondation de cet établissement publique, qui eut lieu en 1722. Le jeune docteur Noboru Yasumoto (Yūzō Kayama), a étudié dans une école de médecine hollandaise à Nagasaki, grâce à une recommandation du médecin du Shogun, ami de son père. De retour, et à la demande de son père, il visite le dispensaire dirigé par le docteur Kyojio Niide (Toshirō Mifune), surnommé Barberousse (Akahige), à cause de sa barbe vaguement roussâtre. Le docteur Niide est décrit par un de ses assistants comme un homme très strict, plus sévère encore avec ses assistants qu'avec ses patients. La visite s'avère en fait être une affectation, bien loin des espérances de Yasumoto qui ne comprend ce qui lui arrive alors qu'il se voyait déjà devenir médecin du Shogunat. De plus, le directeur ne semble avoir d'intérêt que pour les livres de médecine de Yasumoto. Yasumoto décide alors de se rebeller en refusant de travailler et en bravant tous les interdits, dans l'espoir d'être renvoyé.
Seul sur l'océan pacifique, 1h37
Réalisé par Kon Ichikawa
Origine Japon
Genres Aventure
Acteurs Yujiro Ishihara, Masayuki Mori, Kinuyo Tanaka, Ruriko Asaoka, Hajime Hana, Shirō Ōsaka
Rôle sa mère
Note69% 3.4858453.4858453.4858453.4858453.485845
Le 12 mai 1962, Ken'ichi Horie, originaire d'Osaka, quitte clandestinement le port de Nishinomiya sur son petit voilier baptisé « Mermaid ». Sa destination est San Francisco qu'il espère atteindre en moins de trois mois. Cela fait plusieurs années que contre l'avis de sa famille et avec le soutien de quelques amis, il prépare obstinément ce périple. Au bout de 94 jours de traversée au cours desquels il a affronté la solitude, le manque d'eau potable, un typhon, des périodes de calme plat, il voit enfin apparaitre devant lui le pont du Golden Gate. Il est le premier japonais à réussir cet exploit.
Chronique de mon vagabondage, 2h4
Réalisé par Mikio Naruse
Origine Japon
Genres Drame
Acteurs Hideko Takamine, Akira Takarada, Daisuke Katō, Kinuyo Tanaka, Yumi Shirakawa, Keiju Kobayashi
Rôle Kishi, la mère de Fumiko
Note73% 3.6735253.6735253.6735253.6735253.673525
Fumiko Hayashi (Hideko Takamine) is a young woman can't find a decent job, meanwhile being dumped by her boyfriend and writing on the side. People say her writing on poverty is good, but she can't sell it and continues with dead end factory and bar hostess jobs and occasional heavy drinking. She gets together with another aspiring writer Fukuya (Akira Takarada) who can't sell his work either. Despite she doing all she can for him and his disease tuberculosis, he abuses her verbally and eventually physically. She walks out, comes back, walks out again. A kind man, Nobuo Sadaoka (Daisuke Katō) helps her occasionally, but she rejects his proposal. After these struggles, the film ends up with her literary success.
Tendre et Folle Adolescence, 1h38
Réalisé par Kon Ichikawa
Origine Japon
Genres Drame
Acteurs Keiko Kishi, Kinuyo Tanaka, Hiroshi Kawaguchi, Masayuki Mori, Kyōko Kishida, Jun Hamamura
Rôle la mère de Gen et Hekiro
Note68% 3.4378453.4378453.4378453.4378453.437845
Hekiro et Gen sont frère et sœur, ils s'entendent bien malgré un foyer peu chaleureux. Le père, un écrivain qui connait un certain succès, passe ses journées enfermé dans son bureau à travailler ses manuscrits. La belle-mère, une bigote chrétienne, est atteinte d'une forme sévère de rhumatismes qui la fait souffrir du pied et de la main gauche. Gen est une jeune fille au fort tempérament et responsable, elle supplée sa belle-mère handicapée dans les tâches quotidiennes et s'occupe avec affection de son frère Hekiro. Ce dernier, ne trouve pas sa place dans ce foyer et fait les 400 coups, entre bagarres au lycée, vol, dettes qu'il contracte dans une salle de billard ou chez un loueur de hors-bord. Cependant, malgré la confiance entre frère et sœur, certains problèmes surgissent. Quand Hekiro est atteint d'une tuberculose incurable, il s'attriste de voir sa sœur envisager de se marier. Le jour de sa mort, elle tâche de supporter courageusement le chagrin et la fatigue.
Une histoire d'amour de Naniwa, 2h4
Réalisé par Tomu Uchida
Origine Japon
Genres Drame, Historique, Romance
Thèmes Théâtre, Adaptation d'une pièce de théâtre
Acteurs Kinnosuke Nakamura, Ineko Arima, Chiezō Kataoka, Minoru Chiaki, Kinuyo Tanaka, Eitarō Shindō
Rôle Myokan Kameya, la propriétaire de la maison de courrier
Note70% 3.548833.548833.548833.548833.54883
Chubei a été adopté dans la famille Kameya, qui possède une maison de courrier à Osaka. Ces établissements sont notamment chargés d'assurer le transport de sommes d'argent qui leur sont confiées. Chubei est un jeune homme travailleur et naïf, destiné à devenir l'héritier de la maison Kameya et doit épouser Otoku, la fille de la propriétaire. Après une réunion avec des représentants des dix-huit maisons de courrier d'Osaka où il a été décidé du bannissement d'un transporteur ayant détourné un ryō dont il avait la charge, Hachiemon Tanbaya emmène un Chubei récalcitrant à Shinmachi, le quartier des plaisirs, dans la maison Tsuchiya.