Recherchez un film ou une personnalité :
FacebookConnexionInscription
Emir Kusturica est un Acteur, Réalisateur, Scénariste, Producteur et Son Serbe né le 24 novembre 1954 à Sarajevo (Bosnie)

Emir Kusturica

Emir Kusturica
Si vous aimez cette personne, faites-le savoir !
Nom de naissance Emir Kusturica
Nationalité Serbie
Naissance 24 novembre 1954 (65 ans) à Sarajevo (Bosnie)
Récompenses Chevalier de la Légion d'honneur‎, Commandeur des Arts et des Lettres‎

Emir Kusturica (API : [ˈku.stu.ri.tsa], Емир Кустурица en serbe cyrillique) est un cinéaste, acteur et musicien serbe, né le 24 novembre 1954 à Sarajevo. Il est également de nationalité française.

Il a notamment été deux fois lauréat de la Palme d'or au Festival de Cannes.

Biographie

Identité et religion
Emir Kusturica naît le 24 novembre 1954 à Sarajevo, en République socialiste de Bosnie-Herzégovine, qui faisait partie de la République fédérative socialiste de Yougoslavie.

Le New York Times l'interroge au début de la guerre en Bosnie-Herzégovine sur son identité et il répond : « Je suis un exemple vivant du mélange et de la conversion des Serbes en Bosnie. Mes grands-parents vivaient dans l’Est de l’Herzégovine. Ils étaient très pauvres. Les Turcs sont venus et ont apporté l'Islam. Il y avait trois frères au sein de la famille. L’un était chrétien orthodoxe. Les deux autres se sont convertis à l’islam pour survivre. ».

La famille du cinéaste est représentative de la pluralité ethnique de la Yougoslavie dont l'effritement la marginalise plus tard : les ancêtres d'Emir- Nemanja Kusturica sont des Serbes orthodoxes de Bosnie-Herzégovine. Environ la moitié des habitants de Bosnie-Herzégovine sont adeptes de l'islam depuis la conquête ottomane des Balkans, alors qu'environ un tiers de la population est de confession orthodoxe et 15 % de confession catholique. Néanmoins, le réalisateur n'est pas intégré, dans son enfance, aux coutumes religieuses du pays. Il est par ailleurs tenu à l'écart de tout culte religieux, son père étant non-croyant et communiste. Ce dernier est également un ancien résistant à l'Allemagne nazie, intégré aux troupes armées, civiles et partisanes titistes.

Ces éléments sont à nuancer sérieusement : dans sa relativement longue "profession de foi"publiée à peu près au même moment, Kusturica se définit comme yougoslave et "enfant de la Bosnie primitive", et non serbe. Il précise même que des "nationalistes serbes" l'ont "menacé d'une nouvelle circoncision" suite au succès de son film Papa est en voyage d'affaires, ce qui accrédite l'idée qu'il fût circoncis selon la coutume musulmane et comme le montre ce film dont le couple parental principal est musulman et fait circoncire leurs fils. Dans le même livre (chapitre "Nostalghia"), il indique que sa grand-mère paternelle était "fortement liée aux rites musulmans" et qu'elle "les a d'ailleurs conservés".

En fait, Kusturica s'est toujours senti profondément yougoslave et c'est ce dernier terme qui définit sans doute le mieux son identité au moins jusqu'au début des années 2000.

Le jour de Đurđevdan (la Saint-Georges) en 2005, Emir Kusturica est baptisé à l’Église orthodoxe serbe sous le nom de Nemanja Kusturica (Немања Кустурица) dans le monastère de Savina, près de Herceg Novi, au Monténégro. Ses détracteurs analysent ce geste comme une trahison de son passé musulman et une négation de ses racines, ce à quoi il répond : « Mon père était athée tout en se définissant comme serbe. D'accord, nous avons peut-être été musulmans pendant 250 ans, mais nous étions orthodoxes avant cela, tout en restant serbes. ».


Prague
Le jeune Emir se passionne pour le cinéma : pour gagner de l'argent de poche, il travaille pour le cinéma de son quartier à Sarajevo où il assiste aux projections. Un ami de son père l’invite également sur le plateau des films officiels. Mais dans la banlieue de Sarajevo, le jeune homme joue au football, sort beaucoup et fréquente d’autres enfants que ses parents ne voient pas d’un bon œil. Inquiets pour son avenir, son père et sa mère, d’une famille respectable, décident de l’envoyer étudier à l’étranger. Il est envoyé chez sa tante à Prague et entre à l’académie du cinéma de la capitale tchécoslovaque : la FAMU. Élève brillant et appliqué, il y réalise deux courts métrages : Une partie de la vérité et Automne. Ses professeurs voient en lui un talent très prometteur, et plus tard, dans ses interviews, il rend hommage de nombreuses fois à son professeur de mise en scène : le Tchèque Otakar Vavra. Pendant ses années praguoises, Kusturica absorbe tous les grands classiques du cinéma, qu’ils soient russes, tchèques, français, italiens ou américains. Ces films marquent profondément son style à venir.

En 1978, Emir Kusturica réalise son court métrage de fin d’études Guernica, un film douloureux et faussement naïf sur l’antisémitisme vu par un petit garçon. Ce film obtient le Premier Prix du cinéma étudiant du Festival international du film de Karlovy Vary.


Sarajevo
Avec ce premier trophée, il rentre alors à Sarajevo et y obtient un contrat à la télévision. Artiste anticonformiste, éloigné de la ligne du pouvoir central sur le cinéma, il réalise en 1979 le moyen métrage Les jeunes mariées arrivent, tiré d’un scénario d'Ivica Matić qui traite de l’inceste. Fortement influencé par l'œuvre d’Andreï Tarkovski, le film dérange par sa forme et son contenu audacieux. Il est interdit de diffusion. Kusturica conserve néanmoins son poste à la télévision et tourne l’année suivante son second film : Café Titanic, tiré d’une nouvelle du prix Nobel de littérature yougoslave Ivo Andrić. Avec ce film, il remporte le premier prix du Festival de la télévision yougoslave.

Il réalise son premier long métrage Te souviens-tu de Dolly Bell ?, la même année, sur la base d’un scénario coécrit avec le poète bosniaque Abdulah Sidran. Le film est semi-autobiographique, et raconte la difficulté pour un groupe d’enfants dans le Sarajevo des années 1960 de se confronter au rêve occidental sous le régime de Tito. Le cinéaste y révèle déjà ses talents de conteur, de portraitiste et de satiriste par son sens du détail poétique et son observation aiguisée des mœurs yougoslaves traditionnelles. Le monde découvre ainsi le cinéma singulier du jeune Yougoslave grâce à l'obtention du Lion d'or de la Première Œuvre à la Mostra de Venise et du Prix de la critique au Festival du film international de São Paulo.

Kusturica travaille sur son deuxième film, Papa est en voyage d'affaires, avec le même scénariste dans l'optique de réaliser une trilogie sur sa ville natale. Le troisième volet ne verra pas le jour, mais ce deuxième film, qui témoigne de la douleur des familles séparées par l’arbitraire politique du régime de Tito, remporte à la surprise générale la Palme d'or au Festival de Cannes 1985 et rate la remise de prix, parce qu’il avait "un parquet à poser chez un ami". La récompense propulse cependant au niveau des plus grands ce jeune réalisateur de 31 ans. Pour évacuer la pression, Kusturica intègre pendant un an le groupe de musique de ses amis de Zabranjeno pušenje en tant que bassiste. Il fréquente en conséquence la scène musicale yougoslave et se lie d’amitié avec le plus grand auteur-compositeur et guitariste de rock national, Goran Bregović, devenu une star nationale dans toute l’ex-Yougoslavie avec le groupe Bijelo Dugme (Bouton blanc).


Les États-Unis
La Palme d'or lui ouvre toutes les portes, notamment celles des producteurs internationaux. La Columbia s’intéresse à lui et lui propose un contrat mirobolant. Il hésite entre plusieurs scénarios dont un sur les Doukhobors. Finalement, un fait divers sur les gitans retient son attention et le pousse à travailler avec le journaliste Gordan Mihic afin d'élaborer l’histoire douloureuse et en partie authentique de Perhan dans Le Temps des Gitans. Mais l’œuvre, qui se veut plus une fable onirique qu’un portrait documentaire, trahit des accointances avec le réalisme magique, juxtaposant une description précise du mode de vie des Gitans à des éléments mythologiques, irrationnels et surnaturels (dons de voyance, de télékinésie, accouchement en lévitation...). Tous sont inhérents à la pensée superstitieuse et mystique des communautés tziganes. Cette pensée alimente par ailleurs fortement l’imaginaire du cinéaste pour ce film-là comme pour ses futures réalisations. Une fois monté, Le Temps des Gitans est présenté à Cannes où il obtient le Prix de la mise en scène en 1989. À l’issue du tournage, Kusturica est appelé à New York par le réalisateur américano-tchèque Miloš Forman, ancien collègue de la FAMU et président du jury cannois qui lui attribua la Palme à l'unanimité en 1985. Forman souhaite qu'il le remplace à son poste d'enseignant à l'université Columbia.

Aux États-Unis, un des élèves de Kusturica, David Atkins, lui propose un scénario qui devient Arizona Dream. Le cinéaste arrête l'enseignement et se consacre entièrement à la fabrication de cette œuvre, consacrée au rêve américain et à sa dure confrontation au réel. La conception douloureuse du film est rendue encore plus difficile par le début du conflit en Yougoslavie auquel le cinéaste assiste, impuissant, à des milliers de kilomètres. Le tournage est arrêté à de nombreuses reprises pour le laisser faire des allers-retours en Europe centrale et aider ses parents à faire face au conflit. Après le pillage de la maison familiale de Sarajevo et le vol de ses premiers trophées, Kusturica fait déménager ses parents au Monténégro.
Arizona Dream, interprété par Johnny Depp dont il reste très proche par la suite mais aussi Jerry Lewis, Faye Dunaway et Vincent Gallo est tout de même achevé et obtient l'Ours d'argent au Festival de Berlin 1993.


Belgrade

Extrêmement choqué par les événements en Bosnie et par la manière dont ils sont présentés par les médias internationaux, Kusturica constate son impuissance à agir depuis les États-Unis et décide alors de revenir avec son épouse sur sa terre natale et de montrer au reste du monde sa propre vision du conflit qui déchire sa nation. Produit entre la France, l'Allemagne, la Hongrie, la Bulgarie et la Serbie, Underground aborde le difficile thème de la guerre en ex-Yougoslavie et couvre 50 ans d'histoire, des bombardements de l'Allemagne nazie sur Belgrade en 1941 aux conflits ethniques des années 1990, en passant par l'ère Tito. Cette vaste fresque au souffle épique mêle farce bouffonne, symbolisme, onirisme, opéra burlesque et esthétique carnavalesque. Sous son exubérance, le film traduit une conception tragique et désespérée de l’histoire. Underground est à la fois le long métrage le plus douloureux, le plus visionnaire et le plus inventif de la carrière du metteur en scène, nourri par une force poétique et visuelle inégalée dans son œuvre. Il est en partie tourné dans les studios de Prague pour les séquences en intérieur et en partie à Belgrade, en pleine guerre, pour les scènes d'extérieur. Au lendemain du massacre de Tuzla, le film vaut au réalisateur une seconde Palme d'or cannoise en 1995, en dépit de la forte controverse qu’il essuie lors de sa présentation en France. Alain Finkielkraut publie au lendemain de la proclamation du palmarès une violente tribune dans Le Monde, intitulée L'imposture Kusturica. L'auteur y accuse le cinéaste de capitaliser sur la souffrance des martyrs de Sarajevo et de se livrer à une propagande pro-serbe sous couvert d'exprimer sa nostalgie de l'ancienne Yougoslavie. En parallèle, Bernard-Henri Lévy renchérit dans Le Point, reprochant au réalisateur d'avoir « choisi le camp des bourreaux » et de faire d'Underground une arme idéologique au service des nationalistes serbes. Kusturica répond, le 26 octobre 1995, par un article intitulé Mon imposture. Il récuse les accusations proférées à son encontre et affirme que ni Finkielkraut ni Lévy n'ont vu le film, ce que les intéressés confirment tout en maintenant leurs déclarations. Entre-temps, le metteur en scène reçoit le soutien de personnalités du monde culturel parmi lesquelles le réalisateur grec Theo Angelopoulos.

Cette polémique, et plus encore un reportage paru dans Le Monde sur le sentiment de « trahison » ressenti par ses amis d'enfance et ses compagnons de cinéma dans le Sarajevo assiégé et bombardé par l'armée de Belgrade, décident le cinéaste meurtri à « lier son destin au régime de Slobodan Milošević » et à arrêter le cinéma. Il se ravise pourtant après avoir visionné le film Le Jour et la Nuit, « en voyant les dommages que Bernard-Henri Lévy peut causer au monde du cinéma. ». Il tourne Chat noir, chat blanc en 1998, un film aux antipodes du précédent, plus calme mais non moins pittoresque, plein de couleurs, de musique, de cocasserie et d'humour. Il permet au cinéaste d’être gratifié d’un Lion d'argent à la Mostra de Venise en 1998.
Comme toujours, pour décompresser, il revient à la musique et enchaîne une tournée mondiale avec son groupe de musique rebaptisé le No Smoking Orchestra. De cette tournée, il réalise le documentaire Super 8 Stories en 2001.


Küstendorf

Après plusieurs projets non concrétisés, Kusturica décide de revenir une nouvelle fois sur la guerre et l’aborde à travers une histoire dont il a l'idée depuis longtemps : une transposition de Roméo et Juliette dans les Balkans. L'idée donne naissance au film La vie est un miracle qui sort en 2004. Pour le tournage, il s'arrête avec son équipe dans les montagnes de la Mokra Gora et y construit pour l’occasion une voie ferrée et un village traditionnel en bois. Ce village, baptisé Küstendorf et dont il s’autoproclame maire, est érigé en place forte de l’altermondialisme, du tourisme écologique et de l’enseignement du cinéma comme il l’explique alors lors de nombreuses interviews.
Le village est ouvert au public depuis septembre 2004. Un séminaire de cinéma pour jeunes étudiants y a eu lieu au cours de l’été 2005. La commune de Küstendorf gagne en octobre 2005 le Prix européen d'architecture Philippe-Rotthier. Entre-temps le cinéaste, grand lecteur de Gabriel García Márquez dont l'univers a largement influencé Le Temps des Gitans et Underground, nourrit le projet d'adapter L'Automne du patriarche et rencontre l'écrivain colombien à La Havane afin de discuter de la mise à l'écran de son livre. Kusturica souhaite également porter à l'écran d'autres œuvres du prix Nobel de littérature 1982 parmi lesquelles Cent ans de solitude, son chef-d’œuvre. Néanmoins, aucune des adaptations souhaitées ne voit le jour.

Toujours dans les environs de Küstendorf, après avoir passé une année à travailler sur un documentaire consacré au joueur de football Diego Maradona, Kusturica débute en 2006 le tournage de Promets-moi. Le premier film, qui met plus de temps à se faire que prévu, sort sur les écrans français à la fin du mois de mai 2008 alors que le second, réalisé après et sélectionné au Festival de Cannes 2007, est distribué en France en janvier 2008.


Andrićgrad
De la même façon qu'il a fait bâtir Küstendorf, le réalisateur fonde une nouvelle ville en hommage au livre d'Ivo Andrić, Le Pont sur la Drina. Le réalisateur serbe Emir Kusturica avec le soutien du président de l'entité administrative bosnienne de la République serbe de Bosnie Milorad Dodik, compte adapter au cinéma Le Pont sur la Drina, et pour cela il souhaite reconstruire en dur à l'identique une partie de la ville décrite par Andrić dans son livre. Andrićgrad est construit près de l'actuelle ville de Višegrad et a été inauguré le 28 juin 2014, date commémorant le centenaire de l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand d'Autriche à Sarajevo.

Le plus souvent avec

Source : Wikidata

Filmographie de Emir Kusturica (25 films)

Afficher la filmographie sous forme de liste

Acteur

Balkan Line, 2h10
Origine Russie
Genres Drame, Guerre, Action
Acteurs Anton Pampouchny, Gosha Kutsenko, Bojana Novakovic, Miloš Biković, Sergueï Chakourov, Gojko Mitić
Rôle taxi driver
Note65% 3.2516653.2516653.2516653.2516653.251665
L'histoire présentée dans le film montre les forces spéciales russes aux prises avec des bandes armées albanaises, menées par le chef de guerre Smuk. Ces bandes se livrent au vol, au trafic d'organe, au meurtre de masse et au génocide envers la population (serbe). L'officier de renseignement Aslan-Bek Evkhoev et le parachutiste mercenaire Andrey Chatalov dirigent le groupe d'intervention chargé de prendre l'aéroport et de délivrer les prisonniers serbes, dont fait partie Jasna Blagojevic, amour de Chatalov.
On The Milky Road, 2h5
Réalisé par Emir Kusturica
Origine Serbie
Genres Drame, Comédie
Acteurs Emir Kusturica, Monica Bellucci, Sergej Trifunović, Miki Manojlović, Sloboda Mićalović, Bajram Severdžan
Rôle Kosta
Note64% 3.2030853.2030853.2030853.2030853.203085
Sous le feu des balles, Kosta, un laitier, traverse la ligne de front chaque jour au péril de sa vie pour livrer ses précieux vivres aux soldats. Sur le point d'épouser sa compagne Milena, il fait la connaissance de Nevesta, une Italienne qui est la future épouse du frère de Milena et qui est poursuivie par un général anglais jaloux en quête de vengeance. Kosta tombe amoureux de Nevesta. Le jour du mariage, des troupes d’élite massacrent les participants avant de se mettre en chasse des deux amoureux clandestins...
Au bonheur des ogres
Réalisé par Nicolas Bary
Origine France
Genres Drame, Comédie, Comédie dramatique
Acteurs Raphaël Personnaz, Bérénice Bejo, Emir Kusturica, Mélanie Bernier, Thierry Neuvic, Guillaume de Tonquédec
Rôle Stojil, le veilleur de nuit du magasin
Note63% 3.184793.184793.184793.184793.18479
Benjamin Malaussène (Raphaël Personnaz), bouc émissaire professionnel, travaille au Bonheur Parisien, un grand magasin très connu. Un jour, d'étranges événements surviennent partout où il passe, attirant les soupçons de la police et de ses collègues.
7 jours à la Havane, 2h9
Réalisé par Benicio del Toro, Elia Suleiman, Laurent Cantet, Pablo Trapero, Gaspar Noé, Julio Medem, Juan Carlos Tabío
Origine France
Genres Drame, Film à sketches
Thèmes La mer, Sexualité, Transport, LGBT, Lesbianisme
Acteurs Daniel Brühl, Emir Kusturica, Josh Hutcherson, Jorge Perugorría, Elia Suleiman, Vladimir Cruz
Rôle Actor (segment "Jam Session")
Note60% 3.0485153.0485153.0485153.0485153.048515
Chaque chapitre raconte une journée de la semaine, à travers le quotidien d’un personnage différent.
Nicostratos le pélican, 1h35
Genres Drame, Comédie
Thèmes Mise en scène d'un animal, Mise en scène d'un oiseau
Acteurs Emir Kusturica, François-Xavier Demaison, Valériane de Villeneuve
Rôle Demosthène
Note69% 3.493473.493473.493473.493473.49347
Yannis, un jeune adolescent vivant sur une île grecque avec son père pêcheur, adopte un jeune pélican. Son arrivée va bouleverser sa vie et celle de l'île...
L'Affaire Farewell, 1h53
Réalisé par Christian Carion
Origine France
Genres Drame, Thriller, Espionnage
Thèmes Espionnage, Politique, Politique
Acteurs Guillaume Canet, Emir Kusturica, Willem Dafoe, Alexandra Maria Lara Claudia Paolina, Fred Ward, Alexeï Gorbounov ou Aleksey Gorbunov
Rôle Sergueï Grigoriev, "Farewell" (personnage inspiré par Vladimir Vetrov)
Note69% 3.4949953.4949953.4949953.4949953.494995
Moscou, au début des années 1980, en pleine guerre froide. Sergueï Grigoriev, colonel du KGB déçu du régime de son pays, décide de faire tomber le système. Il prend contact avec un jeune ingénieur français en poste à Moscou, Pierre Froment. Les informations extrêmement confidentielles qu'il lui remet ne tardent pas à intéresser les services secrets occidentaux. Le président français François Mitterrand est alerté et décide d'informer le président américain Ronald Reagan : un gigantesque réseau d'espionnage permet aux Soviétiques de tout connaître des recherches scientifiques, industrielles et militaires à l'Ouest. Les deux hommes d'État décident d'exploiter ces données ultra sensibles transmises par une mystérieuse source moscovite que les Français ont baptisée « Farewell ». Homme sans histoires, Pierre Froment se retrouve alors précipité au cœur de l'une des affaires d'espionnage les plus stupéfiantes du XX siècle. Une affaire qui le dépasse et qui menace bientôt sa vie et celle de sa famille.
Maradona par Kusturica, 1h30
Réalisé par Emir Kusturica
Origine Espagne
Genres Documentaire
Thèmes Sport, Documentaire sur le sport, Football, Documentaire sur une personnalité
Acteurs Emir Kusturica
Rôle Lui-même
Note66% 3.3477653.3477653.3477653.3477653.347765
Emir Kusturica célèbre dans ce film l'incroyable histoire de Diego Maradona : héros sportif, Dieu vivant du football, artiste de génie, champion du peuple, idole déchue et modèle pour des générations du monde entier. De Buenos Aires à Naples - en passant par Cuba - Emir Kusturica retrace la vie de cet homme hors du commun, de ses humbles débuts à sa notoriété mondiale, de la plus spectaculaire ascension au déclin le plus profond. Un documentaire unique sur une légende vivante, filmé par son plus grand fan.
Voyage secret, 1h47
Réalisé par Roberto Andò
Origine Italie
Genres Drame
Acteurs Alessio Boni, Donatella Finocchiaro, Valeria Solarino, Claudia Gerini, Emir Kusturica, Roberto Herlitzka
Rôle Harold
Note58% 2.9192752.9192752.9192752.9192752.919275
Fiche technique Titre original : Viaggio segreto
L'Homme de la Riviera, 1h48
Réalisé par Neil Jordan
Genres Drame, Thriller, Policier
Thèmes Hold up
Acteurs Nick Nolte, Emir Kusturica, Tchéky Karyo, Ouassini Embarek, Saïd Taghmaoui, Marc Lavoine
Rôle Vladimir
Note64% 3.2482853.2482853.2482853.2482853.248285
Bob Montagnet n'a plus la baraka. Pour cet ancien voleur amateur d'art, la vie n'est plus qu'une succession de nuits enfumées autour de tables de jeu miteuses. Lorsqu'il perd ce qui lui reste d'argent aux courses, Bob touche le fond.
Jagoda u supermarketu, 1h23
Genres Comédie, Action, Aventure
Acteurs Srđan Todorović, Branka Katić, Goran Radaković, Mirjana Karanović, Emir Kusturica, Branko Cvejić
Rôle General
Note65% 3.251153.251153.251153.251153.25115
Jagoda (Branka Katic) is a 30-year-old cashier who, after seeing someone else steal the man she wanted to date, makes the mistake of refusing to sell an elderly woman some strawberries. The next day the woman's grandson, Marko (Srdjan Todorovic), walks into the store firing weapons and taking hostages. Eventually the relationship between Jagoda and Marko deepens and grows more complex.
Super 8 Stories, 1h30
Réalisé par Emir Kusturica
Genres Drame, Documentaire, Musical
Thèmes La musique, Documentaire sur la musique, Documentaire sur une personnalité, Musique
Acteurs Nele Karajlić, Emir Kusturica
Rôle Lui-même
Note65% 3.2946053.2946053.2946053.2946053.294605
Documentaire sur le No Smoking Orchestra, groupe de musique dans lequel Emir Kusturica joue de la guitare. Mélangeant images d'archives, interviews et extraits de concerts, le film dresse également un portrait de la Serbie et Monténégro au sortir de la guerre des Balkans.
La veuve de Saint-Pierre, 2h
Réalisé par Patrice Leconte
Origine France
Genres Drame, Romance
Thèmes Assassinat, La prison, La peine de mort
Acteurs Juliette Binoche, Daniel Auteuil, Emir Kusturica, Michel Duchaussoy, Philippe Magnan, Philippe du Janerand
Rôle Joseph Auguste Néel
Note70% 3.5472053.5472053.5472053.5472053.547205
En 1849, deux marins abandonnés en mer par le patron de leur bateau sont sauvés par hasard par une autre embarcation et ramenés dans l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon, au large de Terre-Neuve. Lors d'une beuverie, ils poignardent le Vieux Coupard, celui qui les avait abandonnés, pour savoir "s'il est gros ou gras". Ils sont condamnés mais les lois de la République sont difficiles à mettre en œuvre loin de la métropole. L'absence de guillotine, de veuve, à Saint-Pierre de la faire venir de la Martinique. Cela mettra du temps si seulement même la mère-patrie daigne répondre. Le gouverneur propose donc d'adoucir la sentence pour éviter les soucis d'exécution. Les autres notables sont contre.
Underground, 2h47
Réalisé par Emir Kusturica
Origine France
Genres Drame, Guerre, Comédie, Comédie dramatique
Thèmes Théâtre, Politique, Adaptation d'une pièce de théâtre
Acteurs Miki Manojlović, Mirjana Joković, Lazar Ristovski, Slavko Stimac, Srđan Todorović, Mirjana Karanović
Rôle Dealer
Note80% 4.048354.048354.048354.048354.04835
De la Seconde Guerre mondiale aux années 1990, le film relate le parcours de résistants clandestins enfermés dans une cave mais aussi les tribulations amoureuses d’un trio burlesque.
Arizona Dream, 2h22
Réalisé par Emir Kusturica
Origine Etats-Unis
Genres Drame, Comédie, Comédie dramatique, Fantasy, Aventure, Romance
Acteurs Johnny Depp, Jerry Lewis, Faye Dunaway, Vincent Gallo, Lili Taylor, Paulina Porizkova
Rôle le client du bar
Note72% 3.649223.649223.649223.649223.64922
Après la mort tragique de ses parents dans un accident de voiture, Axel Blackmar a tourné le dos à son passé. Trois ans plus tard, installé à New York, il a trouvé son équilibre et travaille pour le ministère de la Pêche et de la Chasse. Mais son oncle Léo le rappelle dans sa ville natale, en Arizona. Là, Axel va devenir le jouet des rêves de deux femmes qui ont vécu un passé terrible, de ceux de son oncle et peut-être des siens...