Recherchez un film ou une personnalité :
FacebookConnexionInscription
Greta Garbo est une Actrice Américaine née le 18 septembre 1905 à Stockholm (Suede)

Greta Garbo

Greta Garbo
Si vous aimez cette personne, faites-le savoir !
Nom de naissance Greta Lovisa Gustafson
Nationalité Etats-Unis
Naissance 18 septembre 1905 à Stockholm (Suede)
Mort 15 avril 1990 (à 84 ans) à New York (Etats-Unis)

Greta Lovisa Gustafson, dite Greta Garbo, est une actrice suédoise naturalisée américaine, née le 18 septembre 1905 à Stockholm en Suède et morte le 15 avril 1990 à New York, aux États-Unis.

Surnommée « la Divine », elle a tourné son dernier film en 1941. Federico Fellini dit d'elle qu'« elle fut la fondatrice d'un ordre religieux appelé cinéma ».

En 1999, Greta Garbo est classée à la cinquième place dans le classement AFI's 100 Years... 100 Stars établi par l'American Film Institute.

Biographie

Enfance et formation
Greta Gustafsson est la benjamine de Karl Alfred Gustafsson (1871–1920) et d'Anna Lovisa Johansson (1872–1944). Elle naît au 32 de la Blekingegatan à Stockholm. Sa maison natale a aujourd'hui disparu.

Ses parents sont des personnes de condition modeste dans la Suède pauvre du début du XX siècle. Elle avait une sœur, Alva et un frère, Sven.

Elle entre à l'Académie royale d'art dramatique de Stockholm — le Dramaten — en 1922 et y étudie jusqu'en 1924. C'est là qu'elle rencontre le réalisateur suédois Mauritz Stiller qui la repère, lui enseigne les techniques cinématographiques et lui confie un rôle majeur dans son film La Saga de Gösta Berling, d'après Selma Lagerlöf en 1924. C'est à cette occasion que son mentor lui donne son nom de scène : Greta Garbo, garbo voulant dire en espagnol « la classe, l'élégance ».


De Garbo à La Divine : les années hollywoodiennes

Lorsque Garbo arrive à Hollywood, sa carrière prend un tournant inattendu ; elle n'a rien d'une femme fatale — Louis B. Mayer la surnommait alors « la grosse vache nordique » — mais Arnold Genthe, un photographe de Vanity Fair, décèle son important potentiel. Elle suit un régime amaigrissant et modifie son apparence : cheveux coupés, lissés, front dégagé, sourcils réduits, regard mis en valeur.

Ses premières apparitions dans des films muets, tels Le Torrent (The Torrent) en 1926, La Tentatrice (The Temptress) en 1926, La Chair et le Diable (Flesh and the Devil) en 1927 ou Anna Karénine (Love) en 1928, la propulsent en haut de l'affiche. Le renouvellement de son contrat est l'occasion d'un long bras de fer avec Louis B. Mayer et aboutit à ce qu'elle devienne l'actrice la mieux payée d'Amérique (250 000 $ par film).

C'est dans ces premières années qu'elle rencontra John Gilbert, star du cinéma muet, avec qui elle poursuivit une relation qui défraya la chronique. La légende veut qu'elle l'ait quitté devant l'autel, ayant changé d'avis quant à leur mariage, mais la MGM utilisa abondamment les scènes d'amour qu'elle interpréta avec John Gilbert pour alimenter les magazines à scandale.



Sa carrière, contrairement à celle de beaucoup d'autres, ne s'arrêta pas avec la fin du cinéma muet. Greta Garbo fut l'une des rares stars hollywoodiennes à franchir le cap du cinéma parlant. C'est dans Anna Christie en 1930 que le public entend pour la première fois sa voix grave et sensuelle, teintée d'un léger accent suédois. Le film fut d'ailleurs promu avec le slogan « Garbo parle » (« Garbo Talks ») et fut un véritable succès, bien que Garbo ne fût pas convaincue de sa propre performance. Quant à John Gilbert, dont la popularité baissait, il ne réussit jamais la transition vers le cinéma parlant et sa carrière s'arrêta dans les années 1930.

À partir de cette époque, on lui compose un nouveau personnage solitaire, énigmatique. Elle devient grave, tantôt mutine, tantôt craintive, parfois intellectuelle. Elle n'assiste qu'aux premières, n'accorde plus que de rares interviews, voyage sous un nom d'emprunt. Elle arrête aussi les nombreuses séances de photos d'extérieur et ne fait plus que des portraits d'art, réalisés en studio par deux portraitistes attitrés — Ruth Harriet Louise jusqu'en 1929, puis Clarence Bull — et destinés à n'être reproduits qu'en petit format pour être envoyés aux admirateurs. Même pour la promotion des films, elle n'accorde plus qu'une unique séance de pose de dix heures maximum avec 150 photos par séance. Son costumier attitré Adrian crée pour elle le « style noble » glamour avec des velours, des lignes hiératiques et des proportions inhabituelles. Devant le succès grandissant de la star, la Paramount, studio concurrent, se met en tête de trouver « sa » Garbo : ce sera Marlène Dietrich.



Garbo, si quelque chose lui déplaisait lorsqu'elle tournait, disait qu'elle voulait rentrer en Suède (« I want to go home »), menace qui lui valut de voir chacun de ses vœux exaucé par ses employeurs. Garbo était connue pour ne tourner qu'à studio fermé, refusant les visiteurs lorsqu'elle jouait. Son apparition dans Mata Hari en 1932 la consacra séductrice, la censure s'offusqua même du costume suggestif qu'elle portait sur l'affiche. Elle partagea ensuite l'affiche de Grand Hotel en 1932 en vedette avec Joan Crawford et les frères Barrymore (Lionel et John).



Elle se fâcha avec la MGM en 1932 et disparut des écrans pendant presque deux ans. La réconciliation lui donna un contrôle total sur les films qu'elle tournait, et lui permit de faire remplacer Laurence Olivier par John Gilbert pour le tournage de La Reine Christine en 1933. David O. Selznick la pressentit pour jouer le rôle de l'héritière mourante dans Dark Victory en 1935, mais elle préféra tourner une nouvelle version d'Anna Karénine.

Son interprétation de la Dame aux camélias dans Le Roman de Marguerite Gautier (Camille) en 1937 fut considérée comme la meilleure de tous les temps, et fut aussi la seule de ses interprétations qui trouva grâce à ses yeux. Après maintes tragédies, elle se retrouva face à Melvyn Douglas dans la comédie Ninotchka en 1939. En référence à une scène dans un bistrot parisien où l'héroïne part d'un éclat de rire, le film fut lancé avec le slogan « Garbo rit ! » (« Garbo laughs! »), une première dans sa carrière.

Greta Garbo fut l'une des stars les plus adulées des années 1920 et 1930, mais aussi l'une des plus secrètes. Fuyant la publicité et les ragots, elle rendit célèbre l'une de ses tirades de Grand Hotel même dans sa vie publique : « Je veux qu'on me laisse tranquille » (« I want to be let alone »). Elle n'accordait ni autographe, ni interview, sauf au tout début de sa carrière, n'assistait à aucune première et ne répondait pas à ses fans. Cette prédilection pour le secret ne fit que confirmer le surnom qu'elle garda toute sa vie, « La Divine » : belle, lointaine et inaccessible.

Après l'échec relatif de son dernier film, La Femme aux deux visages (Two Faced Woman) en 1941, Garbo mit définitivement un terme à sa carrière, au faîte de sa gloire.

D'après Albert Lewin, elle aurait souhaité interpréter Dorian Gray dans le film Le Portrait de Dorian Gray en 1945, mais pour des problèmes de censure, la chose ne se fit pas. Alfred Hitchcock pensa que la mise en production de son film le Procès Paradine, en 1947, allait être le moyen de son retour sur les écrans, mais sans succès. En 1949, le réalisateur Max Ophuls lui propose de tourner un film en couleur adapté de Balzac, La Duchesse de Langeais. Des essais avec l'actrice sont d'ailleurs tournés, révélant une photogénie extraordinairement préservée de l'actrice. Pour des raisons budgétaires, le producteur italien se retire du projet qui échoue.


Retraite et disparition

De son propre aveu, Greta Garbo pensait que le monde avait été bouleversé par la Seconde Guerre mondiale, peut-être pour toujours. Ses films, pensait-elle, avaient leur propre place dans l'Histoire et gagneraient en valeur. Elle prit la citoyenneté américaine en 1951. Elle acheta un appartement à New York dans les années 1950, où elle vécut jusqu'à la fin de ses jours, loin de la presse. Séparée du monde hollywoodien, elle refusa catégoriquement de paraître en public.

Elle resta cependant amie avec de nombreuses célébrités, et on la vit souvent en compagnie d'Aristote Onassis, Cecil Beaton ou Cécile de Rothschild. Elle défendait cependant jalousement sa vie privée. Elle était connue pour ses promenades dans les rues de New York affublée de grandes lunettes noires, évitant autant que possible les médias.

En 1984, elle est traitée avec succès pour un cancer du sein. Elle meurt à New York en 1990 à l'âge de 84 ans, des suites d'une insuffisance rénale terminale et d'une pneumonie. Sa dépouille fut incinérée et les cendres enterrées au cimetière Skogskyrkogården à Stockholm.


Vie privée
Garbo a gardé sa vie privée hors des feux de la rampe. « I want to be alone » (« Je veux être seule »), l'une de ses tirades les plus célèbres à l'écran, dans Grand Hotel, lui a été faussement attribuée à la ville. Garbo rectifia cependant après le film, arguant qu'elle n'avait jamais dit qu'elle voulait être seule, mais qu'elle voulait qu'on la laisse tranquille (« I never said, 'I want to be alone.' I only said, 'I want to be let alone.' There is all the difference. »).

D'après les lettres privées dont la publication a été autorisée en Suède en 2005 pour marquer le centenaire de sa naissance, il semblerait qu'elle ait été refermée sur elle-même et assez dépressive.

Greta Garbo était bisexuelle, et s'est engagée dans de notables relations amoureuses avec des hommes et des femmes. Elle aurait eu tendance à préférer les femmes, et à se désintéresser de la sexualité en mûrissant. Il semblerait que Greta Garbo soit restée célibataire par amour pour l'actrice suédoise Mimi Pollak avec qui elle entretint une relation épistolaire qui dura soixante ans. À la naissance du fils de Mimi Pollak, elle expédia à celle-ci ce télégramme : « Incredibly proud to be a father » (« Incroyablement fière d'être père »).

Sa liaison hétérosexuelle la plus célèbre fut avec l'acteur John Gilbert. Lorsqu'ils se partagèrent le premier rôle pour la première fois dans Flesh and the Devil, leur « intensité érotique » fut perceptible à l'écran. Il est dit que Gilbert demanda Greta Garbo en mariage trois fois et qu'il ne fut pas le seul. L'éditeur suédois Lars Saxon l'aurait aussi demandée en mariage, mais lui reçut une lettre qui confirmait que Garbo « resterait toute sa vie célibataire. Le mot « épouse » est tellement laid » (« I will probably remain a bachelor all my life. “Wife” is such an ugly word. »).

Elle fut également la maîtresse du chef d'orchestre Leopold Stokowski qui avait quitté pour elle son épouse Olga Samaroff. En dépit de certaines rumeurs, il ne fut pas question de mariage entre eux.

La femme de lettres Mercedes de Acosta, dont la correspondance avec Greta Garbo fut publiée en 2000, dit avoir eu une longue relation avec elle.

Elle a également été liée de façon plus ou moins platonique avec les actrices Marlene Dietrich, Claudette Colbert, Joan Crawford, Louise Brooks, Ona Munson, et avec l'auteur Salka Viertel.

Ses meilleurs films

Grand Hotel (1932)
(Actrice)
Ninotchka (1939)
(Actrice)
Anna Christie (1930)
(Actrice)
Intrigues (1928)
(Actrice)
Romance (1930)
(Actrice)

Le plus souvent avec

Cedric Gibbons
Cedric Gibbons
(19 films)
Adrian
Adrian
(18 films)
Irving Thalberg
Irving Thalberg
(10 films)
Source : Wikidata

Filmographie de Greta Garbo (40 films)

Afficher la filmographie sous forme de liste

Actrice

Cinéma Paradiso, 1h58
Réalisé par Giuseppe Tornatore
Origine Italie
Genres Drame, Romance
Thèmes L'adolescence, Film traitant du cinéma, L'enfance, Maladie, La mer, Transport, Le handicap, La cécité
Acteurs Philippe Noiret, Salvatore Cascio, Marco Leonardi, Jacques Perrin, Brigitte Fossey, Antonella Attili
Rôle Grusinskaya - the Dancer (archive footage) (uncredited)
Note84% 4.2494354.2494354.2494354.2494354.249435
À Rome, à la fin des années 1980, Salvatore vient d'apprendre la mort de son vieil ami Alfredo. Par cette nouvelle, c'est toute son enfance qui remonte à la surface : son village natal, en Sicile, quand on l'appelait Totò et qu'il partageait son temps libre entre l'église (où il était enfant de chœur) et la salle de cinéma paroissiale, où régnait Alfredo, le projectionniste qui, au travers des films qu'il projetait, lui apprenait la vie.
À la recherche de Garbo, 1h43
Réalisé par Sidney Lumet
Origine Etats-Unis
Genres Drame, Comédie, Comédie dramatique
Acteurs Anne Bancroft, Ron Silver, Carrie Fisher, Betty Comden, Catherine Hicks, Steven Hill
Rôle Elle-même
Note63% 3.1984553.1984553.1984553.1984553.198455
Estelle est une femme énergique qui le jour se bat contre les injustices et les compromissions et le soir, rentrée chez elle, pleure en regardant pour la énième fois la mort de Marguerite Gautier, incarnée par Greta Garbo dans le film de George Cukor. Elle est divorcée et a eu un fils, Gilbert, qui est marié et veille sur elle. Il est tout à l'opposé du caractère de sa mère. Dans la société où il est employé il est l'objet de brimades et il ne contrarie jamais ses supérieurs. Sa mère apprend qu'elle a une tumeur au cerveau et qu'il ne lui reste que quatre à six mois à vivre. Son souhait, avant de mourir, est de voir son idole Greta Garbo, la Divine. Elle demande à son fils de tout faire pour exaucer son vœu. Après de multiples péripéties il réussit à avoir un contact avec Garbo qui accepte de rendre visite à Estelle à l'hôpital. Gibert laisse sa mère seule avec la Divine. Allongée sur son lit elle raconte sa vie à son idole. Les rencontres que Gilbert a eues lors de sa quête pour retrouver Garbo l'ont totalement transformé. Il donne sa démission dans des termes qui auraient fait la joie de sa défunte mère.
Annie
Annie (1982)
, 2h6
Réalisé par John Huston
Origine Etats-Unis
Genres Drame, Comédie, Comédie dramatique, Comédie musicale, Musical
Thèmes L'adoption, L'enfance, La musique, Théâtre, Musique, Politique, Adaptation d'une pièce de théâtre, Adaptation d'une comédie musicale, Films pour enfants
Acteurs Albert Finney, Carol Burnett, Bernadette Peters, Ann Reinking, Tim Curry, Geoffrey Holder
Note65% 3.298913.298913.298913.298913.29891
La petite Annie est orpheline. Joyeuse et décidée, elle entre dans la vie d'un milliardaire, Oliver Warbucks, qui souhaite l'adopter. Mais un couple de petits truands, Rooster et Lily, appâtés par une promesse de récompense et aidés par Miss Hannigan, sœur de Rooster et directrice de l'orphelinat où vit Annie, se font passer pour ses parents.
Adam & Yves, 1h30
Origine Etats-Unis
Genres Pornographique
Thèmes Sexualité, Homosexualité, LGBT, LGBT
Acteurs Greta Garbo
Rôle Elle-même
Note65% 3.2560053.2560053.2560053.2560053.256005
À Paris, un Français, Yves, est un adepte de rencontres sans lendemain avec d'autres hommes. Un jour, il remarque un bel Américain. Il le suit jusque chez lui. L'Américain lui ouvre, et ils ont un rapport sexuel. Ils parlent mais Yves se fait une règle de ne pas connaître le prénom de son partenaire. Chacun raconte à l'autre ses expériences sexuelles avec d'autres hommes. Adam commence à s'attacher à Yves.
Hollywood Without Make-Up
Réalisé par Ken Murray
Origine Etats-Unis
Genres Documentaire
Thèmes Documentaire sur le monde des affaires, Documentaire sur le cinéma, Documentaire sur les villes
Acteurs Kirk Douglas, Ken Murray, Cary Grant, June Allyson, George K. Arthur, Eddie Albert
Note72% 3.6220853.6220853.6220853.6220853.622085
The film consists of archive footage of famous Hollywood stars, mostly home movies showing the stars as themselves instead of playing a role in front of the camera.
Proprement scandaleux, 1h26
Réalisé par Norman Panama, Melvin Frank
Origine Etats-Unis
Genres Comédie, Comédie romantique, Romance
Thèmes La musique, Adaptation d'une pièce de théâtre
Acteurs Ezio Pinza, Janet Leigh, Beverly Garland, Millard Mitchell, Gale Robbins, Maria Palmer
Rôle Images d'archives
Note60% 3.0166153.0166153.0166153.0166153.016615
In New York in the 1920s, amorous opera star Augustino "Gus" Caraffa (Ezio Pinza) crosses paths with Isabelle Perry (Janet Leigh), a naive music student from Mississippi who is his biggest fan. When a news photographer catches them in a kiss, it is proposed that they get married in name only to avoid a scandal. Isabelle, who is in love with Gus, agrees to the charade, hoping that he will eventually fall in love with her.
La femme aux deux visages, 1h30
Réalisé par George Cukor, Andrew Marton
Origine Etats-Unis
Genres Comédie, Comédie romantique, Romance
Thèmes Théâtre, Adaptation d'une pièce de théâtre
Acteurs Greta Garbo, Melvyn Douglas, Constance Bennett, Roland Young, Ruth Gordon, Robert Sterling
Rôle Karin Borg Blake, une séduisante monitrice de ski qui se fait passer pour sa sœur jumelle afin de reconquérir son mari
Note63% 3.199393.199393.199393.199393.19939
Larry Blake, directeur d'un magazine new-yorkais, s'éprend d'une monitrice de ski (Karin Borg) qu'il épouse en lui promettant de s'installer à la montagne auprès d'elle. Pourtant, le travail reprend très rapidement ses droits et Larry repart pour New York. Lassée de l'attendre, Karin part le rejoindre, mais elle découvre qu'il semble l'avoir oubliée car il fréquente assidûment une auteur dramatique, Griselda.
The Miracle of Sound, 11minutes
Origine Etats-Unis
Genres Documentaire
Thèmes Documentaire sur le monde des affaires, Documentaire sur le cinéma, Documentaire sur les villes
Acteurs Jeanette MacDonald, Nelson Eddy, Clark Gable, Greer Garson, W. S. Van Dyke, Hedy Lamarr
Note41% 2.0898052.0898052.0898052.0898052.089805
The film starts with a brief introduction to the work of Thomas A. Edison and a clip from William K.L. Dickson's Dickson Experimental Sound Film (c. 1894). Douglas Shearer then presents a behind the scenes look at the filming of W.S. Van Dyke's Bitter Sweet (1940) featuring Jeanette MacDonald and Nelson Eddy to explain how the sound is recorded. A scene from King Vidor's Comrade X (1940) featuring Clark Gable and Hedy Lamarr is used to demonstrate the final result. The film concludes with a montage from trailers for coming MGM pictures and a Technicolor screen test of Greer Garson for Mervyn LeRoy's Blossoms in the Dust (1941).
Ninotchka
Ninotchka (1939)
, 1h50
Réalisé par Ernst Lubitsch, John Waters
Origine Etats-Unis
Genres Comédie, Comédie romantique, Romance
Thèmes Politique, Hold up, Gangsters, Escroquerie
Acteurs Greta Garbo, Melvyn Douglas, Bela Lugosi, Ina Claire, Sig Ruman, Felix Bressart
Rôle Nina Ivanovna Yakouchova, dite Ninotchka
Note78% 3.9482753.9482753.9482753.9482753.948275
Trois agents soviétiques du ministère russe du commerce, Iranoff, Buljanoff et Kopalski, sont envoyés à Paris pour vendre des bijoux, 40 pièces confisquées aux aristocrates pendant la révolution russe. Ils y rencontrent le comte Léon d'Algout, mandaté par la Grande Duchesse Swana qui souhaite récupérer ses bijoux de famille présents dans le lot. Le comte éloigne les trois émissaires en leur faisant goûter aux joies du capitalisme. L'URSS envoie alors une envoyée spéciale fidèle au dogme communiste pour remettre les trois hommes dans le droit chemin, Ninotchka Yakouchova. Rigide et dure, elle arrive à Paris avec l'intention de mener la vente à bien, et de ramener les trois hommes en Russie. Le comte Léon d'Algout, d'abord décidé à la combattre par tous les moyens, tombe amoureux d'elle et entreprend de la faire succomber au charme parisien.
Marie Walewska, 1h53
Réalisé par Clarence Brown, Gustav Machatý
Origine Etats-Unis
Genres Drame, Historique, Romance
Thèmes Politique, Adaptation d'une pièce de théâtre, Histoire de France, Révolution française
Acteurs Greta Garbo, Charles Boyer, Reginald Owen, Alan Marshal, Henry Stephenson, Leif Erickson
Rôle Marie Walewska
Note66% 3.347113.347113.347113.347113.34711
Marie Walewska rencontre Napoléon pour que cesse le partage de la Pologne par les Russes, les Prussiens et les Autrichiens. Ils seront amants et auront un enfant ensemble.
Anna Karénine, 1h35
Réalisé par Clarence Brown
Origine Etats-Unis
Genres Drame, Romance
Thèmes Sexualité, Le suicide
Acteurs Greta Garbo, Fredric March, Maureen O'Sullivan, Freddie Bartholomew, Basil Rathbone, Reginald Owen
Rôle Anna Karénine
Note70% 3.5489753.5489753.5489753.5489753.548975
Dans l'Empire russe de la seconde moitié du XIX siècle, Anna Karénine, épouse d'un lugubre notable dirigiste et glacial, n'a pour seule source d'affection que son jeune garçon, Sergeï. Cet amour fusionnel, la respectabilité de son rang, le confort matériel et la chaleur de ses proches ne lui suffisent pourtant pas. Elle finit par céder aux avances d'un jeune cavalier fougueux, le colonel Vronsky.