Recherchez un film ou une personnalité :
FacebookConnexionInscription
Denys Arcand est un Acteur, Réalisateur, Scénariste et Monteur Canadien né le 25 juin 1941 à Deschambault-Grondines (Canada)

Denys Arcand

Denys Arcand
Si vous aimez cette personne, faites-le savoir !
Nom de naissance Georges Henri Denis Arcand
Nationalité Canada
Naissance 25 juin 1941 (79 ans) à Deschambault-Grondines (Canada)
Récompenses 24e cérémonie des Prix Génie, Prix Albert-Tessier, Ordre national de la Légion d'honneur, Prix Molson, Compagnon de l’ordre du Canada

Denys Arcand, né le 25 juin 1941 à Deschambault (Québec), est un réalisateur, scénariste, acteur et producteur de films québécois. Cinéaste au style très varié au fil de sa carrière, il est surtout reconnu au niveau international pour ses deux grands succès : Le Déclin de l'empire américain et sa suite, 18 ans plus tard : Les Invasions barbares.

Biographie

Au début des années 1960, Denys Arcand étudie l'histoire à l'Université de Montréal. Il a, entre autres professeurs, Maurice Séguin et Michel Brunet, fondateurs, avec Guy Frégault, de l'École historique de cette université et penseurs du néonationalisme québécois. D'ailleurs, dans son film Le déclin de l'empire américain, on voit le personnage Mario (joué par Gabriel Arcand) remettre à Diane Léonard, chargée de cours en histoire (jouée par Louise Portal), un exemplaire d'un livre de Michel Brunet, Notre passé, le présent et nous.




Vie privée
Il est le fils d'Horace Arcand et de Colette Bouillé. Denys Arcand est le conjoint de Denise Robert, productrice spécialisée dans les films grand public. Il est le frère de l'anthropologue Bernard Arcand, de la criminologue Suzanne Arcand et de l'acteur Gabriel Arcand.


La période engagée
L'œuvre de Denys Arcand est à l'image de la transformation du cinéma québécois. Dans une première période, son travail est composé d'œuvres documentaires fortes et critiques, ainsi que d'un cinéma de fiction profondément ancré dans la réalité socioculturelle du Québec. C'est probablement la période la plus originale de son œuvre.

L’œuvre de Denys Arcand est très souvent imprégnée de concepts et enjeux qui sont omniprésents à l'intérieur de la sphère sociale québécoise dans laquelle le réalisateur évolue. La cinématographie d’Arcand témoigne d’une réalité québécoise d’une époque qui s’étend des années 1970 jusqu’au début du XXI siècle. En y abordant les thèmes du nationalisme, du syndicalisme et de la corruption, les films de ce réalisateur permettent une compréhension historique du Québec à travers soit des œuvres de fiction, soit des documentaires. Il raconte ainsi l’histoire de la province à travers son ouvrage cinématographique.

Le nationalisme est un thème abordé très tôt dans l'œuvre de Denys Arcand et il y devient un sujet d’une grande importance. Il présente la réalité d’une société québécoise par l’entremise des films nationalistes qu’il produit. L’un de ses premiers films documentaires à saveur nationaliste, Québec : Duplessis et après... qui prit l’affiche en 1972, explore les élections de 1970, les conséquences laissées par la Révolution Tranquille au Québec et l’héritage de Maurice Duplessis. Arcand aborde le contexte du référendum de 1980 dans Le Confort et l’Indifférence, sorti en 1981, et les impacts politiques et sociaux de ce référendum dans Le Déclin de l’empire américain de 1986. Dans l’optique d’un nationalisme québécois, des moments historiques importants pour la province, qui ont tous eu des impacts identitaires sur la société du Québec, sont donc visités dans ces films.

Outre son intérêt pour le nationalisme, Arcand utilise également son art de prédilection qu’est le cinéma pour dévoiler certains enjeux du syndicalisme aux Québécois. Visant à exposer les injustices vécues par la classe moyenne, Arcand conçoit le documentaire On est au coton, qui fut publié en 1970. Il aborde alors les piètres conditions de travail des employés d’usines de textiles et l’instabilité d’emploi qui semble être un combat où la défaite des travailleurs est inévitable. Des pressions provenant de l’industrie du textile, occasionnant la censure du film concerné, témoignent des désirs d’une société et d’une nécessité de changement dans le monde du travail et des usines de textiles. D’autres enjeux du syndicalisme comme les grèves et les problèmes reliés au secteur public sont plus minutieusement présentés dans La Lutte des travailleurs d’hôpitaux, film qui parut en 1975. Le rôle de la Confédération des syndicats nationaux y est aussi discuté. Ensuite, en 2003, il continue sa critique des syndicats et aussi du système de santé dans Les Invasions barbares.

Denys Arcand s’intéresse également à la corruption dès les années 1970, avec l’un de ses premiers films abordant le sujet, Réjeanne Padovani en 1973. Le pouvoir de l’argent et une pratique malheureusement répandue qui consiste à soudoyer les institutions font leur apparition dans Les Invasions barbares. Les politiciens malhonnêtes et la mafia, présage de l’avenir d’une démocratie corrompue, sont aussi des personnages de choix pour Arcand dans Réjeanne Padovani. La Lutte des travailleurs d’hôpitaux exhibe une facette plus propagandiste de la corruption québécoise en démystifiant les enjeux du secteur public. Cette lutte, qui est discutée dans ce film, entoure une campagne d’information mensongère planifiée par des administrations d’hôpitaux québécoises. Un portrait très peu glorieux du Québec et de ses institutions est donc dépeint dans La Lutte des travailleurs d’hôpitaux.

Son travail de documentariste, parfaitement en phase avec le travail qui se fait alors à l' ONF (voir Cinéma direct), pousse toutefois ailleurs la structure du montage. Par de fins jeux d'opposition, par dialectique – Arcand démontrant par exemple tout autant les incohérences des ouvriers que les injustices qu'ils subissent – il parvient, sans jamais faire emploi de la narration, à rendre de savantes synthèses sociales et politiques. Le montage de ses films est de ce fait moins transparent et naturaliste que celui de ses collègues de l' ONF : Arcand privilégiant dans le documentaire la démonstration à la dramaturgie, il utilise abondamment le montage parallèle, l'image avec son libre en contrepoint, et construit ainsi le sens à la façon du film essai.

Dans son œuvre de fiction, qui débute avec La Maudite Galette, Arcand semble faire l'intégration graduelle de ses acquis du direct, en plus d'une esthétique classique, évoquant Jean Renoir. Ce classicisme du début n'exclut pas néanmoins un certain formalisme dans la composition et la mise en scène, que l'on peut rapprocher du travail de Gilles Groulx, pour lequel il ne cache pas son admiration.

Comme beaucoup d'intellectuels de son époque, Arcand attache beaucoup d'importance à la vie intellectuelle européenne. C'est pourquoi il souffrira amèrement, en 1973, de la mauvaise réception européenne de Réjeanne Padovani à Cannes, réception qui lui parut longtemps comme une injustice. Il aura aussi à souffrir de censure à l' ONF, son film On est au coton auquel avait collaboré le poète Gérald Godin, étant caché pendant près de 20 ans par l'agence. Arcand rejoignait par là aussi le cinéaste Gilles Groulx.


La période américaine
Dans une deuxième période, que l'on pourrait appeler américaine, et commençant avec sa déception du résultat du référendum pour la souveraineté du Québec de 1980, Arcand choisit l'émancipation personnelle, et cherche résolument le succès. Pendant cette période il tourne deux films en anglais. Cela va de pair avec un changement important de son esthétique, le travail de la photo et de la mise en scène se mettant en phase avec la norme hollywoodienne, tant par des éclairages léchés que par un découpage redondant qui évoque la télé. Les longues tirades sont progressivement remplacées par des « one liner ». Arcand fait un cinéma qu'il veut consensuel, aux personnages essentiellement bourgeois.

Bien que fortement influencé par une certaine manière industrielle dans l'écriture des scénarios et du découpage, il travaille toujours, avec une distance cynique, les questions de conscience, fouillant celle de l'intellectuel, interrogeant les errements de l'idéalisme et de la rationalisation, tel un Machiavel se questionnant sur Le Confort et l'Indifférence.


Le succès international
Le succès international tant espéré survient avec Le Déclin de l'empire américain en 1986, film qu'il produit, écrit et réalise (nommé aux Oscars). Trois ans plus tard, son film Jésus de Montréal, Prix du Jury à Cannes, est en lice comme « Meilleur film étranger » à la cérémonie des Oscars 1989. La consécration vient avec Les Invasions barbares, film qui gagnera l'Oscar du meilleur film en langue étrangère 2003. Il est aussi récompensé au Festival de Cannes : Marie-Josée Croze reçoit le Prix de la meilleure actrice alors que Denys Arcand obtient la Palme du meilleur scénariste. Le film gagne par ailleurs, à Paris, les Césars du meilleur film, du meilleur réalisateur et du meilleur scénario ce qui constitue une première pour un film québécois.

Ses meilleurs films

Les invasions barbares (2003)
(Réalisateur)
Le déclin de l'empire américain (1986)
(Réalisateur)

Le plus souvent avec

Source : Wikidata

Filmographie de Denys Arcand (30 films)

Afficher la filmographie sous forme de liste

Acteur

Embrasse-moi comme tu m'aimes, 1h35
Réalisé par André Forcier
Origine Canada
Genres Drame, Comédie, Romance
Acteurs Émile Schneider, Juliette Gosselin, Céline Bonnier, Mylène Mackay, Bosse, Réal Bossé
Rôle Édouard Montpetit
Note64% 3.230243.230243.230243.230243.23024
Montréal, 1940. Le climat général est à la guerre qui fait rage en Europe. Du haut de ses 22 ans, Pierre pense sérieusement s'engager dans l'armée, ce qui lui permettrait de fuir les avances de Berthe, sa sœur jumelle qui est incapable de marcher. Cette dernière est dotée d'une jalousie maladive et elle rêve d'amour, de chapeaux et de l'Italie. Leur fidèle ami Ollier songe également à partir au front plutôt que de déménager aux États-Unis pour jouer au baseball, alors que son amoureuse Marguerite a soif de voir les femmes s'émanciper et de conduire un Spitfire.
La vie privée du cinéma, 4h
Réalisé par Denys Desjardins
Origine Quebec
Genres Documentaire
Thèmes Film traitant du cinéma, Documentaire sur le monde des affaires, Documentaire sur le cinéma
Acteurs Denys Arcand, Paule Baillargeon, Roger Blais, Michel Brault, Marcel Carrière, Fernand Dansereau

D'une durée de quatre heures, ce film est divisé en deux parties à l'intérieur desquelles une cinquantaine de pionniers et artisans du cinéma racontent la naissance et le développement de l’industrie privée au Québec et au Canada.
Le Monde de Barney, 2h14
Réalisé par Richard J. Lewis
Origine Italie
Genres Drame, Comédie
Thèmes Religion, Religion juive
Acteurs Paul Giamatti, Rosamund Pike, Ellen David, Minnie Driver, Mark Camacho, Rachelle Lefèvre
Rôle Jean, le maître d'hôtel
Note72% 3.648463.648463.648463.648463.64846
Barney Panofsky, un producteur de soap opera, se souvient de sa vie. Son premier et bref mariage, en Italie, pendant sa vie de bohème, avec une femme dont il n'est pas amoureux mais qui est enceinte et lui fait croire que l'enfant est de lui. Son second avec une femme riche et belle qu'il croit aimer. Son père policier qui lui offre un revolver et mourra dans une maison close. Son histoire avec la merveilleuse Miriam Grant, dont il tombe amoureux pour toujours le jour de son deuxième mariage, et qui deviendra sa troisième épouse et la mère de ses enfants. Il se remémore aussi sa relation avec son meilleur ami, Boogie, disparu mystérieusement, après une dispute où Barney, complètement saoul, tenait le revolver offert par son père ; tandis qu'aujourd'hui le policier qui a enquêté, toujours persuadé que Barney est le meurtrier, sort un livre qui l'accuse.
De l'Office au Box-Office, 1h35
Réalisé par Denys Desjardins
Origine Quebec
Genres Documentaire
Thèmes Film traitant du cinéma, Documentaire sur le monde des affaires, Documentaire sur le cinéma
Acteurs Denys Arcand, Paule Baillargeon, Roger Blais, Michel Brault, Marcel Carrière, Fernand Dansereau

Partant de la fondation de l’Office national du film du Canada en 1939, ce film met en valeur le travail des artisans du cinéma qui cherchent à réaliser des longs métrages de fiction à l’intérieur de cette institution
Le direct avant la lettre, 50minutes
Réalisé par Denys Desjardins
Origine Quebec
Genres Documentaire
Thèmes Film traitant du cinéma, Documentaire sur le monde des affaires, Documentaire sur le cinéma, Documentaire sur une personnalité
Acteurs Denys Arcand, Roman Kroitor, Roger Blais, Michel Brault, Marcel Carrière, Fernand Dansereau

D’où vient le cinéma direct ? Quels en sont les précurseurs et les œuvres avant-gardistes ? Grâce à l’essor des techniques et à l’esprit aventurier de cinéastes pionniers, une nouvelle façon de faire du cinéma naît à la charnière des années 1950 et 1960. Premier volet d'une tétralogie sur le cinéma réalisée par Denys Desjardins, ce film retrace l’histoire d’un mouvement collectif qui a bouleversé les méthodes de production et de tournage dans un Québec en pleine affirmation nationale.
Idole instantanée, 1h35
Réalisé par Yves Desgagnés
Genres Comédie
Acteurs Maxime Denommée, Joe Bocan, Louise Turcot, Denys Arcand, Dan Bigras, Claude Legault
Rôle le propriétaire du Ville-Émard bar, ville natale de Mimi
Note57% 2.8621352.8621352.8621352.8621352.862135
Dans la ville de Montréal, un célèbre concours de chant (Idole instantanée), dont le gagnant enregistre son premier album, présente quatre finalistes. Quand le gagnant de l'an passé, Simon Sirois (Claudine Mercier) doit s'occuper de sa mère malade alors qu'il aurait préféré aller à Las Vegas pour rencontrer Céline Dion, les quatre finalistes (toutes interprétées par Claudine Mercier) d’Idole instantanée 2 : les femmes sont Catherine « Cat » Painchaud, mère au foyer de trois enfants ; Manon Lemieux, fille unique d'un couple qui sacrifie leur travail pour l'aider a réaliser son rêve ; Daphnée Bérubé, rouquine travaillant dans un centre d'exercices pour personnes âgées ainsi que Mimi Dubé, fille qui vit avec ses parents dans un petit village paisible.
Les invasions barbares, 1h52
Réalisé par Denys Arcand, Jacques W. Benoît
Origine Canada
Genres Drame, Comédie, Comédie dramatique, Policier, Romance
Thèmes Maladie, Sexualité, Transport, Erotique, Aviation, Le cancer
Acteurs Rémy Girard, Stéphane Rousseau, Roy Dupuis, Louise Portal, Dorothée Berryman, Marie-Josée Croze
Rôle le syndiqué
Note75% 3.7979953.7979953.7979953.7979953.797995
Montréal 2002. Début cinquantaine et divorcé, Rémy est à l’hôpital. Son ex-femme Louise rappelle d’urgence leur fils Sébastien, courtier à Londres. Sébastien hésite — son père et lui n’ont plus rien à se dire depuis longtemps — puis finit par accepter de venir avec sa fiancée française donner un coup de main à sa mère.
Léolo
Léolo (1992)
, 1h47
Réalisé par Jean-Claude Lauzon
Origine Canada
Genres Drame, Comédie, Fantasy
Thèmes L'adolescence, L'enfance, La famille, Sexualité, La sexualité des mineurs
Acteurs Gilbert Sicotte, Ginette Reno, Maxime Collin, Julien Guiomar, Andrée Lachapelle, Denys Arcand
Rôle Director
Note74% 3.74633.74633.74633.74633.7463
Léo Lauzon est un garçon montréalais qui vit au sein d'une famille dysfonctionnelle dans un quartier pauvre de la ville. Il échappe à sa réalité par des rêveries. Entouré de malades mentaux, rêvassant et écrivant, il imagine que sa mère n'a pas été mise enceinte par son père, mais plutôt indirectement par un Sicilien à l'aide d'une tomate italienne contaminée. Il décide ainsi de se faire appeler Léolo Lozone. À l'aube de la puberté, il fantasme sur sa voisine Bianca.
Montréal vu par…, 2h5
Réalisé par Denys Arcand, Michel Brault, Atom Egoyan, Jacques Leduc, Léa Pool, Patricia Rozema
Origine Canada
Genres Drame, Comédie
Acteurs Denys Arcand, Michel Barrette, Maury Chaykin, Rémy Girard, Paule Baillargeon, Domini Blythe
Rôle Lui-même
Note60% 3.0024753.0024753.0024753.0024753.002475
Desperanto (Patricia Rozema) - Utilisant un français sommaire, une jeune torontoise fait l’expérience de la vie nocturne à Montréal.
Jésus de Montréal, 1h59
Réalisé par Denys Arcand
Origine Canada
Genres Drame
Thèmes Religion, Théâtre, Représentation de Jésus Christ
Acteurs Lothaire Bluteau, Catherine Wilkening, Robert Lepage, Johanne-Marie Tremblay, Rémy Girard, Roy Dupuis
Rôle Juge
Note74% 3.746633.746633.746633.746633.74663
Le curé d'un sanctuaire et d'un lieu de pèlerinage (qui n'est pas nommé mais ressemble fortement à l'Oratoire Saint-Joseph) engage le jeune comédien Daniel, nouvellement de retour à Montréal, afin de monter une version rafraîchie de la Passion du Christ dans les jardins de ce lieu de culte. Ce dernier réunira une petite troupe de comédiens et en fera une interprétation libre, grandiose et sensible. Lors d'une représentation, des forces de l'ordre interviennent et la lourde croix tombe sur lui. Daniel est transporté en ambulance à «l'Hôpital St.-Marc», un endroit bondé et impitoyable, mais n'y reçoit aucun soin. Il quitte l'hôpital en état de choc et descend dans le métro. Inquiets, deux condisciples l'accompagnent... Daniel, en train de mourir, tient un dernier discours sur l'amour humain qui reste si inaccessible aux gens et qui finit par les tuer: «C'est le manque d'amour qui tue les gens», dit-il. Daniel perd encore connaissance dans le métro. Il est reçu avec humanité et professionnalisme à l'hôpital juif, mais il est trop tard. Ses condisciples donnent «son corps» aux fins de la transplantation. Hautement symbolique, un homme reçoit le cœur et une femme les yeux.
Un zoo la nuit, 1h55
Réalisé par Jean-Claude Lauzon
Origine Canada
Genres Drame, Thriller, Policier
Thèmes Sexualité, Homosexualité, LGBT, LGBT
Acteurs Roger Lebel, Gilles Maheu, Lorne Brass, Germain Houde, Jerry Snell, Lynne Adams
Rôle Man at peep-show
Note71% 3.5896053.5896053.5896053.5896053.589605
Marcel, ancien prisonnier, retrouve son père avec lequel il parviendra enfin à éprouver de l'affection et à communiquer. Il doit échapper à des policiers corrompus qui savent qu'il avait caché quelque part une importante somme d'argent et de la cocaïne pour la durée de son incarcération.
La tête de Normande St-Onge, 1h57
Réalisé par Gilles Carle
Origine Canada
Genres Drame, Fantasy
Thèmes Sexualité, Homosexualité, LGBT
Acteurs Carole Laure, Raymond Cloutier, Renée Girard, Anne-Marie Ducharme, Denys Arcand, Yves Massicotte
Rôle Oncle Jean-Paul
Note63% 3.195773.195773.195773.195773.19577
Normande St-Onge habite un immeuble vétuste de trois étages : au rez-de-chaussée loge un artisan, au-dessus c'est elle en compagnie de Bouliane, son ami et au dernier étage, loge une vieille dame ("mégère") alcoolique, sourde et folle, en compagnie de son petit-fils adolescent, Jérémie. Normande poursuit des cours de danse avec l'intention de faire une carrière artistique, travaille comme commis dans une pharmacie pour vivre, supporte financièrement Pierrette, sa sœur qui est asthmatique et plus ou moins droguée, et enfin se débat avec l'asile afin d'y faire sortir sa mère qui y est internée. Un jour qu'elle est venue chercher de l'aide chez le frère de sa mère, riche avocat, elle fait la connaissance de Carol, jeune garçon un peu fou, mystérieux, illusionniste et magicien. Mis à la porte de chez lui, il ne sait où aller et Normande offre de l'héberger.
Réjeanne Padovani, 1h33
Réalisé par Denys Arcand
Origine Canada
Genres Drame
Thèmes Mafia, Gangsters
Acteurs Gabriel Arcand, Luce Guilbeault, René Caron, Hélène Loiselle, Jean Pierre Lefebvre, Frédérique Collin
Rôle (Non crédité)
Note74% 3.722533.722533.722533.722533.72253
Des politiciens corrompus se réunissent chez Vincent Padovani, un parrain de la mafia. Ils célèbrent les bénéfices qu’ils retirent de leur entente complice dans la construction d’une autoroute qui doit être inaugurée le lendemain. Pendant qu’ils festoient autour d’un repas bien arrosé, leurs gardes du corps boivent et jouent au sous-sol. Arrive Réjeanne, la femme de Padovani, qui vient briser la rencontre joyeuse entre amis. Quelques années plus tôt, celle-ci a quitté son mari pour un juif rival vivant aux États-Unis. Elle revient dans l’objectif d’une reprise du couple. Pendant ce temps, ailleurs dans la ville, on prépare une manifestation pour dénoncer les expropriations entraînées par la construction de l’autoroute.
La Maudite Galette
Réalisé par Denys Arcand
Origine Canada
Genres Comédie, Action, Policier
Acteurs Denys Arcand, Gabriel Arcand, René Caron, Jean-Pierre Saulnier, Bernard Gosselin, Luce Guilbeault
Rôle Détective
Note64% 3.242043.242043.242043.242043.24204
Ernest habite en chambre et pension chez Rolland & Berthe. Ernest semble être un introverti simple d'esprit au départ du film, mais qui s'avèrera un criminel stupide à la fin ! La scène de la discussion au salon entre l'oncle et le couple est un moment-phare du film. Berthe mentionne pour y jouer un tour à Ernest qu'elle lui a mis de la viande à chat dans son sandwich au lieu de la viande normale, et que Ernest a trouvé ça bon ! [sic]
Québec : Duplessis et après...
Réalisé par Denys Arcand
Genres Documentaire
Thèmes Politique, Documentaire sur la politique, Politique, Documentaire sur la politique du Québec
Acteurs Robin Spry, Gisèle Trépanier, Denys Arcand
Rôle Il interroge la lectrice du "Catéchisme des électeurs" (Voix)
Note73% 3.6701953.6701953.6701953.6701953.670195
Avec des bouts de tournages actuels et des documents d’archive comme le Catéchisme des électeurs et le rapport Durham, Denys Arcand dissèque les espoirs associées aux élections québécoises de 1970. Il traite en parallèle cette campagne électorale et celle de Maurice Duplessis en 1936 pour questionner si la Révolution tranquille a tellement changé le Québec et si un leader politique nouveau peut advenir dans l’histoire nationale.