Recherchez un film ou une personnalité :
FacebookConnexionInscription
José Giovanni est un Acteur, Réalisateur et Scénariste Suisse né le 22 juin 1923 à Paris (France)

José Giovanni

José Giovanni
Si vous aimez cette personne, faites-le savoir !
Nom de naissance Joseph Damiani
Nationalité Suisse
Naissance 22 juin 1923 à Paris (France)
Mort 24 avril 2004 (à 80 ans) à Lausanne (Suisse)

José Giovanni, de son vrai nom Joseph Damiani, est un écrivain, scénariste, dialoguiste et réalisateur français, né à Paris le 22 juin 1923. Naturalisé suisse en 1986, il est mort à Lausanne le 24 avril 2004 d'une hémorragie cérébrale.

Condamné à mort en 1948 pour extorsion de fonds et complicité d'assassinat, il est gracié puis libéré de prison en 1956 après onze ans d'incarcération. Encouragé par son avocat Stephen Hecquet, il se lance dans l'écriture. Son premier livre : Le Trou, récit de sa tentative d'évasion de la prison de la Santé en 1947, est rapidement publié en 1957 par Gallimard qui prend une option sur dix autres romans. Dans les années qui suivent, il publie à la Série Noire Le Deuxième Souffle, Classe tous risques, L'Excommunié et Histoire de Fou qui deviendront des classiques de la littérature policière. Au total, Giovanni a publié 21 romans ainsi que des Mémoires. Il puise principalement son inspiration dans ses expériences personnelles ou à partir de personnages ayant réellement existé et qu'il a croisés en prison — comme Abel Danos, ou Gustave Méla - pour composer ses intrigues policières. Ses romans sont portés à l'écran par des metteurs en scène prestigieux dont Jacques Becker, Claude Sautet et Jean-Pierre Melville, qui font appel à lui pour l'adaptation. En 1966, il se lance dans la mise en scène avec La Loi du survivant adaptation d'une partie de son roman Les Aventuriers. 19 autres films et téléfilms suivront jusqu'en 2001. José Giovanni n'a jamais fait mystère de son passé carcéral et de sa condamnation à mort. En 1993, une agence de presse suisse a rappelé des faits de collaboration dont il s'est rendu coupable en 1944 et pour lesquels il a été également condamné. Dans ses films aussi bien que dans ses romans, il se fait le témoin de la pègre et sa mythologie : amitiés viriles et code de l'honneur, fidélité et trahison, vendetta et vengeance. Au travers de certains de ses films (Un aller simple, Deux hommes dans la ville), il milite également contre la peine de mort.

Biographie

Jeunesse
Joseph Damiani, né à Paris, connait une enfance préservée du besoin. Ses parents, d'origine corse, Barthélemy Damiani et Émilie Santolini, possèdent deux grands hôtels à Paris, l'Élysée Star et le Normandy, dont l'un a servi à l'installation d'un tripot clandestin (Barthélemy encourut plusieurs condamnations dont une à un an de prison pour « escroquerie et tenue de maison de jeux » le 19 décembre 1932 par la cour d'appel de Paris). Damiani entreprend un parcours d'études des plus sérieux (collège Stanislas et lycée Janson-de-Sailly). Les condamnations de Barthélemy laissent la famille ruinée, mais ils parviennent à se retourner, s'installent en 1939 à Marseille et par la suite tiennent un hôtel à Chamonix. Là Joseph se découvre une passion pour la montagne. En 1942 Joseph s'inscrit à la faculté libre de droit d'Aix-en-Provence mais il est défaillant aux examens de juin 1942 et mai 1943.


L'Occupation et la Collaboration

En avril 1943 Joseph Damiani rejoint à Chamonix le chantier de Jeunesse et Montagne (créé par l'Armée de l'air du gouvernement de Vichy dans le cadre des Chantiers de jeunesse) qu'il quitte en septembre 1943. À Marseille, son père le présente à Simon Sabiani, ancien maire de la ville et secrétaire général de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme. Celui-ci le fait adhérer au Parti Populaire Français, ce qui lui permet d'échapper au Service du travail obligatoire (STO). Dans le cadre de ses activités au PPF, il participe à l’arrestation de réfractaires au STO.

En juillet 1944 pour éviter d’être arrêté pour son appartenance au PPF, José Giovanni se réfugie chez l’une de ses sœurs, à Nantes. Il traverse à plusieurs reprises les lignes de la poche de Saint-Nazaire pour livrer des postes émetteurs aux résistants. Il est rapidement arrêté par les Allemands qui le relâcheront au bout de quelques semaines.


Crimes et Condamnations
A Lyon, en août 1944, il est mêlé à des affaires de vol et d'extorsion commis par des individus munis de cartes de la police allemande. Dans les semaines qui suivent, à Paris et en Bretagne, parfois sous les couleurs de la Résistance, il participe à plusieurs délits de même nature.

Selon Franck Lhomeau dans la revue Temps noir, n 16 de septembre 2013, cité par Jean-Claude Vimont: « Damiani fut arrêté début juin 1945 à la suite d’un triple assassinat (...) Le 18 mai 1945, quatre individus, prétendant appartenir à la sécurité militaire arrêtèrent un représentant en vin Haïm Cohen et le conduisirent dans une villa de Suresnes. Il fut torturé, dut livrer les clefs de son coffre et contraint de signer un chèque au porteur avant d’être abattu. » Le 31 mai, les mêmes abattent les frères Peugeot, les enterrent dans la forêt après les avoir torturés dans une villa de Suresnes. Les auteurs de ces agressions étaient les frères Damiani, Joseph et Paul, ancien milicien, Georges Accad, un ancien de la Gestapo et Jacques Ménassole, ancien milicien également.

« Damiani est inculpé d'« atteinte à la sécurité extérieure de l’État » par la Cour de justice de Marseille le 20 juillet 1946 pour appartenance au PPF, pour appartenance au Schuztkorps, pour avoir été le garde du corps du directeur de l'OPA de Marseille et pour arrestations de réfractaires au STO. Il est condamné à vingt ans de travaux forcés pour avoir « en temps de guerre, entretenu des intelligences avec l'Allemagne ou ses agents. En outre, pour avoir appartenu au PPF, il est condamné à la dégradation nationale à vie. » « incarcéré à la Prison de la Santé à Paris dans l’attente de son procès pour le triple assassinat. »

Le procès a lieu les 9 et 10 juillet 1948. Un article du Monde du 12 juillet 1948 présente ainsi les coupables « Les deux jeunes bandits Damiani et Accad, que jugent en ce moment les assises de la Seine, n'ont vraiment pas l'envergure de leurs crimes : ils sont minables, étriqués, falots. On ne les imagine pas facilement enlevant un homme sous couleur de l'amener " au " (sic) D.G.E.R., renfermant dans la cave d'une villa louée tout exprès sans doute, lui faisant signer chèques et ordres de paiement, enfin, l'ayant tué, se débarrassant du corps dans la Seine. Et puis recommençant deux fois " l'opération ", comme ils disent. ». José Giovanni est condamné à mort.

Dans le dossier de la cour de justice de Marseille comme dans celui de la cour d'assises de Paris figure un rapport de police sur la moralité de Damiani qui conclut : « Il est permis de dire qu'on se trouve en présence d'un individu extrêmement nuisible à la société et qui, avant d'être assassin, a été traître à la cause de son pays et commis des actes relevant du plus pur gangstérisme ».

Le 25 mai 1949 Damiani est jugé par la 10e chambre correctionnelle du tribunal de la Seine « pour des vols en alléguant de faux ordres d’une autorité étrangère, vols aux faux policiers en se prétendant « police allemande » à l’encontre de deux personnes de religion juive, commis le 11 août 1944 à Lyon. Il fut condamné à dix années de prison. Toutes les peines furent confondues. Il purgea l’essentiel de sa peine dans la maison centrale de Melun. »

« Le 14 novembre 1951, Damiani obtient la réduction de sa peine à vingt ans de travaux forcés. Enfin, après les remises de peine régulières, le président René Coty remet le reste des travaux forcés le 30 novembre 1956 et Joseph Damiani sort libre de la centrale de Melun le 4 décembre 1956 à l'âge de trente-trois ans après onze ans et demi de détention. »


Retour sur son passé criminel
En 1993, la presse suisse revient sur son passé. Le 14 octobre 1993 les quotidiens La Tribune de Genève et 24 Heures de Lausanne, faisant suite à l'enquête de l'agence de presse suisse BRRI de Roger de Diesbach, accusent le cinéaste et romancier d'avoir collaboré avec les nazis et la Milice française, pendant la guerre. Giovanni dément avec vigueur ces accusations, faisant valoir son « casier judiciaire vierge » , sa « carte de la Résistance française ».Giovanni rappelle que sa condamnation à mort sanctionnait des faits de droit commun et non de collaboration. « Oui, j'ai été en prison plusieurs fois pendant un bon nombre d'années. Ça a commencé par une histoire de Résistance, et après ça s'est prolongé par des histoires de droit commun » . Citation issue de L'Âge d'or, revue de cinéma, n 2, consacrée à José Giovanni, novembre 1964. De ses condamnations pour collaboration, il ne parlera jamais et il annonce son intention de porter plainte pour diffamation sans donner suite. Finalement il déclare : « J'ai payé. J'ai droit au pardon et à l'oubli ».

Dans son film Mon père, il m'a sauvé la vie, sorti sur les écrans en 2001, il revient avec franchise sur les affaires de racket et le triple meurtre auquel il a été mêlé et qui lui ont valu sa condamnation à mort. Il fait porter l'essentiel de la responsabilité de ces méfaits à son oncle Paul Santolini, dit "Santos", chef de bande qui échappa à la justice et finit ses jours tranquillement en Espagne.

Ses meilleurs films

Le Clan des Siciliens (1969)
(Scénariste)
Le Gitan (1975)
(Réalisateur)
Dernier domicile connu (1970)
(Réalisateur)
Les Aventuriers (1967)
(Scénariste)
Le Ruffian (1983)
(Réalisateur)
Le Deuxième Souffle (1966)
(Scénariste)

Le plus souvent avec

Lino Ventura
Lino Ventura
(10 films)
Alain Delon
Alain Delon
(6 films)
Jacques Deray
Jacques Deray
(4 films)
Source : Wikidata

Filmographie de José Giovanni (33 films)

Afficher la filmographie sous forme de liste

Acteur

La Repentie, 2h5
Réalisé par Laetitia Masson
Origine France
Genres Drame, Policier
Acteurs Isabelle Adjani, Sami Frey, Samy Naceri, Aurore Clément, Catherine Mouchet, Maria Schneider
Rôle Le père de Charlotte
Note54% 2.7147552.7147552.7147552.7147552.714755
Une jeune femme récupère une valise à la consigne d'une gare, s'enferme aux toilettes et en ressort en tailleur chic et lunettes noires. Elle achète un billet pour un train qui part vers la mer. Un jeune homme la suit et demande la destination du train à un contrôleur. Une femme peut-elle refaire sa vie quand son passé la poursuit ?
Symphonie pour un massacre, 1h55
Réalisé par Jacques Deray
Origine France
Genres Drame, Policier
Acteurs Jean Rochefort, Michel Auclair, Michèle Mercier, José Giovanni, Charles Vanel, Claude Dauphin
Rôle Moreau
Note68% 3.417553.417553.417553.417553.41755
Sur un gros coup avec quatre truands, Jabeke entend faire cavalier seul pour rafler la mise et entreprend d'attiser la haine entre ses complices.

Réalisateur

Une robe noire pour un tueur, 1h45
Réalisé par José Giovanni
Origine France
Genres Policier
Acteurs Annie Girardot, Claude Brasseur, Bruno Cremer, Jacques Perrin, Renaud Verley, Catherine Allégret
Note64% 3.2428153.2428153.2428153.2428153.242815
Condamné à mort pour un crime dont il est innocent, Simon Risler parvient à s'évader. Aidé par Florence Nat, son avocate, il tente de faire la lumière sur le meurtre dont il est accusé.
Mon père, il m'a sauvé la vie, 1h55
Réalisé par José Giovanni
Genres Drame
Thèmes La prison, La peine de mort
Acteurs Bruno Cremer, Vincent Lecœur, Rufus, Michelle Goddet, Nicolas Abraham, Éric Defosse
Note71% 3.563153.563153.563153.563153.56315
À Paris à la fin des années 1940, le père (Joe - Bruno Cremer) est un passionné de poker, la mère cherche la martingale à la roulette, tandis que le plus jeune fils (Manu - Vincent Lecœur) est condamné à mort.
Mon ami le traître, 2h
Réalisé par José Giovanni
Origine France
Acteurs Valérie Kaprisky, André Dussollier, Thierry Frémont, Steve Kalfa, Philippe Dormoy, Michel Peyrelon
Note68% 3.4172353.4172353.4172353.4172353.417235
Le héros (Thierry Frémont) est un petit voyou qui a servi dans la police allemande et qui commence à craindre l'arrivée des FFI. À la Libération sa petite amie (Valérie Kaprisky) intervient auprès d'un officier du Deuxième Bureau (André Dussollier), pour négocier son retournement.
Les Loups entre eux, 1h45
Réalisé par José Giovanni
Genres Drame, Guerre, Action, Policier
Acteurs Claude Brasseur, Jean-Hugues Anglade, Robert Arden, Niels Arestrup, Gérard Darmon, Bernard-Pierre Donnadieu
Note57% 2.8718352.8718352.8718352.8718352.871835
Des terroristes kidnappent un général US de l'OTAN. Le spectateur suit le recrutement d'un commando de mercenaires (par les Services secrets) pour le délivrer, l'entrainement de ce dernier et le déroulement de la mission.
Le Ruffian
Le Ruffian (1983)
, 1h50
Réalisé par José Giovanni
Origine France
Genres Drame, Comédie, Aventure
Acteurs Lino Ventura, Bernard Giraudeau, Claudia Cardinale, August Schellenberg, Pierre Frag, August Schellenberg
Note61% 3.099813.099813.099813.099813.09981
Chercheurs d'or au Canada, Aldo et ses compagnons essuient une attaque de bandits le jour de la paie. Seuls, Aldo et deux indiens en sortent vivants et décident de profiter de l'or en retournant à la civilisation. Chemin faisant, Aldo fausse compagnie aux indiens et part en canoe sur une rivière. Son embarcation prise dans les rapides s'écrase au pied d'une cascade avec le chargement d'or, mais Aldo en réchappe in extremis… Il rejoint à Montréal son meilleur ami, Gérard, paraplégique depuis un accident dont Aldo est responsable alors qu'ils étaient tous deux pilotes automobile. Il retrouve également la « Baronne », une ancienne maîtresse qui dirige un bar, et son fidèle employé, le vieux John.
Les Égouts du paradis, 1h55
Réalisé par José Giovanni
Origine France
Genres Action, Policier
Thèmes Hold up, Gangsters
Acteurs Francis Huster, Jean-François Balmer, Lila Kedrova, Bérangère Bonvoisin, Clément Harari, Michel Subor
Note61% 3.099793.099793.099793.099793.09979
Ce film, tiré d'une histoire vraie, raconte l'histoire du « casse du siècle » — celui du casse de la Société générale de Nice — commis par Albert Spaggiari, en 1976.
Comme un boomerang, 1h40
Réalisé par José Giovanni, Jean Couturier
Genres Drame, Policier
Acteurs Alain Delon, Carla Gravina, Charles Vanel, Monique Chaumette, Louis Julien, Pierre Maguelon
Note64% 3.2445453.2445453.2445453.2445453.244545
Un jeune drogué tue un policier ; son père, un ancien du milieu amendé, remonte la filière de la drogue et parvient à le faire évader, mettant en jeu sa vie et sa position sociale.
Le Gitan
Le Gitan (1975)
, 1h42
Réalisé par José Giovanni
Origine France
Genres Drame, Policier
Acteurs Alain Delon, Annie Girardot, Paul Meurisse, Marcel Bozzuffi, Bernard Giraudeau, Renato Salvatori
Note64% 3.246233.246233.246233.246233.24623
Opposé à une société qui condamne les siens à l'errance et à la misère, le Gitan pille et vole par révolte autant que par nécessité. Le hasard met plusieurs fois sur sa route un perceur de coffres nommé Yan Kuq.
Deux hommes dans la ville, 1h40
Réalisé par José Giovanni
Origine France
Genres Drame, Policier
Thèmes La prison, La peine de mort
Acteurs Jean Gabin, Alain Delon, Michel Bouquet, Mimsy Farmer, Victor Lanoux, Ilaria Occhini
Note73% 3.693193.693193.693193.693193.69319
Germain Cazeneuve (Jean Gabin), ancien policier, est devenu éducateur pour délinquants afin de les réinsérer dans la vie active à leur sortie de prison. Il se porte garant envers Gino Strabliggi (Alain Delon), ancien truand condamné à douze années de prison pour l'attaque d'une banque. Libéré avec deux ans d'avance grâce à Cazeneuve, Gino retrouve sa femme Sophie (Ilaria Occhini), qui a patiemment attendu durant ces dix années et tient une boutique, et il reprend goût à la vie. Des liens amicaux naissent entre les deux hommes (Gino Strabliggi considère Germain Cazeneuve comme son père), l'ancien détenu et son épouse sont invités à des moments de convivialité avec la famille de Germain, avec lequel il sympathise.
La Scoumoune, 1h45
Réalisé par José Giovanni
Origine France
Genres Drame, Policier
Thèmes La prison, La provence, Gangsters
Acteurs Jean-Paul Belmondo, Michel Constantin, Claudia Cardinale, Andréa Ferréol, Philippe Brizard, Alain Mottet
Note64% 3.2070353.2070353.2070353.2070353.207035
Marseille, 1934. Xavier Saratov est en prison pour un meurtre que Jeannot Villanova, le patron de la pègre marseillaise, lui a fait endosser en mettant un cadavre dans sa voiture. Georgia, sa sœur, et son ami Roberto Borgo, surnommé « la Scoumoune » parce qu'il porte malheur à ses ennemis en dégainant et en tirant plus vite qu'eux, tentent de prouver son innocence. Xavier est condamné à vingt ans de prison.
Où est passé Tom ?
Réalisé par José Giovanni
Origine France
Genres Comédie dramatique, Action
Acteurs Rufus, Alexandra Stewart, Jean Gaven, Paul Crauchet, Philippe March, Hervé Sand
Note75% 3.792813.792813.792813.792813.79281
Tom Coupar, secrétaire d'une organisation pacifique vouée à la libération des prisonniers politiques, décide un jour de passer à l'action. Avec Alexandra, il parvient à assassiner le dictateur Anton Caras. Incarcéré dans une forteresse où se trouvent des prisonniers qu'il tentait de faire libérer, il prépare une évasion. Or, un seul homme accepte de fuir avec lui, les autres préférant rester pour témoigner.
Un aller simple
Réalisé par José Giovanni
Genres Thriller, Policier
Acteurs Jean-Claude Bouillon, Jean Gaven, Paola Pitagora, Alain Mottet, Maurice Garrel, Rufus
Note65% 3.286993.286993.286993.286993.28699
Un condamné à mort s'évade pour protéger son amie des manœuvres d'un avocat véreux.
Dernier domicile connu, 1h32
Réalisé par José Giovanni
Origine France
Genres Thriller, Policier
Thèmes Mafia, Gangsters
Acteurs Lino Ventura, Marlène Jobert, Michel Constantin, Paul Crauchet, Philippe March, Alain Mottet
Note70% 3.5421853.5421853.5421853.5421853.542185
Marceau Léonetti, policier compétent et énergique, décoré de la Légion d'honneur pour acte de bravoure, arrête par hasard le fils d'un avocat influent qui conduit en état d'ivresse, mais ce dernier promet de se venger. Quelques mois plus tard, l'avocat retourne complètement les faits en décrivant Léonetti comme violent et incompétent. Afin d'étouffer l'affaire, celui-ci est muté dans un petit commissariat de quartier. Il y rencontre Jeanne, nouvelle auxiliaire de police, avec qui il fait équipe pour enquêter sur des petits délits de mœurs dans des cinémas de quartier.