Recherchez un film ou une personnalité :
FacebookConnexionInscription
Coluche est un Acteur, Réalisateur et Ecrivain Français né le 28 octobre 1944 à Paris (France)

Coluche

Coluche
Si vous aimez cette personne, faites-le savoir !
Nom de naissance Michel Gérard Joseph Colucci
Nationalité France
Naissance 28 octobre 1944 à Paris (France)
Mort 19 juin 1986 (à 41 ans) à Opio (France)

Michel Colucci, dit Coluche est un humoriste et comédien français, né le 28 octobre 1944 dans le 14e arrondissement de Paris et mort le 19 juin 1986 à Opio (Alpes-Maritimes).

Fils d'un immigré italien et d'une Française, Michel Colucci grandit à Montrouge. Il adopte le pseudonyme « Coluche » à l'âge de 26 ans, au tout début de sa carrière. Revendiquant sa grossièreté mais, selon lui, « sans jamais tomber dans la vulgarité », Coluche donne très tôt un style nouveau et sarcastique par sa liberté d'expression, au music-hall, en s’attaquant notamment aux tabous, puis aux valeurs morales et politiques de la société contemporaine. En 1975, il devient célèbre en parodiant un jeu télévisé : Le Schmilblick.

Avant 1976, il occupe des rôles de second plan au cinéma avant de camper des personnages plus centraux, comme dans L'Aile ou la Cuisse, puis de tenir le haut de l'affiche durant les années 1980, essentiellement pour des comédies. En 1977, il passe à la réalisation en co-réalisant Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine avec Marc Monnet. En 1984, il obtient un César du meilleur acteur pour son rôle dramatique dans Tchao Pantin de Claude Berri.

Tour à tour provocateur ou agitateur par ses prises de position sociales, il se présente à l'élection présidentielle de 1981 avant de se retirer, à la suite de pressions et de menaces. Devenu très populaire et apprécié du public, il fonde en 1985 l'association Les Restos du cœur, relais d'aide aux plus pauvres, quelques mois avant de mourir dans un accident de moto.

Biographie

Jeunesse
Montrouge
Michel Colucci naît le 28 octobre 1944, à l'hôpital Notre-Dame-de-Bon-Secours dans le XIVe arrondissement de Paris. Sa mère, Simone Bouyer dite Monette (née en 1920), est employée chez le fleuriste Baumann, boulevard du Montparnasse. Son père, Honorio Colucci, originaire de la région du Latium en Italie, est peintre en bâtiment. Ce dernier, né en 1916, meurt le 31 octobre 1947, à 31 ans, d'une poliomyélite et son épouse doit élever seule ses deux enfants. Délaissés par la belle-famille (à l’exception notable de Maria, la mère d’Honorio qui passe encore les voir), Monette, Michel et Danièle, future épouse de René Metge, qui a un an et demi de plus que son frère, vivent ensemble dans une pièce et une cuisine. Bien qu’elle renonce à son métier de fleuriste pour élever ses enfants, Monette retrouve quelques petits emplois qu’elle doit parfois cumuler pour obtenir un salaire de misère. Souffrant d’une grave scoliose, elle doit suivre des traitements à Berck lors d'un été où elle emmène ses enfants. Malgré toutes ces difficultés, elle garde espoir en l’avenir et adopte le mode de vie des classes sociales plus aisées, veillant à ce que ses enfants soient « bien mis » (correctement vêtus). Michel n’apprécie pas cette fracture entre la réalité et les aspirations de sa mère ; et à propos de ses vêtements qui tranchent avec ceux des autres enfants du quartier, il lui reprochera de l’habiller comme une fille.

Loin des rêves maternels, Michel choisit Montrouge (banlieue sud de Paris) où il traîne avec ses copains. Le travail scolaire ne le passionne pas et il fait rire ses camarades de classe, en tenant tête à l’instituteur. Son parcours scolaire s’arrête au Certificat d'études primaires, racontant qu'il l'a raté volontairement en juin 1958, pour avoir fait une seule faute à la dictée le matin et ainsi avoir selon lui fait ses preuves, il ne juge pas utile d’y retourner l’après-midi, ce que dément sa mère en 1987 : « Contrairement à ce qu'on raconte, il a eu son certificat d'études » en précisant que, avant l'examen, elle lui avait fait faire dix fois la même dictée et que c'est le texte sur lequel il s'était entraîné qui est tombé le jour de l'examen. Quand il n’est pas à l’école, il traîne avec ses copains de la « bande Solo », du nom de la cité : « la Solidarité ». Accompagné généralement de Bouboule (Alain Chevestrier), il cumule les petits larcins et a régulièrement affaire à la police. Tous deux vont même jusqu’à s’essayer à des méfaits plus graves comme l’agression physique ; mais, en tentant de dérober le sac d’une vieille dame, ils se font tirer dessus par un passant. Coluche, qui avait alors une quinzaine d'années, mettra longtemps avant de relater cet épisode de sa vie dont il a honte.

Ce comportement exaspère Monette qui s’interroge de plus en plus vivement sur l’avenir de son fils. Il s'essaie alors à de petits boulots, qu'il n'arrive pas à garder bien longtemps. Ainsi, il est tour à tour télégraphiste, céramiste, garçon de café, livreur, apprenti-photographe, assistant-préparateur en pharmacie, photostoppeur, aide-pompiste, assistant de marchand de fruits et légumes ou encore fleuriste. Durant cette période, il s'intéresse à la musique. Comme beaucoup de jeunes de sa génération, il est fan de rock 'n' roll, des Beatles, de Johnny Hallyday, des Chaussettes Noires, d’Elvis Presley. Toutefois, il voue également une profonde admiration à Georges Brassens. Pour ses 21 ans, sa mère lui organise son anniversaire dans l'arrière-boutique du magasin de fleurs et lui donne un chèque en blanc qu'il a le droit d'utiliser dans la limite de 500 francs, il court aussitôt s'acheter une guitare chez Paul Beuscher, dont il joue sans jamais avoir appris.


Errances à Paris

Peu à peu, il s’éloigne de Montrouge, à la recherche d’une autre vie que celle que lui réserve cette cité. Il traîne dans Paris, s’intéresse sans suite au métier de comédien ou à l'univers des sports mécaniques, touche un peu au bricolage. Puis il travaille quelque temps chez un fleuriste de l’île de la Cité. En 1964, incorporé dans le 60e régiment d'infanterie de Lons-le-Saunier, il fait de la prison pour insubordination. De retour à la vie civile, il travaille comme fleuriste avec sa mère, à la boutique qu'elle vient d'ouvrir à Paris, rue d’Aligre, puis dans un local plus vaste près de la gare de Lyon. Il estime ce travail peu intéressant et le quitte brusquement, ce qui lui vaut de se brouiller provisoirement avec sa mère.

À la fin des années 1960, il décide de se lancer dans la musique. Entre 1966 et 1967, il interprète certaines chansons de Boby Lapointe, Boris Vian, Georges Brassens, Léo Ferré, Charles Trenet, Yves Montand, aux terrasses des cafés des quartiers de la Contrescarpe et de Saint-Michel. Il s’associe avec des musiciens rencontrés sur place, comme Xavier Thibault et Jacques Delaporte, futurs fondateurs du Grand Orchestre du Splendid ainsi que le guitariste et flûtiste Jean-Claude d'Agostini, dit « Le Bœuf » futur membre de la troupe « Le vrai chic parisien », avec lesquels il crée le groupe éphémère « Les Craignos Boboys ». Il se rapproche ensuite du monde des cabarets. Tout en étant plongeur dans la restauration, il se produit sur la scène du cabaret Chez Bernadette, dans le quartier de la Montagne Sainte-Geneviève à Paris. Il y fait la connaissance de Georges Moustaki, qui l'héberge et le soutient financièrement. Toujours à Paris, il se produit dans d'autres cabarets : La Galerie 55, rue de Seine, Le Port du Salut, rue Saint-Jacques ou La Vieille Grille, rue du Puits-de-l'Ermite. Il travaille ensuite au cabaret La Méthode, rue Descartes, comme barman et régisseur. Il y rencontre France Pellet et son frère, Alain Pellet, avec lesquels il se produit sous le nom des « Tournesols ». Il y rencontre également Romain Bouteille, qu'il va présenter toute sa vie comme son modèle.



Débuts d'humoriste
Café de la Gare


Avec Romain Bouteille, il est présent dès l'origine du Café de la Gare, inauguré officiellement le 12 juin 1969. Ce lieu symbole du café-théâtre réunit une bande de jeunes comédiens d'horizons différents, dont beaucoup deviendront célèbres, tels que Patrick Dewaere, Henri Guybet, Miou-Miou sa compagne d'alors, Martin Lamotte… Parmi les parrains du Café de la Gare on compte également Georges Moustaki, Raymond Devos, Jean Ferrat, Jacques Brel, Leni Escudero, Pierre Perret, Jean Yanne et l'équipe de la revue Hara-Kiri. Plus tard, Gérard Lanvin, Renaud Séchan, Rufus, Diane Kurys, Coline Serreau, Anémone, Gérard Depardieu, Thierry Lhermitte, Josiane Balasko ou encore Gérard Jugnot rejoignent la nouvelle troupe ou viennent commettre une collaboration ponctuelle.
Selon Romain Bouteille, ses problèmes d'alcool le rendent exécrable voire violent. Lors de la préparation de la pièce Des boulons dans mon yaourt au Café de la Gare en 1970, une bagarre l'oppose ainsi à Bouteille et à son ami Patrick Dewaere. Il va jusqu'à brandir un tesson de bouteille et menacer l'entourage ; Dewaere parvient à le contenir mais il se voit dès lors contraint de quitter la troupe.


Télévision
En octobre 1971, Jacques Martin le recommande à Georges Folgoas, producteur de Midi magazine, pour faire équipe avec Danièle Gilbert, sur la première chaîne de l'ORTF. L'expérience ne dure que cinq jours.


Premiers rôles
Durant la fin des années 1960 et le début des années 1970, il est engagé sur plusieurs tournages de séries télévisées françaises de l'ORTF (Madame êtes-vous libre ? avec Denise Fabre puis La Cloche tibétaine avec Philippe Léotard). Au cours de cette période, à l'instar de ses collègues de café-théâtre, il apparaît dans des spots publicitaires à la radio et à la télévision. En 1970, il campe un petit rôle dans son premier long-métrage, Le Pistonné réalisé par Claude Berri dont il devait initialement jouer le premier rôle, dévolu finalement à Guy Bedos.


Le Vrai Chic parisien

En novembre 1971, il fonde une autre troupe, Au vrai chic parisien - Théâtre vulgaire, puis Le vrai chic parisien. Le premier spectacle s'intitule Thérèse est triste, avec une affiche réalisée par son ami Jean-Marc Reiser.

Il rencontre à cette période sa future épouse Véronique Kantor (1948-2018), alors étudiante de « bonne famille » qui se destine au journalisme. Il l'épouse le 16 octobre 1975 (et divorcera en 1981). Ils ont deux garçons, prénommés Romain en 1972 et Marius en 1976.

Toujours à cause de son comportement et de ses addictions, il quitte sa troupe une nouvelle fois et se lance dans une carrière solo.


Le succès
Carrière solo
Son premier sketch, C'est l'histoire d'un mec, tourne en dérision la difficulté de raconter une histoire drôle. Ses sketches suivants lui valent rapidement un succès populaire qui ne se démentira plus : « Il inventait pour les années 1970 une image de pauvre urbain, bonne pâte mais à court d'idées, empêtré dans les mots, raciste faute de mieux, ballotté par la publicité et les jeux radiophoniques ». Il revendique sa grossièreté : « Toujours grossier, jamais vulgaire ».

Au printemps 1974, l'impresario et producteur Paul Lederman lui offre le théâtre La Bruyère pour y prolonger Thérèse est triste, mais c'est un fiasco. Il devient alors son propre impresario, Claude Martinez devenant son associé. Dans le même temps, Coluche joue pour la première fois des sketchs en solo, sur la scène du Vrai Chic parisien, puis au Café de la Gare.

C'est dans ce spectacle qu'apparaissent sa célèbre salopette OshKosh à rayures bleues des fermiers américains, son tee-shirt jaune, ses brodequins citron et son nez peint en rouge. Il y met en scène ses personnages favoris, des beaufs grossiers, incapables de s'exprimer correctement, haineux. Le 10 mars 1974, il signe le contrat d'un premier disque : l'album des Adieux.

Comme humoriste, Coluche apparaît pour la première fois en solo à la télévision le 5 mai 1974, dans une émission de variétés diffusée le soir de l'élection présidentielle et présentée par Jean-Claude Brialy. Les variétés sont régulièrement interrompues par les interventions politiques. Coluche interprète L'Histoire d'un mec, juste avant l'allocution du perdant de l'élection présidentielle, François Mitterrand, en retard.



Du 15 février au 2 mars 1975, il se produit en vedette à L'Olympia, avec le spectacle Mes adieux au music-hall. En 1975, il est en tournée à travers la France, lorsque toutes les radios diffusent son pastiche du jeu télévisé de Guy Lux, le Schmilblick. Dans ce sketch apparaît un futur personnage célèbre de l'humoriste : Papy Mougeot.

En 1976, il remonte la pièce Ginette Lacaze à l'Élysée Montmartre avec les comédiens du Splendid, auxquels il a offert des mobylettes pour leurs déplacements entre deux scènes parisiennes ou les tournages.

En 1977, il réalise le film Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine, dans lequel il campe le rôle principal, le roi Gros Pif. Ce film représente son unique expérience de réalisateur. À partir de cette période, il habite une petite maison dans le XIVe arrondissement de Paris, rue Gazan.



En plus de sa carrière de comique au théâtre, il joue à cette époque dans plusieurs comédies à succès au cinéma, dont L'Aile ou la Cuisse en 1976 avec Louis de Funès, Claude Gensac et Marcel Dalio sous la direction de Claude Zidi, une production de Christian Fechner.


La radio

Du 24 avril 1978 au 24 juin 1979, il coanime avec Robert Willar et Gérard Lanvin, assistés d’Éric Jean-Jean, l'émission, sur Europe 1 (de 15h30-17h), On n'est pas là pour se faire engueuler dont le titre vient de la chanson de Boris Vian. Malgré l'adhésion du public, son ton provocateur le fait renvoyer. Il triomphe dans le même temps tous les soirs au Gymnase.

Engagé de nouveau, il passe en janvier 1980 à RMC (de 12 heures à 13 heures), le « directeur de la station, Michel Bassi, a seulement demandé que soit épargnée la famille princière, détentrice de 17 % des actions de la station »… Embauché pour trois mois, Coluche est, après avoir pris l'antenne par un : « Bonjour, nous sommes en direct du rocher aux putes», remercié une fois de plus, au bout de quinze jours pour « incompatibilité d'humeur ». Il part sans demander un seul centime, sauf pour l'équipe qui a travaillé pour lui ainsi que pour son copain Romain Goupil.


« Ils m'ont viré parce que je leur plaisais pas. C'est normal que je leur plaise pas avec le type de public qu'ils ont. J'voyais pas bien ce que les gens de Monte-Carlo pouvaient aimer en moi ! »

Après sa période d'interdiction d'antenne sur l'ensemble des radios et télévisions françaises, Coluche profite de la libéralisation de la bande FM. Il participe au lancement de la station RFM fondée par le journaliste Patrick Meyer, en juin 1981. Alors que sa concurrente NRJ n'existe pas encore, cette station, qui a de gros moyens de diffusion, dérange le pouvoir et va être brouillée durant plusieurs années à partir du 5 novembre 1981, soit un total de quatre cent vingt-trois jours. Coluche se maintient à l'antenne durant trois mois, du 25 octobre au 10 décembre 1981. À l'issue de cette période, il proteste publiquement contre ce brouillage, déguisé en père Noël, en se rendant le 24 décembre 1981 au ministère de la Communication, remettant au ministre Georges Fillioud une pétition de six cent mille personnes en soutien à RFM.


La politique et les déboires
Élection présidentielle


Coluche n'est pas le premier humoriste à se présenter à des élections présidentielles. En 1965, Pierre Dac, artiste que Coluche admirait, s'est porté candidat mais à la demande de l'Élysée par fidélité au chef de la France libre, l'ancien résistant renonce et se retire.

Le 30 octobre 1980, Coluche organise une conférence de presse où il annonce son intention de se présenter à l'élection présidentielle de 1981, avec des slogans tels que « Avant moi, la France était coupée en deux. Maintenant elle sera pliée en quatre » ou encore « Coluche, le seul candidat qui n'a pas de raison de mentir ».

Certains y voient une blague, pourtant un sondage le crédite de 16 % d'intentions de vote et il est soutenu par des intellectuels tels que Pierre Bourdieu, Félix Guattari et Gilles Deleuze. Cette candidature inquiète les équipes de campagne des principaux candidats « de tous bords » comme le déclare l'humoriste lui-même quelques années plus tard. Parmi ceux-là, François Mitterrand y voit une menace potentielle ; il charge deux responsables du Parti socialiste, Jean Glavany et Gérard Colé (voire Jacques Pilhan) de dissuader Coluche de maintenir sa candidature.

Un candidat « anti-Coluche » annonce également son intention de participer aux élections mais ni l'un ni l'autre ne vont jusqu'au bout du processus. À la suite des pressions et de l'assassinat de son régisseur René Gorlin, Coluche annonce qu'il se retire, le 16 mars 1981. Après l'élection de François Mitterrand, il animera régulièrement en soirée et pendant trois mois, à partir d'octobre 1981, une émission de radio d'une heure : « L'humour continue pendant les travaux », sur la station locale parisienne RFM créée et dirigée par Patrick Meyer.


Période noire
Son divorce est prononcé le 3 décembre 1981. Lors d'une édition spéciale, il pose en photo pour le magazine satirique Hara-kiri avec une carabine .22 Long Rifle qu'il offre ensuite à son meilleur ami, Patrick Dewaere. Durant cette période d'errance, il vit en Guadeloupe à Deshaies sur Basse-Terre, à 40 km de Pointe à Pitre où il s'adonne à sa passion : fabriquer des chaussures. Il invite Elsa, l'épouse de Patrick Dewaere, à le rejoindre sur l'île. Celle-ci quitte alors son mari pour rejoindre Coluche. Le 16 juillet 1982, Patrick Dewaere, profondément meurtri après le départ de sa compagne et de sa fille Lola, se suicide en se tirant une balle dans la tête avec la carabine que Coluche lui a offerte.

Durant la même période, Coluche doit tourner, sur l'insistance de Bertrand Blier, le film La Femme de mon pote avec Patrick Dewaere et Miou-Miou. L'histoire s'inspire sensiblement de faits réels et de l'intimité qui unit ces trois acteurs. Après la mort de Dewaere l'acteur est remplacé par Thierry Lhermite et Miou-Miou par Isabelle Hupert.

Coluche sombre de plus en plus dans la dépression, l'alcool et la drogue.

Après le suicide de Patrick Dewaere, Miou-Miou refuse d'assumer le premier rôle féminin du film de Bertrand Blier. Le climat doux-amer du film que Coluche tourne finalement en compagnie d'Isabelle Huppert et de Thierry Lhermitte, laisse transparaître un certain changement dans le style de jeu de Coluche, préfigurant le rôle dramatique de Tchao Pantin.

Cette période s'achèvera avec la mort de son autre ami, le dessinateur Jean-Marc Reiser.


Retour sur le devant de la scène
Tchao Pantin et les Enfoirés
En tant qu'acteur, la consécration vient avec le film Tchao Pantin (1983) de Claude Berri dans lequel il joue le rôle dramatique d'un pompiste meurtri par un passé douloureux, confronté à l'alcool et à la drogue, pas si différent de la vie que mène alors Coluche lui-même. Il obtient le César du meilleur acteur en 1984.

Avant ce succès, d'autres interprétations lui assurent la notoriété auprès d'un large public : en 1982 il joue le rôle de « Ben Hur Marcel » dans la comédie satirique de Jean Yanne Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ avec Michel Serrault. Il joue également dans le film Banzaï marquant sa troisième collaboration avec Claude Zidi. En 1984, il tient le rôle principal de La Vengeance du serpent à plumes de Gérard Oury, et en 1985 le réalisateur italien Dino Risi lui offre son deuxième rôle dramatique qui sera sa dernière apparition au cinéma dans Le Fou de guerre.

Au-delà de son métier d'humoriste, Coluche veut incarner un agitateur d’idées. Durant les années 1980, il participe plusieurs fois à l'émission débat de Michel Polac, Droit de réponse, dont celle du 18 juin 1983, qui lui est entièrement consacrée et durant laquelle il mime son propre suicide par arme à feu, à la suite de l'accueil hostile qui lui est fait par certains invités de l'émission.

Après plusieurs années d'errance entre l'élection de Mitterrand (le 10 mai 1981) et les premières années du septennat (au 15 septembre 1984), Coluche tente de revenir à une certaine stabilité et revient habiter son domicile parisien, le 16 septembre 1984, dans sa maison rue Gazan. Ayant été témoin des évènements populaires comme la marche des beurs et « Convergence 84 », il participe le 15 octobre 1984 avec Harlem Désir, à la création de SOS Racisme.

En mars 1985, il s'engage également durant quatre mois, contre la famine en Éthiopie en interprétant avec d'autres artistes, la chanson SOS Éthiopie organisée par l'association Chanteurs sans frontières avec des chanteurs français célèbres des années 1980 (Daniel Balavoine, Jean-Jacques Goldman…).

Le 15 juin 1985, il participe et co-anime avec Guy Bedos, le concert de SOS Racisme de la place de la Concorde. De plus, il organise un gigantesque canular le 25 septembre 1985, relayé par les médias français, le mariage de Coluche et de Thierry Le Luron, « pour le meilleur et pour le rire », parodiant le très coûteux et médiatique mariage d'Yves Mourousi.

Comme beau-frère de René Metge, ayant retrouvé la santé et la forme, passionné pour les sports automobiles, il saisit l'occasion de s'engager sur le Paris-Dakar. Quelques mois plus tard, il bat le record du monde à moto de vitesse du kilomètre lancé sur piste, le 29 septembre 1985, atteignant 252,087 km/h sur le circuit de Nardò, au guidon de la Yamaha 750 OW 31. Il prévoit alors de tenter à nouveau cette compétition pour améliorer son propre record du monde mais c'était sans compter son accident mortel quelques mois plus tard.

En s'engageant à rester fidèle à la ponctualité de ses rendez-vous, il entame son retour à la radio. Du 8 juillet 1985 au 19 mars 1986 (de 11 h à 12 h 30 en juillet et de 16 h 30 à 18 h à partir du mois d'août), il anime l'émission « Y'en aura pour tout le monde » sur Europe 1 avec Maryse ainsi que Coluche 1 faux sur Canal+. En parallèle, un projet se dessine alors pour lui, celui des Restaurants du cœur.

Le 26 septembre 1985, il conçoit et lance le projet des Restos du Cœur sur Europe 1 en déclarant : « J'ai une petite idée comme ça, si des fois y a des marques qui m'entendent, je ferai un peu de pub tous les jours. Si y a des gens qui sont intéressés pour parrainer une cantine gratuite qu'on pourrait commencer par faire à Paris ». La première campagne se déroule du 14 décembre 1985 avec l'ouverture du premier resto, jusqu'au 21 mars 1986, jour de la fermeture annuelle.

Pour préparer son nouveau spectacle (prévu pour la rentrée de septembre au Zénith de Paris), il s'établit dans les Alpes-Maritimes à proximité de la Côte d'Azur (Châteauneuf-Grasse, près d'Opio). Il enregistre des maquettes abouties de plusieurs sketches sur une cassette audio (Les Hommes Politiques, Les Journalistes, L'Administration, Les Sportifs…) qu'il fait parvenir à son producteur, Paul Lederman. Ce spectacle devait en principe durer 40 jours (à partir 23 septembre). Il doit y interpréter un chômeur déguisé en Zorro. Sur l'affiche, est imprimé « Le nouveau spectacle de Coluche au Zénith », dont transcrit : « Y en aura pour tout le monde ». Une partie de ces sketches sera éditée ultérieurement ; on entend distinctement que les rires en fond ne sont pas ceux d'une grande salle à laquelle Coluche est alors habitué. Vingt ans après les faits, Fred Romano, sa compagne d'alors, déclare dans un entretien que certains de ces enregistrements auraient disparu durant les semaines qui ont suivi l'accident.

Au cinéma, Coluche (qui n'a plus tourné depuis 1984 - son dernier film, Le Fou de guerre est sorti en 1985), est attendu aux auditions du film de Jean-Pierre Mocky, Le Miraculé (Paul Lederman a obtenu l'accord par écrit de Coluche pour y participer, où doit également se présenter Michel Blanc). Finalement, le film Le Miraculé sortira en 1987, mais avec Michel Serrault et Jean Poiret, Michel Blanc étant finalement retenu pour le tournage du film Tenue de soirée de Bertand Blier, auquel Coluche ne participera pas non plus.

En 1984, Coluche participe à la sélection pour le film Jean de Florette de Claude Berri, pressenti pour incarner le personnage d'Ugolin, il tourne des essais avec Yves Montand (qui lui joue le Papet), il n'est pas retenu, Claude Berri recherchant un personnage plus singulier, qui finalement sera interprété par Daniel Auteuil. Cela lui permet toutefois de faire davantage connaissance avec Montand, que Coluche n'a jusqu'à présent rencontré que brièvement, lors d'émissions enregistrées à la télévision. Les deux hommes s'apprécient, et Coluche apprend qu'Yves Montand est d'origine italienne et d'un milieu modeste, tout comme lui. Les deux hommes ont aussi la scène en commun. Lorsque Coluche n'est pas pris pour le film, Yves Montand trouve des mots réconfortants pour son nouvel ami, contribuant même sans doute à lui redonner l'envie de refaire de la scène, et d'écrire un nouveau spectacle. Cette rencontre est très importante pour Coluche, car Yves Montand participera à l'aventure des Restaurants du Cœur et ouvrira de grandes portes au projet de Coluche, en le rapprochant des hommes politiques influents d'alors et surtout, lui ouvrant plus ou moins les portes de la Présidence de la République, en lui donnant l'occasion de rencontrer François Mitterrand en 1985.


Mort


Le 19 juin 1986, Coluche, accompagné de deux de ses amis, Ludovic Paris et Didier Lavergne, quitte Cannes à 16 h 15 pour rentrer à Opio sur une moto (Moto Honda 1100 VFC, siège rouge et carrosserie noire). Il trouve la mort sur le trajet entre ces deux localités à 16 h 35 ; soit à moins de quatre kilomètres de la villa qu'il a louée et qu'il doit quitter, d'après Philippe Boggio, le lendemain. Conformément aux résultats de l'enquête de gendarmerie et contrairement aux déclarations du chauffeur du poids lourd à l'origine de l'accident, Albert Ardisson, si Coluche ne porte pas de casque (accroché au guidon) durant ce trajet, il roule à vitesse modérée ; soit, selon l'expertise, à environ 60 km/h, en-deçà des 90 km/h maximaux autorisés. Dans une ligne droite entre deux virages, le camion en face lui coupe brusquement la route (selon ses deux amis derrière lui), sur la route de Grasse, Départementale 3 entre Valbonne et Châteauneuf-Grasse. Le drame survient en fin de ligne droite, peu avant le croisement de la route de Cannes et du chemin du Piol à Opio alors que le camion, un semi-remorque benne chargé de gravats provenant de la gendarmerie de Grasse, tournait vers une décharge. Le choc se produit entre 16 h 30 et 16 h 35, heure de la mort selon l'Agence France-Presse. Pourtant motard expérimenté, l'humoriste ne peut rien faire, sinon braquer le guidon de sa moto pour l'éviter, espérant passer sous le camion mais il ne réussit pas cette manœuvre. Sa tête percute l'avant droit du véhicule, au niveau du phare. Le choc violent lui est fatal.

Les circonstances entourant cet accident vont donner lieu à plusieurs rumeurs d'assassinat. Un ouvrage, publié en 2006, Coluche, l'accident, de Jean Depussé et Antoine Casubolo décrit les conditions dans lesquelles l'intervention de la gendarmerie locale et l'enquête policière ont été menées en 1986. De plus, le livre précise que l'enquête est alors dirigée par le juge Jean-Paul Renard, dont les auteurs indiquent qu'il sera (dix-huit ans plus tard), impliqué dans l'affaire du tribunal de Nice et dont les pratiques locales considérées comme peu déontologiques ont entraîné une condamnation et de lourdes sanctions du conseil supérieur de la magistrature.

Très longtemps resté silencieux, Albert Ardisson, le chauffeur impliqué dans l'accident, dit avoir été traumatisé par l'événement.

Coluche est inhumé le mardi 24 juin 1986 à 10 h 30, au cimetière de Montrouge, dans le 14e arrondissement parisien, près de la porte d'Orléans. De nombreuses personnalités de l'industrie du spectacle sont présentes à son enterrement. La cérémonie funéraire est célébrée par l'Abbé Pierre, lequel déclare alors : « Si vous entendez quelqu'un dire qu'il ne respectait rien, dites-leur que ce n'est pas vrai ! Je suis témoin ».

À une centaine de mètres de l'accident, à hauteur du carrefour du Piol, entre Opio et Valbonne, un lieu de recueillement est aménagé et fait l'objet d'un rassemblement annuel de motards, au mois de juin. Une peinture murale représentant Coluche est peinte sur une petite bâtisse abritant un transformateur électrique. À côté se trouve une stèle, régulièrement fleurie par des riverains et visiteurs. Le carrefour du Piol a été rebaptisé « rond-point Coluche » le 23 juin 2013.

La bataille autour de l'héritage de Coluche commence dès sa mort, ses deux fils Marius et Romain Colucci (qui ont d'abord refusé la succession, « à cause des dettes colossales », puis ont accepté l'héritage au début des années 1990) étant en conflit ouvert avec Paul Lederman, l'imprésario-producteur de l'humoriste. Cette bataille prend une dimension juridique quand Marius et Romain assignent la société de production de Paul Lederman en justice, d'abord au civil en 1998, puis au pénal en 2009. Le conflit porte sur les redevances des droits d'auteur attachés à l'exploitation des enregistrements phonographiques de Coluche, son ex-femme Véronique Kantor ayant reçu la totalité de ces redevances pour la période de leur mariage et ayant cédé ces droits en 1988 à Lederman moyennant une contrepartie financière.

Ses meilleurs films

Le plus souvent avec

Claude Zidi
Claude Zidi
(5 films)
Claude Berri
Claude Berri
(7 films)
Jean Yanne
Jean Yanne
(2 films)
Source : Wikidata

Filmographie de Coluche (27 films)

Afficher la filmographie sous forme de liste

Acteur

Les Rois du gag, 1h38
Réalisé par Claude Zidi
Origine France
Genres Comédie
Acteurs Michel Serrault, Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Macha Méril, Mathilda May, Didier Kaminka
Rôle Georges Khorseri
Note50% 2.521792.521792.521792.521792.52179
Paul Martin et François Leroux sont beaux-frères, amis, colocataires et gagmen sans renommée. Mais un jour, l'un des comiques de télévision les plus connus, Gaëtan, qui vient de licencier ses deux gagmen trop vieux et plus assez originaux, se retrouve dans le petit théâtre où Paul et François se produisent sous le nom des "Gagsters". Venu pour rencontrer Georges Khorseri, un camarade de Paul et François, il assiste en première partie à leur duo. Séduit par leur style, il les engage.
Le fou de guerre, 1h48
Réalisé par Dino Risi
Origine Italie
Genres Drame, Comédie
Thèmes Afrique post-coloniale, Maladie, Psychologie, Sexualité, Erotique, Prostitution, Folie, Politique, Thriller érotique, Le désert, Guerre du désert
Acteurs Coluche, Beppe Grillo, Fabio Testi, Bernard Blier, Franco Diogene, Sandro Ghiani
Rôle le capitaine Oscar Pilli
Note58% 2.9085752.9085752.9085752.9085752.908575
Au début de la Seconde Guerre mondiale, un jeune psychiatre italien, Marcello Lupi (Beppe Grillo), est mobilisé et affecté dans le désert libyen à une antenne médicale. Intrigué par le comportement erratique et immature du commandant en second, le capitaine Oscar Pilli (Coluche), il se rend rapidement compte que ce dernier souffre d'un déséquilibre mental. Jugeant Pilli dangereux pour le personnel du camp, Lupi tente de le faire écarter du commandement. Mais Pilli, qui se présente comme un ami du maréchal Graziani, s'avère inamovible et fait de Lupi son souffre-douleur. Peu à peu, cependant, une certaine sympathie naît entre les deux hommes, Lupi éprouvant de la compassion pour Pilli. Un jour, l'inconscience de ce dernier provoque un drame.
Sac De Nœuds, 1h30
Réalisé par Josiane Balasko, Philippe Guez
Origine France
Genres Drame, Comédie
Thèmes Sexualité, Transport, Erotique, Prostitution, Automobile, Road movie, Thriller érotique, Striptease
Acteurs Isabelle Huppert, Josiane Balasko, Jean Carmet, Coluche, Dominique Lavanant, Michel Albertini
Rôle Coyotte
Note53% 2.6785952.6785952.6785952.6785952.678595
Une vamp de banlieue se réfugie chez sa voisine, une demi-clocharde plutôt laide et suicidaire. Se croyant meurtrière de son mari policier et alcoolique qu'elle vient de mettre hors d'état de nuire, elle embarque dans son échappée sa voisine ainsi qu'un délinquant en cavale presque malgré lui…
Le bon roi Dagobert, 1h52
Réalisé par Dino Risi
Origine France
Genres Biographie, Comédie
Thèmes Religion
Acteurs Coluche, Michel Serrault, Ugo Tognazzi, Carole Bouquet, Isabella Ferrari, Michael Lonsdale
Rôle Dagobert
Note42% 2.1489352.1489352.1489352.1489352.148935
La caravane du roi fainéant (et hédoniste) Dagobert y compris son souffre-douleur, le moine Otarius, est attaquée par des brigands qui massacrent les gardes et violent les femmes. Dagobert s'échappe et devient un pénitent dans un pèlerinage à Rome chez le Pape.
La vengeance du serpent à plumes, 1h45
Réalisé par Gérard Oury
Origine France
Genres Comédie, Aventure
Thèmes Transport, Motocyclette
Acteurs Coluche, Clémentine Célarié, Maruschka Detmers, Josiane Balasko, Dominique Frot, Luis Rego
Rôle Loulou Dupin
Note46% 2.3213452.3213452.3213452.3213452.321345
À son arrivée à Paris, Paco, terroriste international, est arrêté, tandis que sa maîtresse Laura rejoint ses complices : ils appartiennent tous au groupuscule terroriste et anarchiste, Ravachol-Kropotkine, dirigé par Paco. Pendant ce temps, Loulou Dupin, préposé au tire-fesse dans une station alpine, beauf dragueur, apprend que sa grand-mère est morte et qu'il est l'unique héritier de son appartement parisien. Il rejoint lui aussi la capitale.
Tchao Pantin, 1h40
Réalisé par Claude Berri
Origine France
Genres Drame
Thèmes Psychotrope, Transport, Motocyclette
Acteurs Coluche, Richard Anconina, Agnès Soral, Philippe Léotard, Agnès Soral, Mahmoud Zemmouri
Rôle Lambert, le pompiste de nuit
Note73% 3.6935853.6935853.6935853.6935853.693585
À Paris dans le 18e arrondissement, le pompiste de nuit Lambert (Coluche), alcoolique et dépressif, croise la route d'un jeune juif arabe, petit trafiquant sans envergure : Youseff Bensoussan (Richard Anconina), venu se réfugier dans sa station-service afin d'éviter une patrouille de police. Ils deviennent rapidement amis, mais finissent par se brouiller, Bensoussan refusant de suivre les conseils, délivrés maladroitement, de Lambert qui veut le protéger. Une nuit, alors qu'il est poursuivi et tente à nouveau de trouver refuge dans sa station-service, Bensoussan, victime d'un règlement de comptes, est abattu sous les yeux de Lambert.
La femme de mon pote, 1h39
Réalisé par Bertrand Blier, Bertrand Arthuys
Origine France
Genres Comédie, Romance
Acteurs Isabelle Huppert, Coluche, Thierry Lhermitte, Daniel Colas, François Perrot
Rôle Micky
Note59% 2.9551852.9551852.9551852.9551852.955185
Courchevel. Pascal (Thierry Lhermitte), gérant d'un magasin de vêtements de sport d'hiver et Micky (Coluche), disc-jockey à la station de radio locale, malgré des caractères dissemblables, sont amis de longue date. Pascal, beau garçon, sûr de lui mais fragile, a du succès avec les filles à l'inverse de Micky, plutôt solitaire et taciturne. Un soir, Pascal rencontre Viviane (Isabelle Huppert), en tombe rapidement amoureux et entreprend de vivre avec elle. Cependant, il décide auparavant d'en faire part à son meilleur ami Micky. Si celui-ci reste dubitatif à cette idée, à l'instant où il rencontre Viviane il en tombe lui aussi immédiatement amoureux. Torturé par l'amour pour Viviane et par l'amitié sincère que lui témoigne Pascal, Micky tombe en dépression et Pascal par grandeur d'âme accepte la demande de Micky d'effectuer sa convalescence chez lui afin d'être au plus près de Viviane.
Banzaï
Banzaï (1983)
, 1h42
Réalisé par Claude Zidi
Origine France
Genres Comédie
Acteurs Coluche, Valérie Mairesse, Marthe Villalonga, Éva Darlan, Zabou Breitman, François Perrot
Rôle Michel Bernardin, cadre de la compagnie Planète Assistance
Note58% 2.9128452.9128452.9128452.9128452.912845
Michel Bernardin travaille dans une société d'assurance spécialisée dans l'aide aux voyageurs français à l'étranger, Planète Assistance. Isabelle, sa fiancée, va quitter son métier d'hôtesse de l'air pour passer plus de temps avec lui. Grâce à Sophia, elle trouve un emploi dans une agence de voyage, mais Isabelle doit encore accompagner quelques longs courriers en cachette. Michel, lui, se voit confier des missions à l'étranger pour la première fois de sa vie, alors qu'il avait toujours tout fait pour rester s'occuper de l'administratif à Paris... justement par phobie de l'avion. Pour ne pas inquiéter Isabelle, il décide donc de ne rien lui dire. Sophia couvrant les mensonges d'Isabelle pendant que les copains de bureau couvrent ceux de Michel, tous ces quiproquos les amèneront par conséquent à se croiser bien involontairement à Hong Kong.
Deux heures moins le quart avant Jésus Christ, 1h37
Réalisé par Jean Yanne
Origine France
Genres Comédie
Thèmes Politique, Politique, Royauté
Acteurs Coluche, Michel Serrault, Jean Yanne, Françoise Fabian, Michel Auclair, Mimi Coutelier
Rôle Ben-Hur Marcel / Amineméphèt
Note58% 2.9156652.9156652.9156652.9156652.915665
Au temps de l'Empire romain, un modeste carrossier de chars se retrouve victime d'une machination politique visant Jules César.
Elle voit des nains partout !, 1h25
Genres Comédie
Thèmes Magie, Théâtre, Adaptation d'une pièce de théâtre, Films pour enfants
Acteurs Zabou Breitman, Martin Lamotte, Christian Clavier, Claire Magnin, Philippe Bruneau, Coluche
Rôle un hallebardier.
Note45% 2.2763652.2763652.2763652.2763652.276365
Une naissance a lieu au château royal. Malheureusement, la reine meurt et son bébé, Blanche-Neige, est de sexe féminin. Même l'intervention d'une fée amateur n'y fait rien. Albert, le connétable, et Amélyse, la belle nurse anglaise, adoptent alors Blanche-Neige chassée par son père.
Reporters
Reporters (1981)
, 1h30
Réalisé par Raymond Depardon
Origine France
Genres Documentaire
Thèmes Documentaire sur l'art, Photographie
Acteurs Ursula Andress, François Caron, Coluche, Mireille Darc, Alain Delon, Catherine Deneuve
Note67% 3.373513.373513.373513.373513.37351
Le métier de reporters filmé par le réalisateur et photographe Raymond Depardon. Caméra à l'épaule et sans aucun commentaire, ce film est caractéristique d'une certaine forme de cinéma direct.
Le Maître d'école, 1h35
Réalisé par Claude Berri
Origine France
Genres Comédie
Thèmes Le thème de l'éducation, Films pour enfants
Acteurs Coluche, Josiane Balasko, Jacques Debary, Charlotte de Turckheim, Roland Giraud, André Chaumeau
Rôle Gérard Barbier, le vendeur qui devient instituteur
Note58% 2.91662.91662.91662.91662.9166
Gérard Barbier était vendeur de vêtements. Licencié parce qu'il a défendu un enfant surpris en train de voler des bottes, il décide de devenir instituteur. Une fois à l'école, il prend conscience que ce métier d'instituteur n'est pas tout à fait comme il le voyait.
Inspecteur La Bavure, 1h40
Réalisé par Claude Zidi
Origine France
Genres Comédie, Comédie policière, Policier
Acteurs Coluche, Gérard Depardieu, Dominique Lavanant, Marthe Villalonga, Martin Lamotte, Julien Guiomar
Rôle l'inspecteur stagiaire Michel Clément / le commissaire Jules Clément, son père, un héros de la police
Note62% 3.1024953.1024953.1024953.1024953.102495
Fils d'un héros de la police abattu par Pierrot le fou, Michel Clément (Coluche) est loin d'égaler son père Jules. Encouragé par sa mère (Marthe Villalonga) à suivre les traces paternelles, il obtient de justesse son diplôme d'inspecteur de police (par indulgence du jury) et se retrouve stagiaire à la PJPP (Police Judiciaire de la Préfecture de Police). Là, sa maladresse lui cause de nombreux problèmes, mais malgré cela, Michel rêve d'arrêter l'ennemi public n 1, l'impitoyable Roger Morzini (Gérard Depardieu). Celui-ci, trouvant son visage bien trop connu, subit une opération de chirurgie esthétique.
Signé Furax, 1h30
Réalisé par Marc Simenon
Genres Comédie
Acteurs Maurice Risch, Pierre Tchernia, Michel Galabru, Pierre Tornade, Maurice Chevit, Bernard Haller
Rôle l'agent double 098 / 099
Note53% 2.688112.688112.688112.688112.68811
L'Obélisque de la Place de la Concorde à Paris et divers autres monuments français sont remplacés par des imitations. Ces odieux crimes contre le patrimoine national sont tous accompagnés de la mention « Signé Furax », criminel célèbre. L'enquête est confiée au commissaire Fouvreaux...
Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine, 1h32
Réalisé par Coluche, Marc Monnet
Origine France
Genres Comédie
Acteurs Coluche, Dominique Lavanant, Gérard Lanvin, Anémone, Olivier Constantin, Martin Lamotte
Rôle Le Roi Gros Pif 1er
Note52% 2.6143952.6143952.6143952.6143952.614395
Le roi de France Gros Pif 1er ne songe qu'à s'empiffrer, s'encanailler et s'amuser et pendant ce temps accable le peuple d'impôts. Une coalition hétéroclite se crée entre la Reine Madeleine qui veut soulager le peuple, le bouffon et les ministres qui veulent simplement prendre la place. Et tandis qu'après plusieurs tentatives infructueuses, le roi se retrouve emprisonné dans les cachots du château, les paysans excédés font appel à un mystérieux justicier qui est prêt à prendre leur défense : Le chevalier Blanc. Ce dernier parvient avec bien du mal a s'introduire au château et se retrouve dans la chambre de Lucienne la cousine du roi. Ils parviennent à faire évader le roi et après bien des péripéties aboutissent en Flandre. Le roi Gros Pif monte alors avec son cousin de Roi des Flandres un stratagème qui va lui permettre de reprendre le pouvoir : son cousin va envahir la France mais en acceptant de perdre cette guerre. Pendant ce temps le chevalier blanc soulèvera les paysans afin qu'ils remettent sur le trône le roi. C'est ainsi que la population exploitée par un roi égoïste aidera ce dernier à retrouver sa place.